Discussion:
Marc Touati : "La France mettra très longtemps à se remettre de la crise du coronavirus
(trop ancien pour répondre)
Cardinal de Hère
2020-08-08 05:21:58 UTC
Permalink
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>

Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste et président du cabinet
ACDEFI, la France s’est enfoncée dans une crise dont elle mettra très
longtemps à se relever.

Eh oui, même si l’on s’attendait à une forte baisse du PIB au deuxième
trimestre 2020 dans la quasi-totalité des pays du globe (à l’exception
de la Chine qui a subi cette sanction au premier trimestre), celle qui a
finalement été publiée a été encore plus impressionnante que prévu. Et
ce, en particulier en France. En effet, après avoir déjà baisse de 0,2 %
au quatrième trimestre 2019 (merci les grèves !), puis chuté de 5,9 % au
premier trimestre 2020 (avec « seulement » 14 jours de confinement), le
PIB français s’est effondré de 13,8 % au deuxième trimestre 2020. Au
total, sa régression atteint 18,9 % sur l’ensemble du premier semestre
et son glissement annuel s’écroule à - 19 %. Du jamais vu dans
l’Histoire contemporaine de la France.

Pour encore mieux mesurer l’ampleur des dégâts, soulignons que le niveau
du PIB français réel (c’est-à-dire hors inflation) du deuxième trimestre
2020 se situe sur un plancher depuis le deuxième trimestre… 2002 ! Non,
vous ne rêvez pas : les 55 jours de confinement national ont projeté la
France 18 ans en arrière. De plus, restons éveillés : en dépit d’un
rebond technique de rattrapage en juin, le redressement de l’économie
française sera lent et chaotique. En effet, n’oublions pas que le
déconfinement reste progressif et que, malheureusement, de nombreux
secteurs d’activité demeureront durablement en récession. A commencer
par le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, l’évènementiel, sans
oublier le transport aérien, l’aéronautique, mais aussi le luxe ou
encore l’automobile.

Il est effectivement inévitable que la grande majorité des consommateurs
mettra du temps avant d’acheter une nouvelle voiture, des biens de luxe,
mais aussi à prendre l’avion ou à séjourner dans un hôtel. De même,
avant de réinvestir massivement, les entreprises devront panser leurs
plaies et reconstituer une partie de leur trésorerie, ce qui, là aussi,
prendra du temps. En outre, n’oublions pas que les secteurs phares de
l’économie française sont justement le tourisme, le luxe, l’automobile
et l’aéronautique. Heureusement que les secteurs de l’agro-alimentaire,
de l’informatique et des services à la personne seront là pour limiter
les dégâts, même s’ils ne pourront évidemment pas permettre le retour de
la croissance forte.

Dans ce cadre, même en faisant l’hypothèse très optimiste d’un rebond du
PIB de 12 % au second semestre 2020, la variation annuelle moyenne de
celui-ci sera d’environ - 11,2 % sur l’ensemble de l’année 2020. Par la
suite, en restant toujours très optimiste et en supposant que le PIB
français connaîtra une croissance annuelle moyenne de 2,5 % à partir de
2021 (contre, rappelons-le, 1 % au cours des quinze dernières années),
la France ne retrouvera son niveau de PIB de la fin 2019 qu’en… 2025.
D’ici là, le taux de chômage augmentera durablement vers des niveaux
inconnus d’au moins 15 %. Pour mémoire, son sommet historique a été
atteint au deuxième trimestre 1994 à 10,8 %. C’est dire l’ampleur de la
crise sociale et sociétale qui nous attend.

Et ce d’autant plus que, dans le même temps, les déficits publics vont
également flamber sur des cimes inconnues d’environ 15 % du PIB, ce qui
amènera la dette publique vers des pics tout aussi inexplorés de 125 %
du PIB dès 2020. Dès lors, en dépit de l’aide de la BCE, qui sera
d’ailleurs de moins en moins efficace, les taux d’intérêt des
obligations de l’Etat français se tendront fortement, cassant de facto
la reprise et aggravant mécaniquement le chômage, les déficits et la
dette, ce qui alimentera par là même un cercle pernicieux de plus en
plus destructeur.

Malheureusement, la France est donc en train de tomber dans un scénario
catastrophe a priori irréversible : déjà structurellement affaiblie par
une croissance intrinsèquement molle, elle-même liée à un poids
exorbitant des impôts et une dépense publique massive et peu efficace,
la France a été frappée par une épidémie de coronavirus dramatiquement
meurtrière, mais aussi très mal gérée, en particulier d’un point de vue
sanitaire.

Une union sacrée ?

Tentant de rattraper son retard et sa gestion hasardeuse de la crise par
un confinement extrême, elle est alors tombée dans une récession, puis
une dépression historique, de laquelle elle sortira péniblement et
encore plus affaiblie. De la sorte, elle est désormais menacée par une
multiplicité de crises : sociales, politiques, financières et sociétales.

Face à cette « descente aux enfers » de notre beau pays, une question
demeure : est-il encore possible d’inverser la vapeur et de sortir par
le haut de cette spirale infernale ? Étant de nature optimiste (en dépit
de certaines apparences), je dirai que c’est encore faisable si une
prise de conscience nationale s’opère et qu’une sorte d’union sacrée
s’impose tant au niveau de la classe politique que des partenaires
sociaux et de la société française dans son ensemble.

Le problème est que cette dernière est tellement engoncée dans la
culture de la « lutte des classes », dans l’absence de patriotisme et
dans l’inculture économique que la probabilité d’une telle sortie de
crise est particulièrement faible. En d’autres termes, nous risquons
désormais de payer des décennies d’erreurs stratégiques et de déni de
réalité.

Marc Touati est économiste, Président du cabinet ACDEFI. Son dernier
livre « Un monde de bulles » est toujours en tête des ventes de sa
catégorie sur Amazon.fr. Son nouveau livre « RESET – Quel nouveau monde
pour demain ? » sortira le 2 septembre 2020
Cardinal de Hère
2020-08-08 05:22:54 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>
Pour ceux qui sont incapables de lire plus d'une ligne la vidéo :


Paul Aubrin
2020-08-08 06:20:20 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste et président du cabinet
ACDEFI, la France s’est enfoncée dans une crise dont elle mettra très
longtemps à se relever.
Si la France prend la voie de la supposée "croissance verte", elle ne
s'en remettra jamais. La croissance verte consiste à remplacer des
techniques efficaces par des techniques inefficaces (*). L'effet d'une
telle politique malthusienne est nécessairement récessif. Un effet de
bord sera d'accroître la pression sur l'environnement (plus de moyens
engagés pour produire un peu moins).

(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels. Exemple: l'électricité des éoliennes en mer est
achetée 3 à 4 fois le coût de production de l'électricité conventionnelle.
Cardinal de Hère
2020-08-08 06:34:49 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste et président du cabinet
ACDEFI, la France s’est enfoncée dans une crise dont elle mettra très
longtemps à se relever.
Si la France prend la voie de la supposée "croissance verte", elle ne
s'en remettra jamais. La croissance verte consiste à remplacer des
techniques efficaces par des techniques inefficaces (*). L'effet d'une
telle politique malthusienne est nécessairement récessif. Un effet de
bord sera d'accroître la pression sur l'environnement (plus de moyens
engagés pour produire un peu moins).
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels. Exemple: l'électricité des éoliennes en mer est
achetée 3 à 4 fois le coût de production de l'électricité conventionnelle.
Depuis au moins 1974 la France prend toujours les mauvaises décisions en
matière de stratégie économique, industrielle et financière. Mais certes
avec Philippe et Macron la France a atteint des sommets de connerie.
Olrik
2020-08-08 07:08:23 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
avec Philippe et Macron la France a atteint des sommets de connerie.
Heureusement que vous êtes là.
Duzz'
2020-08-08 07:56:49 UTC
Permalink
Post by Olrik
Post by Cardinal de Hère
avec Philippe et Macron la France a atteint des sommets de connerie.
Heureusement que vous êtes là.
Pour sauver la planète, il faudrait trouver un moyen pour obliger les
dirigeants du monde entier, à lire quotidiennement le calotin expert en
tout qui sévit sur fsp.
Cardinal de Hère
2020-08-08 16:52:00 UTC
Permalink
Post by Olrik
Post by Cardinal de Hère
avec Philippe et Macron la France a atteint des sommets de connerie.
Heureusement que vous êtes là.
Tiens, un macroniste fielleux !
"René Groumal
2020-08-08 08:46:01 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste et président du cabinet
ACDEFI, la France s’est enfoncée dans une crise dont elle mettra très
longtemps à se relever.
Si la France prend la voie de la supposée "croissance verte", elle ne
s'en remettra jamais. La croissance verte consiste à remplacer des
techniques efficaces par des techniques inefficaces (*). L'effet d'une
telle politique malthusienne est nécessairement récessif. Un effet de
bord sera d'accroître la pression sur l'environnement (plus de moyens
engagés pour produire un peu moins).
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels. Exemple: l'électricité des éoliennes en mer est
achetée 3 à 4 fois le coût de production de l'électricité conventionnelle.
Depuis au moins 1974 la France prend toujours les mauvaises décisions en
matière de stratégie économique, industrielle et financière. Mais certes
avec Philippe et Macron la France a atteint des sommets de connerie.
...Dixit le Grand Economiste Abourick alias CDH
--
--
MAIxxxx
2020-08-08 15:07:53 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste et président du cabinet
ACDEFI, la France s’est enfoncée dans une crise dont elle mettra très
longtemps à se relever.
Si la France prend la voie de la supposée "croissance verte", elle ne
s'en remettra jamais. La croissance verte consiste à remplacer des
techniques efficaces par des techniques inefficaces (*). L'effet d'une
telle politique malthusienne est nécessairement récessif. Un effet de
bord sera d'accroître la pression sur l'environnement (plus de moyens
engagés pour produire un peu moins).
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels. Exemple: l'électricité des éoliennes en mer est
achetée 3 à 4 fois le coût de production de l'électricité conventionnelle.
Depuis au moins 1974 la France prend toujours les mauvaises décisions en matière de stratégie économique, industrielle
et financière. Mais certes avec Philippe et Macron la France a atteint des sommets de connerie.
Je me demande bien quelle seraient les "bonnes décisions" en matière de stratégie économique. L'état actuel de la France
n'est pas dû qu'aux seuls présidents et gouvernements, il y a -à mon avis, mais cela peut se discuter- une très grande
responsabilité chez les élites économiques et financières autant que politiques.
On a délocalisé pour des questions bassement financières, on a attiré une foule d'étrangers pour essayer de maintenir
les salaires bas ou très bas, on a privilégié la consommation sans plus rien produire, et maintenant, hein, on se
retrouve sans pouvoir faire face à un chômage et une précarité qui va exploser simplement parce que donner des moyens
de vivre aux gens ce n'est pas la priorité.

Les profits d'hier ont fait les chômeurs d'aujourd'hui.

Le pouvoir rend idiot si on ne l'était pas avant.

--
Paul Aubrin
2020-08-08 19:48:23 UTC
Permalink
Post by MAIxxxx
Je me demande bien quelle seraient les "bonnes décisions" en matière de
stratégie économique.
Il faudrait améliorer la productivité de la dépense. C'est ce qu'on fait
de nombreux secteurs de l'économie pour survivre. C'est ce qui fait que
vous ne payez plus le téléphone à l'unité de taxation, ou que votre
commerçant accepte votre carte bancaire pour des paiements de 1 euro.

Cela ne veut pas dire qu'il faut étrangler doucement le secteur public en
lui réduisant ses budgets de 5% tous les ans. Cela veut dire qu'il faut
innover pour utiliser des méthodes plus productives partout où c'est
possible. C'est exactement l'inverse des projets écologistes qui visent
systématiquement à augmenter la consommation de ressource et à réduire la
productivité du travail. Cela conduit à l'effondrement de la société, ce
qui est le but réel des néo-malthusiens.
Cardinal de Hère
2020-08-08 21:23:20 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by MAIxxxx
Je me demande bien quelle seraient les "bonnes décisions" en matière de
stratégie économique.
Il faudrait améliorer la productivité de la dépense. C'est ce qu'on fait
de nombreux secteurs de l'économie pour survivre. C'est ce qui fait que
vous ne payez plus le téléphone à l'unité de taxation, ou que votre
commerçant accepte votre carte bancaire pour des paiements de 1 euro.
Cela ne veut pas dire qu'il faut étrangler doucement le secteur public en
lui réduisant ses budgets de 5% tous les ans. Cela veut dire qu'il faut
innover pour utiliser des méthodes plus productives partout où c'est
possible. C'est exactement l'inverse des projets écologistes qui visent
systématiquement à augmenter la consommation de ressource et à réduire la
productivité du travail. Cela conduit à l'effondrement de la société, ce
qui est le but réel des néo-malthusiens.
Il y a trois stratégies dangereuses en économie :

La première est la stratégie bureaucratique qui consiste à centraliser
toutes les décisions, à créer des commissions centralisées pour résoudre
tout problème global ou local, à multiplier les règlements, à accroître
le nombre d'emplois administratifs improductifs et inutiles qui ne
servent qu'à tenter de gérer la complexité artificielle mise en place
par les bureaucrates. On reconnaîtra sans peine le modèle français dont
tout le monde s'accorde à dire qu'il est totalement déconnecté de la
réalité, dangereux, inefficace et manipulé par des intérêts privés et
oligarchiques. Debré (Michel), Giscard, Juppé, Chirac, Hollande, Macron
sont des figures emblématiques de cette stratégie.

