Discussion:
Les Suisses ont voté contre la monnaie pleine
(trop ancien pour répondre)
Cardinal de Hère
2018-06-10 21:17:06 UTC
Permalink
L'initiative monnaie pleine visait à dessaisir les banques commerciales
de leur prérogative de création monétaire afin de confier cette dernière
à la seule banque centrale, ce qui aurait ruiné le secteur financier
privé ou peu s'en faut.

<https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/les-suisses-votent-contre-une-reforme-radicale-de-la-finance-05a7c5acc276803f2c352587ff5a40b5>

ZURICH (Reuters) - Un plan radical visant à ôter aux banques suisses le
droit de création monétaire a été rejeté par les électeurs, selon les
premières projections de vote publiées dimanche.

Quelque 75% des électeurs ont voté contre l'initiative dite "Monnaie
pleine", d'après l'institut de sondage gfs.Bern. Le résultat définitif
de la consultation est attendu en fin de journée.

Selon la Radio Télévision Suisse, une majorité de cantons a rejeté la
proposition, ce qui condamne aussi l'initiative. En plus d'une majorité
simple des électeurs, celles-ci devait aussi réunir une majorité des 26
cantons de la Confédération.

"Nous sommes contents car cela aurait été une initiative extrêmement
dommageable", s'est réjoui Heinz Karrer, président de l'organisation
professionnelle Economiesuisse.

La proposition, soumise à votation après avoir obtenu plus de 100.000
signatures, visait à donner à la Banque nationale suisse (BNS), la
banque centrale helvétique, le monopole de la création monétaire dans le
pays.

Contrairement à une idée reçue, la plupart de l'argent est produit non
par les banques centrales mais par les banques privées afin de pouvoir
prêter davantage que les dépôts qu'elles ont dans leurs coffres.

Si l'initiative avait été approuvée, la Suisse, célèbre pour son
industrie bancaire, aurait été le premier pays au monde à interdire la
création monétaire aux établissements privés, ce qui selon les opposants
du plan aurait constitué une dangereuse expérimentation.

Les partisans de la réforme faisaient valoir que le projet rendrait le
système financier plus résistant et ferait du franc suisse la monnaie la
plus sûre du monde.

La BNS, le Conseil fédéral (gouvernement) et les organisations
patronales se sont mobilisés pour le "non".

"Nos arguments contre l'initiative, selon lesquels cela reviendrait à
bouleverser tout le système monétaire, ont convaincu le public", a
déclaré à la télévision suisse Herbert Scheidt, président de
l'Association suisse des banquiers (ASB).

Les partisans de la réforme ont annoncé leur intention de poursuivre le
combat, en dépit des sondages montrant que leur soutien dans l'opinion
publique est passé de 42% en début d'année à 25%.

