Discussion:
Ce fut un jeu d’enfant pour les Etats-Unis de disloquer l’Etat multiethnique de Yougoslavie
(trop ancien pour répondre)
Lyly
2017-12-03 15:46:39 UTC
Permalink
Yougoslavia delenda est

On se souvient de la phrase célèbre ‘‘Carthago delenda est » de Caton
l’Ancien qui concluait chaque intervention devant le sénat romain par
cette exhortation à détruire la ville rivale de Rome, Carthage. Il
finit par obtenir gain de cause (1).

Mais l’opinion publique s’est-elle jamais interrogée sur les raisons de
la destruction de la Yougoslavie dans les années 1991 à 2001 et de sa
dislocation en plusieurs mini Etats ? Il est vrai qu’aucun journaliste
n’a sérieusement examiné l’origine de ces guerres fratricides entre des
communautés qui avaient vécu ensemble dans ce qui était alors la
Fédération de la Yougoslavie. En France, les journalistes se sont
contentés, pendant toute la durée de ces guerres, de présenter la
surface des événements, en publiant des reportages sur quelques faits
militaires comme le »siège de Sarajevo », l’intervention de la
Forpronu, le massacre de Srebrenica, le prétendu génocide du Kosovo,
etc. Mais à qui peut-t-on faire croire que, soudain, des populations se
sont entre-tuées dans une guerre civile effroyable, alors même qu’elles
cohabitaient, apparemment sans difficultés, pendant de nombreuses
années.

Pour prendre un exemple, imagine-t-on, soudainement, en France, une
guerre civile mettre aux prises, les Alsaciens contre les Lorrains, les
Francs-Comtois contre les Auvergnats, les Bretons contre les Normands,
ou les Catalans contre les Occitans ?

Aucun journaliste français – hormis Jacques Merlino – n’a essayé
d’analyser un tant soit peu les raisons cachées de cette destruction de
la Yougoslavie. Aucun média n’a voulu (ou pu) révéler la vérité sur les
acteurs et les buts secrets de ces événements. Il était plus facile et
plus racoleur de les présenter comme une lutte entre des »gentils »
opprimés et faibles – les Bosniaques, les Croates, les Kosovars -, et
des »méchants » Serbes. Comme dans un jeu de guignols mettant aux
prises un méchant et un gentil, avec les applaudissements à la chute du
méchant.

Dans son livre(3), Daniele Ganser nous révèle les dessous des cartes
sur cette guerre intestine au bilan effroyable (150 000 victimes et 4
millions de déplacés). Nous invitons nos lecteurs à découvrir cet
excellent ouvrage, bien entendu ignoré par les médias dominants.