La deuxième est la stratégie écologiste qui cherche à détruire par tous
les moyens non seulement l'industrie mais aussi l'agriculture,
l'élevage, l'artisanat afin de ramener l'humanité aux "temps bénis" où
les chasseurs-cueilleurs vivaient en harmonie avec Dame ou Mère Nature.
Derrière le délire de cette dangereuse religion dualiste qui absolutise
comme principe du bien la nature et comme principe du mal le patriarcat
dont l'élevage, l'agriculture, la métallurgie, l'artisanat, l'industrie
et la science sont censés dériver. Hulot, Cochet, Greta Thunberg
comptent parmi les figures emblématiques de cette religion délirante et
manipulée par l'instance la plus dangereuse et criminelle du
mondialisme, celle qui cherche à débarrasser la terre de 99,999% de
l'espèce humaine jugés inutiles afin de réserver la terre et ses
ressources à l'infime élite intellectuelle capable de découvrir
l'information scientifique, mathématique, logique, métaphysique,
théologique, artistique, littéraire non dérivable des axiomes qui
fondent l'informatique donc aussi la logique et les mathématiques.

La troisième est la stratégie libérale, représentée sur ce forum par
Aubrin et quelques autres de moindre talent. Elle consiste à vouloir
améliorer coûte que coûte, par tous les moyens, la rentabilité du
capital. En soi l'idée est bonne. Mais il est impossible à l'être humain
de disposer de toute l'information nécessaire pour évaluer la
rentabilité du capital. Pis encore il lui est impossible de comprendre
parfaitement l'information incomplète dont il dispose. Et cela mène à
des décisions catastrophiques comme la désindustrialisation de
l'Occident. Sur le papier le raisonnement était limpide : en matière
industrielle les Chinois, population industrieuse, disciplinée, homogène
et très intelligente, sont beaucoup plus productifs que les Occidentaux
affligés de nombreuses tares dont l'alcoolisme, la drogue, la
pornographie, l'homosexualité, l'individualisme, l'antinomisme, la
perversité... Mieux vaut par conséquent réserver les tâches productives
considérées comme subalternes aux Chinois et réserver les ronds de
jambes, la préciosité et la folie jugée à tort productive aux
Occidentaux. Le résultat on le connaît : l'industrie occidentale s'est
effondrée partout, même aux États-Unis (voir le fiasco du F-35 par
exemple) et le capitalisme occidental est en passe de sombrer dans les
poubelles de l'histoire. Car si les occidentaux sont très forts pour
inventer des foutriquèteries inutiles comme le Bitcoin, qui dépense une
énergie de dingue et ne sert qu'à régler les échanges entre truands,
trafiquants et malfaiteurs, ils n'inventent plus rien d'utile. La pointe
du progrès mathématique, scientifique et industriel est passé en Asie.
Mais le plus grave c'est que ce libéralisme imbécile, qui croit
économiser des ressources en produisant en Asie mais dépense un pétrole
de dingue pour importer la production en Occident et gérer le chômage
induit par la désindustrialisation, est manipulé par le mondialisme afin
de faire triompher un modèle hybride, à la chinoise, combinant le
capitalisme et le communisme.
Paul Aubrin
2020-08-09 06:23:55 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
La troisième est la stratégie libérale, représentée sur ce forum par
Aubrin et quelques autres de moindre talent. Elle consiste à vouloir
améliorer coûte que coûte, par tous les moyens, la rentabilité du
capital.
Je ne préconise pas de stratégie "libérale". Je préconise d'utiliser la
règle de bon sens qui consiste à tirer le meilleur parti de ses efforts
en améliorant intelligemment les procédés techniques pour les rendre plus
efficaces et moins gaspilleurs. La façon d'y parvenir est parfois un peu
surprenante. Qui aurait imaginé à l'époque de Malthus qu'il suffisait de
nourrir convenablement et d'envoyer les jeunes filles à l'école pour
ramener la natalité à 2 enfants par femme ?
Cardinal de Hère
2020-08-09 19:17:50 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
La troisième est la stratégie libérale, représentée sur ce forum par
Aubrin et quelques autres de moindre talent. Elle consiste à vouloir
améliorer coûte que coûte, par tous les moyens, la rentabilité du
capital.
Je ne préconise pas de stratégie "libérale". Je préconise d'utiliser la
règle de bon sens qui consiste à tirer le meilleur parti de ses efforts
en améliorant intelligemment les procédés techniques pour les rendre plus
efficaces et moins gaspilleurs. La façon d'y parvenir est parfois un peu
surprenante. Qui aurait imaginé à l'époque de Malthus qu'il suffisait de
nourrir convenablement et d'envoyer les jeunes filles à l'école pour
ramener la natalité à 2 enfants par femme ?
Il ne suffit pas d'envoyer les filles à l'école pour que la natalité
baisse, d'ailleurs elles allaient déjà à l'école avant notre époque :

<https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27%C3%A9ducation_des_filles_en_France>

Pour que la natalité baisse il faut leur donner un enseignement
républicain anticatholique. Moyennant quoi la population européenne est
en chute libre, ce que l'on cache en considérant les descendants des
immigrés extra-européens comme des Européens comme les autres. Il
n'existe aucune solution technique neutre pour ce qui touche à la survie
d'un peuple. Il y a toujours des implications religieuses, non dites
chez Aubrin.
"René Groumal
2020-08-09 19:58:56 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
La troisième est la stratégie libérale, représentée sur ce forum par
Aubrin et quelques autres de moindre talent. Elle consiste à vouloir
améliorer coûte que coûte, par tous les moyens, la rentabilité du
capital.
Je ne préconise pas de stratégie "libérale". Je préconise d'utiliser la
règle de bon sens qui consiste à tirer le meilleur parti de ses efforts
en améliorant intelligemment les procédés techniques pour les rendre plus
efficaces et moins gaspilleurs. La façon d'y parvenir est parfois un peu
surprenante. Qui aurait imaginé à l'époque de Malthus qu'il suffisait de
nourrir convenablement et d'envoyer les jeunes filles à l'école pour
ramener la natalité à 2 enfants par femme ?
Il ne suffit pas d'envoyer les filles à l'école pour que la natalité
<https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27%C3%A9ducation_des_filles_en_France>
Pour que la natalité baisse il faut leur donner un enseignement
républicain anticatholique. Moyennant quoi la population européenne est
en chute libre, ce que l'on cache en considérant les descendants des
immigrés extra-européens comme des Européens comme les autres. Il
n'existe aucune solution technique neutre pour ce qui touche à la survie
d'un peuple. Il y a toujours des implications religieuses, non dites
chez Aubrin.
Hautement fantaisiste . Ramener le moteur essentiel de la natalité à le
religion c'est ignorer les facteurs économiques et politiques qui la
conditionne et en particulier les politiques visant à favoriser le
travail des femmes et à concilier maternité et emploi puisque la
politique des 3 K chère à Abourick a vécu .
Les pays qui ont les meilleurs taux de natalité sont ceux qui ont le
plus pris conscience de ces problèmes et ont créé les structures ad hoc
(en particulier garderies, jardins d'enfants, aides ménagères, congé
parental etc...
A noter enfin qu'un pays aussi catholique que Malte a le taux de
natalité le plus faible en Europe ou on retrouve en queue de peloton
l’Espagne et l’Italie.
Paul Aubrin
2020-08-10 06:17:54 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Paul Aubrin
Je ne préconise pas de stratégie "libérale". Je préconise d'utiliser la
règle de bon sens qui consiste à tirer le meilleur parti de ses efforts
en améliorant intelligemment les procédés techniques pour les rendre
plus efficaces et moins gaspilleurs. La façon d'y parvenir est parfois
un peu surprenante. Qui aurait imaginé à l'époque de Malthus qu'il
suffisait de nourrir convenablement et d'envoyer les jeunes filles à
l'école pour ramener la natalité à 2 enfants par femme ?
Il ne suffit pas d'envoyer les filles à l'école pour que la natalité
<https://fr.wikipedia.org/wiki/
Histoire_de_l%27%C3%A9ducation_des_filles_en_France>

En France, la baisse de la natalité a commencé il y a deux siècles.
On observe une baisse de la natalité dans tous les pays où le revenu par
habitant augmente nettement au dessus du seuil de subsistance, ce qui
s'est produit en France au cours du 19ème siècle.
Cardinal de Hère
2020-08-10 16:27:23 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
Post by Paul Aubrin
Je ne préconise pas de stratégie "libérale". Je préconise d'utiliser la
règle de bon sens qui consiste à tirer le meilleur parti de ses efforts
en améliorant intelligemment les procédés techniques pour les rendre
plus efficaces et moins gaspilleurs. La façon d'y parvenir est parfois
un peu surprenante. Qui aurait imaginé à l'époque de Malthus qu'il
suffisait de nourrir convenablement et d'envoyer les jeunes filles à
l'école pour ramener la natalité à 2 enfants par femme ?
Il ne suffit pas d'envoyer les filles à l'école pour que la natalité
<https://fr.wikipedia.org/wiki/
Histoire_de_l%27%C3%A9ducation_des_filles_en_France>
En France, la baisse de la natalité a commencé il y a deux siècles.
La baisse de la natalité en France coïncide avec la révolution française
donc avec la diffusion massive de l'endoctrinement maçonnique.
Post by Cardinal de Hère
On observe une baisse de la natalité dans tous les pays où le revenu par
habitant augmente nettement au dessus du seuil de subsistance, ce qui
s'est produit en France au cours du 19ème siècle.
On observe qu'à niveau de vie égal les pays où dominent les religions
pro-vie (islam, judaïsme orthodoxe, catholicisme) ont une natalité très
supérieure aux pays soumis à des religions de mort (athéisme, gnose
maçonnique, communisme, républicanisme...) :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_de_natalit%C3%A9
Paul Aubrin
2020-08-11 20:39:07 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
<https://fr.wikipedia.org/wiki/
Histoire_de_l%27%C3%A9ducation_des_filles_en_France>
En France, la baisse de la natalité a commencé il y a deux siècles.
La baisse de la natalité en France coïncide avec la révolution française
donc avec la diffusion massive de l'endoctrinement maçonnique.
Le nombre d'enfant par femme et par pays en fonction du revenu par habitant.
Les pays pauvres sont à gauche. La taille du rond est la population du pays.
La couleur du rond est associée au continent.
Cliquer sur la flèche pour faire démarrer l'animation.
On peut sélectionner un pays pour avoir sa trajectoire sur 220 ans.

https://www.gapminder.org/tools/#$state$time$value=2019;&marker$axis_y$which=children_per_woman_total_fertility&domainMin:null&domainMax:null&zoomedMin:null&zoomedMax:null&spaceRef:null;&size$domainMin:null&domainMax:null&spaceRef:null;;;&chart-type=bubbles
Cardinal de Hère
2020-08-12 06:55:54 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
<https://fr.wikipedia.org/wiki/
Histoire_de_l%27%C3%A9ducation_des_filles_en_France>
En France, la baisse de la natalité a commencé il y a deux siècles.
La baisse de la natalité en France coïncide avec la révolution française
donc avec la diffusion massive de l'endoctrinement maçonnique.
Le nombre d'enfant par femme et par pays en fonction du revenu par habitant.
Pas uniquement. Il suffit de regarder la liste des taux de natalité pour
constater qu'à PIB/ha égal les pays musulmans, les populations juives
orthodoxes et les pays encore catholiques ont une natalité très
supérieure à celle des pays athées, protestants ou gnostiques.
Post by Paul Aubrin
Les pays pauvres sont à gauche. La taille du rond est la population du pays.
La couleur du rond est associée au continent.
Cliquer sur la flèche pour faire démarrer l'animation.
On peut sélectionner un pays pour avoir sa trajectoire sur 220 ans.
https://www.gapminder.org/tools/#$state$time$value=2019;&marker$axis_y$which=children_per_woman_total_fertility&domainMin:null&domainMax:null&zoomedMin:null&zoomedMax:null&spaceRef:null;&size$domainMin:null&domainMax:null&spaceRef:null;;;&chart-type=bubbles
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_de_natalit%C3%A9

Israël 21,4 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 36309$ en 2013.