"Le débat ne fait que commencer", a déclaré Raffael Wüthrich,
porte-parole de la campagne. "Notre objectif est que la monnaie soit au
service du peuple et pas le contraire, et on continuera de travailler
pour y parvenir."
zw
2018-06-10 21:37:00 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
L'initiative monnaie pleine visait à dessaisir les banques
commerciales de leur prérogative de création monétaire afin de
confier cette dernière à la seule banque centrale, ce qui aurait
ruiné le secteur financier privé ou peu s'en faut.
ça aurait surtout ruiné le pays !! Sans création monétaire de qualité,
il est impossible de faire tourner une économie. Ou alors, revenir au
moteur à vapeur, à l'économie de subsistance et, visiblement, les
citoyens Suisses l'ont compris et on donc logiquement réfusé cette
initiative de "monnaie pleine".
Cardinal de Hère
2018-06-10 21:46:46 UTC
Permalink
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
L'initiative monnaie pleine visait à dessaisir les banques
commerciales de leur prérogative de création monétaire afin de
confier cette dernière à la seule banque centrale, ce qui aurait
ruiné le secteur financier privé ou peu s'en faut.
ça aurait surtout ruiné le pays !! Sans création monétaire de qualité,
il est impossible de faire tourner une économie. Ou alors, revenir au
moteur à vapeur, à l'économie de subsistance et, visiblement, les
citoyens Suisses l'ont compris et on donc logiquement réfusé cette
initiative de "monnaie pleine".
Il vaut mieux que la banque centrale reste le créateur monétaire en
dernier ressort pour ainsi dire, les banques commerciales assumant les
risques liés au défaut toujours possible, car le bilan d'une banque
centrale se doit d'être à l'équilibre. Mais rien ne prouve que des
banques commerciales nationalisées fassent moins bien leur boulot que
des banques privées.
Ce débat n'a de sens que dans un pays civilisé où les politiciens sont
honnêtes car il est évident que dans un pays de politicards voyous comme
la France le secteur public est souvent plus corrompu que le secteur
privé. Voir par exemple la quasi faillite du Crédit lyonnais.
zw
2018-06-10 22:02:07 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
L'initiative monnaie pleine visait à dessaisir les banques
commerciales de leur prérogative de création monétaire afin de
confier cette dernière à la seule banque centrale, ce qui aurait
ruiné le secteur financier privé ou peu s'en faut.
ça aurait surtout ruiné le pays !! Sans création monétaire de
qualité, il est impossible de faire tourner une économie. Ou alors,
revenir au moteur à vapeur, à l'économie de subsistance et,
visiblement, les citoyens Suisses l'ont compris et on donc
logiquement réfusé cette initiative de "monnaie pleine".
Il vaut mieux que la banque centrale reste le créateur monétaire en
dernier ressort pour ainsi dire, les banques commerciales assumant
les risques liés au défaut toujours possible, car le bilan d'une
banque centrale se doit d'être à l'équilibre.
La production de crédit est une activité fondamentale et compliquée. La
finance est une industrie, un secteur économique, elle produit des
chiffres et des décisions d'allocation du capital.

La Banque Centrale supervise ce système complexe pour s'assurer qu'il
reste intègre, robuste etc..

Elle surveille les bilans des institutions financières, qu'il s'agisse
de ceux disposant de licence bancaires ou des assurances qui doivent
assurer leurs engagements sur 30 ans ou plus.
Post by Cardinal de Hère
Mais rien ne prouve que
des banques commerciales nationalisées fassent moins bien leur boulot
que des banques privées.
Disons que la discussion est théorique. Dans la pratique, tout le monde
sait bien qu'une administration est incapable de gérer des choses
complexes telle que la production de crédit.

Un peu comme la gestion d'une entreprise, tout le monde sait bien
qu'elle est impossible si ce sont les salariés qui l'assure suivant le
dogme de l'appropriation des moyens de production. Cela ne marche
jamais et c'est pas faute d'avoir tenté de 1000 façons, ça marche pas,
c'est tout.
Post by Cardinal de Hère
Ce débat n'a de sens que dans un pays
civilisé où les politiciens sont honnêtes car il est évident que dans
un pays de politicards voyous comme la France le secteur public est
souvent plus corrompu que le secteur privé. Voir par exemple la quasi
faillite du Crédit lyonnais.
Disons que la composante catholique de la culture Française n'aide
pas.. c'est sûr que l'individu est bien plus responsable, sous
pression, sérieux et adulte dans un cadre culturel d'influence
protestante.

