Discussion:
Budget italien : démocratie contre technocratie
Add Reply
Beep Beep
2018-11-05 16:17:46 UTC
Réponse
Permalink
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou national.
Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement encadrée par un
pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. Or,
toutes les révolutions démocratiques sont nées de la volonté des
peuples de contrôler les impôts et les dépenses publiques, une conquête
que l’UE leur a confisquée en grande partie.
[...]

https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731

Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Stridon
2018-11-05 16:25:15 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou national.
Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement encadrée par un
pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. Or,
toutes les révolutions démocratiques sont nées de la volonté des
peuples de contrôler les impôts et les dépenses publiques, une conquête
que l’UE leur a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
Il n'y a que les europhobes hystériques pour penser que toux ceux qui
sont partisans de la construction européenne sont eurobéats ; de
nombreuses critiques s'élèvent depuis longtemps contre les dérives
des institutions européennes, leur manque de transparence, et la
main-mise de la Commission sur les processus décisionnaires ; par
ailleurs qui ne voit pas dans les Etats-membres l'écart s'agrandir
entre les peuples et leurs dirigeants et au niveau européen le gouffre
se creuser entre les peuples et la construction européenne ?
Beep Beep
2018-11-05 16:30:08 UTC
Réponse
Permalink
Post by Stridon
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou national.
Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement encadrée par un
pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. Or,
toutes les révolutions démocratiques sont nées de la volonté des
peuples de contrôler les impôts et les dépenses publiques, une conquête
que l’UE leur a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
Il n'y a que les europhobes hystériques pour penser que toux ceux qui
sont partisans de la construction européenne sont eurobéats ; de
nombreuses critiques s'élèvent depuis longtemps contre les dérives
des institutions européennes, leur manque de transparence, et la
main-mise de la Commission sur les processus décisionnaires ; par
ailleurs qui ne voit pas dans les Etats-membres l'écart s'agrandir
entre les peuples et leurs dirigeants et au niveau européen le gouffre
se creuser entre les peuples et la construction européenne ?
Oui mais Quatremer c'était impensable sous sa plume il n'y a pas si
longtemps
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Dobb
2018-11-05 19:18:42 UTC
Réponse
Permalink
Post by Stridon
Post by Beep Beep
Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
Il n'y a que les europhobes hystériques pour penser que
toux ceux qui sont partisans de la construction européenne
sont eurobéats
C'est plus prosaïque. Un constructiviste européen standard
de 2018, c'est comme un vichyste standard de 1944 : il
a beau être un immonde collabo, il sait reconnaître la
forme du noeud coulant lorsque ce dernier s'approche de
son cou.

Comme bien d'autres, Quatremer prépare la doublure de
sa veste, et a entamé la fabrication médiatique de son
inexistant passé de résistant.

Dobb
Gloops
2018-11-07 12:29:19 UTC
Réponse
Permalink
Le 5 Novembre 2018 à 17:25, Stridon a écrit
Post by Stridon
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou national.
Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement encadrée par un
pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. Or,
toutes les révolutions démocratiques sont nées de la volonté des
peuples de contrôler les impôts et les dépenses publiques, une conquête
que l’UE leur a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
Il n'y a que les europhobes hystériques pour penser que toux ceux qui
sont partisans de la construction européenne sont eurobéats ; de
nombreuses critiques s'élèvent depuis longtemps contre les dérives
des institutions européennes, leur manque de transparence, et la
main-mise de la Commission sur les processus décisionnaires ; par
ailleurs qui ne voit pas dans les Etats-membres l'écart s'agrandir
entre les peuples et leurs dirigeants et au niveau européen le gouffre
se creuser entre les peuples et la construction européenne ?
Moyennant quoi, les notions d'eurosceptique et d’eurobéât ne feront pas
le poids bien longtemps.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
s***@free.fr
2018-11-08 20:39:31 UTC
Réponse
Permalink
Post by Stridon
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou national.
Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement encadrée par un
pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. Or,
toutes les révolutions démocratiques sont nées de la volonté des
peuples de contrôler les impôts et les dépenses publiques, une conquête
que l’UE leur a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
Il n'y a que les europhobes hystériques pour penser que toux ceux qui
sont partisans de la construction européenne sont eurobéats ; de
nombreuses critiques s'élèvent depuis longtemps contre les dérives
des institutions européennes, leur manque de transparence, et la
main-mise de la Commission sur les processus décisionnaires ; par
ailleurs qui ne voit pas dans les Etats-membres l'écart s'agrandir
entre les peuples et leurs dirigeants et au niveau européen le gouffre
se creuser entre les peuples et la construction européenne ?
En tout cas le cas de l'Italie n'a rien à voir avec ce que vous décrivez.

Après les crises qui ont touché l'euro et les banques, les pays membres de l'UE et de la zone euro on signé deux traités de stabilité.
L'Italie est signataire de ces accords.

Aujourd'hui elle présente un budget qui sort de ces accords.

Il faut rappeler ici que la commission européenne n'a aucun pouvoir politique, pour cette raison ses membres sont nommés par le parlement européen qui peut à tout moment dissoudre la commission.

au sein de l'UE elle joue donc le rôle de l'exécutif au même tire que notre gouvernement.

De fait, parmi ses attributions, la plus importante et en tout cas la plus visible, consiste à veiller à ce que les pays signataires respectent les accords qu'ils ont signés.

Si vous pensez que des accords signés ne doivent pas être respectés, pourriez-vous nous dire sur quelles bases vous envisagez que les pays travaillent ensemble.

En ne respectant pas les traités, l'Italie prend le risque d'affaiblir l'euro et l'économie de la zone et donc de toucher aux citoyens de tous les pays membres.

L'Italie est endettée à hauteur de 130% de son PIB et le gouvernement propose de financer des dépenses de fonctionnement alors qu'il n'en a pas les moyens et en faisant appel à l'emprunt.

En résumé il propose de dépenser pus en profitant de l'euro et de ses taux bas acquis grâce à ceux qui font des efforts.

Et de grâce n'allez pas nous raconter les conneries du genre que c'est par la dette qu'on peut aller mieux.