France 12,1 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 42592$ en 2013.

Koweït 18,0 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 49388$ en 2013.

Irlande 15,4 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 51590$ en 2013.

Allemagne 8,5 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 46286$ en 2013.
"René Groumal
2020-08-12 09:14:23 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
<https://fr.wikipedia.org/wiki/
Histoire_de_l%27%C3%A9ducation_des_filles_en_France>
En France, la baisse de la natalité a commencé il y a deux siècles.
La baisse de la natalité en France coïncide avec la révolution française
donc avec la diffusion massive de l'endoctrinement maçonnique.
Le nombre d'enfant par femme et par pays en fonction du revenu par habitant.
Pas uniquement. Il suffit de regarder la liste des taux de natalité pour
constater qu'à PIB/ha égal les pays musulmans, les populations juives
orthodoxes et les pays encore catholiques ont une natalité très
supérieure à celle des pays athées, protestants ou gnostiques.
Post by Paul Aubrin
Les pays pauvres sont à gauche. La taille du rond est la population du pays.
La couleur du rond est associée au continent.
Cliquer sur la flèche pour faire démarrer l'animation.
On peut sélectionner un pays pour avoir sa trajectoire sur 220 ans.
https://www.gapminder.org/tools/#$state$time$value=2019;&marker$axis_y$which=children_per_woman_total_fertility&domainMin:null&domainMax:null&zoomedMin:null&zoomedMax:null&spaceRef:null;&size$domainMin:null&domainMax:null&spaceRef:null;;;&chart-type=bubbles
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_de_natalit%C3%A9
Israël 21,4 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 36309$ en 2013.
France 12,1 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 42592$ en 2013.
Koweït 18,0 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 49388$ en 2013.
Irlande 15,4 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 51590$ en 2013.
Allemagne 8,5 naissances pour 1000 habitants entre 2010 et 2015.
PIB/ha : 46286$ en 2013.
Chiffres qui datent de 5 ans.
La situation du monde a changé.
--
--
"René Groumal
2020-08-12 09:09:49 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
Post by Cardinal de Hère
Post by Paul Aubrin
Je ne préconise pas de stratégie "libérale". Je préconise d'utiliser la
règle de bon sens qui consiste à tirer le meilleur parti de ses efforts
en améliorant intelligemment les procédés techniques pour les rendre
plus efficaces et moins gaspilleurs. La façon d'y parvenir est parfois
un peu surprenante. Qui aurait imaginé à l'époque de Malthus qu'il
suffisait de nourrir convenablement et d'envoyer les jeunes filles à
l'école pour ramener la natalité à 2 enfants par femme ?
Il ne suffit pas d'envoyer les filles à l'école pour que la natalité
<https://fr.wikipedia.org/wiki/
Histoire_de_l%27%C3%A9ducation_des_filles_en_France>
En France, la baisse de la natalité a commencé il y a deux siècles.
La baisse de la natalité en France coïncide avec la révolution française
donc avec la diffusion massive de l'endoctrinement maçonnique.
Post by Cardinal de Hère
On observe une baisse de la natalité dans tous les pays où le revenu par
habitant augmente nettement au dessus du seuil de subsistance, ce qui
s'est produit en France au cours du 19ème siècle.
On observe qu'à niveau de vie égal les pays où dominent les religions
pro-vie (islam, judaïsme orthodoxe, catholicisme) ont une natalité très
supérieure aux pays soumis à des religions de mort (athéisme, gnose
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_de_natalit%C3%A9
Les pays européens ou la natalité est la plus basse en Europe sont les
pays catholiques (Malte, Espagne, Italie)
L'Athéisme, la doctrine maçonnique; le communisme, le républicanisme ne
sont pas des religions ce que tout le monde (saujfAbourick) sait...
--
--
MAIxxxx
2020-08-09 06:38:30 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by MAIxxxx
Je me demande bien quelle seraient les "bonnes décisions" en matière de
stratégie économique.
Il faudrait améliorer la productivité de la dépense. C'est ce qu'on fait
de nombreux secteurs de l'économie pour survivre. C'est ce qui fait que
vous ne payez plus le téléphone à l'unité de taxation, ou que votre
commerçant accepte votre carte bancaire pour des paiements de 1 euro.
Cela ne veut pas dire qu'il faut étrangler doucement le secteur public en
lui réduisant ses budgets de 5% tous les ans. Cela veut dire qu'il faut
innover pour utiliser des méthodes plus productives partout où c'est
possible. C'est exactement l'inverse des projets écologistes qui visent
systématiquement à augmenter la consommation de ressource et à réduire la
productivité du travail. Cela conduit à l'effondrement de la société, ce
qui est le but réel des néo-malthusiens.
La première est la stratégie bureaucratique qui consiste à centraliser toutes les décisions, à créer des commissions
centralisées pour résoudre tout problème global ou local, à multiplier les règlements, à accroître le nombre d'emplois
administratifs improductifs et inutiles qui ne servent qu'à tenter de gérer la complexité artificielle mise en place par
les bureaucrates. On reconnaîtra sans peine le modèle français dont tout le monde s'accorde à dire qu'il est totalement
déconnecté de la réalité, dangereux, inefficace et manipulé par des intérêts privés et oligarchiques. Debré (Michel),
Giscard, Juppé, Chirac, Hollande, Macron sont des figures emblématiques de cette stratégie.
La deuxième est la stratégie écologiste qui cherche à détruire par tous les moyens non seulement l'industrie mais aussi
l'agriculture, l'élevage, l'artisanat afin de ramener l'humanité aux "temps bénis" où les chasseurs-cueilleurs vivaient
en harmonie avec Dame ou Mère Nature. Derrière le délire de cette dangereuse religion dualiste qui absolutise comme
principe du bien la nature et comme principe du mal le patriarcat dont l'élevage, l'agriculture, la métallurgie,
l'artisanat, l'industrie et la science sont censés dériver. Hulot, Cochet, Greta Thunberg comptent parmi les figures
emblématiques de cette religion délirante et manipulée par l'instance la plus dangereuse et criminelle du mondialisme,
celle qui cherche à débarrasser la terre de 99,999% de l'espèce humaine jugés inutiles afin de réserver la terre et ses
ressources à l'infime élite intellectuelle capable de découvrir l'information scientifique, mathématique, logique,
métaphysique, théologique, artistique, littéraire non dérivable des axiomes qui fondent l'informatique donc aussi la
logique et les mathématiques.
La troisième est la stratégie libérale, représentée sur ce forum par Aubrin et quelques autres de moindre talent. Elle
consiste à vouloir améliorer coûte que coûte, par tous les moyens, la rentabilité du capital. En soi l'idée est bonne.
Mais il est impossible à l'être humain de disposer de toute l'information nécessaire pour évaluer la rentabilité du
capital. Pis encore il lui est impossible de comprendre parfaitement l'information incomplète dont il dispose. Et cela
mène à des décisions catastrophiques comme la désindustrialisation de l'Occident. Sur le papier le raisonnement était
limpide : en matière industrielle les Chinois, population industrieuse, disciplinée, homogène et très intelligente, sont
beaucoup plus productifs que les Occidentaux affligés de nombreuses tares dont l'alcoolisme, la drogue, la pornographie,
l'homosexualité, l'individualisme, l'antinomisme, la perversité... Mieux vaut par conséquent réserver les tâches
productives considérées comme subalternes aux Chinois et réserver les ronds de jambes, la préciosité et la folie jugée à
tort productive aux Occidentaux. Le résultat on le connaît : l'industrie occidentale s'est effondrée partout, même aux
États-Unis (voir le fiasco du F-35 par exemple) et le capitalisme occidental est en passe de sombrer dans les poubelles
de l'histoire. Car si les occidentaux sont très forts pour inventer des foutriquèteries inutiles comme le Bitcoin, qui
dépense une énergie de dingue et ne sert qu'à régler les échanges entre truands, trafiquants et malfaiteurs, ils
n'inventent plus rien d'utile. La pointe du progrès mathématique, scientifique et industriel est passé en Asie. Mais le
plus grave c'est que ce libéralisme imbécile, qui croit économiser des ressources en produisant en Asie mais dépense un
pétrole de dingue pour importer la production en Occident et gérer le chômage induit par la désindustrialisation, est
manipulé par le mondialisme afin de faire triompher un modèle hybride, à la chinoise, combinant le capitalisme et le
communisme.
Il y a sans doute du vrai dans ce que vous dites, mais, ama, vous simplifiez beaucoup en désignant des catégories
tranchées de comportement. Dans les faits, les gens sont un peu ceci et un peu cela, et ne sont pas très éclairés sur
les sujets qui appellent une décision. Certains sont caricaturaux, c'est vrai, et font du bruit, mais beaucoup ne
peuvent pas être rangés dans telle ou telle boîte.

Compromis ? Les choses ne s'intéressent pas aux étiquettes et suivent leur logique propre bien plus contraignante
d'ailleurs, que toutes les théories politiques ou économiques.

La "science" a déjà mis à jour les grandes lignes de cette logique, mais le désir de l'homme croit toujours et encore
s'en affranchir, comme si on pouvait s'affranchir de la pesanteur à coup de dépenses de ressources précieuses et
définitivement perdues.

Il y a un petit pois dans le "cerveau collectif" où le nivellement de l'intelligence se fait par la base, même si des
esprits brillants sont capables (parfois?) de dire "ce qui est" et débunker le message diffus de la toute puissance
humaine qui bute toujours sur l'obstacle ultime. Memento mori.

On ne détient pas la vérité, elle finit toujours par sortir de la cage où on a voulu la mettre pour se l'approprier et
l'exploiter. Maintenant, sur fsp, cela fait plaisir à pas mal de gens d'accuser le trait de ceci ou cela. Ça occupe un
moment, et on a parfois un peu de fraicheur, mais les opinions tranchées (y compris les miennes) et les discours
attractifs n'informent pas vraiment, chacun reste comme il est et change rarement d'idées. On s'agite.
--
Quand on veut tuer son chien ces temps-ci, on dit qu'il est antisémite.
"René Groumal
2020-08-09 13:04:20 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Paul Aubrin
Post by MAIxxxx
Je me demande bien quelle seraient les "bonnes décisions" en matière de
stratégie économique.
Il faudrait améliorer la productivité de la dépense. C'est ce qu'on fait
de nombreux secteurs de l'économie pour survivre. C'est ce qui fait que
vous ne payez plus le téléphone à l'unité de taxation, ou que votre
commerçant accepte votre carte bancaire pour des paiements de 1 euro.
Cela ne veut pas dire qu'il faut étrangler doucement le secteur public en
lui réduisant ses budgets de 5% tous les ans. Cela veut dire qu'il faut
innover pour utiliser des méthodes plus productives partout où c'est
possible. C'est exactement l'inverse des projets écologistes qui visent
systématiquement à augmenter la consommation de ressource et à réduire la
productivité du travail. Cela conduit à l'effondrement de la société, ce
qui est le but réel des néo-malthusiens.
La première est la stratégie bureaucratique qui consiste à centraliser
toutes les décisions, à créer des commissions centralisées pour résoudre
tout problème global ou local, à multiplier les règlements, à accroître
le nombre d'emplois administratifs improductifs et inutiles qui ne
servent qu'à tenter de gérer la complexité artificielle mise en place
par les bureaucrates. On reconnaîtra sans peine le modèle français dont
tout le monde s'accorde à dire qu'il est totalement déconnecté de la
réalité, dangereux, inefficace et manipulé par des intérêts privés et
oligarchiques. Debré (Michel), Giscard, Juppé, Chirac, Hollande, Macron
sont des figures emblématiques de cette stratégie.
La deuxième est la stratégie écologiste qui cherche à détruire par tous
les moyens non seulement l'industrie mais aussi l'agriculture,
l'élevage, l'artisanat afin de ramener l'humanité aux "temps bénis" où
les chasseurs-cueilleurs vivaient en harmonie avec Dame ou Mère Nature.
Derrière le délire de cette dangereuse religion dualiste qui absolutise
comme principe du bien la nature et comme principe du mal le patriarcat
dont l'élevage, l'agriculture, la métallurgie, l'artisanat, l'industrie
et la science sont censés dériver. Hulot, Cochet, Greta Thunberg
comptent parmi les figures emblématiques de cette religion délirante et
manipulée par l'instance la plus dangereuse et criminelle du
mondialisme, celle qui cherche à débarrasser la terre de 99,999% de
l'espèce humaine jugés inutiles afin de réserver la terre et ses
ressources à l'infime élite intellectuelle capable de découvrir
l'information scientifique, mathématique, logique, métaphysique,
théologique, artistique, littéraire non dérivable des axiomes qui
fondent l'informatique donc aussi la logique et les mathématiques.
La troisième est la stratégie libérale, représentée sur ce forum par
Aubrin et quelques autres de moindre talent. Elle consiste à vouloir
améliorer coûte que coûte, par tous les moyens, la rentabilité du
capital. En soi l'idée est bonne. Mais il est impossible à l'être humain
de disposer de toute l'information nécessaire pour évaluer la
rentabilité du capital. Pis encore il lui est impossible de comprendre
parfaitement l'information incomplète dont il dispose. Et cela mène à
des décisions catastrophiques comme la désindustrialisation de
l'Occident. Sur le papier le raisonnement était limpide : en matière
industrielle les Chinois, population industrieuse, disciplinée, homogène
et très intelligente, sont beaucoup plus productifs que les Occidentaux
affligés de nombreuses tares dont l'alcoolisme, la drogue, la
pornographie, l'homosexualité, l'individualisme, l'antinomisme, la
perversité... Mieux vaut par conséquent réserver les tâches productives
considérées comme subalternes aux Chinois et réserver les ronds de
jambes, la préciosité et la folie jugée à tort productive aux
Occidentaux. Le résultat on le connaît : l'industrie occidentale s'est
effondrée partout, même aux États-Unis (voir le fiasco du F-35 par
exemple) et le capitalisme occidental est en passe de sombrer dans les
poubelles de l'histoire. Car si les occidentaux sont très forts pour
inventer des foutriquèteries inutiles comme le Bitcoin, qui dépense une
énergie de dingue et ne sert qu'à régler les échanges entre truands,
trafiquants et malfaiteurs, ils n'inventent plus rien d'utile. La pointe
du progrès mathématique, scientifique et industriel est passé en Asie.
Mais le plus grave c'est que ce libéralisme imbécile, qui croit
économiser des ressources en produisant en Asie mais dépense un pétrole
de dingue pour importer la production en Occident et gérer le chômage
induit par la désindustrialisation, est manipulé par le mondialisme afin
de faire triompher un modèle hybride, à la chinoise, combinant le
capitalisme et le communisme.
Pépé Abourick vient de démontrer que tout est dans tout et réciproquement.
Il est vraiment très fort...
--
--
Beep Beep
2020-08-08 09:47:58 UTC
Permalink
Paul Aubrin a écrit
Post by Paul Aubrin
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels.
Le rendement est une chose, la rentabilité en une autre.