L’extension continue de l’empire US
https://goo.gl/Hbo8mv
--
Lyly
Selon une étude publiée fin 2016 par l’université Carnegie Mellon
(Pittsburgh), les États-Unis se sont immiscés dans pas moins de
quatre-vingts élections hors de leurs frontières depuis la seconde
guerre mondiale — un chiffre qui ne prend pas en compte les
changements
de régime plus ou moins sanglants fomentés par Washington à
l’étranger,
comme en Iran, au Chili ou au Guatemala. Récemment encore, les
autorités américaines ont favorisé le renversement d’un gouvernement
démocratiquement élu en Ukraine, aux frontières de la Russie.
Herisson grognon
2017-12-03 18:33:30 UTC
Permalink
Post by Lyly
Yougoslavia delenda est
On se souvient de la phrase célèbre ''Carthago delenda est » de Caton
l'Ancien qui concluait chaque intervention devant le sénat romain par
cette exhortation à détruire la ville rivale de Rome, Carthage. Il
finit par obtenir gain de cause (1).
Mais l'opinion publique s'est-elle jamais interrogée sur les raisons de
la destruction de la Yougoslavie dans les années 1991 à 2001 et de sa
dislocation en plusieurs mini Etats ? Il est vrai qu'aucun journaliste
n'a sérieusement examiné l'origine de ces guerres fratricides entre des
communautés qui avaient vécu ensemble dans ce qui était alors la
Fédération de la Yougoslavie. En France, les journalistes se sont
contentés, pendant toute la durée de ces guerres, de présenter la
surface des événements, en publiant des reportages sur quelques faits
militaires comme le »siège de Sarajevo », l'intervention de la
Forpronu, le massacre de Srebrenica, le prétendu génocide du Kosovo,
etc. Mais à qui peut-t-on faire croire que, soudain, des populations se
sont entre-tuées dans une guerre civile effroyable, alors même qu'elles
cohabitaient, apparemment sans difficultés, pendant de nombreuses
années.
Pour prendre un exemple, imagine-t-on, soudainement, en France, une
guerre civile mettre aux prises, les Alsaciens contre les Lorrains, les
Francs-Comtois contre les Auvergnats, les Bretons contre les Normands,
ou les Catalans contre les Occitans ?
Aucun journaliste français – hormis Jacques Merlino – n'a essayé
d'analyser un tant soit peu les raisons cachées de cette destruction de
la Yougoslavie. Aucun média n'a voulu (ou pu) révéler la vérité sur les
acteurs et les buts secrets de ces événements. Il était plus facile et
plus racoleur de les présenter comme une lutte entre des »gentils »
opprimés et faibles – les Bosniaques, les Croates, les Kosovars -, et
des »méchants » Serbes. Comme dans un jeu de guignols mettant aux
prises un méchant et un gentil, avec les applaudissements à la chute du
méchant.
Dans son livre(3), Daniele Ganser nous révèle les dessous des cartes
sur cette guerre intestine au bilan effroyable (150 000 victimes et 4
millions de déplacés). Nous invitons nos lecteurs à découvrir cet
excellent ouvrage, bien entendu ignoré par les médias dominants.
L'extension continue de l'empire US
https://goo.gl/Hbo8mv
150 000 victimes et 4 millions de déplacés, c'est à peu près ce que
Obama, Cameron et Sarkozy ont fait en Libye, en Syrie c'est plus encore,
trois fois plus, mais silence, ne dérangeons pas les responsables et
tous ceux qui ont participé !

Alain
François Guillet
2017-12-03 21:25:09 UTC
Permalink
Herisson grognon a exprimé avec précision :
...
Post by Herisson grognon
150 000 victimes et 4 millions de déplacés,
C'est au moins le bilan de Daech, ça.
Calamity Jade
2017-12-03 21:32:54 UTC
Permalink
Post by François Guillet
...
Post by Herisson grognon
150 000 victimes et 4 millions de déplacés,
C'est au moins le bilan de Daech, ça.
Je vais me faire l'avocat du diable [pour une fois]!