Nombre de pays qui ne sont pas dans la zone euro ont conséquemment diminué leur dette et s'en porte beaucoup mieux.
Cirrus
2018-11-08 20:44:43 UTC
Réponse
Permalink
Post by s***@free.fr
En tout cas le cas de l'Italie n'a rien à voir avec ce que vous décrivez.
C'est possible, je ne répondais pas sur ce point précis.
zw
2018-11-05 16:27:02 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme
un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre
de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont
responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit
européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples est
étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de comptes
à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions démocratiques sont
nées de la volonté des peuples de contrôler les impôts et les
dépenses publiques, une conquête que l’UE leur a confisquée en grande
partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui débute
sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais été aussi
indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider, laminer,
écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18 tonnes.
Beep Beep
2018-11-05 16:29:01 UTC
Réponse
Permalink
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme
un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre
de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont
responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit
européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples est
étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de comptes
à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions démocratiques sont
nées de la volonté des peuples de contrôler les impôts et les
dépenses publiques, une conquête que l’UE leur a confisquée en grande
partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui débute
sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais été aussi
indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider, laminer,
écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18 tonnes.
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Top-Notch
2018-11-05 16:32:30 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme
un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre
de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont
responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit
européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples est
étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de comptes
à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions démocratiques sont
nées de la volonté des peuples de contrôler les impôts et les
dépenses publiques, une conquête que l’UE leur a confisquée en grande
partie.  [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui débute
sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais été aussi
indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider, laminer,
écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18 tonnes.
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
Détruire Bruxelles et semer du sel.
--

zw
2018-11-05 17:18:22 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à
terme un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans
le cadre de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne
sont responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il
soit européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples
est étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de
comptes à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions
démocratiques sont nées de la volonté des peuples de contrôler
les impôts et les dépenses publiques, une conquête que l’UE leur
a confisquée en grande partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui
débute sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais
été aussi indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider,
laminer, écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18
tonnes.
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
L'UE n'est pas particulièrement non démocratique.

Le discours anti-EU est souvent celui de groupuscules soutenus par la
Russie ou les USA et dont l'objet est de semer la colère, la division
en Europe.

Les neuneux qui ne réfléchissent pas par eux-mêmes gobent et ressortent
ces petites histoires par ignorance, par paresse, par je ne sais quoi.

Pour répondre de façon précise et technique: le pouvoir en Europe est
celui des dirigeants, qu'il s'agisse de Présidents, de PM, de
Chancelier ou autre. Ce sont ces 28 personnes qui ont le pouvoir. Ce
sont des gens élus par le peuple bien souvent ou par des parlementaires
le reste du temps.

Ces 28 décident entre eux de façons très libre. La raison est simple,
il faut respecter la souveraineté des nations, il n'est pas question
d'imposer des choix à une nation contre son gré. Cela me semble plutot
judicieux.

Aux USA, vous avez les grands électeurs... un état peut voter contre un
Président et pourtant devoir le supporter pendant 4 ans.

En Angleterre, le PM est choisi par les parlementaires et non par les
électeurs.

Etc etc

Donc je ne vois pas trop pourquoi certains attaquent toujours l'UE...
si ce n'est pour entrer dans le jeu des USA qui souhaitent l'explosion
de l'UE et la division entre les peuples d'Europe afin de les tondre
plus tranquillement.
Zulu
2018-11-06 16:07:42 UTC
Réponse
Permalink
Post by zw
Post by Beep Beep
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à
terme un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans
le cadre de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne
sont responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il
soit européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples
est étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de
comptes à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions
démocratiques sont nées de la volonté des peuples de contrôler
les impôts et les dépenses publiques, une conquête que l’UE leur
a confisquée en grande partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui
débute sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais
été aussi indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider,
laminer, écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18
tonnes.
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
L'UE n'est pas particulièrement non démocratique.
Si, depuis que l'on a enfoncé dans le fion des français le traité de
Lisbonne qu'ils avaient refusé par référendum sous sa forme Maastricht.

Les français subissent depuis lors l'imposition de directrices
débilitantes pour les travailleurs dictées par des technocrates non élus.
Alabenne
2018-11-06 18:40:15 UTC
Réponse
Permalink
Post by Zulu
Si, depuis que l'on a enfoncé dans le fion des français le traité de
Lisbonne
Eh oh, tu oublies un épisode, entre référendum et Lisbonne, ils avaient
élu SarKozy, pour qu'il signe Lisbonne. Héhé. Faut raconter toute
l'histoire, pas la moitié, si tu veux rester crédible.
Post by Zulu
qu'ils avaient refusé par référendum sous sa forme Maastricht.
Les français subissent depuis lors l'imposition de directrices
débilitantes pour les travailleurs dictées par des technocrates non élus.
Les technocrates non élus ont été mis en place par des élus, tout comme
le flic qui te fout un PV. Essaie un peu de contester le flic qui t'a
foutu un PV. Tu vas voir si tu seras bien reçu.
Gloops
2018-11-07 12:31:58 UTC
Réponse
Permalink
Le 5 Novembre 2018 à 18:18, Zw a écrit
Post by zw
L'UE n'est pas particulièrement non démocratique.
Je suis persuadé que c'est une perte de temps de dire ça.

Surtout sans même chercher à défendre l'idée.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
s***@free.fr
2018-11-08 21:25:51 UTC
Réponse
Permalink
Post by zw
Post by Beep Beep
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à
terme un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans
le cadre de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne
sont responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il
soit européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples
est étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de
comptes à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions
démocratiques sont nées de la volonté des peuples de contrôler
les impôts et les dépenses publiques, une conquête que l’UE leur
a confisquée en grande partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui
débute sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais
été aussi indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider,
laminer, écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18
tonnes.
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
L'UE n'est pas particulièrement non démocratique.
Le discours anti-EU est souvent celui de groupuscules soutenus par la
Russie ou les USA et dont l'objet est de semer la colère, la division
en Europe.
Les neuneux qui ne réfléchissent pas par eux-mêmes gobent et ressortent
ces petites histoires par ignorance, par paresse, par je ne sais quoi.
Pour répondre de façon précise et technique: le pouvoir en Europe est
celui des dirigeants, qu'il s'agisse de Présidents, de PM, de
Chancelier ou autre. Ce sont ces 28 personnes qui ont le pouvoir. Ce
sont des gens élus par le peuple bien souvent ou par des parlementaires
le reste du temps.
Ces 28 décident entre eux de façons très libre. La raison est simple,
il faut respecter la souveraineté des nations, il n'est pas question
d'imposer des choix à une nation contre son gré. Cela me semble plutot
judicieux.
Aux USA, vous avez les grands électeurs... un état peut voter contre un
Président et pourtant devoir le supporter pendant 4 ans.
En Angleterre, le PM est choisi par les parlementaires et non par les
électeurs.
Etc etc
Donc je ne vois pas trop pourquoi certains attaquent toujours l'UE...
si ce n'est pour entrer dans le jeu des USA qui souhaitent l'explosion
de l'UE et la division entre les peuples d'Europe afin de les tondre
plus tranquillement.
Il est clair que petit à petit, les intentions de la Russie ou des USA à l'endroit de l'UE apparaissent au grand jour.