https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/20/2854148-agriculture-cultiver-bio-serait-aussi-rentable-pesticides-selon-inra.html
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Paul Aubrin
2020-08-08 14:55:41 UTC
Permalink
Post by Beep Beep
Paul Aubrin a écrit
Post by Paul Aubrin
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels.
Le rendement est une chose, la rentabilité en une autre.
https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/20/2854148-agriculture-
cultiver-bio-serait-aussi-rentable-pesticides-selon-inra.html
Donc utiliser trois fois plus d'une ressource limitée (les terres
agricoles) au détriment de La Nature ne parait pas une régression de
l'humanité ?
Beep Beep
2020-08-08 16:57:38 UTC
Permalink
Paul Aubrin a écrit
Post by Paul Aubrin
Post by Beep Beep
Paul Aubrin a écrit
Post by Paul Aubrin
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels.
Le rendement est une chose, la rentabilité en une autre.
https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/20/2854148-agriculture-
cultiver-bio-serait-aussi-rentable-pesticides-selon-inra.html
Donc utiliser trois fois plus d'une ressource limitée (les terres
agricoles) au détriment de La Nature ne parait pas une régression de
l'humanité ?
Il ne faut pas augmenter la surface de terre cultivée, il faut
simplement moins consommer de viande...
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Paul Aubrin
2020-08-08 19:49:59 UTC
Permalink
Post by Beep Beep
Paul Aubrin a écrit
Post by Paul Aubrin
Post by Beep Beep
Paul Aubrin a écrit
Post by Paul Aubrin
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui
des blés conventionnels.
Le rendement est une chose, la rentabilité en une autre.
https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/20/2854148-agriculture-
cultiver-bio-serait-aussi-rentable-pesticides-selon-inra.html
Donc utiliser trois fois plus d'une ressource limitée (les terres
agricoles) au détriment de La Nature ne parait pas une régression de
l'humanité ?
Il ne faut pas augmenter la surface de terre cultivée, il faut
simplement moins consommer de viande...
Fausse bonne solution. Les carnivores ne digèrent pas l'herbe. Les
herbivores sont d'excellentes machines à transformer la cellulose en
protéine et en lipides.
Cardinal de Hère
2020-08-08 16:59:11 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by Beep Beep
Paul Aubrin a écrit
Post by Paul Aubrin
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels.
Le rendement est une chose, la rentabilité en une autre.
https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/20/2854148-agriculture-
cultiver-bio-serait-aussi-rentable-pesticides-selon-inra.html
Donc utiliser trois fois plus d'une ressource limitée (les terres
agricoles) au détriment de La Nature ne parait pas une régression de
l'humanité ?
La corruption idéologique de l'écologisme s'étend désormais à presque
toutes les branches de la science.
MAIxxxx
2020-08-08 17:24:40 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by Beep Beep
Paul Aubrin a écrit
Post by Paul Aubrin
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels.
Le rendement est une chose, la rentabilité en une autre.
https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/20/2854148-agriculture-
cultiver-bio-serait-aussi-rentable-pesticides-selon-inra.html
Donc utiliser trois fois plus d'une ressource limitée (les terres
agricoles) au détriment de La Nature ne parait pas une régression de
l'humanité ?
La corruption idéologique de l'écologisme s'étend désormais à presque toutes les branches de la science.
J'ai bien l'impression que les anti-écolos purs et durs qui veulent que rien ne soit changé au "business as usual" vont
être obligés de déchanter sous la pression non pas des écolos mais de l'Environnement (mettons-y une majuscule).
Et puis zut, on ne change pas les habitudes des gens comme ça, ils trouveront toujours des bonnes raisons pour protester
contre n'importe quelle restriction à leurs "libertés" dont celle de faire ch..er tous leurs semblables et bien profiter
des "commodities" quand d'autres tirent la langue.
AMHA, on va sûrement être obligés de restreindre par la loi ces fameuses libertés qui sont d'ailleurs loin d'être
partagées par tout le monde sur cette planète et même dans notre beau pays.

Allez, fini de rigoler, va falloir aller bosser aux champs à ramasser les patates pour avoir à bouffer jusqu'au
printemps prochain (je l'ai fait quand j'étais gamin, c'est vieux). Fini les ressources naturelles "gratuites".
--
Quand on veut tuer son chien ces temps-ci, on dit qu'il est écolo.
Paul Aubrin
2020-08-08 19:55:04 UTC
Permalink
Post by MAIxxxx
Post by Cardinal de Hère
La corruption idéologique de l'écologisme s'étend désormais à presque
toutes les branches de la science.
J'ai bien l'impression que les anti-écolos purs et durs qui veulent que
rien ne soit changé au "business as usual" vont être obligés de
déchanter sous la pression non pas des écolos mais de l'Environnement
(mettons-y une majuscule).
Il n'y a pas d'anti-écolos. Il y a une grande diversité de gens
d'opinions très différentes qui s'opposent aux orientations suicidaires
des activistes qui se prétendent écologistes (l'écologie est une science
dont ils ne connaissent rien). L'écologisme, le culte de La Nature
idéalisée, est une religion apocalyptique.
MAIxxxx
2020-08-08 20:27:23 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by MAIxxxx
Post by Cardinal de Hère
La corruption idéologique de l'écologisme s'étend désormais à presque
toutes les branches de la science.
J'ai bien l'impression que les anti-écolos purs et durs qui veulent que
rien ne soit changé au "business as usual" vont être obligés de
déchanter sous la pression non pas des écolos mais de l'Environnement
(mettons-y une majuscule).
Il n'y a pas d'anti-écolos. Il y a une grande diversité de gens
d'opinions très différentes qui s'opposent aux orientations suicidaires
des activistes qui se prétendent écologistes (l'écologie est une science
dont ils ne connaissent rien). L'écologisme, le culte de La Nature
idéalisée, est une religion apocalyptique.
Je veux bien le croire, mais ceux qui crient au "fascisme vert" se font sans doute des idées sur la possibilité d'une
tyrannie naturolâtrique. Je pense que la transition, au moins en France mais pas forcément partout, vers une vraie
économie qui ne soit pas un gaspillage systématique de ressources non renouvelable suppose quand même que les élites
dirigeantes se mettent un peu aux sciences et oublient un peu les doctrines enseignées à l'ENA et dans les écoles de
commerce.

Hélàs, les sciences ont désormais mauvaise presse, car les media et ceux qui les tiennent n'ont -semble-t-il- aucun
intérêt à voir s'élever le niveau de culture scientifique des masses, et ne cherchent qu'à piloter leurs émotions, et
c'est plus facile avec un QI moyen qui stagne voire recule un peu. Et les lanceurs d'alerte prêchent dans le désert, ce
qui est compréhensible.

Néanmoins la disparition de la génération des baby-boomer va sûrement changer quelque chose dans les mentalités
moyennes, malgré l'énorme pression des NTIC et des réseaux sociaux où des comportement chaotiques ont l'air d'être le
plus sûr allié des business-as-usual-istes, qui s'en donnent à coeur joie via toute une gamme de complotisme et de
désinformation, dont l'effet est d'empêcher toute émergence de mouvement socio-politique organisé. Voyez comment les
gilets jaunes ont été baffés. Tout ce qui pourrait être à l'origine d'un mouvement politique à vue majoritaire risque le
même sort.

