Discussion:
Mortalité accrue avec la chloroquine
(trop ancien pour répondre)
Canta Galet
2020-05-24 18:41:46 UTC
Permalink
Si ça continue, Veran va se retrouver devant un tribunal pour ne pas avoir interdit le traitement.

D'autant que 96 000 patients sur 671 hôpitaux répartis sur la planète c'est quand même autre chose qu'une étude qui repose sur les mêmes principes mais seulement sur une vingtaine de patients dont on apprendra qu'elle compte tant de biais qu'elle ne peut même pas servir de référence à des spécialistes en ordures ménagères.


L’autorisation de délivrance dans le Covid-19, déjà dérogatoire, va vraisemblablement être révisée.

Déception pour ceux qui attendaient un bénéfice des protocoles à base de chloroquine ou d’hydroxychloroquine (un dérivé moins toxique), au stade précoce de Covid suffisamment inquiétant pour nécessiter une hospitalisation. Une étude publiée le 22 mai dans la revue scientifique internationale The Lancet montre un excès de mortalité parmi 15.000 malades ayant reçu, dans les 48 heures suivant le diagnostic, de la chloroquine ou de l’hydroxychloroquine, associées ou non à un macrolide (famille d’antibiotique à laquelle appartient l’azithromycine, proposée dans le protocole de l’IHU Méditerranée infection).

Les auteurs, menés par le Pr Mandeep Mehra, de Harvard, restent prudents, car de nombreux protocoles d’études prospectives randomisées, donc de qualité supérieure à cette étude observationnelle, sont encore en cours. «Nous avons été incapables de confirmer un bénéfice de l'hydroxychloroquine ou de la chloroquine, utilisés seuls ou en dissociation avec un macrolide, sur le pronostic des malades de Covid-19 hospitalisés», écrivent-ils. «Chacun de ces protocoles, quand il a été utilisé pour le traitement du Covid-19, a été associé à une diminution de la survie à l’hôpital et une augmentation de la survenue des arythmies ventriculaires» (trouble du rythme cardiaque grave, parfois mortel, NDLR). La cardiotoxicité de ces médicaments n’est pas une découverte: très tôt, des cardiologues et pharmacologues avaient alerté sur ces effets indésirables ; en France, les réseaux de pharmacovigilance avaient, entre fin mars et fin avril, recueilli plus de 100 signalements d’incidents cardiovasculaires graves dont quatre décès soudains et inexpliqués et cinq arrêts cardiaques ayant pu être «récupérés».

Pour aboutir à cette conclusion, le Pr Mehra et ses collègues ont extrait les données informatiques de 96 032 patients hospitalisés pour Covid confirmé par test PCR, entre le 20 décembre 2019 et le 14 avril 2020, dans 671 hôpitaux à travers le monde. Ils n’ont gardé que les patients qui avaient commencé de tels traitements dans les 48 heures suivant le diagnostic. Parmi ceux-là, 14 888 recevaient de la chloroquine (1868) ou de l’hydroxychloroquine (3016), éventuellement associée à un macrolide (avec la chloroquine pour 3783 patients, ou avec l’hydroxychloroquine pour 6221).

Ajustements statistiques
Après ajustements statistiques pour s’assurer que les groupes étaient raisonnablement comparables au groupe contrôle, il s’avère que tous ces régimes thérapeutiques augmentent la mortalité des malades hospitalisés: chloroquine (x3,5), hydroxychloroquine (x2,3), choloroquine et macrolide (x4), hydroxychloroquine et macrolide (x5). Évidemment, les auteurs restent prudents et renvoient aux études randomisées de bonne qualité qui sont en cours pour conclure plus fermement, de même qu’ils ne se prononcent pas sur ce qui se passe en dehors de l’hôpital. Ils concluent néanmoins: «Notre analyse, à large échelle internationale en vie réelle, soutient l’absence de bénéfice clinique de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine et pointe vers des effets délétères potentiels pour des patients hospitalisés avec Covid-19.»

Le ministre de la santé, Olivier Véran, régissait aussitôt par un tweet. «Suite à la publication dans The Lancet d’une étude alertant sur l’inefficacité et les risques de certains traitements du Covid-19 dont l’hydroxychloroquine, j’ai saisi le HCSP (Haut Conseil de la santé publique, NDLR) pour qu’il l’analyse et me propose sous 48 heures une révision des règles dérogatoires de prescription», écrivait-il.