N'oubliez pas que pour un catholique, toute les fautes sont pardonnées
!!! Donc, on peut se lacher.. faire un peu n'importe quoi.. et c'est
le cas à tout les niveaux. Mais c'est comme ça... c'est la réalité
Française, une certaine hypocrisie il faut le reconnaitre. Mais ça
change dans le bon sens, lentement, mais surement.
Cardinal de Hère
2018-06-10 23:23:46 UTC
Permalink
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Il vaut mieux que la banque centrale reste le créateur monétaire en
dernier ressort pour ainsi dire, les banques commerciales assumant
les risques liés au défaut toujours possible, car le bilan d'une
banque centrale se doit d'être à l'équilibre.
La production de crédit est une activité fondamentale et compliquée. La
finance est une industrie, un secteur économique, elle produit des
chiffres et des décisions d'allocation du capital.
La Banque Centrale supervise ce système complexe pour s'assurer qu'il
reste intègre, robuste etc..
Elle surveille les bilans des institutions financières, qu'il s'agisse
de ceux disposant de licence bancaires ou des assurances qui doivent
assurer leurs engagements sur 30 ans ou plus.
La banque centrale ne veille à rien du tout comme le prouve la BCE qui
crée de la monnaie à tire-larigot, monnaie qui vient irriguer et grossir
les bulles financières qui tôt ou tard exploseront.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Mais rien ne prouve que
des banques commerciales nationalisées fassent moins bien leur boulot
que des banques privées.
Disons que la discussion est théorique. Dans la pratique, tout le monde
sait bien qu'une administration est incapable de gérer des choses
complexes telle que la production de crédit.
Tu confonds administration publique et entreprise publique. Renault a
été une entreprise publique, EDF aussi. Une entreprise publique se
comporte comme n'importe quelle entreprise. La seule différence entre
une entreprise publique et une entreprise privée c'est l'actionnariat :
l'état dans le premier cas, des particuliers dans le second.
Post by zw
Un peu comme la gestion d'une entreprise, tout le monde sait bien
qu'elle est impossible si ce sont les salariés qui l'assure suivant le
dogme de l'appropriation des moyens de production. Cela ne marche
jamais et c'est pas faute d'avoir tenté de 1000 façons, ça marche pas,
c'est tout.
Post by Cardinal de Hère
Ce débat n'a de sens que dans un pays
civilisé où les politiciens sont honnêtes car il est évident que dans
un pays de politicards voyous comme la France le secteur public est
souvent plus corrompu que le secteur privé. Voir par exemple la quasi
faillite du Crédit lyonnais.
Disons que la composante catholique de la culture Française n'aide
pas.. c'est sûr que l'individu est bien plus responsable, sous
pression, sérieux et adulte dans un cadre culturel d'influence
protestante.
N'oubliez pas que pour un catholique, toute les fautes sont pardonnées
!!! Donc, on peut se lacher.. faire un peu n'importe quoi.. et c'est
le cas à tout les niveaux. Mais c'est comme ça... c'est la réalité
Française, une certaine hypocrisie il faut le reconnaitre. Mais ça
change dans le bon sens, lentement, mais surement.
C'est une plaisanterie j'espère. Tout le monde sait que primo la finance
est fondamentalement malhonnête et que, secundo, elle aux mains des
juifs et des protestants.
zw
2018-06-11 07:06:24 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Il vaut mieux que la banque centrale reste le créateur monétaire
en dernier ressort pour ainsi dire, les banques commerciales
assumant les risques liés au défaut toujours possible, car le
bilan d'une banque centrale se doit d'être à l'équilibre.
La production de crédit est une activité fondamentale et
compliquée. La finance est une industrie, un secteur économique,
elle produit des chiffres et des décisions d'allocation du capital.
La Banque Centrale supervise ce système complexe pour s'assurer
qu'il reste intègre, robuste etc..
Elle surveille les bilans des institutions financières, qu'il
s'agisse de ceux disposant de licence bancaires ou des assurances
qui doivent assurer leurs engagements sur 30 ans ou plus.
La banque centrale ne veille à rien du tout comme le prouve la BCE
qui crée de la monnaie à tire-larigot, monnaie qui vient irriguer et
grossir les bulles financières qui tôt ou tard exploseront.
Ce que beaucoup de gens ne comprennent pas, c'est que l'inflation est
quelque chose de plus important que la croissance.

La croissance est un moyen d'atteindre la cible d'inflation qu'on s'est
fixé arbitrairement au préalable.

Si la croissance fait défaut de façon trop importante pendant trop
longtemps, le problème de la valeur de la monnaie se pose et tout
l'édifice est fragilisé car les cibles d'inflation sont ratées trop
souvent et de façon trop fréquente.