Néanmoins, les classes d'âge qui ont largement accédé à l'enseignement secondaire voire supérieur arrivent désormais à
maturité, et on peut espérer qu'elles seront capables de prendre en main leur destin dans un pays où il faut quasiment
être "le fils de quelqu'un" pour avoir une quelconque influence sur son propre destin.
--
Quand on veut tuer son chien ces temps-ci, on dit qu'il est antisémite.
Paul Aubrin
2020-08-09 06:32:26 UTC
Permalink
Post by MAIxxxx
Post by Paul Aubrin
Il n'y a pas d'anti-écolos. Il y a une grande diversité de gens
d'opinions très différentes qui s'opposent aux orientations suicidaires
des activistes qui se prétendent écologistes (l'écologie est une
science dont ils ne connaissent rien). L'écologisme, le culte de La
Nature idéalisée, est une religion apocalyptique.
Je veux bien le croire, mais ceux qui crient au "fascisme vert" se font
sans doute des idées sur la possibilité d'une tyrannie naturolâtrique.
Je pense que la transition, au moins en France mais pas forcément
partout, vers une vraie économie qui ne soit pas un gaspillage
systématique de ressources non renouvelable suppose quand même que les
élites dirigeantes se mettent un peu aux sciences et oublient un peu les
doctrines enseignées à l'ENA et dans les écoles de commerce.
Il faudrait surtout que les journalistes aient quelques connaissances en
sciences dures pour éviter de se faire berner par les slogans des
naturolâtres (naturophates?). Ils éviteraient ainsi de répéter en boucle
les conneries vertes qui finissent à la longue à faire croire au citoyen
lambda que le monde peut fonctionner à l'énergie des pets des licornes
roses. Je ne vais pas relever toutes les inepties que vous avez réussi à
condenser dans le seul paragraphe que j'ai cité ci-dessus. Nous avons
commencé à en parler à plusieurs reprises et je n'ai pas le temps
aujourd'hui pour vous argumenter à nouveau sur le fond.
Dans un premier temps, vous devriez réfléchir avec soin aux notions de
"ressources" et de "renouvelable" que vous ne semblez pas maîtriser
convenablement.
Olive
2020-08-09 17:58:31 UTC
Permalink
la croissance verte c'est le retour vers l'ère médiévale
Post by Paul Aubrin
Si la France prend la voie de la supposée "croissance verte", elle ne
s'en remettra jamais. La croissance verte consiste à remplacer des
techniques efficaces par des techniques inefficaces (*). L'effet d'une
telle politique malthusienne est nécessairement récessif. Un effet de
bord sera d'accroître la pression sur l'environnement (plus de moyens
engagés pour produire un peu moins).
(*) exemple, le rendement des blés bio est le tiers (1/3) de celui des
blés conventionnels. Exemple: l'électricité des éoliennes en mer est
achetée 3 à 4 fois le coût de production de l'électricité conventionnelle.
Se_jam
2020-08-08 09:02:41 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>
Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste et président du cabinet
ACDEFI, la France s’est enfoncée dans une crise dont elle mettra très
longtemps à se relever.
Eh oui, même si l’on s’attendait à une forte baisse du PIB au deuxième
trimestre 2020 dans la quasi-totalité des pays du globe (à l’exception
de la Chine qui a subi cette sanction au premier trimestre), celle qui a
finalement été publiée a été encore plus impressionnante que prévu. Et
ce, en particulier en France. En effet, après avoir déjà baisse de 0,2 %
au quatrième trimestre 2019 (merci les grèves !), puis chuté de 5,9 % au
premier trimestre 2020 (avec « seulement » 14 jours de confinement), le
PIB français s’est effondré de 13,8 % au deuxième trimestre 2020. Au
total, sa régression atteint 18,9 % sur l’ensemble du premier semestre
et son glissement annuel s’écroule à - 19 %. Du jamais vu dans
l’Histoire contemporaine de la France.
Pour encore mieux mesurer l’ampleur des dégâts, soulignons que le niveau
du PIB français réel (c’est-à-dire hors inflation) du deuxième trimestre
2020 se situe sur un plancher depuis le deuxième trimestre… 2002 ! Non,
vous ne rêvez pas : les 55 jours de confinement national ont projeté la
France 18 ans en arrière. De plus, restons éveillés : en dépit d’un
rebond technique de rattrapage en juin, le redressement de l’économie
française sera lent et chaotique. En effet, n’oublions pas que le
déconfinement reste progressif et que, malheureusement, de nombreux
secteurs d’activité demeureront durablement en récession. A commencer
par le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, l’évènementiel, sans
oublier le transport aérien, l’aéronautique, mais aussi le luxe ou
encore l’automobile.
Il est effectivement inévitable que la grande majorité des consommateurs
mettra du temps avant d’acheter une nouvelle voiture, des biens de luxe,
mais aussi à prendre l’avion ou à séjourner dans un hôtel. De même,
avant de réinvestir massivement, les entreprises devront panser leurs
plaies et reconstituer une partie de leur trésorerie, ce qui, là aussi,
prendra du temps. En outre, n’oublions pas que les secteurs phares de
l’économie française sont justement le tourisme, le luxe, l’automobile
et l’aéronautique. Heureusement que les secteurs de l’agro-alimentaire,
de l’informatique et des services à la personne seront là pour limiter
les dégâts, même s’ils ne pourront évidemment pas permettre le retour de
la croissance forte.
Dans ce cadre, même en faisant l’hypothèse très optimiste d’un rebond du
PIB de 12 % au second semestre 2020, la variation annuelle moyenne de
celui-ci sera d’environ - 11,2 % sur l’ensemble de l’année 2020. Par la
suite, en restant toujours très optimiste et en supposant que le PIB
français connaîtra une croissance annuelle moyenne de 2,5 % à partir de
2021 (contre, rappelons-le, 1 % au cours des quinze dernières années),
la France ne retrouvera son niveau de PIB de la fin 2019 qu’en… 2025.
D’ici là, le taux de chômage augmentera durablement vers des niveaux
inconnus d’au moins 15 %. Pour mémoire, son sommet historique a été
atteint au deuxième trimestre 1994 à 10,8 %. C’est dire l’ampleur de la
crise sociale et sociétale qui nous attend.
Et ce d’autant plus que, dans le même temps, les déficits publics vont
également flamber sur des cimes inconnues d’environ 15 % du PIB, ce qui
amènera la dette publique vers des pics tout aussi inexplorés de 125 %
du PIB dès 2020. Dès lors, en dépit de l’aide de la BCE, qui sera
d’ailleurs de moins en moins efficace, les taux d’intérêt des
obligations de l’Etat français se tendront fortement, cassant de facto
la reprise et aggravant mécaniquement le chômage, les déficits et la
dette, ce qui alimentera par là même un cercle pernicieux de plus en
plus destructeur.
Malheureusement, la France est donc en train de tomber dans un scénario
catastrophe a priori irréversible : déjà structurellement affaiblie par
une croissance intrinsèquement molle, elle-même liée à un poids
exorbitant des impôts et une dépense publique massive et peu efficace,
la France a été frappée par une épidémie de coronavirus dramatiquement
meurtrière, mais aussi très mal gérée, en particulier d’un point de vue
sanitaire.
Une union sacrée ?
Tentant de rattraper son retard et sa gestion hasardeuse de la crise par
un confinement extrême, elle est alors tombée dans une récession, puis
une dépression historique, de laquelle elle sortira péniblement et
encore plus affaiblie. De la sorte, elle est désormais menacée par une
multiplicité de crises : sociales, politiques, financières et sociétales.
Face à cette « descente aux enfers » de notre beau pays, une question
demeure : est-il encore possible d’inverser la vapeur et de sortir par
le haut de cette spirale infernale ? Étant de nature optimiste (en dépit
de certaines apparences), je dirai que c’est encore faisable si une
prise de conscience nationale s’opère et qu’une sorte d’union sacrée
s’impose tant au niveau de la classe politique que des partenaires
sociaux et de la société française dans son ensemble.
Le problème est que cette dernière est tellement engoncée dans la
culture de la « lutte des classes », dans l’absence de patriotisme et
dans l’inculture économique que la probabilité d’une telle sortie de
crise est particulièrement faible. En d’autres termes, nous risquons
désormais de payer des décennies d’erreurs stratégiques et de déni de
réalité.
Marc Touati est économiste, Président du cabinet ACDEFI. Son dernier
livre « Un monde de bulles » est toujours en tête des ventes de sa
catégorie sur Amazon.fr. Son nouveau livre « RESET – Quel nouveau monde
pour demain ? » sortira le 2 septembre 2020
Le virus a bon dos.

Sejam
Jo Kerr
2020-08-08 12:50:45 UTC
Permalink
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
et pour les 10 ans à venir au minimum.
--
Quand on voit c'qu'on voit, puis qu'on entend c'qu'on entend, on a
raison d'penser c'qu'on pense
(Coluche)
Luluston
2020-08-08 14:33:52 UTC
Permalink
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
et il a été fabriqué pour ça.
Cardinal de Hère
2020-08-08 17:25:09 UTC
Permalink
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>
Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste et président du cabinet
ACDEFI, la France s’est enfoncée dans une crise dont elle mettra très
longtemps à se relever.
Eh oui, même si l’on s’attendait à une forte baisse du PIB au deuxième
trimestre 2020 dans la quasi-totalité des pays du globe (à l’exception
de la Chine qui a subi cette sanction au premier trimestre), celle qui a
finalement été publiée a été encore plus impressionnante que prévu. Et
ce, en particulier en France. En effet, après avoir déjà baisse de 0,2 %
au quatrième trimestre 2019 (merci les grèves !), puis chuté de 5,9 % au
premier trimestre 2020 (avec « seulement » 14 jours de confinement), le
PIB français s’est effondré de 13,8 % au deuxième trimestre 2020. Au
total, sa régression atteint 18,9 % sur l’ensemble du premier semestre
et son glissement annuel s’écroule à - 19 %. Du jamais vu dans
l’Histoire contemporaine de la France.
Pour encore mieux mesurer l’ampleur des dégâts, soulignons que le niveau
du PIB français réel (c’est-à-dire hors inflation) du deuxième trimestre
2020 se situe sur un plancher depuis le deuxième trimestre… 2002 ! Non,
vous ne rêvez pas : les 55 jours de confinement national ont projeté la
France 18 ans en arrière. De plus, restons éveillés : en dépit d’un
rebond technique de rattrapage en juin, le redressement de l’économie
française sera lent et chaotique. En effet, n’oublions pas que le
déconfinement reste progressif et que, malheureusement, de nombreux
secteurs d’activité demeureront durablement en récession. A commencer
par le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, l’évènementiel, sans
oublier le transport aérien, l’aéronautique, mais aussi le luxe ou
encore l’automobile.
Il est effectivement inévitable que la grande majorité des consommateurs
mettra du temps avant d’acheter une nouvelle voiture, des biens de luxe,
mais aussi à prendre l’avion ou à séjourner dans un hôtel. De même,
avant de réinvestir massivement, les entreprises devront panser leurs
plaies et reconstituer une partie de leur trésorerie, ce qui, là aussi,
prendra du temps. En outre, n’oublions pas que les secteurs phares de
l’économie française sont justement le tourisme, le luxe, l’automobile
et l’aéronautique. Heureusement que les secteurs de l’agro-alimentaire,
de l’informatique et des services à la personne seront là pour limiter
les dégâts, même s’ils ne pourront évidemment pas permettre le retour de
la croissance forte.
Dans ce cadre, même en faisant l’hypothèse très optimiste d’un rebond du
PIB de 12 % au second semestre 2020, la variation annuelle moyenne de
celui-ci sera d’environ - 11,2 % sur l’ensemble de l’année 2020. Par la
suite, en restant toujours très optimiste et en supposant que le PIB
français connaîtra une croissance annuelle moyenne de 2,5 % à partir de
2021 (contre, rappelons-le, 1 % au cours des quinze dernières années),
la France ne retrouvera son niveau de PIB de la fin 2019 qu’en… 2025.
D’ici là, le taux de chômage augmentera durablement vers des niveaux
inconnus d’au moins 15 %. Pour mémoire, son sommet historique a été
atteint au deuxième trimestre 1994 à 10,8 %. C’est dire l’ampleur de la
crise sociale et sociétale qui nous attend.
Et ce d’autant plus que, dans le même temps, les déficits publics vont
également flamber sur des cimes inconnues d’environ 15 % du PIB, ce qui
amènera la dette publique vers des pics tout aussi inexplorés de 125 %
du PIB dès 2020. Dès lors, en dépit de l’aide de la BCE, qui sera
d’ailleurs de moins en moins efficace, les taux d’intérêt des
obligations de l’Etat français se tendront fortement, cassant de facto
la reprise et aggravant mécaniquement le chômage, les déficits et la
dette, ce qui alimentera par là même un cercle pernicieux de plus en
plus destructeur.
Malheureusement, la France est donc en train de tomber dans un scénario
catastrophe a priori irréversible : déjà structurellement affaiblie par
une croissance intrinsèquement molle, elle-même liée à un poids
exorbitant des impôts et une dépense publique massive et peu efficace,
la France a été frappée par une épidémie de coronavirus dramatiquement
meurtrière, mais aussi très mal gérée, en particulier d’un point de vue
sanitaire.
Une union sacrée ?
Tentant de rattraper son retard et sa gestion hasardeuse de la crise par
un confinement extrême, elle est alors tombée dans une récession, puis
une dépression historique, de laquelle elle sortira péniblement et
encore plus affaiblie. De la sorte, elle est désormais menacée par une
multiplicité de crises : sociales, politiques, financières et sociétales.
Face à cette « descente aux enfers » de notre beau pays, une question
demeure : est-il encore possible d’inverser la vapeur et de sortir par
le haut de cette spirale infernale ? Étant de nature optimiste (en dépit
de certaines apparences), je dirai que c’est encore faisable si une
prise de conscience nationale s’opère et qu’une sorte d’union sacrée
s’impose tant au niveau de la classe politique que des partenaires
sociaux et de la société française dans son ensemble.
Le problème est que cette dernière est tellement engoncée dans la
culture de la « lutte des classes », dans l’absence de patriotisme et
dans l’inculture économique que la probabilité d’une telle sortie de
crise est particulièrement faible. En d’autres termes, nous risquons
désormais de payer des décennies d’erreurs stratégiques et de déni de
réalité.
Marc Touati est économiste, Président du cabinet ACDEFI. Son dernier
livre « Un monde de bulles » est toujours en tête des ventes de sa
catégorie sur Amazon.fr. Son nouveau livre « RESET – Quel nouveau monde
pour demain ? » sortira le 2 septembre 2020
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus avaient probablement trois buts :
- dégonfler les bulles financières ce qui a pour effet de faire chuter
les PIB des pays très financiarisés comme la France,
- faire chuter la production réelle donc le PIB correspondant à
l'économie réelle,
- donner la suprématie planétaire non pas à la Chine mais à modèle
hybride entre le capitalisme et le communisme, ce modèle étant celui qui
est souhaité pour le futur état mondial.

Dans les faits ce virus a eu les effets suivants :
- ruiner certaines industries : tourisme, hôtellerie, restauration,
transport aérien, industrie aéronautique, automobile, pétrole, transport
et quelques autres,
- booster les industries suivantes : high tech, réseaux sociaux, santé,
pharmacie, parapharmacie,
- dégonfler brutalement les PIB des pays très financiarisés,
- désorganiser la production des pays occidentaux,
- conférer la première place mondiale à la Chine ce qui aura pour effet
de rendre les mondialistes anglo-américains encore plus fous et
criminels qu'ils ne l'étaient déjà.