Car si l’étude ne répond toujours pas à la question de l’intérêt d’un traitement ultraprécoce, dès l’apparition des symptômes, elle pourrait marquer un coup d’arrêt à leur usage chez des malades hospitalisés pour Covid. La dernière fois qu’il avait sollicité le HCSP, le ministre de la Santé n’avait, dans un premier temps, que partiellement suivi son avis. Le HCSP recommandait en effet le 23 mars de «réserver le traitement par hydroxychloroquine aux formes sévères de Covid-19, pour des patients hospitalisés et de conditionner la mise en place de ce traitement à une décision collégiale». Pourtant, Olivier Véran, par un décret signé deux jours plus tard, n’imposait ni critère de gravité, ni décision collégiale! «Par dérogation à l’article L. 5121-8 du code de la santé publique, l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir (des antiviraux, NDLR) peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le Covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile», pouvait-on lire dans le décret du 25 mars. Le ministère était toutefois revenu 24 heures plus tard aux restrictions préconisées par le HCSP: «Le premier alinéa est complété par la phrase suivante: “Ces prescriptions interviennent, après décision collégiale, dans le respect des recommandations du Haut Conseil de la santé publique et, en particulier, de l’indication pour les patients atteints de pneumonie oxygéno-requérante ou d’une défaillance d’organe.”»

Que peut désormais ajouter le HCSP? Deux options principales s’offrent à lui. La première serait de s’en tenir aux conditions actuelles, déjà suffisamment strictes, considérant que l’alerte donnée par cette nouvelle étude, quoique non définitive, sera prise en compte par les médecins. La seconde serait de n’autoriser l’usage de ces molécules que dans le cadre d’un essai clinique dûment autorisé. Parions que, cette fois, le ministre de la Santé suivra sans hésiter l’avis du Haut Conseil.

https://sante.lefigaro.fr/article/mortalite-accrue-avec-la-choloroquine/


Pour rappel de l'étude sur laquelle il faudrait s'appuyer pour valider le traitement :

Etude de l'IHU de marseille :

Publiée le 20 mars dernier dans « The International Journal of Antimicrobial Agents », l’étude sur l’utilisation d’hydroxychloroquine et d’azithromycine pour traiter le Covid-19 conclut que, après 6 jours sous hydroxychloroquine (600 mg/jour), 70 % des patients ne présentent plus de charge virale (et 100 % des 6 patients ayant en plus reçu de l’azithromycine), alors que c’est le cas chez seulement 12,5 % des 16 patients du groupe témoin. Des résultats extrêmement positifs, si l’étude n’était pas truffée de biais la rendant inexploitable. La communauté scientifique ne manque pas de les relever : cet essai clinique ouvert et non-randomisé ne répond pas aux standards scientifiques internationaux, l’un des 18 signataires est l’éditeur de la revue qui publie, et l’essai ne concerne que 20 patients. Pire, quatre patients ont été sciemment exclus – trois lorsqu’ils ont été transférés en soins intensifs et un lorsqu’il est décédé. La méthode de mesure de la charge virale est également sujette à caution. Tout comme la méthodologie d’inclusion des patients. De plus, les résultats publiés ne donnent aucune information sur l’état clinique des patients ou la durée d’hospitalisation.

https://www.lequotidiendupharmacien.fr/actualite-pharmaceutique/article/2020/03/31/chloroquine-decryptage-dune-controverse_283146

Comme de nombreux médecins, Molina considérait l'étude de Raoult avec scepticisme, mais il était également curieux de voir si le schéma thérapeutique proposé pouvait en fait fonctionner. Il a testé l'hydroxychloroquine et l'azithromycine chez 11 de ses propres patients. «Nous avions des patients sévères et nous voulions essayer quelque chose», m'a dit Molina. Dans les cinq jours, un était décédé et deux autres avaient été transférés hors de son service aux soins intensifs. Chez un autre patient, le traitement a été suspendu après l'apparition de problèmes cardiaques, un effet secondaire connu des médicaments. Huit des 10 patients survivants étaient toujours testés positifs pour le SRAS-CoV-2 à la fin de la période d'étude. Les données de Raoult provenaient de patients présentant des cas bénins ou précoces de la maladie, lorsque les charges virales étaient plus faibles, et j'ai demandé à Molina si ses patients n'avaient pas été trop malades pour bénéficier du traitement. "S'il y a une activité antivirale, vous devriez pouvoir le voir », a-t-il dit. «Vous savez, vous pouvez dire:« Il est trop tard, vous ne verrez pas les avantages cliniques. » Mais au moins, vous devriez voir l'activité antivirale. Si c'est un antiviral. "