Dans ce cas de figure, les banques centrales vont effectivement
chercher à booster la croissance pour limiter l'écart à la cible
d'inflation et donc préserver l'ensemble de l'édifice en équilibre.

Pour faire cela, les banques centrales n'ont pas trop de choix que de
racheter de la dette long terme pour faire baisser les taux longs et,
ce faisant, gonfler leur bilan.

Mais elles ne font pas de debasing car elles annoncent leur intention
de stériliser les opérations à l'avenir.
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Mais rien ne prouve que
des banques commerciales nationalisées fassent moins bien leur
boulot que des banques privées.
Disons que la discussion est théorique. Dans la pratique, tout le
monde sait bien qu'une administration est incapable de gérer des
choses complexes telle que la production de crédit.
Tu confonds administration publique et entreprise publique. Renault a
été une entreprise publique, EDF aussi. Une entreprise publique se
comporte comme n'importe quelle entreprise. La seule différence entre
une entreprise publique et une entreprise privée c'est l'actionnariat
: l'état dans le premier cas, des particuliers dans le second.
Très bien. Alors expliquez moi. La banque centrale dispose d'un
département de production de crédit. S'agit-il d'agence bancaire
répartis sur tout le territoire ? les agents sont-ils de droit privé ?
ont-ils un statut spécial comme celui de la banque de france
aujourd'hui ? le management est-il fonctionnaire européen ?
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Un peu comme la gestion d'une entreprise, tout le monde sait bien
qu'elle est impossible si ce sont les salariés qui l'assure suivant
le dogme de l'appropriation des moyens de production. Cela ne marche
jamais et c'est pas faute d'avoir tenté de 1000 façons, ça marche
pas, c'est tout.
Post by Cardinal de Hère
Ce débat n'a de sens que dans un pays
civilisé où les politiciens sont honnêtes car il est évident que
dans un pays de politicards voyous comme la France le secteur
public est souvent plus corrompu que le secteur privé. Voir par
exemple la quasi faillite du Crédit lyonnais.
Disons que la composante catholique de la culture Française n'aide
pas.. c'est sûr que l'individu est bien plus responsable, sous
pression, sérieux et adulte dans un cadre culturel d'influence
protestante.
N'oubliez pas que pour un catholique, toute les fautes sont
pardonnées !!! Donc, on peut se lacher.. faire un peu n'importe
quoi.. et c'est le cas à tout les niveaux. Mais c'est comme ça...
c'est la réalité Française, une certaine hypocrisie il faut le
reconnaitre. Mais ça change dans le bon sens, lentement, mais
surement.
C'est une plaisanterie j'espère. Tout le monde sait que primo la
finance est fondamentalement malhonnête et que, secundo, elle aux
mains des juifs et des protestants.
L'idée de la finance est fondamentalement malhonnete est une idée
stupide car les choses ne peuvent pas se résumer ainsi. Disons que le
secteur financier permet aux gens malhonnetes de faire des méfaits mais
la finance en tant qu'activité économique est aussi importante que
l'éducation. Et le secteur financier est complexe et les policiens n'y
comprennent rien, de ce fait, ils sont incapables de protéger les
masses.

Mais vous savez, la première protection des masses, des gens non
initiés, c'est la stabilité de la valeur de la monnaie, c'est-à-dire le
fait de tenir les cibles d'inflation annoncées.