Même Marine le Pen en a pris conscience en se tenant à l'écart de Banon.

En gros les USA veulent voir l'UE démanteler et en aucun cas devenir une puissance politique et militaire.
Pourquoi ?

Parce que tant qu'elle reste une entité économique cela ne les dérange pas trop. Mais si elle s'organise pour acquérir un statut politique et militaire elle sera lors un obstacle à l'hégémonie américaine.

Quand aujourd'hui les USA prennent des mesures de rétorsion à l'endroit d'un Etat, aucun pays au monde ne peut le refuser sachant que les échanges mondiaux se font en dollars. Et le dollar est la propriété des américains. Aucun pays ne peut faire face à la puissance militaire et économique des USA.

Les USA voient donc d'un très mauvais oeil l'extension et le développement de la zone euro et sa monnaie qui est devenue la deuxième monnaie de réserve du monde et seulement en 15 ans.

Si L'ue parvenait à devenir une entité politique et développer une puissance militaire l'hégémonie américaine serait mise à mal.

De fait leur intérêt est de promouvoir le nationalisme en Europe, d'exacerber les divisions entre les pays de l'UE et la propagande bat son plein.
Les exemples ne manquent pas qu'il s'agisse de dénoncer des traités de libre échange quand ils touchent au commerce atlantique alors que l'UE en a signé bien d'autre avec d'autres pays sans que cela ne suscite aucune réaction. Une des explications est simple, les puissantes multi nationales ne veulent pas de ces accords et préfèrent des marchés où sans accords elles peuvent faire ce qu'elles veulent.

Tous les spécialistes de tous pays savent très bien que les nationalistes européens sont incapables de s'entendre et plus leur influence sera grande plus les intérêts des USA seront préservés.

Il suffit de lire toutes les âneries qui circulent par exemple sur le caractère anti démocratique de l'UE. Et les imbéciles qui les colportent n'ont jamais eu le réflexe de s'informer de la nature des ces institutions, de l'organisation des pouvoirs et des institutions.

Le rôle de la Commission Européenne en est le plus bel exemple.
Ainsi les membres sont nommés, après audition individuelle, par les députés européens tous élus démocratiquement dans leur pays respectif.
Ces même députés ont la possibilité de dissoudre la commission si celle-ci sort de ses prérogatives ou commet des actions qui vont à l'encontre des textes et du droit.

Une fois la commission constituée, son rôle et ses attributions sont fixées par des règles claires.
Parmi ses fonctions, la principale et la plus visible médiatiquement est de veiller à ce que les états membres respectent les traités signés par les chefs d'état et de gouvernement des pays membres.

De fait quand elle incite un état à respecter les accords elle ne fait que remplir le rôle que les politiciens élus attendent d'elle.

En Résumé le fonctionnement de l'UE s'appuie sur :

- Le conseil européen, composé des chefs d'état et de gouvernement des pays membres tous démocratiquement élus dans leur pays, qui signent les traités (après les conseils tenus par les ministres) et qui représentent donc la tête de l'exécutif.

- Le parlement, composé de députés tous démocratiquement élus dans leur pays respectif et qui sont chargés du législatif.

- La Commission européenne dont le chef est proposé par les membres du conseil et de commissaires nommés par les députés européens.

Au final dans l'UE le pouvoir politique appartient aux chefs d'état et de gouvernement ainsi qu'aux députés : tous sont les représentants élus dans leur pays respectif.

Et jusqu'à preuve du contraire dans une démocratie les élus n'ont de pouvoir que parce que le peuple le leur a donné pour la durée d'un mandat.

C'est le fondement même de la démocratie.

Les commissaires ne sont pas élus simplement parce qu'ils sont là pour exécuter les décisions politiques concrétisées par la signature de traités.

N'étant pas élus ils n'ont aucun pouvoir politique et sont là pour préparer les textes et veiller à leurs exécutions.

En résumé ils sont l'exécutif comme le sont nos ministres.

Et nos ministres sont-ils élus ?

Qui plus est c'est le parlement composé d'élus des peuples qui contrôle la commission et lui demande des comptes. Si elle sort des clous le parlement peut la dissoudre.

Quand la commission exige de l'Italie qu'elle respecte les deux traités de stabilité qu'elle a signée pour élaborer son budget, elle est dans son rôle sur le plan démocratique et dans les clous sur le plan politique.

Mais beaucoup ont déjà oublié les crises de l'euro et des banques de ces dernières années. Il est clair que la propagande veut voir cette crise s'amplifier.

Dans une démocratie un élu du peuple ne peut être démis de son mandat que par le peuple.
Qu'en serait-il si les membres de la commissions étaient élus ?
Qui aurait le droit de la dissoudre ?

Mais la propagande bat son plein, les plus idiots vont mêmes à prétendre que les gens de l'exécutif devraient être élus.
Ils dénoncent un système anti démocratique et démontrent par leurs commentaires qu'ils ne comprennent rien aux principes élémentaires qui valent pour l'exercice démocratique.

Le seul fait de réclamer que l'exécutif soit élu révèle toute leur ignorance.

Ainsi c'est bien la propagande qui se charge de leur inculquer ce qu'ils doivent dire et penser.

Moins ils en savent mieux ils seront à même de colporter ces inepties.

Sinon Poutine aussi veut voir l'UE éclater mais pour d'autres raisons. Pour lui ça n'est pas une question d'hégémonie économique mais d'influence de la Russie sur une partie de l'Europe. Ce qu'il redoute par dessus-tout c'est de voir des anciens pays de l'URSS intégrer l'UE et l'Otan.
L'influence de ces pays sur les russes prendraient de l'ampleur. Jusque ici c'était la Russie qui symbolisait la puissance.
Et Poutine ne peut pas politiquement accepter que ces anciens pays soumis fassent partie d'un union plus puissante que la Russie, de crainte de voir les russes subir l'influence de ces derniers.

Actuellement deux des plus grandes puissances étrangères ont la même ambition pour des raisons différentes.

Et le nationalisme européen ne sert qu'à servir ces ambitions.

Il faut comprendre que les attaques économiques ont échoué.
Il s'agit pour elles de passer à l'étape suivante.