L'étude de Raoult n'avait mesuré que la charge virale. Il n'offrait aucune donnée sur les résultats cliniques et il n'était pas clair si les symptômes réels des patients s'étaient améliorés ou si les patients vivaient ou mouraient. Au départ, 26 patients ont été assignés à recevoir de l'hydroxychloroquine, six de plus que les 20 qui figuraient dans les résultats finaux. Les six autres patients avaient été «perdus de vue», ont écrit les auteurs, «en raison de l'arrêt précoce du traitement». Les raisons invoquées étaient préoccupantes. Un patient a arrêté de prendre le médicament après avoir développé des nausées. Trois patients ont dû être transférés hors de l'institut aux soins intensifs. Un patient est décédé. (Un autre patient a choisi de quitter l'hôpital avant la fin du cycle de traitement.) "Ainsi, quatre des 26 patients traités ne se rétablissaient pas du tout", a noté Elisabeth Bik, un consultant scientifique qui a écrit un article de blog largement diffusé sur l'étude de Raoult. Elle a paraphrasé le sarcasme qui circule sur Twitter: "Mes résultats sont toujours incroyables si je laisse de côté les patients décédés."

Le rapport était également truffé de divergences et d'erreurs apparentes. Ses critères de sélection exigeaient des participants de plus de 12 ans, mais trois des sujets témoins étaient plus jeunes que cela. Les patients témoins provenaient non seulement de l'IHU, mais aussi des hôpitaux de deux autres villes, où la norme de soins et les protocoles de test pouvaient différer. Quatorze des 16 patients témoins auraient été positifs pour le virus à la fin de l'étude le jour 6. En fait, selon le rapport initial, pour cinq de ces 14, aucune donnée n'a été collectée ce jour-là. L'un des six patients qui ont reçu de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine et ont été enregistrés comme «guéris virologiquement» au jour 6 s'est finalement avéré être porteur du virus deux jours plus tard.

" Ces dernières semaines, Raoult a en fait tempéré ses affirmations sur les vertus de son schéma thérapeutique...."
 La version publiée et révisée par les pairs de l'étude finale a noté que deux autres patients étaient décédés, ce qui porte le total à 10.

----------------
"tout le monde s'accorde sur la faible fiabilité de ses papiers..."
et le type connaît Raoult !

«En privé», m'a écrit le chercheur, «tout le monde s'accorde sur la faible fiabilité / reproductibilité de la plupart des papiers sortant de son laboratoire.» (Il a demandé à parler de manière anonyme afin de ne pas irriter Raoult, qu'il connaît.) En 2018, après des évaluations accablantes, les principaux laboratoires de Raoult ont été déchus de leur association avec deux des plus grands instituts de recherche publics français. Raoult s'est avéré avoir produit un nombre extraordinaire de publications mais peu de grande qualité. "Il est très facile de publier [explétif] lorsque vous savez comment fonctionne la publication", a déclaré Karine Lacombe,
"une étude considérée pour rendre les résultats dénués de sens....!"

------------------

Au-delà de ses erreurs et omissions apparentes, la conception de l'étude - sa petite taille, son contrôle défectueux, l'affectation non randomisée des patients aux groupes de traitement et de contrôle - a été largement considérée pour rendre ses résultats dénués de sens. Fauci a appelé à plusieurs reprises ses résultats «anecdotiques»; le biostatisticien qui a analysé l'article au nom du comité consultatif du gouvernement français sur les coronavirus a écrit qu'il était «impossible d'interpréter l'effet décrit dans ce document comme étant attribuable au traitement par l'hydroxychloroquine».

"le protocole défendu par Raoult ne comprenait que  l'hydroxychloroquine seule..."

