Discussion:
Le changement climatique affecterait l’alimentation de 90 % de la population mondiale d’ici 2100
Add Reply
Canta Galet
2019-12-01 23:40:46 UTC
Réponse
Permalink
Le réchauffement ?
Que du bonheur chantent en coeur les refroidistes primacistes !



Une étude publiée par « Science Advances » évalue l’ampleur des pertes et des gains de productivité dans les secteurs de l’agriculture et de la pêche.

Réchauffement des sols et des océans, variations des régimes de précipitation, conditions d’approvisionnement en eau douce, migration des espèces, notamment marines : d’ici 2100, autour du globe, environ 7,2 milliards de personnes devraient connaître des pertes de productivité des cultures en même temps qu’une baisse des captures de pêche. C’est donc la sécurité alimentaire de près de 90 % de la population mondiale qui risque d’être malmenée par les changements climatiques à la fin du siècle.

Il existe de nombreuses études sur les espèces animales et végétales menacées comme sur les écosystèmes bouleversés par le réchauffement en cours. Celle que vient de publier Science Advances, mercredi 27 novembre, tâche, elle, d’évaluer simultanément l’ampleur des modifications en cours dans les secteurs de l’agriculture et de la pêche en estimant qui seront les gagnants et surtout les perdants de la nouvelle donne.

Les auteurs ont basé leur recherche sur les évolutions de productivité du maïs, riz, soja et blé – les quatre cultures les plus répandues dans le monde –, dans 240 Etats ou territoires, ainsi que sur les statistiques des captures mondiales de l’Institut pour les océans et les pêcheries de l’université de la Colombie-Britannique (Canada). Dans ce dernier domaine, la baisse inéluctable des quantités de poissons débarqués devrait même concerner 97 % de la population mondiale. Les chercheurs notent cependant que 3 % de la population à venir pourraient tirer parti en même temps de récoltes et de pêches plus fournies d’ici la fin du siècle, essentiellement au Canada et en Russie.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/11/28/le-changement-climatique-affecterait-l-alimentation-de-90-de-la-population-mondiale-d-ici-2100_6020915_3244.html
Lebref
2019-12-02 08:30:00 UTC
Réponse
Permalink
Post by Canta Galet
Le réchauffement ?
Oui, vous commencez à nous chauffer les oreilles.
Canta Galet
2019-12-02 08:59:06 UTC
Réponse
Permalink
Post by Lebref
Post by Canta Galet
Le réchauffement ?
Oui, vous commencez à nous chauffer les oreilles.
C'est clair qu'entre vos oreilles il n'y a rien qui puisse chauffer.
Volkin
2019-12-02 12:46:43 UTC
Réponse
Permalink
Post by Canta Galet
Le réchauffement ?
Que du bonheur chantent en coeur les refroidistes primacistes !
Une étude publiée par « Science Advances » évalue l’ampleur des pertes et des gains de productivité dans les secteurs de l’agriculture et de la pêche.
Réchauffement des sols et des océans, variations des régimes de précipitation, conditions d’approvisionnement en eau douce, migration des espèces, notamment marines : d’ici 2100, autour du globe, environ 7,2 milliards de personnes devraient connaître des pertes de productivité des cultures en même temps qu’une baisse des captures de pêche. C’est donc la sécurité alimentaire de près de 90 % de la population mondiale qui risque d’être malmenée par les changements climatiques à la fin du siècle.
Il existe de nombreuses études sur les espèces animales et végétales menacées comme sur les écosystèmes bouleversés par le réchauffement en cours. Celle que vient de publier Science Advances, mercredi 27 novembre, tâche, elle, d’évaluer simultanément l’ampleur des modifications en cours dans les secteurs de l’agriculture et de la pêche en estimant qui seront les gagnants et surtout les perdants de la nouvelle donne.
Les auteurs ont basé leur recherche sur les évolutions de productivité du maïs, riz, soja et blé – les quatre cultures les plus répandues dans le monde –, dans 240 Etats ou territoires, ainsi que sur les statistiques des captures mondiales de l’Institut pour les océans et les pêcheries de l’université de la Colombie-Britannique (Canada). Dans ce dernier domaine, la baisse inéluctable des quantités de poissons débarqués devrait même concerner 97 % de la population mondiale. Les chercheurs notent cependant que 3 % de la population à venir pourraient tirer parti en même temps de récoltes et de pêches plus fournies d’ici la fin du siècle, essentiellement au Canada et en Russie.
Méchants Russes.

Loading...