Et le nationalisme est un outil idéal pour franchir cette étape.
Alabenne
2018-11-05 19:10:59 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
le fonctionnement non démocratique de L'UE a été mis en place par des
états démocratiques : cherchez l'erreur.
Un fonctionnement plus démocratique de l'europe serait l'obligation pour
la france d'accepter les décisions prises par les 26 autres, contre son
avis. Es-tu prêt ?

Si on n'est pas satisfait du fonctionnement de l'UE, on peut en sortir.
Personne n'est retenu.
Beep Beep
2018-11-05 19:35:53 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
le fonctionnement non démocratique de L'UE a été mis en place par des états
démocratiques : cherchez l'erreur.
Un fonctionnement plus démocratique de l'europe serait l'obligation pour la
france d'accepter les décisions prises par les 26 autres, contre son avis.
Es-tu prêt ?
Je suis prêt à accepter ce qu'une majorité de citoyens de l'UE
décident. Encore faudrait-il leur demander leur avis.
Si on n'est pas satisfait du fonctionnement de l'UE, on peut en sortir.
Personne n'est retenu.
Oui c'est un peu ça : "on ne te demande pas ton avis, tu acceptes ou tu
sors"
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
zw
2018-11-05 23:13:44 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Je suis prêt à accepter ce qu'une majorité de citoyens de l'UE
décident. Encore faudrait-il leur demander leur avis.
Alors, tu es 10x plus Européen que les plus pro-Europe !!

Non, Alabenne a raison, il te dit ce que je te disais aussi.

Il faut bien comprendre que l'UE n'est pas une nation.... ce n'est pas
un pays.. il n'y a pas de peuple Européen à proprement parler.

Il y a des nations... de vieilles nations... des peuples qui se sont
mélangés, qui se connaissent.. qui rivalisent les uns avec les autres
depuis 2000 ans.

A l'heure de la mondialisation, ces nations décident de construire
quelque chose ensemble... une union qui sera une sorte de bouclier ou
radeau de survie dans le monde globalisé qui s'annonce.

Ce n'est pas facile.. c'est une construction politique sans
équivalent.. c'est une forme d'utopie que d'unir des peuples sans
passer par la case "guerre, violence, vaincu, vainqueur". C'est pour
cela que le projet Européen est fondamentalement un projet de gauche.
Il s'agit d'une utopie, d'une chose jamais faite par les hommes mais
qui apporterait bcp de bien si elle réussissait.
Beep Beep
2018-11-06 16:59:30 UTC
Réponse
Permalink
Post by zw
Post by Beep Beep
Je suis prêt à accepter ce qu'une majorité de citoyens de l'UE
décident. Encore faudrait-il leur demander leur avis.
Alors, tu es 10x plus Européen que les plus pro-Europe !!
Mais où avez vous lu que je j'étais anti-UE ?
Je rêve d'une autre Europe, plus démocratique, plus sociale, plus
solidaire... Mais je ne suis pas anti-UE.
Post by zw
Non, Alabenne a raison, il te dit ce que je te disais aussi.
Il faut bien comprendre que l'UE n'est pas une nation.... ce n'est pas
un pays.. il n'y a pas de peuple Européen à proprement parler.
Il y a des nations... de vieilles nations... des peuples qui se sont
mélangés, qui se connaissent.. qui rivalisent les uns avec les autres
depuis 2000 ans.
Désolé mais moi ça ne me convient pas, je rêve d'autre chose !
Post by zw
A l'heure de la mondialisation, ces nations décident de construire
quelque chose ensemble... une union qui sera une sorte de bouclier ou
radeau de survie dans le monde globalisé qui s'annonce.
Ce n'est pas facile.. c'est une construction politique sans
équivalent.. c'est une forme d'utopie que d'unir des peuples sans
passer par la case "guerre, violence, vaincu, vainqueur". C'est pour
cela que le projet Européen est fondamentalement un projet de gauche.
Il s'agit d'une utopie, d'une chose jamais faite par les hommes mais
qui apporterait bcp de bien si elle réussissait.
C'est surtout que les puissances financières qui dirigent l'UE,
préfèrent que le peuple n'ait pas trop son mot à dire. Ils sont arrivés
à dégoûter les citoyens d'une belle idée et le risque est que ceux-ci
jettent le bébé avec l'eau du bain !
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2018-11-07 12:35:05 UTC
Réponse
Permalink
Le 6 Novembre 2018 à 17:59, Beep Beep a écrit
Post by Beep Beep
Je rêve d'une autre Europe, plus démocratique, plus sociale, plus
solidaire... Mais je ne suis pas anti-UE.
Mais tu sais, ça fait chic, quand quelqu'un demande un peu de
démocratie, de dire qu'il est anti-Europe.

Comme ça il n'y a pas de discussion, c'est comme si on disait qu'il est
raciste.

D'ailleurs, pour ma part je suis raciste et anti-Europe, et j'appelle à
construire une Europe qui puisse être accueillante. Donc qui accueille
moins de monde, d'ailleurs.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
s***@free.fr
2018-11-08 20:40:52 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme
un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre
de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont
responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit
européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples est
étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de comptes
à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions démocratiques sont
nées de la volonté des peuples de contrôler les impôts et les
dépenses publiques, une conquête que l’UE leur a confisquée en grande
partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui débute
sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais été aussi
indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider, laminer,
écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18 tonnes.
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
Expliquez-nous en quoi le fonctionnement de l'UE n'est pas démocratique ?

C'est bien beau de colporter les âneries mais vos arguments à vous ils sont où ?
Beep Beep
2018-11-09 10:42:28 UTC
Réponse
Permalink
Post by s***@free.fr
Post by Beep Beep
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme
un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre
de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont
responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit
européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples est
étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de comptes
à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions démocratiques sont
nées de la volonté des peuples de contrôler les impôts et les
dépenses publiques, une conquête que l’UE leur a confisquée en grande
partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui débute
sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais été aussi
indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider, laminer,
écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18 tonnes.
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
Expliquez-nous en quoi le fonctionnement de l'UE n'est pas démocratique ?
C'est bien beau de colporter les âneries mais vos arguments à vous ils sont où ?
Je ne trouve pas démocratique que les membres de la commission
européenne sois cooptés par les gvt selon une logique de politique
interne qui n'a rien à voir avec la souveraineté des peuples.
Je ne trouve pas démocratique que le parlement européen, qui si il peut
censurer la commission, ne puisse pas proposer ou choisir ses membres.
Je ne trouve pas démocratique que le parlement européen ne puisse pas
proposer de loi. Il peut au mieux les ammender, les renégocier.
Et surtout, il n'existe aucun moyen efficace, par lequel les citoyens
européens pourraient proposer une norme, la voter ou la contester au
niveau européen.
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Herisson grognon
2018-11-09 13:20:12 UTC
Réponse
Permalink
Post by s***@free.fr
Post by Beep Beep
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme
un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre
de l'Union économique et monétaire, ni l'Eurogroupe ne sont
responsables collectivement devant aucun Parlement, qu'il soit
européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples est
étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n'a de comptes
à rendre qu'à lui-même. Or, toutes les révolutions démocratiques sont
nées de la volonté des peuples de contrôler les impôts et les
dépenses publiques, une conquête que l'UE leur a confisquée en grande
partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui débute
sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais été aussi
indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider, laminer,
écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18 tonnes.
Oui et à propos du fonctionnement non démocratique de l'UE ?
Expliquez-nous en quoi le fonctionnement de l'UE n'est pas démocratique ?
C'est l'europe du capital, l'europe de l'écrasement des populations, si
vous ne le voyez pas, c'est pas grave.