 Dans une première version du troisième article, Raoult a écrit qu'il avait mené une «étude rétrospective sur une cohorte de patients recevant un traitement standard suivant un protocole de recherche préalablement enregistré». Il a fait référence au protocole qui avait été approuvé pour le premier procès. Mais ce protocole comprenait l'hydroxychloroquine seule et non l'azithromycine;

https://www.nytimes.com/2020/05/12/magazine/didier-raoult-hydroxychloroquine.html


L'article de O Globo reprend en conclusion une information de  (qui se dédie à l'étude des fraudes scientifiques)  selon laquelle les récentes publications de Didier Raoult sont en cours d'analyse par l'éditeur Elsevier (qui publie la revue où elles sont parues), faisant suite à des doutes émis dans la communauté scientifique sur la réalité d'une revue indépendante par les pairs, d'une part, et sur l'éthique de la démarche adoptée, d'autre part.


https://blogs.mediapart.fr/michel-delarche/blog/130420/le-bresil-arrete-un-essai-clinique-de-la-chloroquine-contre-le-coronavirus
Le très gentil Luciole135
2020-05-24 18:43:42 UTC
Permalink
Une infox financée par Gilead.
Alysse de Brizet
2020-05-24 19:15:25 UTC
Permalink
Zut, Sputniknews ne permet plus aux français et françaises de se ré-informer...

#raoultGate

https://fr.sputniknews.com/france/202005241043833229-on-peut-le-dire-haut-et-fort-didier-raoult-se-trompe-lhydroxychloroquine-a-nouveau-desapprouvee/
Le très gentil Luciole135
2020-05-24 19:56:47 UTC
Permalink
Post by Alysse de Brizet
Zut, Sputniknews ne permet plus aux français et françaises de se ré-informer...
#raoultGate
https://fr.sputniknews.com/france/202005241043833229-on-peut-le-dire-haut-et-fort-didier-raoult-se-trompe-lhydroxychloroquine-a-nouveau-desapprouvee/
Et qu'en dit Russia Today ?
Alysse de Brizet
2020-05-24 20:36:25 UTC
Permalink
Ça s’appelle RT.
Rien de nouveau depuis hier samedi 23 :

« l'étude de The Lancet, si vaste soit-elle, ne suffit pas non plus à clore le débat »

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/75316-covid-19-etude-olivier-veran-veut-modifier-conditions-prescription-hydroxychloroquine
Canta Galet
2020-05-24 20:39:47 UTC
Permalink
Post by Le très gentil Luciole135
Post by Alysse de Brizet
Zut, Sputniknews ne permet plus aux français et françaises de se ré-informer...
#raoultGate
https://fr.sputniknews.com/france/202005241043833229-on-peut-le-dire-haut-et-fort-didier-raoult-se-trompe-lhydroxychloroquine-a-nouveau-desapprouvee/
Et qu'en dit Russia Today ?
Que tu es complètement à la rue !
Canta Galet
2020-05-24 20:56:40 UTC
Permalink
Post by Le très gentil Luciole135
Post by Alysse de Brizet
Zut, Sputniknews ne permet plus aux français et françaises de se ré-informer...
#raoultGate
https://fr.sputniknews.com/france/202005241043833229-on-peut-le-dire-haut-et-fort-didier-raoult-se-trompe-lhydroxychloroquine-a-nouveau-desapprouvee/
Et qu'en dit Russia Today ?
«Maintenant que la situation s'est calmée, on peut le dire haut et fort, ce monsieur se trompe!», lance-t-il, affirmant que suffisamment de preuves sont désormais réunies pour prouver l’inefficacité de cette molécule dans le traitement du Covid-19.

Deux gourous perdus la même année, ça doit te faire mal.

C'est qui le prochain ?
Qu'on se marre.

Mais vois-tu je reste sur ma position.
Raoult est sûrement un super mec et un bon scientifique.

D'ailleurs le bonhomme ne me déplaît pas vraiment. Au contraire.

Simplement Raoult, tout scientifique qu'il est, n'est rien d'autre qu'un vulgaire être humain qui peut se planter autant que toi et moi.

Il n'est ni un Dieu ni un gourou, ni le meilleur ni le plus mauvais.

Et dans la vie un jour tu es le meilleur, un jour tu ne l'es plus.
C'est ainsi, surtout à 68 ans, c'est dur de tenir la distance d'autant qu'on le sent usé et irrité par le fonctionnement de la société.

Et sur ce coup, il s'est lamentablement planté, comme un amateur ne l'aurait peut être pas fait.
D'ailleurs en matière scientifique les plus grandes qualités sont le doute et l'humilité.
Deux qualités que Raoult semble avoir perdues.