On constate par l'article de Touati que l'économie américaine souffrira
trois fois moins que l'économie française mais sans doute bien plus que
l'économie chinoise. Les pays très développés comme la Chine vont devoir
réinventer leur modèle de développement. Leur industrie qui fournissait
l'Occident devra se trouver de nouveaux clients : la Russie, l'Afrique,
le Proche-Orient, car la Chine aura toujours besoin des matières
premières détenues par ces entités. Par contre l'Occident qui n'a que
ses dettes à proposer risque de devenir un poids mort dans l'économie
mondiale.

Les investisseurs semblent anticiper pour l'Occident des phénomènes
d'hyperinflation de type vénézuélien, d'où la ruée sur l'or. Espérons
qu'ils se trompent et que les dirigeants occidentaux sauront renoncer à
la financiarisation et à leur idéologie mondialiste afin de rebâtir ce
qu'ils ont détruit par leur fantaisies religieuses et leur fanatisme
européiste.
Duzz'
2020-08-08 17:40:28 UTC
Permalink
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus...
Say no more.
Libérez l'enthalphie
2020-08-08 18:41:07 UTC
Permalink
Post by Duzz'
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus...
Say no more.
Ceux qui ont répandu ce virus sont ceux qui avaient besoin de larves à
la tête des pays et ont comploté avec leurs doulos judiciaires
maçonniques contre François Fillon.
--

Duzz'
2020-08-08 18:55:33 UTC
Permalink
Post by Libérez l'enthalphie
Post by Duzz'
Ceux qui ont répandu ce virus...
Say no more.
Ceux qui ont répandu ce virus sont ceux qui avaient besoin de larves à
la tête des pays et ont comploté avec leurs doulos judiciaires
maçonniques contre François Fillon.
Ah oui, le Cabinet Noir infiltré par les chinois à trottinette.
Libérez l'enthalphie
2020-08-08 19:03:42 UTC
Permalink
Post by Duzz'
Post by Libérez l'enthalphie
Post by Duzz'
Ceux qui ont répandu ce virus...
Say no more.
Ceux qui ont répandu ce virus sont ceux qui avaient besoin de larves à
la tête des pays et ont comploté avec leurs doulos judiciaires
maçonniques contre François Fillon.
Ah oui, le Cabinet Noir infiltré par les chinois à trottinette.
Et les trésoriers voleurs de Champomy.
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Paul Aubrin
2020-08-08 20:00:06 UTC
Permalink
Post by Duzz'
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-
depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>
Post by Duzz'
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus...
Say no more.
Il est possible que certaines forces politiques attendaient impatiemment
l'occasion. après tout, la mortalité hivernale de 2020 est inférieure à
celle des années avant 1986. Mais dans ces temps reculés, les gens
grippés ou enrhumés allaient simplement chez leur médecin qui leur
prescrivait un antibiotique au cas où.
Se_jam
2020-08-08 18:49:40 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?

Sejam
jmh
2020-08-08 19:56:04 UTC
Permalink
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Le sentiment du virus, comme celui du racisme ou de l'antisémitisme.
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Libérez l'enthalphie
2020-08-08 20:31:29 UTC
Permalink
Post by jmh
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Le sentiment du virus, comme celui du racisme ou de l'antisémitisme.
C'est comme la "température ressentie".
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
jmh
2020-08-08 21:38:34 UTC
Permalink
Post by Libérez l'enthalphie
Post by jmh
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Le sentiment du virus, comme celui du racisme ou de l'antisémitisme.
C'est comme la "température ressentie".
Comme un pingouin qui dirait" Il fait un froid de canard"
--
jmh: Docteur en politique nationale et internationale, professeur em,
dr h.c. mult, titulaire d'une chaire de politologie au Café du Commerce
Libérez l'enthalphie
2020-08-08 23:07:49 UTC
Permalink
Post by jmh
Post by Libérez l'enthalphie
Post by jmh
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Le sentiment du virus, comme celui du racisme ou de l'antisémitisme.
C'est comme la "température ressentie".
Comme un pingouin qui dirait" Il fait un froid de canard"
Quels animaux sympathiques !
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Paul Aubrin
2020-08-08 20:03:33 UTC
Permalink
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Le SRAS avait fait long feu. Le H1N1 n'avait pas tenu ses promesses. Le
covid-19 a rempli son rôle correctement, sans plus. Heureusement qu'il y
a des chaînes d'information en continu pour parler du virus 24/7 pendant
6 mois.
Post by Se_jam
Sejam
Se_jam
2020-08-08 22:10:15 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Le SRAS avait fait long feu. Le H1N1 n'avait pas tenu ses promesses. Le
covid-19 a rempli son rôle correctement, sans plus. Heureusement qu'il y
a des chaînes d'information en continu pour parler du virus 24/7 pendant
6 mois.
Et une armée de confinés âgés désœuvrés pour les écouter.

Sejam
Cardinal de Hère
2020-08-08 21:26:00 UTC
Permalink
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Libérez l'enthalphie
2020-08-08 21:49:53 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Il y a un précédent

https://www.sudouest.fr/2019/07/19/une-experience-qui-a-mal-tourne-pourrait-elle-etre-a-l-origine-de-l-epidemie-de-lyme-aux-etats-unis-6351349-4803.php

Et Fort Detrick a été mis en cause aussi pour Coco-19

https://francais.cgtn.com/n/BfJAA-BAA-FcA/BfEeEA/index.html

https://www.globaltimes.cn/content/1189967.shtml
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Cardinal de Hère
2020-08-08 22:09:01 UTC
Permalink
Post by Libérez l'enthalphie
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus
sort d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Il y a un précédent
https://www.sudouest.fr/2019/07/19/une-experience-qui-a-mal-tourne-pourrait-elle-etre-a-l-origine-de-l-epidemie-de-lyme-aux-etats-unis-6351349-4803.php
Tout le monde sait ! Et il y a des manières d'organiser le "qui tourne
mal"...
Post by Libérez l'enthalphie
Et Fort Detrick a été mis en cause aussi pour Coco-19
https://francais.cgtn.com/n/BfJAA-BAA-FcA/BfEeEA/index.html
Bravo Shi Yi !
Post by Libérez l'enthalphie
https://www.globaltimes.cn/content/1189967.shtml
Il faut un "Institute of American Studies at the French Academy of
Social Sciences" dirigé non pas par Ni Feng mais par quelqu'un comme
Pierre Hillard, peu susceptible de se prosterner devant la FAF.
"René Groumal
2020-08-09 12:58:21 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Libérez l'enthalphie
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus
sort d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Il y a un précédent
https://www.sudouest.fr/2019/07/19/une-experience-qui-a-mal-tourne-pourrait-elle-etre-a-l-origine-de-l-epidemie-de-lyme-aux-etats-unis-6351349-4803.php
Tout le monde sait ! Et il y a des manières d'organiser le "qui tourne
mal"...
Post by Libérez l'enthalphie
Et Fort Detrick a été mis en cause aussi pour Coco-19
https://francais.cgtn.com/n/BfJAA-BAA-FcA/BfEeEA/index.html
Bravo Shi Yi !
Post by Libérez l'enthalphie
https://www.globaltimes.cn/content/1189967.shtml
Il faut un "Institute of American Studies at the French Academy of
Social Sciences" dirigé non pas par Ni Feng mais par quelqu'un comme
Pierre Hillard, peu susceptible de se prosterner devant la FAF.
Hillard n'est pris au sérieux que par la vieille droite catho
royaliste. Une centaine de personnes en France.
--
--
Se_jam
2020-08-08 22:21:32 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Ou une joint venture ?

Si ce virus est dangereux, alors aujourd'hui tous les laboratoires de virologie du monde le possède via leurs nombreux malades et sont capables de le multiplier et de le propager, il s'agirait donc, à première vue, selon ton hypothèse d'une immense erreur tactique (pas TikTok cé ot choz).

Pour les effets, la peur est bien pire que le virus lui même.
Cardinal de Hère
2020-08-09 19:27:30 UTC
Permalink
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Ou une joint venture ?
Si ce virus est dangereux, alors aujourd'hui tous les laboratoires de virologie du monde le possède via leurs nombreux malades et sont capables de le multiplier et de le propager, il s'agirait donc, à première vue, selon ton hypothèse d'une immense erreur tactique (pas TikTok cé ot choz).
Comme souvent chez les communistes, les élites chinoises ont fait preuve
de cruauté et de sadisme envers leurs peuples. Mais jamais elles ne se
sont attaquées aux peuples situés en dehors de leur juridiction. Par
contre les élites anglo-américaines sont connues pour les actes de
terreur, les coups d'état, les assassinats, les massacres, les guerres
et les génocides perpétrés dans le monde entier. Cette épidémie porte
leur signature.
Post by Se_jam
Pour les effets, la peur est bien pire que le virus lui même.
C'est une répétition générale. Quand la robotique et l'IA seront enfin
au point, quand le nucléaire civil aura été arrêté, quand toutes les
matières radioactives auront été enterrées à grande profondeur il sera
alors temps de balancer le virus qui dégagera tous ceux que les
mondialistes considèrent comme inutiles.
"René Groumal
2020-08-09 20:04:11 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Ou une joint venture ?
Si ce virus est dangereux, alors aujourd'hui tous les laboratoires de
virologie du monde le possède via leurs nombreux malades et sont
capables de le multiplier et de le propager, il s'agirait donc, à
première vue, selon ton hypothèse d'une immense erreur tactique (pas
TikTok cé ot choz).
Comme souvent chez les communistes, les élites chinoises ont fait preuve
de cruauté et de sadisme envers leurs peuples. Mais jamais elles ne se
sont attaquées aux peuples situés en dehors de leur juridiction. Par
contre les élites anglo-américaines sont connues pour les actes de
terreur, les coups d'état, les assassinats, les massacres, les guerres
et les génocides perpétrés dans le monde entier. Cette épidémie porte
leur signature.
Post by Se_jam
Pour les effets, la peur est bien pire que le virus lui même.
C'est une répétition générale. Quand la robotique et l'IA seront enfin
au point, quand le nucléaire civil aura été arrêté, quand toutes les
matières radioactives auront été enterrées à grande profondeur il sera
alors temps de balancer le virus qui dégagera tous ceux que les
mondialistes considèrent comme inutiles.
Le plus étonnant n'est pas qu'Abourick essaie de nous faire croire ces
sornettes, le plus étonnant serait qu'il y croit lui-même et c'est possible.
Etonnant, non ?
--
--
Olrik
2020-08-10 05:17:00 UTC
Permalink
Post by "René Groumal
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Ou une joint venture ?
Si ce virus est dangereux, alors aujourd'hui tous les laboratoires de
virologie du monde le possède via leurs nombreux malades et sont
capables de le multiplier et de le propager, il s'agirait donc, à
première vue, selon ton hypothèse d'une immense erreur tactique (pas
TikTok cé ot choz).
Comme souvent chez les communistes, les élites chinoises ont fait
preuve de cruauté et de sadisme envers leurs peuples. Mais jamais
elles ne se sont attaquées aux peuples situés en dehors de leur
juridiction. Par contre les élites anglo-américaines sont connues pour
les actes de terreur, les coups d'état, les assassinats, les
massacres, les guerres et les génocides perpétrés dans le monde
entier. Cette épidémie porte leur signature.
Post by Se_jam
Pour les effets, la peur est bien pire que le virus lui même.
C'est une répétition générale. Quand la robotique et l'IA seront enfin
au point, quand le nucléaire civil aura été arrêté, quand toutes les
matières radioactives auront été enterrées à grande profondeur il sera
alors temps de balancer le virus qui dégagera tous ceux que les
mondialistes considèrent comme inutiles.
Le plus étonnant n'est pas qu'Abourick essaie de nous faire croire ces
sornettes, le plus étonnant serait qu'il y croit lui-même et c'est possible.
Etonnant, non ?
Pas vraiment. Pour la bourrique, son personnage fsp est sa vie, son
univers et son identité.
Se_jam
2020-08-08 23:00:27 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
et Collin Powell(1), comme notre Perrette, à laisser tomber la fiole en rentrant chez lui et, pas de bol, en plussse il a marché dessus ... "the asshole, they say". Mais Mara était là, pas loin, avec sa tapette à virus et pif et paf et re pif et re paf ... et pour la remercier Collin l'a ramenée chez lui où ils ont dégusté des bretzels au chicons doux avec des frites et puis ... et alors ... et ben ... et ben le lendemain Mara en bikini string défilait à Time Square sous une nuées de confetti bio et les 300 membres de la NYPD fanfare, un genou à terre, sur leurs trottinettes électriques autonomes jouaient à tout berzingue 'Stars and Stripes', ... j'ai la musique mais pas les images, youtube les a censurées par erreur à cause des tapettes.

Voilà l'enregistrement que j'ai fait


Et la foule reprenait en coeur et en gueulant et en français s'il vous plait :

Cette fois j'le sens bien
Ce n'est plus ton pti doigt qui me chatouille
...