Et c'est la démarche de la BCE, c'est elle qui va dans le sens de la
protection des masses.... et c'est bien pour cela que le secteur
financier international (Wall Street, la City de Londres) attaquent la
BCE et cherchent à la faire basculer, à la renverser.
Cardinal de Hère
2018-06-11 11:42:51 UTC
Permalink
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
La banque centrale ne veille à rien du tout comme le prouve la BCE
qui crée de la monnaie à tire-larigot, monnaie qui vient irriguer et
grossir les bulles financières qui tôt ou tard exploseront.
Ce que beaucoup de gens ne comprennent pas, c'est que l'inflation est
quelque chose de plus important que la croissance.
La croissance est un moyen d'atteindre la cible d'inflation qu'on s'est
fixé arbitrairement au préalable.
Pas la peine de lire plus loin. Il est de notoriété publique que
l'argent des QE n'a pas percolé vers l'économie réelle d'où les fortes
tendances déflationnistes qui s'y sont manifestées jusqu'à l'arrivée de
Trump. Cet argent est resté dans la sphère financière où il a créé des
bulles spéculatives qui permettent à une monnaie de merde comme le
bitcoin qui ne vaut strictement rien d'atteindre presque 20.000$ !
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Tu confonds administration publique et entreprise publique. Renault a
été une entreprise publique, EDF aussi. Une entreprise publique se
comporte comme n'importe quelle entreprise. La seule différence entre
une entreprise publique et une entreprise privée c'est l'actionnariat
: l'état dans le premier cas, des particuliers dans le second.
Très bien. Alors expliquez moi. La banque centrale dispose d'un
département de production de crédit. S'agit-il d'agence bancaire
répartis sur tout le territoire ? les agents sont-ils de droit privé ?
ont-ils un statut spécial comme celui de la banque de france
aujourd'hui ? le management est-il fonctionnaire européen ?
La banque centrale est le prêteur en dernier ressort.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
C'est une plaisanterie j'espère. Tout le monde sait que primo la
finance est fondamentalement malhonnête et que, secundo, elle aux
mains des juifs et des protestants.
L'idée de la finance est fondamentalement malhonnete est une idée
stupide car les choses ne peuvent pas se résumer ainsi. Disons que le
secteur financier permet aux gens malhonnetes de faire des méfaits mais
la finance en tant qu'activité économique est aussi importante que
l'éducation. Et le secteur financier est complexe et les policiens n'y
comprennent rien, de ce fait, ils sont incapables de protéger les
masses.
Mais vous savez, la première protection des masses, des gens non
initiés, c'est la stabilité de la valeur de la monnaie, c'est-à-dire le
fait de tenir les cibles d'inflation annoncées.
Et c'est la démarche de la BCE, c'est elle qui va dans le sens de la
protection des masses.... et c'est bien pour cela que le secteur
financier international (Wall Street, la City de Londres) attaquent la
BCE et cherchent à la faire basculer, à la renverser.
La finance a toujours attiré les pires voyous, les ordures les plus
madrées et les salopards les plus endurcis. Dans une société bien faite
les financiers seraient au bagne jusqu'à la fin de leurs jours, avec une
vie pénible, amère et pleine de vexations subies. Et la finance serait
strictement contrôlée non pas par l'état qui n'est jamais qu'un ramassis
de voyous qui font la paire avec les gredins de la finance, mais
directement par le peuple qui en cas de malhonnêteté est bien plus
féroce que les politicards et les jugetons ragochards.
"René Groumal
2018-06-11 12:48:50 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
La banque centrale ne veille à rien du tout comme le prouve la BCE
qui crée de la monnaie à tire-larigot, monnaie qui vient irriguer et
grossir les bulles financières qui tôt ou tard exploseront.
Ce que beaucoup de gens ne comprennent pas, c'est que l'inflation est