Daech ISIS tue beaucoup *moins* de civils syriens que Bachar al-Asad!
[J'ai déjà publié les statistiques et le bilan de la guerre civile syrienne,
preuves à l'appui. Mais j'ai trop la flème de recopier...]
--
Jacqueline "Jade" Devereaux - http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/
Google+ Jade Disco HD - https://plus.google.com/+JadeDisco/posts
G+ Jade Docs & Movies III - https://plus.google.com/+JadeDocsMoviesIII/posts
Youtube JadeDiscoHD - https://www.youtube.com/c/JadeDisco
Y+ Jade Docs&Movies III - https://www.youtube.com/c/JadeDocsMoviesIII
Mara's PostImages - https://postimg.org/gallery/ikhwdv9m/
Flickr Mara 2015 - https://www.flickr.com/photos/***@N04/
Flickr Mara 2017 - https://www.flickr.com/photos/***@N05/
"Chaque soir, vous devrez réciter 20 fois [au minimum]: "Ave Mara!"
François Guillet
2017-12-03 21:38:25 UTC
Permalink
Post by Calamity Jade
Post by François Guillet
...
Post by Herisson grognon
150 000 victimes et 4 millions de déplacés,
C'est au moins le bilan de Daech, ça.
Je vais me faire l'avocat du diable [pour une fois]!
Daech ISIS tue beaucoup *moins* de civils syriens que Bachar al-Asad!
[J'ai déjà publié les statistiques et le bilan de la guerre civile syrienne,
preuves à l'appui. Mais j'ai trop la flème de recopier...]
Rendons cependant une bonne partie de ces morts à celui qui le mérite
vraiment, Poutine, sans qui Bachar al-Asad serait aux mains de Daech.
Calamity Jade
2017-12-03 21:55:09 UTC
Permalink
Post by François Guillet
Post by Calamity Jade
Daech ISIS tue beaucoup *moins* de civils syriens que Bachar al-Asad!
[J'ai déjà publié les statistiques et le bilan de la guerre civile syrienne,
preuves à l'appui. Mais j'ai trop la flème de recopier...]
Rendons cependant une bonne partie de ces morts à celui qui le mérite
vraiment, Poutine, sans qui Bachar al-Asad serait aux mains de Daech.
Si Poutine n'avait pas maintenant la tête de son pantin à flot, la Syrie
serait déjà aux mains de l'opposition anti-Asad, et non de Daech.
Ceux-ci n'aurait pas eu l'opportunité de s'inviter dans le conflit!
--
Jacqueline "Jade" Devereaux - http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/
Google+ Jade Disco HD - https://plus.google.com/+JadeDisco/posts
G+ Jade Docs & Movies III - https://plus.google.com/+JadeDocsMoviesIII/posts
Youtube JadeDiscoHD - https://www.youtube.com/c/JadeDisco
Y+ Jade Docs&Movies III - https://www.youtube.com/c/JadeDocsMoviesIII
Mara's PostImages - https://postimg.org/gallery/ikhwdv9m/
Flickr Mara 2015 - https://www.flickr.com/photos/***@N04/
Flickr Mara 2017 - https://www.flickr.com/photos/***@N05/
"Chaque soir, vous devrez réciter 20 fois [au minimum]: "Ave Mara!"
François Guillet
2017-12-03 22:05:43 UTC
Permalink
Calamity Jade avait énoncé :
...
Post by Calamity Jade
Si Poutine n'avait pas maintenant la tête de son pantin à flot, la Syrie
serait déjà aux mains de l'opposition anti-Asad, et non de Daech.
Ceux-ci n'aurait pas eu l'opportunité de s'inviter dans le conflit!
L'opposition anti-Asad aurait-elle fait le poids face à Daech ?
J'en doute. Et puis rien ne dit qu'elle n'aurait pas été une forme
d'"Asad II le retour", sachant que les printemps arabes n'ont jamais
été que des vues de l'esprit, elles remplacent une dictature par une
autre.
Lyly
2017-12-03 23:03:49 UTC
Permalink
Post by Calamity Jade
Post by François Guillet
Post by Calamity Jade
Daech ISIS tue beaucoup *moins* de civils syriens que Bachar al-Asad!
[J'ai déjà publié les statistiques et le bilan de la guerre civile syrienne,
preuves à l'appui. Mais j'ai trop la flème de recopier...]
Rendons cependant une bonne partie de ces morts à celui qui le mérite
vraiment, Poutine, sans qui Bachar al-Asad serait aux mains de Daech.
Si Poutine n'avait pas maintenant la tête de son pantin à flot, la Syrie
serait déjà aux mains de l'opposition anti-Asad, et non de Daech.
Ceux-ci n'aurait pas eu l'opportunité de s'inviter dans le conflit!
Alors ca c'est du mensonge. chapeau.
L'amérique, telaviv, dehors l'asie l'Afrique et l'amère hips du sud, et
le monde connaitra la paix. cCar e n'est pas en s'agenouillant devant
ces génocidaires que'elle s'établira.
--
Lyly
Selon une étude publiée fin 2016 par l’université Carnegie Mellon
(Pittsburgh), les États-Unis se sont immiscés dans pas moins de
quatre-vingts élections hors de leurs frontières depuis la seconde
guerre mondiale — un chiffre qui ne prend pas en compte les
changements
de régime plus ou moins sanglants fomentés par Washington à
l’étranger,
comme en Iran, au Chili ou au Guatemala. Récemment encore, les
autorités américaines ont favorisé le renversement d’un gouvernement
démocratiquement élu en Ukraine, aux frontières de la Russie.
Calamity Jade
2017-12-03 21:11:29 UTC
Permalink
Post by Lyly
Yougoslavia delenda est
On se souvient de la phrase célèbre ‘‘Carthago delenda est » de Caton l’Ancien
qui concluait chaque intervention devant le sénat romain par cette exhortation
à détruire la ville rivale de Rome, Carthage. Il finit par obtenir gain de
cause (1).
Mais l’opinion publique s’est-elle jamais interrogée sur les raisons de la
destruction de la Yougoslavie dans les années 1991 à 2001
L'homme responsable de la dislocation de la Fédération Yougoslave
est... Slobodan Milosevic!