Alain
Post by s***@free.fr
C'est bien beau de colporter les âneries mais vos arguments à vous ils sont où ?
Zulu
2018-11-06 16:04:14 UTC
Réponse
Permalink
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme
un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre
de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont
responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit
européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples est
étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de comptes
à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions démocratiques sont
nées de la volonté des peuples de contrôler les impôts et les
dépenses publiques, une conquête que l’UE leur a confisquée en grande
partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui débute
sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais été aussi
indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider, laminer,
écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18 tonnes.
La très grande Suisse n'a pas vu son tissu industriel se dégrader autant
qu'en France, Italie ou Espagne.

Merci à la grande puissance UE.

Au fait, ou en est la résistance de la très puissante UE face aux diktat
américains sur les sanctions en Russie et Iran?

Encore du bourrage de crâne de l'oligarchie.

Le Brésil n'a pas ouvert son cul au mondialisme effréné et je vois que
son tissu industriel ne se débilite pas, contrairement à la France.

Le Brésil serait-il plus puissant que la France?
zw
2018-11-06 17:00:14 UTC
Réponse
Permalink
Post by Zulu
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à
terme un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans
le cadre de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne
sont responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il
soit européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples
est étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de
comptes à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions
démocratiques sont nées de la volonté des peuples de contrôler
les impôts et les dépenses publiques, une conquête que l’UE leur
a confisquée en grande partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui
débute sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais
été aussi indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider,
laminer, écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18
tonnes.
La très grande Suisse n'a pas vu son tissu industriel se dégrader
autant qu'en France, Italie ou Espagne.
Oui. Vous avez raison. Les Suisses sont protestants. Les délires de
curé qu'on voit ici et là dans les pays catholiques consistant à dire
"les branleurs sont des victimes" et "les riches sont des salauds"..
tout cela n'existe pas en Suisse.

Par ailleurs, la Suisse, le Luxembourg, Singapore... etc.. ce sont des
micros nations, elles peuvent développer des stratégies qui ne sont
accessibles qu'à elles...qu'au petits pays, au micro nations. Ce sont
des stratégies "de niches".
Post by Zulu
Merci à la grande puissance UE.
Au fait, ou en est la résistance de la très puissante UE face aux
diktat américains sur les sanctions en Russie et Iran?
Pas facile. Concernant l'Iran, l'UE met en place un mécanisme de
contournement mais c'est très compliqué car les USA sont farouchement
opposés à ce que cela puisse fonctionner.
Post by Zulu
Encore du bourrage de crâne de l'oligarchie.
Le Brésil n'a pas ouvert son cul au mondialisme effréné et je vois
que son tissu industriel ne se débilite pas, contrairement à la
France.
Je suppose que c'est une plaisanterie.
Post by Zulu
Le Brésil serait-il plus puissant que la France?
La puissance, c'est quoi au juste ?

Pour répondre, je dirais que la France est plus puissante, elle dispose
de plus de moyens de résister aux pressions.
--
Le socialisme est une philosophie de la faiblesse et de l'hypocrisie.
Zulu
2018-11-08 22:15:51 UTC
Réponse
Permalink
Post by zw
Post by Zulu
Post by zw
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à
terme un problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans
le cadre de l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne
sont responsables collectivement devant aucun Parlement, qu’il
soit européen ou national. Autrement dit, la volonté des peuples
est étroitement encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de
comptes à rendre qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions
démocratiques sont nées de la volonté des peuples de contrôler
les impôts et les dépenses publiques, une conquête que l’UE leur
a confisquée en grande partie. [...]
La phase gentille de la mondialisation est finie, la phase qui
débute sera très différente. L'union des pays d'Europe n'a jamais
été aussi indispensable. Sans union, chaque pays se fera trucider,
laminer, écrabouiller comme une grenouille sous la roue d'un 18
tonnes.
La très grande Suisse n'a pas vu son tissu industriel se dégrader
autant qu'en France, Italie ou Espagne.
Oui. Vous avez raison. Les Suisses sont protestants. Les délires de
curé qu'on voit ici et là dans les pays catholiques consistant à dire
"les branleurs sont des victimes" et "les riches sont des salauds"..
tout cela n'existe pas en Suisse.
Par ailleurs, la Suisse, le Luxembourg, Singapore... etc.. ce sont des
micros nations, elles peuvent développer des stratégies qui ne sont
accessibles qu'à elles...qu'au petits pays, au micro nations. Ce sont
des stratégies "de niches".
Ajouter le Japon et la Corée du Sud aux micro-nations...
Post by zw
Post by Zulu
Merci à la grande puissance UE.
Au fait, ou en est la résistance de la très puissante UE face aux
diktat américains sur les sanctions en Russie et Iran?
Pas facile. Concernant l'Iran, l'UE met en place un mécanisme de
contournement mais c'est très compliqué car les USA sont farouchement
opposés à ce que cela puisse fonctionner.
Les grosses boîtes ont déjà deserté le pays.
Post by zw
Post by Zulu
Encore du bourrage de crâne de l'oligarchie.
Le Brésil n'a pas ouvert son cul au mondialisme effréné et je vois
que son tissu industriel ne se débilite pas, contrairement à la
France.
Je suppose que c'est une plaisanterie.
Non, c'est la réalité. Il existe encore des haut-fourneaux, des usines
de godasses et de textiles ainsi qu'un tissu industriel vivace de
milliers de PME ici.
Si les droits de douanes n'existaient pas, tout ça serait détruit comme
chez nous en pire.
Post by zw
Post by Zulu
Le Brésil serait-il plus puissant que la France?
La puissance, c'est quoi au juste ?
Le PIB, l'armée, l'envergure diplomatique, toussa
Post by zw
Pour répondre, je dirais que la France est plus puissante, elle dispose
de plus de moyens de résister aux pressions.
En effet, mais à condition de ne pas rester l'otage du boulet de l'UE.
Cardinal de Hère
2018-11-08 22:31:11 UTC
Réponse
Permalink
Post by Zulu
En effet, mais à condition de ne pas rester l'otage du boulet de l'UE.
Il faut comprendre réellement le rôle néfaste de l'UE : l'UE est un
empêcheur de consommer du pétrole, du gaz, de l'uranium, du charbon, en
un mot de l'énergie. Exceptée l'Allemagne qui parvient à consommer plus
de charbon, les autres pays sont contraints sur le plan énergétique.
Voici une petite étude sur l'interminable décroissance de l'Italie : la
faute à l'euro, au libre-échange, à la finance, à la dette ? Non, le
problème fondamental est la chute drastique de l'approvisionnement
énergétique ! Et ça a sans doute à voir avec l'UE.