quelque chose de plus important que la croissance.
La croissance est un moyen d'atteindre la cible d'inflation qu'on s'est
fixé arbitrairement au préalable.
Pas la peine de lire plus loin. Il est de notoriété publique que
l'argent des QE n'a pas percolé vers l'économie réelle d'où les fortes
tendances déflationnistes qui s'y sont manifestées jusqu'à l'arrivée de
Trump. Cet argent est resté dans la sphère financière où il a créé des
bulles spéculatives qui permettent à une monnaie de merde comme le
bitcoin qui ne vaut strictement rien d'atteindre presque 20.000$ !
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Tu confonds administration publique et entreprise publique. Renault a
été une entreprise publique, EDF aussi. Une entreprise publique se
comporte comme n'importe quelle entreprise. La seule différence entre
une entreprise publique et une entreprise privée c'est l'actionnariat
: l'état dans le premier cas, des particuliers dans le second.
Très bien. Alors expliquez moi. La banque centrale dispose d'un
département de production de crédit. S'agit-il d'agence bancaire
répartis sur tout le territoire ? les agents sont-ils de droit privé ?
ont-ils un statut spécial comme celui de la banque de france
aujourd'hui ? le management est-il fonctionnaire européen ?
La banque centrale est le prêteur en dernier ressort.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
C'est une plaisanterie j'espère. Tout le monde sait que primo la
finance est fondamentalement malhonnête et que, secundo, elle aux
mains des juifs et des protestants.
L'idée de la finance est fondamentalement malhonnete est une idée
stupide car les choses ne peuvent pas se résumer ainsi. Disons que le
secteur financier permet aux gens malhonnetes de faire des méfaits mais
la finance en tant qu'activité économique est aussi importante que
l'éducation. Et le secteur financier est complexe et les policiens n'y
comprennent rien, de ce fait, ils sont incapables de protéger les
masses.
Mais vous savez, la première protection des masses, des gens non
initiés, c'est la stabilité de la valeur de la monnaie, c'est-à-dire le
fait de tenir les cibles d'inflation annoncées.
Et c'est la démarche de la BCE, c'est elle qui va dans le sens de la
protection des masses.... et c'est bien pour cela que le secteur
financier international (Wall Street, la City de Londres) attaquent la
BCE et cherchent à la faire basculer, à la renverser.
La finance a toujours attiré les pires voyous, les ordures les plus
madrées et les salopards les plus endurcis. Dans une société bien faite
les financiers seraient au bagne jusqu'à la fin de leurs jours, avec une
vie pénible, amère et pleine de vexations subies. Et la finance serait
strictement contrôlée non pas par l'état qui n'est jamais qu'un ramassis
de voyous qui font la paire avec les gredins de la finance, mais
directement par le peuple qui en cas de malhonnêteté est bien plus
féroce que les politicards et les jugetons ragochards.
Les cato tradis qui ont toujours soutenu les pires idéologies
totalitaires appuyées par la financeet les monarchies les plus
corrompues essaient de se donner une allure de gauche en attaquant la
"finance" .
L'oreille du facho dépasse Abourick....
.
zw
2018-06-11 13:48:45 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
La finance a toujours attiré les pires voyous, les ordures les plus
madrées et les salopards les plus endurcis. Dans une société bien
faite les financiers seraient au bagne jusqu'à la fin de leurs jours,
avec une vie pénible, amère et pleine de vexations subies. Et la
finance serait strictement contrôlée non pas par l'état qui n'est
jamais qu'un ramassis de voyous qui font la paire avec les gredins de
la finance, mais directement par le peuple qui en cas de malhonnêteté
est bien plus féroce que les politicards et les jugetons ragochards.
Tout cela est très extrème et ne représente pas la complexité de
l'individu ni celle des relations inter-individuelles.