Cela est expliqué ici: [l'enchainement des faits chronologiques]

http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2009/03/guerre-en-ex-yougoslavie-se-souvenir-de.html

http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2011/03/guerres-en-ex-yougoslavie-origine-et.html

http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2011/03/guerres-en-ex-yougoslavie-conflit-en.html

http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2011/03/guerres-en-ex-yougoslavie-conflit-en_05.html

http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2011/03/guerres-en-ex-yougoslavie-conflit-au.html


Les guerres de l'ex-Yougoslavie sont, en Europe, les affrontements
les plus longs et sanglants depuis la Seconde Guerre mondiale.
De nombreux crimes et massacres ont été commis des deux côtés,
mais l'immense majorité des responsables sont Serbes, et la plupart
des victimes des Bosniaques ou des Croates. Tout au long de ces conflits,
les Serbes ont pratiqué le nettoyage et l'épuration ethnique, c'est-à-dire
l'expulsion (et parfois le meurtre ou le massacre) des populations
non-serbes, dans les territoires conquis.

Pour la première fois depuis le procès des dirigents nazis à Nuremberg,
un Tribunal Pénal international s'est réunit à La Haye, aux Pays-Bas,
pour poursuivre en justice les responsables de ces atrocités, quelle que
soit leur origine ethnique ou religieuse. Les trois principaux responsables
sont Serbes: Slobodan Milosevic, président yougoslave (fédération
yougoslave qui réunit alors la Serbie et le Monténégro), Radovan Karadzic,
président de la Republica Serpska, c'est à dire la République des Serbes
de Bosnie, et enfin Radko Mladic, son chef militaire.

L'élément déclencheur de la désintégration yougoslave se déroule
le 25 janvier 1990 à Belgrade, lors du 14ème Congrès extraordinaire
de la Ligue Communiste de Yougoslavie. L'assemblée s'est réunie pour
discuter de proposition visant à abolir le système du parti unique et pour
entreprendre des réformes. Cependant, Milosevic, qui représente le Parti
communiste serbe, use de son influence pour bloquer ou discréditer
les propositions des délégués slovènes et croates. Ceux-ci, furieux,
décident de quitter l'Assemblée et de faire sécession du Comité
yougoslave. Dès lors, le processus de dissolution de la Fédération
yougoslave est entamé, et plus rien ne pourra l'arrêter.


Processus de désintégration de la Yougoslavie -

Avant même la Seconde Guerre mondiale, les tensions communautaires
qui secouent la Yougoslavie ont pour origine les différences ethnico-
religieuses des peuples qui la composent. Les Croates (1) militent pour
un modèle fédéral où ils disposeraient d'une plus grande autonomie,
et les Serbes veulent l'inverse: un pouvoir hypercentralisé
(dirigé par eux, bien entendu).

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, ces tensions et ces divergences
sont exploitées par les Nazis. Ils établissent un gouvernement fantoche,
lequel proclame l'"Etat Indépendant de Croatie" (Nezavisna Drzava
Hrvatska, NDH) dirigé par Ante Pavelic, dans ce qui représente aujourd'hui
la Croatie et la Bosnie-Herzégovine. Les Oustachis pratiquent une politique
de persécutions envers les Juifs et la minorité serbo-croate. Un tier de
ces derniers sont tués, un tier expulsés vers la Serbie, et les autres forcés
de se convertir au catholicisme. Simultanément à cela, les Chetniks serbes,
dirigés par Draza Mihailovic, pratiquent leur propre campagne de nettoyage
ethnique, contre les Croates catholiques et les Bosniaques musulmans.

Pour lutter contre les Chetniks et les partisans de Tito, les Allemands
recrutent au sein de la Waffen-SS des Croates, des Musulmans et
des Serbes. En Serbie même, les pro-nazis se ralient au Corps de volontaires
Serbes (SDK) de Dimitri Lyotic. Les Allemands y installent un gouvernement
collaborationniste, désigné "Gouvernement de Salut National"
(Vlada Nacionalnog Spasa, VNS) et dirigé par Milan Nedic. La principale
préoccupation de Nedic est de faire la chasse aux Juifs et aux Chetniks
de Mihailovic.