C'est souvent le cas chez les plus grands.
Des scientifiques aux politiques, quand ils tombent il tombent de plus haut.

Ca arrive même aux meilleurs. Et je pense aussi que les réseaux qui le soutiennent sont ceux qui lui auront le plus nui en l'encourageant à continuer dans une voie qui s'avère être une impasse.

Allez tu t'en remettras...quand tu auras grandi.
Duzz'
2020-05-24 21:01:38 UTC
Permalink
Post by Alysse de Brizet
Zut, Sputniknews ne permet plus aux français et françaises de se ré-informer...
#raoultGate
https://fr.sputniknews.com/france/202005241043833229-on-peut-le-dire-haut-et-fort-didier-raoult-se-trompe-lhydroxychloroquine-a-nouveau-desapprouvee/
Si même Spoutnique se met à flinguer le professeur Tournesol, les bornes
des limites sont franchies.
Canta Galet
2020-05-24 20:37:38 UTC
Permalink
Post by Le très gentil Luciole135
Une infox financée par Gilead.
lol !
Duzz'
2020-05-24 20:59:15 UTC
Permalink
Post by Le très gentil Luciole135
Une infox financée par Gilead.
Les célèbres "conjectures" de Zézette, épisode 666, en prime time
direct sur FSP Live.
Nestor le pingouin parallèle
2020-05-24 21:12:31 UTC
Permalink
Post by Duzz'
Zézette
Ding !
--

Roi Dieu PurRê Méta-Maitre en Méta-Science
2020-05-24 19:17:51 UTC
Permalink
Post by Canta Galet
Si ça continue, Veran va se retrouver devant un tribunal pour ne pas avoir interdit le traitement.
D'autant que 96 000 patients sur 671 hôpitaux répartis sur la planète c'est quand même autre chose qu'une étude qui repose sur les mêmes principes mais seulement sur une vingtaine de patients dont on apprendra qu'elle compte tant de biais qu'elle ne peut même pas servir de référence à des spécialistes en ordures ménagères.
[snip]

ça c'est quand on regarde avec ses yeux matériel et son intelligence
matérialiste...

sur la question spirituel, la chloroquine en langue des oiseaux celle
des alchimiste, celle qui cache des sens dans les mots et les phrase qui
ne saute pas au yeux au premier abord ou au profane, ça veux dire :

Clos Roc In

Le Roc est une personnalité puissante et importante, ce peut être
concrètement comme un riche ou spirituellement une divinité.

Le Covid-19 est un Virus Divin, sont but élagué les mauvaise herbes, il
peut y avoir des dommages collatéraux mais dans la philosophie de ce
virus c'est de s'occuper des parasites de cette humanité...

Le Virus du SIDA est aussi un virus Divin, a ma connaissance, pour les
autres je ne sais pas...

Un coupable touché par le Covid-19, en prenant de la chloroquine c'est
comme si il disait par clos qui arrêtait de s’engager vers le Roc... In
dans le Roc...

Le Covid-19 à été créer pour stopper l'invasion dans le Roc...

la chloroquine signifie en occulte que la personne traité s'engage à ne
plus vouloir s'investir dans le Roc...

mais ça situation occulte le permet-il ? voilà pourquoi certain meurt
quand même, car ils on bâti leur vie sur cette invasion...

la chloroquine est plutôt un médicament spirituel...
--
\ / Croire c'est le contraire de savoir,
-- o -- si j'y crois, je ne sais pas,
/ \ si je sais, pas la peine d'y croire.
--> Je Croix Pas, car Je Sais que c'est Faux MalgRê TouT...
Paul Aubrin
2020-05-28 19:53:27 UTC
Permalink
Le Sun, 24 May 2020 21:17:51 +0200, Roi Dieu PurRê Méta-Maitre en
Post by Roi Dieu PurRê Méta-Maitre en Méta-Science
Le Covid-19 est un Virus Divin
Le covid est un virus de chauve-souris acclimaté à l'homme, peut-être par
les pangolins.
Martial Perrin 2022
2020-05-28 22:14:40 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Le Sun, 24 May 2020 21:17:51 +0200, Roi Dieu PurRê Méta-Maitre en
Post by Roi Dieu PurRê Méta-Maitre en Méta-Science
Le Covid-19 est un Virus Divin
Le covid est un virus de chauve-souris acclimaté à l'homme, peut-être par
les pangolins.
Ou les Chinois du FBI.
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Loading...