<https://jancovici.com/transition-energetique/choix-de-societe/litalie-et-lenergie-un-cas-decole/>
Duzz'
2018-11-05 17:00:40 UTC
Réponse
Permalink
[...]
Or, toutes les révolutions démocratiques sont nées
de la volonté des peuples de contrôler les impôts et
les dépenses publiques, une conquête que l’UE leur
a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
Il lance peut-être un appel à témoins, pour que quelqu'un lui révèle
de quand date la dernière révolution démocratique qui aurait permis à
un peuple de contrôler les impôts et les dépenses publiques.
Gloops
2018-11-07 12:38:31 UTC
Réponse
Permalink
Le 5 Novembre 2018 à 18:00, Duzz' a écrit
Post by Duzz'
[...]
Or, toutes les révolutions démocratiques sont nées
de la volonté des peuples de contrôler les impôts et
les dépenses publiques, une conquête que l’UE leur
a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
Il lance peut-être un appel à témoins, pour que quelqu'un lui révèle
de quand date la dernière révolution démocratique qui aurait permis à
un peuple de contrôler les impôts et les dépenses publiques.
Sous De Gaulle ça existait.

Le jour où on ne l'a pas suivi sur un référendum, il est parti.

D'ailleurs à propos de dépenses, pour payer la facture d'électricité de
l'Élysée, il sortait son carnet de chèques personnel.

Qui c'est, aujourd'hui, qui fait ça ?
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Roaringriri
2018-11-08 07:51:53 UTC
Réponse
Permalink
Post by Gloops
Le 5 Novembre 2018 à 18:00, Duzz' a écrit
Post by Duzz'
[...]
Or, toutes les révolutions démocratiques sont nées
de la volonté des peuples de contrôler les impôts et
les dépenses publiques, une conquête que l’UE leur
a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
Il lance peut-être un appel à témoins, pour que quelqu'un lui révèle
de quand date la dernière révolution démocratique qui aurait permis à
un peuple de contrôler les impôts et les dépenses publiques.
Sous De Gaulle ça existait.
Le jour où on ne l'a pas suivi sur un référendum, il est parti.
D'ailleurs à propos de dépenses, pour payer la facture d'électricité de
l'Élysée, il sortait son carnet de chèques personnel.
Qui c'est, aujourd'hui, qui fait ça ?
De Gaulle était intrinsèquement royaliste.
Il a voulu restaurer un certain contrôle de l'économie par l'état.
Il a réussi ça en partie en 1945, en se servant des compromissions de
l'industrie avec les vaincus, mais en 58 cette histoire était terminée
et oubliée, et il a avalé couleuvres sur couleuvres, avant d'introniser
la Banque Rotschild comme premier ministre.
Il s'est lui même livré, et a livré le pays, pieds et poings liées à la
banque, et en a tiré les conclusions.
Cardinal de Hère
2018-11-08 08:40:36 UTC
Réponse
Permalink
Post by Roaringriri
De Gaulle était intrinsèquement royaliste.
Un royaliste qui a rétabli la république et restauré le pouvoir de la
franc-maçonnerie ! Le pauvre Riri n'en rate décidément pas une !
Roaringriri
2018-11-08 14:07:14 UTC
Réponse
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Roaringriri
De Gaulle était intrinsèquement royaliste.
Un royaliste qui a rétabli la république et restauré le pouvoir de la
franc-maçonnerie ! Le pauvre Riri n'en rate décidément pas une !
Le pouvoir politique ayant disparu avec avec le parlementarisme, les FM
ne sont que des guignols paranoïaques, qui en ont une vision très
semblable à la tienne.

C'est bien connu, un Dieu en l'air, implique plein d'imitations par terre.
De fait, je crois que tu es bien le dernier à pouvoir comprendre le
Principe Monarchiste (entre autres).
Cardinal de Hère
2018-11-08 20:36:33 UTC
Réponse
Permalink
Post by Roaringriri
Post by Cardinal de Hère
Post by Roaringriri
De Gaulle était intrinsèquement royaliste.
Un royaliste qui a rétabli la république et restauré le pouvoir de la
franc-maçonnerie ! Le pauvre Riri n'en rate décidément pas une !
Le pouvoir politique ayant disparu avec avec le parlementarisme, les FM
ne sont que des guignols paranoïaques, qui en ont une vision très
semblable à la tienne.
C'est bien connu, un Dieu en l'air, implique plein d'imitations par terre.
De fait, je crois que tu es bien le dernier à pouvoir comprendre le
Principe Monarchiste (entre autres).
Je frémis en tentant d'imaginer ton "pouvoir politique". Sans doute
quelque chose entre Pol Pot, al-Baghdadi et GW Bush.
roaringriri
2018-11-10 08:22:43 UTC
Réponse
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Roaringriri
Post by Cardinal de Hère
Post by Roaringriri
De Gaulle était intrinsèquement royaliste.
Un royaliste qui a rétabli la république et restauré le pouvoir de la
franc-maçonnerie ! Le pauvre Riri n'en rate décidément pas une !
Le pouvoir politique ayant disparu avec avec le parlementarisme, les
FM ne sont que des guignols paranoïaques, qui en ont une vision très
semblable à la tienne.
C'est bien connu, un Dieu en l'air, implique plein d'imitations par terre.
De fait, je crois que tu es bien le dernier à pouvoir comprendre le
Principe Monarchiste (entre autres).
Je frémis en tentant d'imaginer ton "pouvoir politique". Sans doute
quelque chose entre Pol Pot, al-Baghdadi et GW Bush.
Manifestement il a du t'échapper quelque chose du projet anarchiste.
Allez, cherche bien.
Tu as raison d'en frémir, mais pour après tout sauf les raisons que tu
invoques.
Cardinal de Hère
2018-11-10 10:16:10 UTC
Réponse
Permalink
Post by roaringriri
Post by Cardinal de Hère
Post by Roaringriri
Post by Cardinal de Hère
Post by Roaringriri
De Gaulle était intrinsèquement royaliste.
Un royaliste qui a rétabli la république et restauré le pouvoir de
la franc-maçonnerie ! Le pauvre Riri n'en rate décidément pas une !
Le pouvoir politique ayant disparu avec avec le parlementarisme, les
FM ne sont que des guignols paranoïaques, qui en ont une vision très
semblable à la tienne.
C'est bien connu, un Dieu en l'air, implique plein d'imitations par terre.
De fait, je crois que tu es bien le dernier à pouvoir comprendre le
Principe Monarchiste (entre autres).
Je frémis en tentant d'imaginer ton "pouvoir politique". Sans doute
quelque chose entre Pol Pot, al-Baghdadi et GW Bush.
Manifestement il a du t'échapper quelque chose du projet anarchiste.
Allez, cherche bien.
Tu as raison d'en frémir, mais pour après tout sauf les raisons que tu
invoques.
Pire que Pol Pot, al-Baghdadi et GW Bush je ne vois que Satan.

