Discussion:
Si vous croisez un ours en randonnée...
(trop ancien pour répondre)
Cardinal de Hère
2019-08-10 19:36:55 UTC
Permalink
tirez le premier !

<https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/59587/reader/reader.html#!preferred/1/package/59587/pub/85758/page/5>

Il échappe aux griffes d’un ours de 150 kg grâce à son canif
Colin Dowler a été attaqué par un grizzly, lors d’une randonnée à vélo
dans les montagnes de l’ouest du Canada. L’homme de 45 ans a été
gravement blessé au ventre et aux jambes. Mais il a réussi à se défendre
et à repousser l’ours. Récit.

Balade en montagne de cauchemar pour Colin Dowler. Ce Canadien de 45 ans
a été attaqué par un ours de plus de 150 kg lors d’une sortie à vélo.

C’était à la fin du mois de juillet, sur un sentier de randonnée qui
serpente sur les flancs du mont Doogie Dowler, à une centaine de
kilomètres au nord de Vancouver, la grande ville de la côte ouest du Canada.

Gravement blessé par l’ours, Colin Dowler a raconté l’attaque aux médias
canadiens. Depuis son lit d’hôpital, il a aussi expliqué comment il
s’est défendu avec un simple couteau de poche et a réussi à s’en sortir.

L’ours remonte la piste

Tout commence ce lundi 29 juillet, dans ces régions montagneuses de
Colombie-Britannique où les forêts s’étendent à perte de vue. Un paysage
de carte postale. Colin Dowler explore à vélo les sentiers de randonnée
la montagne qui porte le nom de son grand-père, un habitant de la région.

Le cycliste roule sur une piste quand il s’arrête net. Un grizzly lui
barre la route. L’ours est planté devant lui, à une trentaine de mètres,
rapporte le quotidien canadien The Vancouver Sun. Et l’animal, pas
intimidé par cette présence humaine, commence à avancer vers lui.

Il tente d’effrayer, puis de raisonner l’ours

Dowler est désemparé et ne sait pas quoi faire. Il descend de vélo, puis
commence par taper son bâton de randonnée contre la bicyclette, en
espérant que le bruit effraye le plantigrade. Mais l’animal se rapproche
encore.

Ensuite, Colin Dowler tapote « doucement » la tête de l’ours avec son
bâton. Et puis il parle à l’ursidé, lui glissant : « Il n’y a pas de
problème, tout va bien… » Peine perdue. L’ours vient encore plus près et
finit par l’attaquer.

Blessé au ventre et aux jambes

L’animal lui porte « méthodiquement », dit-il, des coups de griffe et le
blesse au niveau de l’abdomen. L’ours traîne Dowler jusqu’à un ravin et
lui mord les jambes. Le cycliste tente d’abord se débattre, puis de
faire le mort. Sans succès.

Mais il parvient à atteindre la poche de son pantalon et à sortir son
canif, un couteau pliant, puis à frapper l’ours au niveau du cou. Le
grizzly finit alors par lâcher prise et s’éloigner de sa proie
récalcitrante.

Colin Dowler parvient à se remettre debout, se fabrique un garrot avec
un morceau de tissu, puis réussit à pédaler jusqu’à une exploitation
forestière, à 7 kilomètres de là, rapporte la BBC, la radiotélévision
britannique. En arrivant, il s’effondre.

Sauvé par des forestiers

Les cinq hommes qui se trouvent là sont tous formés aux premiers
secours, ils le prennent en charge puis appellent les urgences. Un
hélicoptère arrive et transporte Colin Dowler à l’Hôpital général de
Vancouver, où il a été soigné et où il se remet de ses blessures.

Le lendemain de l’attaque, les autorités locales envoient des gardes
forestiers sur le site où le cycliste a rencontré le grizzly. Ce
jour-là, ils ont tué un ours qui « les traquait », rapporte encore le
Vancouver Sun. L’animal était blessé au niveau du cou, il s’agissait
vraisemblablement de celui qui avait attaqué le cycliste.

16 000 grizzlys en Colombie-Britannique

Les attaques de grizzly sont plutôt rares dans l’ouest du Canada,
souligne le Vancouver Sun, et l’Hôpital général de Vancouver soigne, en
moyenne, une à deux personnes blessées par des ours tous les ans. Les
grizzlys pourraient être 16 000 dans la seule province canadienne de
Colombie-Britannique, indique Parcs Canada, l’agence canadienne
responsable des parcs nationaux, sur son site internet.

Les autorités livrent d’ailleurs plusieurs conseils sur les manières de
réagir, en cas de rencontre avec un ours.

Que faire en cas de rencontre avec un ours ?

Les parcs nationaux canadiens étudient beaucoup de scénarios différents,
selon que l’ours vous voit ou pas, et selon la manière dont il se comporte.

Mais la première recommandation est d’éviter les rencontres avec les
plantigrades en faisant du bruit, par exemple en tapant dans ses mains.
Si un ours vous voit et s’approche, les autorités canadiennes
recommandent de garder son sang-froid, de parler calmement et d’un ton
ferme à l’ours, de reculer lentement, de se « faire imposant », et de ne
surtout pas courir, entre autres.

Parcs Canada conseille aussi de se munir d’un gaz poivré spécialisé, et
d’apprendre à s’en servir. Il est recommandé de sortir ce gaz si vous
voyez l’animal, évidemment sans forcément l’utiliser.

« Les ours préfèrent généralement éviter les humains, mais le hasard
provoque quelquefois des rencontres », relèvent encore les parcs
nationaux canadiens. Et, précisent les autorités, « la plupart des
rencontres avec les ours se terminent sans blessure ».
Cardinal de Hère
2019-08-10 19:40:01 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
tirez le premier !
<https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/59587/reader/reader.html#!preferred/1/package/59587/pub/85758/page/5>
Il tente d’effrayer, puis de raisonner l’ours
Celle-là c'est la meilleure. "Monsieur l'ours, j'ai vraiment un goût
infect. Jetez plutôt votre dévolu sur quelque juteux caribou ou
savoureux saumon !"

Loading...