Le gouvernement yougoslave de l'après-guerre estime que durant
cette occupation nazie, plus de 1.7 million de personnes ont péri,
dont 330,000 à 390,000 Serbes.

En dépit de la structure fédérale de l'Etat yougoslave instituée par Josip
"Tito" Broz après les hostilités, les tensions persistent entre Croates-
Slovènes, qui désirent plus d'autonomie et un pouvoir fédéral diminué,
et les Serbes qui veulent une Yougoslavie serbe. La constitution
yougoslave de 1974 tente de résoudre toutes ces divergences d'opinions.

Après la disparition de Tito, en 1980, les tensions qu'il était parvenu
à canaliser ressurgissent de plus belles. Dans les années qui précèdent
l'éclatement final yougoslave, la Fédération se compose de six
Républiques et de deux provinces autonomes. Et quand il devient clair
qu'aucune solution n'est envisageable pour résoudre ce véritable
"casse-tête", la Slovénie et la Croatie décident de prendre leur destin
en mains à la première occasion qui se présentera. Celle-ci survient
lors du 14ème Congrès Communiste yougoslave, à Belgrade, le 25 janvier
1990. Les Croates et les Slovènes, furieux de voir leurs amendements
rejettés en bloc par la délégation serbe, quittent l'Assemblée et veulent
faire sécession.