Mr H.­
2018-11-05 17:29:35 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou
national. Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement
encadrée par un pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre
qu’à lui-même. Or, toutes les révolutions démocratiques sont nées de
la volonté des peuples de contrôler les impôts et les dépenses
publiques, une conquête que l’UE leur a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
Merde c'est Quatremer qui a écrit ça ?
Juncker a couché avec sa femme ou quoi ?
J'aime bien le « rares sont ceux qui ont compris ... » qui sous-entend
que lui, fait partie de cette élite douée de la faculté de
comprendre. Il devrait lire autre chose que la presse des griots de
l'Union Européenne ce pauvre crétin de Quatremer !
--
Mr H.
=====
Si l'on regarde attentivement une hostie à contre-jour, on peut voir distinctement quel morceau de Jésus-Christ on va déguster.
-+- Cavanna, François -+-
Alabenne
2018-11-05 19:00:38 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou national.
Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement encadrée par un
pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. Or,
toutes les révolutions démocratiques sont nées de la volonté des peuples
de contrôler les impôts et les dépenses publiques, une conquête que l’UE
leur a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
rappelle-nous qui sont les actionnaires de libération.
Cardinal de Hère
2018-11-08 08:39:03 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou national.
Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement encadrée par un
pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. Or,
toutes les révolutions démocratiques sont nées de la volonté des peuples
de contrôler les impôts et les dépenses publiques, une conquête que l’UE
leur a confisquée en grande partie.
[...]
https://www.liberation.fr/planete/2018/11/04/budget-italien-democratie-contre-technocratie_1689731
Selon Jancovici l'économie italienne continuera à être durablement en
crise à cause de sa dépendance aux énergies fossiles alors que
l'approvisionnement en gaz et en pétrole est contraint. L'Italie aurait
dû tout miser sur le nucléaire pour produire de l'électricité. Je ne
donne que la conclusion de l'article. Ceux qui veulent voir les nombreux
graphiques et leurs commentaires se reporteront au site.

<https://jancovici.com/transition-energetique/choix-de-societe/litalie-et-lenergie-un-cas-decole/>

Il est donc probable que l’Italie va rester massivement dépendante des
fossiles à l’échéance de 10 ou 20 ans, et comme cet approvisionnement a
toutes les chances de continuer à baisser, ca veut dire que l’Italie va
devoir gérer son destin sans retour de la croissance, voir même avec de
la décroissance structurelle.

C’est à cette conclusion qu’amène une lecture « physique » de
l’économie. Et ce que nous observons chez nos voisins du Sud est donc,
selon toute vraisemblance, la façon « normale » dont un pays
industrialisé réagit au début d’une contraction énergétique non
anticipée. Comme les autres pays d’Europe n’anticipent pas plus,
observons bien ce qui se passe chez eux. Quelque chose de ressemblant a
toutes les chances d’arriver aussi chez nous si on ne s’occupe pas
sérieusement de la question de l’énergie fossile, ou plus exactement
d’organiser la société avec de moins en moins d’énergie fossile, y
compris si cela signifie de moins en moins de PIB.
Alabenne
2018-11-08 19:33:11 UTC
Réponse
Permalink
Post by Cardinal de Hère
L'Italie aurait
dû tout miser sur le nucléaire pour produire de l'électricité.
humm, installer des centrales nucléaires dans un pays sujet à fréquents
tremblement de terre, faut voir.
Devaient plutôt essayer de domestiquer l'énergie de leurs volcans, non ?
Duzz'
2018-11-08 19:45:03 UTC
Réponse
Permalink
Post by Alabenne
Post by Cardinal de Hère
L'Italie aurait
dû tout miser sur le nucléaire pour produire de l'électricité.
humm, installer des centrales nucléaires dans un pays sujet à fréquents
tremblement de terre, faut voir.
Devaient plutôt essayer de domestiquer l'énergie de leurs volcans, non ?
En sa qualité de polytechnicien, Jancovici préfère les beaux graphiques
à la dure réalité du terrain.
Cardinal de Hère
2018-11-08 20:40:26 UTC
Réponse
Permalink
Post by Alabenne
L'Italie aurait dû tout miser sur le nucléaire pour produire de
l'électricité.
humm, installer des centrales nucléaires dans un pays sujet à fréquents
tremblement de terre, faut voir.
Devaient plutôt essayer de domestiquer l'énergie de leurs volcans, non ?
Le nucléaire de quatrième génération est réputé pour son innocuité,
particulièrement le MSFR. Le problème de l'Italie ce n'est pas l'UE,
l'euro ou la finance, mais l'énergie. Si ce problème n'est pas réglé
rapidement, et il ne le sera pas, alors l'Italie connaîtra une très
forte décroissance.
s***@free.fr
2018-11-08 20:30:12 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou national.
Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement encadrée par un
pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. Or,
toutes les révolutions démocratiques sont nées de la volonté des
peuples de contrôler les impôts et les dépenses publiques, une conquête
que l’UE leur a confisquée en grande partie.
[...]
C'est quand même la preuve d'une ignorance crasse que d'avancer des arguments pareils.