Enfin ça quoi.
https://xavier.hubaut.info/paillardes/marcheam.htm

Sejam aka Voris Bian

(1) Loading Image...
"René Groumal
2020-08-09 12:59:20 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Le virus a bon dos.
Ceux qui ont répandu ce virus
Le virus ou la peur du virus ?
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Pas de preuves comme dans tous les délires complotistes d'Abourick..
--
--
Paul Aubrin
2020-08-09 14:48:52 UTC
Permalink
Post by "René Groumal
Post by Cardinal de Hère
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Pas de preuves comme dans tous les délires complotistes d'Abourick..
Personnellement, sur ce point, mon opinion est différente de celle
d'Abourick, parce qu'il ne faut éviter de mettre sur le compte de la
méchanceté ce qui peut facilement être de la malchance ou de la bêtise.
Toutefois, il était légitime de se poser la question et il n'y a rien qui
permette de conclure avec certitude dans un sens ou dans l'autre.
Cardinal de Hère
2020-08-09 19:32:57 UTC
Permalink
Post by Paul Aubrin
Post by "René Groumal
Post by Cardinal de Hère
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Pas de preuves comme dans tous les délires complotistes d'Abourick..
Personnellement, sur ce point, mon opinion est différente de celle
d'Abourick, parce qu'il ne faut éviter de mettre sur le compte de la
méchanceté ce qui peut facilement être de la malchance ou de la bêtise.
Toutefois, il était légitime de se poser la question et il n'y a rien qui
permette de conclure avec certitude dans un sens ou dans l'autre.
Les larbins les plus serviles des neocons aboient dès que l'on exprime
l'opinion que l'épidémie de C-19 n'est qu'une ignominie supplémentaire
dans l'interminable liste des crimes perpétrés par les élites
anglo-américaines. Ce qui constitue un indice supplémentaire en faveur
de leur implication dans la création et la propagation de ce virus.
"René Groumal
2020-08-10 08:19:04 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Paul Aubrin
Post by "René Groumal
Post by Cardinal de Hère
Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé que ce coronavirus sort
d'un laboratoire américain et non pas chinois.
Pas de preuves comme dans tous les délires complotistes d'Abourick..
Personnellement, sur ce point, mon opinion est différente de celle
d'Abourick, parce qu'il ne faut éviter de mettre sur le compte de la
méchanceté ce qui peut facilement être de la malchance ou de la bêtise.
Toutefois, il était légitime de se poser la question et il n'y a rien qui
permette de conclure avec certitude dans un sens ou dans l'autre.
Les larbins les plus serviles des neocons aboient dès que l'on exprime
l'opinion que l'épidémie de C-19 n'est qu'une ignominie supplémentaire
dans l'interminable liste des crimes perpétrés par les élites
anglo-américaines. Ce qui constitue un indice supplémentaire en faveur
de leur implication dans la création et la propagation de ce virus.
Délire à thème complotiste récurrent chez Abourick
--
--
"René Groumal
2020-08-10 08:21:16 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Se_jam
Post by Cardinal de Hère
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>
Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste et président du cabinet
ACDEFI, la France s’est enfoncée dans une crise dont elle mettra très
longtemps à se relever.
Eh oui, même si l’on s’attendait à une forte baisse du PIB au deuxième
trimestre 2020 dans la quasi-totalité des pays du globe (à l’exception
de la Chine qui a subi cette sanction au premier trimestre), celle qui a
finalement été publiée a été encore plus impressionnante que prévu. Et
ce, en particulier en France. En effet, après avoir déjà baisse de 0,2 %
au quatrième trimestre 2019 (merci les grèves !), puis chuté de 5,9 % au
premier trimestre 2020 (avec « seulement » 14 jours de confinement), le
PIB français s’est effondré de 13,8 % au deuxième trimestre 2020. Au
total, sa régression atteint 18,9 % sur l’ensemble du premier semestre
et son glissement annuel s’écroule à - 19 %. Du jamais vu dans
l’Histoire contemporaine de la France.
Pour encore mieux mesurer l’ampleur des dégâts, soulignons que le niveau
du PIB français réel (c’est-à-dire hors inflation) du deuxième trimestre
2020 se situe sur un plancher depuis le deuxième trimestre… 2002 ! Non,
vous ne rêvez pas : les 55 jours de confinement national ont projeté la
France 18 ans en arrière. De plus, restons éveillés : en dépit d’un
rebond technique de rattrapage en juin, le redressement de l’économie
française sera lent et chaotique. En effet, n’oublions pas que le
déconfinement reste progressif et que, malheureusement, de nombreux
secteurs d’activité demeureront durablement en récession. A commencer
par le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, l’évènementiel, sans
oublier le transport aérien, l’aéronautique, mais aussi le luxe ou
encore l’automobile.
Il est effectivement inévitable que la grande majorité des consommateurs
mettra du temps avant d’acheter une nouvelle voiture, des biens de luxe,
mais aussi à prendre l’avion ou à séjourner dans un hôtel. De même,
avant de réinvestir massivement, les entreprises devront panser leurs
plaies et reconstituer une partie de leur trésorerie, ce qui, là aussi,
prendra du temps. En outre, n’oublions pas que les secteurs phares de
l’économie française sont justement le tourisme, le luxe, l’automobile
et l’aéronautique. Heureusement que les secteurs de l’agro-alimentaire,
de l’informatique et des services à la personne seront là pour limiter
les dégâts, même s’ils ne pourront évidemment pas permettre le retour de
la croissance forte.
Dans ce cadre, même en faisant l’hypothèse très optimiste d’un rebond du
PIB de 12 % au second semestre 2020, la variation annuelle moyenne de
celui-ci sera d’environ - 11,2 % sur l’ensemble de l’année 2020. Par la
suite, en restant toujours très optimiste et en supposant que le PIB
français connaîtra une croissance annuelle moyenne de 2,5 % à partir de
2021 (contre, rappelons-le, 1 % au cours des quinze dernières années),
la France ne retrouvera son niveau de PIB de la fin 2019 qu’en… 2025.
D’ici là, le taux de chômage augmentera durablement vers des niveaux
inconnus d’au moins 15 %. Pour mémoire, son sommet historique a été
atteint au deuxième trimestre 1994 à 10,8 %. C’est dire l’ampleur de la
crise sociale et sociétale qui nous attend.
Et ce d’autant plus que, dans le même temps, les déficits publics vont
également flamber sur des cimes inconnues d’environ 15 % du PIB, ce qui
amènera la dette publique vers des pics tout aussi inexplorés de 125 %
du PIB dès 2020. Dès lors, en dépit de l’aide de la BCE, qui sera
d’ailleurs de moins en moins efficace, les taux d’intérêt des
obligations de l’Etat français se tendront fortement, cassant de facto
la reprise et aggravant mécaniquement le chômage, les déficits et la
dette, ce qui alimentera par là même un cercle pernicieux de plus en
plus destructeur.
Malheureusement, la France est donc en train de tomber dans un scénario
catastrophe a priori irréversible : déjà structurellement affaiblie par
une croissance intrinsèquement molle, elle-même liée à un poids
exorbitant des impôts et une dépense publique massive et peu efficace,
la France a été frappée par une épidémie de coronavirus dramatiquement
meurtrière, mais aussi très mal gérée, en particulier d’un point de vue
sanitaire.
Une union sacrée ?
Tentant de rattraper son retard et sa gestion hasardeuse de la crise par
un confinement extrême, elle est alors tombée dans une récession, puis
une dépression historique, de laquelle elle sortira péniblement et
encore plus affaiblie. De la sorte, elle est désormais menacée par une
multiplicité de crises : sociales, politiques, financières et sociétales.
Face à cette « descente aux enfers » de notre beau pays, une question
demeure : est-il encore possible d’inverser la vapeur et de sortir par
le haut de cette spirale infernale ? Étant de nature optimiste (en dépit
de certaines apparences), je dirai que c’est encore faisable si une
prise de conscience nationale s’opère et qu’une sorte d’union sacrée
s’impose tant au niveau de la classe politique que des partenaires
sociaux et de la société française dans son ensemble.
Le problème est que cette dernière est tellement engoncée dans la
culture de la « lutte des classes », dans l’absence de patriotisme et
dans l’inculture économique que la probabilité d’une telle sortie de
crise est particulièrement faible. En d’autres termes, nous risquons
désormais de payer des décennies d’erreurs stratégiques et de déni de
réalité.
Marc Touati est économiste, Président du cabinet ACDEFI. Son dernier
livre « Un monde de bulles » est toujours en tête des ventes de sa
catégorie sur Amazon.fr. Son nouveau livre « RESET – Quel nouveau monde
pour demain ? » sortira le 2 septembre 2020
Le virus a bon dos.
- dégonfler les bulles financières ce qui a pour effet de faire chuter
les PIB des pays très financiarisés comme la France,
- faire chuter la production réelle donc le PIB correspondant à
l'économie réelle,
- donner la suprématie planétaire non pas à la Chine mais à modèle
hybride entre le capitalisme et le communisme, ce modèle étant celui qui
est souhaité pour le futur état mondial.
- ruiner certaines industries : tourisme, hôtellerie, restauration,
transport aérien, industrie aéronautique, automobile, pétrole, transport
et quelques autres,
- booster les industries suivantes : high tech, réseaux sociaux, santé,
pharmacie, parapharmacie,
- dégonfler brutalement les PIB des pays très financiarisés,
- désorganiser la production des pays occidentaux,
- conférer la première place mondiale à la Chine ce qui aura pour effet
de rendre les mondialistes anglo-américains encore plus fous et
criminels qu'ils ne l'étaient déjà.
On constate par l'article de Touati que l'économie américaine souffrira
trois fois moins que l'économie française mais sans doute bien plus que
l'économie chinoise. Les pays très développés comme la Chine vont devoir
réinventer leur modèle de développement. Leur industrie qui fournissait
l'Occident devra se trouver de nouveaux clients : la Russie, l'Afrique,
le Proche-Orient, car la Chine aura toujours besoin des matières
premières détenues par ces entités. Par contre l'Occident qui n'a que
ses dettes à proposer risque de devenir un poids mort dans l'économie
mondiale.
Les investisseurs semblent anticiper pour l'Occident des phénomènes
d'hyperinflation de type vénézuélien, d'où la ruée sur l'or. Espérons
qu'ils se trompent et que les dirigeants occidentaux sauront renoncer à
la financiarisation et à leur idéologie mondialiste afin de rebâtir ce
qu'ils ont détruit par leur fantaisies religieuses et leur fanatisme
européiste.
Thèmes obsessionnels récurrents chez le pauvre Abourick.
--
--
Duzz'
2020-08-08 09:05:04 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>
Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste ...
« Économiste : expert qui saura vous expliquer demain pourquoi ce qu'il
a prévu hier ne s'est pas passé aujourd'hui »