[...]
--
Jacqueline "Jade" Devereaux - http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/
Google+ Jade Disco HD - https://plus.google.com/+JadeDisco/posts
G+ Jade Docs & Movies III - https://plus.google.com/+JadeDocsMoviesIII/posts
Youtube JadeDiscoHD - https://www.youtube.com/c/JadeDisco
Y+ Jade Docs&Movies III - https://www.youtube.com/c/JadeDocsMoviesIII
Mara's PostImages - https://postimg.org/gallery/ikhwdv9m/
Flickr Mara 2015 - https://www.flickr.com/photos/***@N04/
Flickr Mara 2017 - https://www.flickr.com/photos/***@N05/
"Chaque soir, vous devrez réciter 20 fois [au minimum]: "Ave Mara!"
Lyly
2017-12-03 23:05:37 UTC
Permalink
Post by Calamity Jade
Post by Lyly
Yougoslavia delenda est
On se souvient de la phrase célèbre ‘‘Carthago delenda est » de Caton
l’Ancien qui concluait chaque intervention devant le sénat romain par cette
exhortation à détruire la ville rivale de Rome, Carthage. Il finit par
obtenir gain de cause (1).
Mais l’opinion publique s’est-elle jamais interrogée sur les raisons de la
destruction de la Yougoslavie dans les années 1991 à 2001
L'homme responsable de la dislocation de la Fédération Yougoslave
est... Slobodan Milosevic!
Cela est expliqué ici: [l'enchainement des faits chronologiques]
http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2009/03/guerre-en-ex-yougoslavie-se-souvenir-de.html
http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2011/03/guerres-en-ex-yougoslavie-origine-et.html
http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2011/03/guerres-en-ex-yougoslavie-conflit-en.html
http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2011/03/guerres-en-ex-yougoslavie-conflit-en_05.html
http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2011/03/guerres-en-ex-yougoslavie-conflit-au.html
Ca c'est du beau mensonge et de la proagande amère loques.
Post by Calamity Jade
Les guerres de l'ex-Yougoslavie sont, en Europe, les affrontements
les plus longs et sanglants depuis la Seconde Guerre mondiale.
De nombreux crimes et massacres ont été commis des deux côtés,
mais l'immense majorité des responsables sont Serbes, et la plupart
des victimes des Bosniaques ou des Croates. Tout au long de ces conflits,
les Serbes ont pratiqué le nettoyage et l'épuration ethnique, c'est-à-dire
l'expulsion (et parfois le meurtre ou le massacre) des populations
non-serbes, dans les territoires conquis.
Pour la première fois depuis le procès des dirigents nazis à Nuremberg,
un Tribunal Pénal international s'est réunit à La Haye, aux Pays-Bas,
pour poursuivre en justice les responsables de ces atrocités, quelle que
soit leur origine ethnique ou religieuse. Les trois principaux responsables
sont Serbes: Slobodan Milosevic, président yougoslave (fédération
yougoslave qui réunit alors la Serbie et le Monténégro), Radovan Karadzic,
président de la Republica Serpska, c'est à dire la République des Serbes
de Bosnie, et enfin Radko Mladic, son chef militaire.
L'élément déclencheur de la désintégration yougoslave se déroule
le 25 janvier 1990 à Belgrade, lors du 14ème Congrès extraordinaire
de la Ligue Communiste de Yougoslavie. L'assemblée s'est réunie pour
discuter de proposition visant à abolir le système du parti unique et pour
entreprendre des réformes. Cependant, Milosevic, qui représente le Parti
communiste serbe, use de son influence pour bloquer ou discréditer
les propositions des délégués slovènes et croates. Ceux-ci, furieux,
décident de quitter l'Assemblée et de faire sécession du Comité
yougoslave. Dès lors, le processus de dissolution de la Fédération
yougoslave est entamé, et plus rien ne pourra l'arrêter.
Processus de désintégration de la Yougoslavie -
Avant même la Seconde Guerre mondiale, les tensions communautaires
qui secouent la Yougoslavie ont pour origine les différences ethnico-
religieuses des peuples qui la composent. Les Croates (1) militent pour
un modèle fédéral où ils disposeraient d'une plus grande autonomie,
et les Serbes veulent l'inverse: un pouvoir hypercentralisé
(dirigé par eux, bien entendu).
Au cours de la Seconde Guerre mondiale, ces tensions et ces divergences
sont exploitées par les Nazis. Ils établissent un gouvernement fantoche,
lequel proclame l'"Etat Indépendant de Croatie" (Nezavisna Drzava
Hrvatska, NDH) dirigé par Ante Pavelic, dans ce qui représente aujourd'hui
la Croatie et la Bosnie-Herzégovine. Les Oustachis pratiquent une politique
de persécutions envers les Juifs et la minorité serbo-croate. Un tier de
ces derniers sont tués, un tier expulsés vers la Serbie, et les autres forcés
de se convertir au catholicisme. Simultanément à cela, les Chetniks serbes,
dirigés par Draza Mihailovic, pratiquent leur propre campagne de nettoyage
ethnique, contre les Croates catholiques et les Bosniaques musulmans.
Pour lutter contre les Chetniks et les partisans de Tito, les Allemands
recrutent au sein de la Waffen-SS des Croates, des Musulmans et
des Serbes. En Serbie même, les pro-nazis se ralient au Corps de volontaires
Serbes (SDK) de Dimitri Lyotic. Les Allemands y installent un gouvernement
collaborationniste, désigné "Gouvernement de Salut National"
(Vlada Nacionalnog Spasa, VNS) et dirigé par Milan Nedic. La principale
préoccupation de Nedic est de faire la chasse aux Juifs et aux Chetniks
de Mihailovic.
Le gouvernement yougoslave de l'après-guerre estime que durant