Jusqu'à preuve du contraire l'Italie a signé des accords et des traités sur les règles à respecter tant au sein de l'euro que de de la zone euro.

Ici elle est en train de les bafouer et ce sont ceux qui exigent qu'elle les respecte qui se voient taxer de technocrate.

A vous lire il apparaît donc que de ne pas respecter les accords signés serait le signe d'une action démocratique.

D'autre part vous ignorez que si l'Italie peut bénéficier de prêt à des taux intéressants c'est simplement parce que ses voisins se sont imposés une rigueur budgétaire.

Et si vous approfondissez un peu vous sauriez que ce que fait l'Italie affaiblit l'euro et qu'au travers de cet affaiblissement elle fera pays aux citoyens européens ce qu'elle va dépenser.

D'autre part vous parlez de démocratie, mais qu'est-ce qu'il y a de démocratique à faire payer les dettes et les dépenses que l'ont est incapable de financer par les générations futures?

Les agissement du gouvernement italien sont exactement à l'opposé de toute action et de tout respect démocratique.

Une exemple : une des deux coalitions a renoncé à sortir de l'euro pour justement pouvoir financer leur dépense sur le dos de la collectivité européenne, malgré deux traités de stabilité signés.

Mais tous les jours un peu plus, les plus fragiles gobent à peu près tout ce qu'on veut leur faire gober.
Beep Beep
2018-11-08 20:40:29 UTC
Réponse
Permalink
Post by s***@free.fr
Post by Beep Beep
[...]
Rares sont ceux qui ont compris que ces réformes poseraient à terme un
problème démocratique. En effet, ni la Commission, dans le cadre de
l’Union économique et monétaire, ni l’Eurogroupe ne sont responsables
collectivement devant aucun Parlement, qu’il soit européen ou national.
Autrement dit, la volonté des peuples est étroitement encadrée par un
pouvoir technocratique qui n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. Or,
toutes les révolutions démocratiques sont nées de la volonté des
peuples de contrôler les impôts et les dépenses publiques, une conquête
que l’UE leur a confisquée en grande partie.
[...]
C'est quand même la preuve d'une ignorance crasse que d'avancer des arguments pareils.
Jusqu'à preuve du contraire l'Italie a signé des accords et des traités sur
les règles à respecter tant au sein de l'euro que de de la zone euro.
Ici elle est en train de les bafouer et ce sont ceux qui exigent qu'elle les
respecte qui se voient taxer de technocrate.
A vous lire il apparaît donc que de ne pas respecter les accords signés
serait le signe d'une action démocratique.
D'autre part vous ignorez que si l'Italie peut bénéficier de prêt à des taux
intéressants c'est simplement parce que ses voisins se sont imposés une
rigueur budgétaire.
Et si vous approfondissez un peu vous sauriez que ce que fait l'Italie
affaiblit l'euro et qu'au travers de cet affaiblissement elle fera pays aux
citoyens européens ce qu'elle va dépenser.
D'autre part vous parlez de démocratie, mais qu'est-ce qu'il y a de
démocratique à faire payer les dettes et les dépenses que l'ont est incapable
de financer par les générations futures?
Les agissement du gouvernement italien sont exactement à l'opposé de toute
action et de tout respect démocratique.
Une exemple : une des deux coalitions a renoncé à sortir de l'euro pour
justement pouvoir financer leur dépense sur le dos de la collectivité
européenne, malgré deux traités de stabilité signés.
Mais tous les jours un peu plus, les plus fragiles gobent à peu près tout ce
qu'on veut leur faire gober.
Et c'est Quatremer, un des plus zélés défenseurs de l'UE, qui a écrit
ça, dingue non ?
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Cardinal de Hère
2018-11-08 20:42:07 UTC
Réponse
Permalink
Post by s***@free.fr
Ici elle est en train de les bafouer et ce sont ceux qui exigent qu'elle les respecte qui se voient taxer de technocrate.
Dit donc, gros balourd, le déficit que Salvini veut pour l'Italie est
bien moindre que celui que la Commission Européenne accorde à ce pitre
ridicule de Macron !
Zulu
2018-11-08 22:22:24 UTC
Réponse
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by s***@free.fr
Ici elle est en train de les bafouer et ce sont ceux qui exigent
qu'elle les respecte qui se voient taxer de technocrate.
Dit donc, gros balourd, le déficit que Salvini veut pour l'Italie est
bien moindre que celui que la Commission Européenne accorde à ce pitre
ridicule de Macron !
De plus, les traités ne sont pas éternels. Ils sont le fruit
d'arrangement conjoncturels qui peuvent être révisables si le peuple en
décide ainsi.

Encore faut-il que le peuple soit souverain, ce que semble contester les
technocrates de Bruxelles à propos des italiens.
Cardinal de Hère
2018-11-08 22:40:57 UTC
Réponse
Permalink
Post by Zulu
Post by Cardinal de Hère
Post by s***@free.fr
Ici elle est en train de les bafouer et ce sont ceux qui exigent
qu'elle les respecte qui se voient taxer de technocrate.
Dit donc, gros balourd, le déficit que Salvini veut pour l'Italie est
bien moindre que celui que la Commission Européenne accorde à ce pitre
ridicule de Macron !
De plus, les traités ne sont pas éternels. Ils sont le fruit
d'arrangement conjoncturels qui peuvent être révisables si le peuple en
décide ainsi.
Encore faut-il que le peuple soit souverain, ce que semble contester les
technocrates de Bruxelles à propos des italiens.
On ne peut certes pas imposer de nouveaux traités aux Européens comme
Macron ou Mélenchon rêvent de le faire. On peut par contre sortir de
l'UE. Mais pas à la manière de cette brute épaisse d'Asselineau qui
croît naïvement que la nouvelle politique macro-économique (contrôle des
mouvements de capitaux, contrôle du taux de change de la monnaie plus un
brin de protectionnisme) résorbera automatiquement le chômage. Le fond
du problème c'est l'énergie et là c'est chacun pour soi. Il n'y a pas de
solidarité entre états. L'Allemagne parvient à consommer plus d'énergie
primaire par habitant que les autres pays de l'UE. C'est de là que vient
sa prospérité économique. Et ça dépend de quoi ? De la capacité à se
procurer de l'énergie et de la capacité à utiliser cette énergie pour
produire. Et là Asselineau est larguééééééééé, totalement larguééééééééé
le pauvre vieux !
Loading...