<https://www.zonebourse.com/communaute/forum/bourse/Global-equities-de-Marc-Touati-fait-faillite-243006/?file=showtopic>
se
2020-08-09 08:09:38 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
<https://www.capital.fr/economie-politique/france-apres-une-depression-historique-pas-de-retour-a-la-normale-avant-2025-1376928>
Pour notre chroniqueur Marc Touati, économiste et président du cabinet
ACDEFI, la France s’est enfoncée dans une crise dont elle mettra très
longtemps à se relever.
Eh oui, même si l’on s’attendait à une forte baisse du PIB au deuxième
trimestre 2020 dans la quasi-totalité des pays du globe (à l’exception
de la Chine qui a subi cette sanction au premier trimestre), celle qui a
finalement été publiée a été encore plus impressionnante que prévu. Et
ce, en particulier en France. En effet, après avoir déjà baisse de 0,2 %
au quatrième trimestre 2019 (merci les grèves !), puis chuté de 5,9 % au
premier trimestre 2020 (avec « seulement » 14 jours de confinement), le
PIB français s’est effondré de 13,8 % au deuxième trimestre 2020. Au
total, sa régression atteint 18,9 % sur l’ensemble du premier semestre
et son glissement annuel s’écroule à - 19 %. Du jamais vu dans
l’Histoire contemporaine de la France.
Pour encore mieux mesurer l’ampleur des dégâts, soulignons que le niveau
du PIB français réel (c’est-à-dire hors inflation) du deuxième trimestre
2020 se situe sur un plancher depuis le deuxième trimestre… 2002 ! Non,
vous ne rêvez pas : les 55 jours de confinement national ont projeté la
France 18 ans en arrière. De plus, restons éveillés : en dépit d’un
rebond technique de rattrapage en juin, le redressement de l’économie
française sera lent et chaotique. En effet, n’oublions pas que le
déconfinement reste progressif et que, malheureusement, de nombreux
secteurs d’activité demeureront durablement en récession. A commencer
par le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, l’évènementiel, sans
oublier le transport aérien, l’aéronautique, mais aussi le luxe ou
encore l’automobile.
Il est effectivement inévitable que la grande majorité des consommateurs
mettra du temps avant d’acheter une nouvelle voiture, des biens de luxe,
mais aussi à prendre l’avion ou à séjourner dans un hôtel. De même,
avant de réinvestir massivement, les entreprises devront panser leurs
plaies et reconstituer une partie de leur trésorerie, ce qui, là aussi,
prendra du temps. En outre, n’oublions pas que les secteurs phares de
l’économie française sont justement le tourisme, le luxe, l’automobile
et l’aéronautique. Heureusement que les secteurs de l’agro-alimentaire,
de l’informatique et des services à la personne seront là pour limiter
les dégâts, même s’ils ne pourront évidemment pas permettre le retour de
la croissance forte.
Dans ce cadre, même en faisant l’hypothèse très optimiste d’un rebond du
PIB de 12 % au second semestre 2020, la variation annuelle moyenne de
celui-ci sera d’environ - 11,2 % sur l’ensemble de l’année 2020. Par la
suite, en restant toujours très optimiste et en supposant que le PIB
français connaîtra une croissance annuelle moyenne de 2,5 % à partir de
2021 (contre, rappelons-le, 1 % au cours des quinze dernières années),
la France ne retrouvera son niveau de PIB de la fin 2019 qu’en… 2025.
D’ici là, le taux de chômage augmentera durablement vers des niveaux
inconnus d’au moins 15 %. Pour mémoire, son sommet historique a été
atteint au deuxième trimestre 1994 à 10,8 %. C’est dire l’ampleur de la
crise sociale et sociétale qui nous attend.
Et ce d’autant plus que, dans le même temps, les déficits publics vont
également flamber sur des cimes inconnues d’environ 15 % du PIB, ce qui
amènera la dette publique vers des pics tout aussi inexplorés de 125 %
du PIB dès 2020. Dès lors, en dépit de l’aide de la BCE, qui sera
d’ailleurs de moins en moins efficace, les taux d’intérêt des
obligations de l’Etat français se tendront fortement, cassant de facto
la reprise et aggravant mécaniquement le chômage, les déficits et la
dette, ce qui alimentera par là même un cercle pernicieux de plus en
plus destructeur.
Malheureusement, la France est donc en train de tomber dans un scénario
catastrophe a priori irréversible : déjà structurellement affaiblie par
une croissance intrinsèquement molle, elle-même liée à un poids
exorbitant des impôts et une dépense publique massive et peu efficace,
la France a été frappée par une épidémie de coronavirus dramatiquement
meurtrière, mais aussi très mal gérée, en particulier d’un point de vue
sanitaire.
Une union sacrée ?
Tentant de rattraper son retard et sa gestion hasardeuse de la crise par
un confinement extrême, elle est alors tombée dans une récession, puis
une dépression historique, de laquelle elle sortira péniblement et
encore plus affaiblie. De la sorte, elle est désormais menacée par une
multiplicité de crises : sociales, politiques, financières et sociétales.
Face à cette « descente aux enfers » de notre beau pays, une question
demeure : est-il encore possible d’inverser la vapeur et de sortir par
le haut de cette spirale infernale ? Étant de nature optimiste (en dépit
de certaines apparences), je dirai que c’est encore faisable si une
prise de conscience nationale s’opère et qu’une sorte d’union sacrée
s’impose tant au niveau de la classe politique que des partenaires
sociaux et de la société française dans son ensemble.
Le problème est que cette dernière est tellement engoncée dans la
culture de la « lutte des classes », dans l’absence de patriotisme et
dans l’inculture économique que la probabilité d’une telle sortie de
crise est particulièrement faible. En d’autres termes, nous risquons
désormais de payer des décennies d’erreurs stratégiques et de déni de
réalité.
Marc Touati est économiste, Président du cabinet ACDEFI. Son dernier
livre « Un monde de bulles » est toujours en tête des ventes de sa
catégorie sur Amazon.fr. Son nouveau livre « RESET – Quel nouveau monde
pour demain ? » sortira le 2 septembre 2020
blah blah .. https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Trente_Ans


trève de psychologie rédactionnelle.


on a répondu à blah blah : big-reset, grand retour de manivelle.



et vive le fmi jusqu'à votre faim().






--
Olive
2020-08-10 14:26:03 UTC
Permalink
Cet expert fait partie de la longue liste des prophètes du passé qui ont
dit "il est fini le temps du pétrole pas cher"
Cardinal de Hère
2020-08-10 16:36:26 UTC
Permalink
Post by Olive
Cet expert fait partie de la longue liste des prophètes du passé qui ont
dit "il est fini le temps du pétrole pas cher"
On verra dans quelques années s'il s'est aussi gouré sur la lenteur de
la récupération économique en France. L'exode des jeunes diplômés
français issus des filières d'excellence constituera un bon indicateur
de l'évolution économique du pays.

Quant au prix du pétrole, très déprimé par la crise et la surproduction,
il remontera dès que les puits de pétrole américains fermeront faute de
rentabilité et que l'économie reprendra en Asie, en Afrique et aux
Amériques.
Cardinal de Hère
2020-08-11 09:05:01 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Olive
Cet expert fait partie de la longue liste des prophètes du passé qui
ont dit "il est fini le temps du pétrole pas cher"
On verra dans quelques années s'il s'est aussi gouré sur la lenteur de
la récupération économique en France. L'exode des jeunes diplômés
français issus des filières d'excellence constituera un bon indicateur
de l'évolution économique du pays.
Quant au prix du pétrole, très déprimé par la crise et la surproduction,
il remontera dès que les puits de pétrole américains fermeront faute de
rentabilité et que l'économie reprendra en Asie, en Afrique et aux
Amériques.
test
Olive
2020-08-11 09:40:50 UTC
Permalink
à l'avenir, toutes les opinions de tous les experts se verraient se
réaliser, lorsque n tend vers l'infini, tout est possible
Post by Cardinal de Hère
On verra dans quelques années s'il s'est aussi gouré sur la lenteur de
la récupération économique en France. L'exode des jeunes diplômés
français issus des filières d'excellence constituera un bon indicateur
de l'évolution économique du pays.
Quant au prix du pétrole, très déprimé par la crise et la surproduction,
il remontera dès que les puits de pétrole américains fermeront faute de
rentabilité et que l'économie reprendra en Asie, en Afrique et aux
Amériques.
Cardinal de Hère
2020-08-11 10:46:29 UTC
Permalink
Post by Olive
Post by Cardinal de Hère
On verra dans quelques années s'il s'est aussi gouré sur la lenteur de
la récupération économique en France. L'exode des jeunes diplômés
français issus des filières d'excellence constituera un bon indicateur
de l'évolution économique du pays.
Quant au prix du pétrole, très déprimé par la crise et la
surproduction, il remontera dès que les puits de pétrole américains
fermeront faute de rentabilité et que l'économie reprendra en Asie, en
Afrique et aux Amériques.
à l'avenir, toutes les opinions de tous les experts se verraient se
réaliser, lorsque n tend vers l'infini, tout est possible
On peut considérer la prévision de Touati comme une erreur mais on peut
aussi la considérer comme une implication logique avec une partie
implicité :
"Si les lois du marché s'appliquent au pétrole alors on peut prévoir que
l'arrivée de nouveaux consommateurs issus de l'ex tiers-monde accroîtra
la demande et par conséquent les prix"

La partie implicite du "si... alors..." était "les lois du marché
s'appliquent au pétrole". Or de fait les cours du pétrole n'ont pas
augmenté parce que la demande a été réduite par la finance verte, les
pressions écologistes et le coronavirus. On en déduit que :
- les lois du marché ne s'appliquent pas toujours au pétrole,
- ceux qui croient que les lois du marché sont comme les lois naturelles
se trompent : l'homme ne peut pas rendre fausse la loi, quelle qu'elle
soit, de la gravitation universelle, par contre il peut de par sa
liberté rendre fausses les prétendues lois des sciences humaines.
Olive
2020-08-11 11:01:19 UTC
Permalink
une implication A=>B est toujours vrai lorsque A est fausse, facile donc !
Post by Cardinal de Hère
On peut considérer la prévision de Touati comme une erreur mais on peut
aussi la considérer comme une implication logique avec une partie
"Si les lois du marché s'appliquent au pétrole alors on peut prévoir que
l'arrivée de nouveaux consommateurs issus de l'ex tiers-monde accroîtra
la demande et par conséquent les prix"
La partie implicite du "si... alors..." était "les lois du marché
s'appliquent au pétrole". Or de fait les cours du pétrole n'ont pas
augmenté parce que la demande a été réduite par la finance verte, les
- les lois du marché ne s'appliquent pas toujours au pétrole,
- ceux qui croient que les lois du marché sont comme les lois naturelles
se trompent : l'homme ne peut pas rendre fausse la loi, quelle qu'elle
soit, de la gravitation universelle, par contre il peut de par sa
liberté rendre fausses les prétendues lois des sciences humaines.
Cardinal de Hère
2020-08-12 07:03:10 UTC
Permalink
Post by Olive
Post by Cardinal de Hère
On peut considérer la prévision de Touati comme une erreur mais on
peut aussi la considérer comme une implication logique avec une partie
"Si les lois du marché s'appliquent au pétrole alors on peut prévoir
que l'arrivée de nouveaux consommateurs issus de l'ex tiers-monde
accroîtra la demande et par conséquent les prix"
La partie implicite du "si... alors..." était "les lois du marché
s'appliquent au pétrole". Or de fait les cours du pétrole n'ont pas
augmenté parce que la demande a été réduite par la finance verte, les
- les lois du marché ne s'appliquent pas toujours au pétrole,
- ceux qui croient que les lois du marché sont comme les lois
naturelles se trompent : l'homme ne peut pas rendre fausse la loi,
quelle qu'elle soit, de la gravitation universelle, par contre il peut
de par sa liberté rendre fausses les prétendues lois des sciences
humaines.
une implication A=>B est toujours vrai lorsque A est fausse, facile donc !
A priori on ne sait pas si la proposition "les lois du marché
s'appliquent au pétrole" est vraie ou fausse. La véracité de
l'implication "Si les lois du marché s'appliquent au pétrole alors on
peut prévoir que l'arrivée de nouveaux consommateurs issus de l'ex
tiers-monde accroîtra la demande et par conséquent les prix" est établie
par un raisonnement économique. Cette implication étant vraie et la
proposition "on peut prévoir que l'arrivée de nouveaux consommateurs
issus de l'ex tiers-monde accroîtra la demande et par conséquent les
prix" étant fausse on en déduit que la proposition "les lois du marché
s'appliquent au pétrole" est fausse du moins dans la situation actuelle
(modus tollendo tollens "Si A alors B. B faux donc A faux.")
"René Groumal
2020-08-12 09:17:54 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Olive
Post by Cardinal de Hère
On peut considérer la prévision de Touati comme une erreur mais on
peut aussi la considérer comme une implication logique avec une
"Si les lois du marché s'appliquent au pétrole alors on peut prévoir
que l'arrivée de nouveaux consommateurs issus de l'ex tiers-monde
accroîtra la demande et par conséquent les prix"
La partie implicite du "si... alors..." était "les lois du marché
s'appliquent au pétrole". Or de fait les cours du pétrole n'ont pas
augmenté parce que la demande a été réduite par la finance verte, les
- les lois du marché ne s'appliquent pas toujours au pétrole,
- ceux qui croient que les lois du marché sont comme les lois
naturelles se trompent : l'homme ne peut pas rendre fausse la loi,
quelle qu'elle soit, de la gravitation universelle, par contre il
peut de par sa liberté rendre fausses les prétendues lois des
sciences humaines.
une implication A=>B est toujours vrai lorsque A est fausse, facile donc !
A priori on ne sait pas si la proposition "les lois du marché
s'appliquent au pétrole" est vraie ou fausse. La véracité de
l'implication "Si les lois du marché s'appliquent au pétrole alors on
peut prévoir que l'arrivée de nouveaux consommateurs issus de l'ex
tiers-monde accroîtra la demande et par conséquent les prix" est établie
par un raisonnement économique. Cette implication étant vraie et la
proposition "on peut prévoir que l'arrivée de nouveaux consommateurs
issus de l'ex tiers-monde accroîtra la demande et par conséquent les
prix" étant fausse on en déduit que la proposition "les lois du marché
s'appliquent au pétrole" est fausse du moins dans la situation actuelle
(modus tollendo tollens "Si A alors B. B faux donc A faux.")
Discussion dans le vide du type arguties de théologiens.
--
--
Continuer la lecture sur narkive:
Loading...