cette occupation nazie, plus de 1.7 million de personnes ont péri,
dont 330,000 à 390,000 Serbes.
En dépit de la structure fédérale de l'Etat yougoslave instituée par Josip
"Tito" Broz après les hostilités, les tensions persistent entre Croates-
Slovènes, qui désirent plus d'autonomie et un pouvoir fédéral diminué,
et les Serbes qui veulent une Yougoslavie serbe. La constitution
yougoslave de 1974 tente de résoudre toutes ces divergences d'opinions.
Après la disparition de Tito, en 1980, les tensions qu'il était parvenu
à canaliser ressurgissent de plus belles. Dans les années qui précèdent
l'éclatement final yougoslave, la Fédération se compose de six
Républiques et de deux provinces autonomes. Et quand il devient clair
qu'aucune solution n'est envisageable pour résoudre ce véritable
"casse-tête", la Slovénie et la Croatie décident de prendre leur destin
en mains à la première occasion qui se présentera. Celle-ci survient
lors du 14ème Congrès Communiste yougoslave, à Belgrade, le 25 janvier
1990. Les Croates et les Slovènes, furieux de voir leurs amendements
rejettés en bloc par la délégation serbe, quittent l'Assemblée et veulent
faire sécession.
[...]
--
Lyly
Selon une étude publiée fin 2016 par l’université Carnegie Mellon
(Pittsburgh), les États-Unis se sont immiscés dans pas moins de
quatre-vingts élections hors de leurs frontières depuis la seconde
guerre mondiale — un chiffre qui ne prend pas en compte les
changements
de régime plus ou moins sanglants fomentés par Washington à
l’étranger,
comme en Iran, au Chili ou au Guatemala. Récemment encore, les
autorités américaines ont favorisé le renversement d’un gouvernement
démocratiquement élu en Ukraine, aux frontières de la Russie.
l***@wanadoo.fr
2017-12-04 07:31:08 UTC
Permalink
Post by Lyly
Yougoslavia delenda est
On se souvient de la phrase célèbre ‘‘Carthago delenda est » de Caton
l’Ancien qui concluait chaque intervention devant le sénat romain par
cette exhortation à détruire la ville rivale de Rome, Carthage. Il
finit par obtenir gain de cause (1).
Mais l’opinion publique s’est-elle jamais interrogée sur les raisons de
la destruction de la Yougoslavie dans les années 1991 à 2001 et de sa
dislocation en plusieurs mini Etats ? Il est vrai qu’aucun journaliste
n’a sérieusement examiné l’origine de ces guerres fratricides entre des
communautés qui avaient vécu ensemble dans ce qui était alors la
Fédération de la Yougoslavie. En France, les journalistes se sont
contentés, pendant toute la durée de ces guerres, de présenter la
surface des événements, en publiant des reportages sur quelques faits
militaires comme le »siège de Sarajevo », l’intervention de la
Forpronu, le massacre de Srebrenica, le prétendu génocide du Kosovo,
etc. Mais à qui peut-t-on faire croire que, soudain, des populations se
sont entre-tuées dans une guerre civile effroyable, alors même qu’elles
cohabitaient, apparemment sans difficultés, pendant de nombreuses
années.
Pour prendre un exemple, imagine-t-on, soudainement, en France, une
guerre civile mettre aux prises, les Alsaciens contre les Lorrains, les
Francs-Comtois contre les Auvergnats, les Bretons contre les Normands,
ou les Catalans contre les Occitans ?
Aucun journaliste français – hormis Jacques Merlino – n’a essayé
d’analyser un tant soit peu les raisons cachées de cette destruction de
la Yougoslavie. Aucun média n’a voulu (ou pu) révéler la vérité sur les
acteurs et les buts secrets de ces événements. Il était plus facile et
plus racoleur de les présenter comme une lutte entre des »gentils »
opprimés et faibles – les Bosniaques, les Croates, les Kosovars -, et
des »méchants » Serbes. Comme dans un jeu de guignols mettant aux
prises un méchant et un gentil, avec les applaudissements à la chute du
méchant.
Dans son livre(3), Daniele Ganser nous révèle les dessous des cartes
sur cette guerre intestine au bilan effroyable (150 000 victimes et 4
millions de déplacés). Nous invitons nos lecteurs à découvrir cet
excellent ouvrage, bien entendu ignoré par les médias dominants.
L’extension continue de l’empire US
https://goo.gl/Hbo8mv
--
Lyly
Selon une étude publiée fin 2016 par l’université Carnegie Mellon
(Pittsburgh), les États-Unis se sont immiscés dans pas moins de
quatre-vingts élections hors de leurs frontières depuis la seconde
guerre mondiale — un chiffre qui ne prend pas en compte les
changements
de régime plus ou moins sanglants fomentés par Washington à
l’étranger,
comme en Iran, au Chili ou au Guatemala. Récemment encore, les
autorités américaines ont favorisé le renversement d’un gouvernement
démocratiquement élu en Ukraine, aux frontières de la Russie.
L'ex-Yougoslavie avec une géologie complexe dont une partie très largement karstique ne pouvait, à ce titre , qu'exciter les appétits pétroliers ....
c'est fait avec d'innombrables permis de recherche le long des côtes de l'Adriatique ... Et qui en bénéficie ?
deuxième intérêt qui a permis de trouver des alliés : l'intérêt maritime d'une nation située au Nord et qui a tout fait sur le plan routier et ferroviaire pour contribuer à cela ...
ne pas citer de nom ... surtout pas ... surtout pas ... Aucun intérêt entre constructeur allemand et G.M. , aucun intérêt entre I.G.F. et divers intérêts chimiques ( essence synthétique, zyklon B,.....)
--
L.C.
--
L.C.

Continuer la lecture sur narkive:
Loading...