On dirait du Mélenchon, un discours dogmatique et simpliste au point de
passer à coté de l'essentiel.

Encore une fois, la finance est tout aussi essentielle au bien être
d'une société que l'éducation. Ni plus ni moins.
Cardinal de Hère
2018-06-11 14:21:03 UTC
Permalink
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
La finance a toujours attiré les pires voyous, les ordures les plus
madrées et les salopards les plus endurcis. Dans une société bien
faite les financiers seraient au bagne jusqu'à la fin de leurs jours,
avec une vie pénible, amère et pleine de vexations subies. Et la
finance serait strictement contrôlée non pas par l'état qui n'est
jamais qu'un ramassis de voyous qui font la paire avec les gredins de
la finance, mais directement par le peuple qui en cas de malhonnêteté
est bien plus féroce que les politicards et les jugetons ragochards.
Tout cela est très extrème et ne représente pas la complexité de
l'individu ni celle des relations inter-individuelles.
On dirait du Mélenchon, un discours dogmatique et simpliste au point de
passer à coté de l'essentiel.
Encore une fois, la finance est tout aussi essentielle au bien être
d'une société que l'éducation. Ni plus ni moins.
Appeler financier un voleur ne ressortit pas à la complexité mais au
mensonge !
zw
2018-06-11 14:35:35 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
La finance a toujours attiré les pires voyous, les ordures les
plus madrées et les salopards les plus endurcis. Dans une société
bien faite les financiers seraient au bagne jusqu'à la fin de
leurs jours, avec une vie pénible, amère et pleine de vexations
subies. Et la finance serait strictement contrôlée non pas par
l'état qui n'est jamais qu'un ramassis de voyous qui font la
paire avec les gredins de la finance, mais directement par le
peuple qui en cas de malhonnêteté est bien plus féroce que les
politicards et les jugetons ragochards.
Tout cela est très extrème et ne représente pas la complexité de
l'individu ni celle des relations inter-individuelles.
On dirait du Mélenchon, un discours dogmatique et simpliste au
point de passer à coté de l'essentiel.
Encore une fois, la finance est tout aussi essentielle au bien être
d'une société que l'éducation. Ni plus ni moins.
Appeler financier un voleur ne ressortit pas à la complexité mais au
mensonge !
Votre vision des choses relève de la religion, du dogme.

C'est dommage.

La religion est contre l'éducation dans certains pays totalitaires, en
vous opposant comme vous le faites à la finance, vous êtes dans la même
démarche.

C'est pour cela que je compare la nécessité de la finance à celle de
l'éducation.

Il n'y a pas de prospérité possible sans connaissance tout comme il n'y
a pas de prospérité possible sans crédit.
Cardinal de Hère
2018-06-11 14:51:19 UTC
Permalink
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
La finance a toujours attiré les pires voyous, les ordures les
plus madrées et les salopards les plus endurcis. Dans une société
bien faite les financiers seraient au bagne jusqu'à la fin de
leurs jours, avec une vie pénible, amère et pleine de vexations
subies. Et la finance serait strictement contrôlée non pas par
l'état qui n'est jamais qu'un ramassis de voyous qui font la
paire avec les gredins de la finance, mais directement par le
peuple qui en cas de malhonnêteté est bien plus féroce que les
politicards et les jugetons ragochards.
Tout cela est très extrème et ne représente pas la complexité de
l'individu ni celle des relations inter-individuelles.
On dirait du Mélenchon, un discours dogmatique et simpliste au
point de passer à coté de l'essentiel.
Encore une fois, la finance est tout aussi essentielle au bien être
d'une société que l'éducation. Ni plus ni moins.
Appeler financier un voleur ne ressortit pas à la complexité mais au
mensonge !
Votre vision des choses relève de la religion, du dogme.
C'est dommage.
La religion est contre l'éducation dans certains pays totalitaires, en
vous opposant comme vous le faites à la finance, vous êtes dans la même
démarche.
C'est pour cela que je compare la nécessité de la finance à celle de
l'éducation.
Il n'y a pas de prospérité possible sans connaissance tout comme il n'y
a pas de prospérité possible sans crédit.
Il n'y a rien de religieux là dedans ! Les faits montrent que quand des
financiers font des bénéfices ils sont pour eux mais quand ils font des
pertes ils s'arrangent pour qu'elles soient pour tout le monde.
Qu'est-ce d'autre que du vol organisé ? Par contre travestir cette
grossière arnaque en fausse complexité cela relève soit du mensonge,
soit de l'aveuglement le plus total, un aveuglement de type idéologique
donc en dernier ressort religieux.
zw
2018-06-11 15:16:19 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
La finance a toujours attiré les pires voyous, les ordures les
plus madrées et les salopards les plus endurcis. Dans une
société bien faite les financiers seraient au bagne jusqu'à
la fin de leurs jours, avec une vie pénible, amère et pleine
de vexations subies. Et la finance serait strictement
contrôlée non pas par l'état qui n'est jamais qu'un ramassis
de voyous qui font la paire avec les gredins de la finance,
mais directement par le peuple qui en cas de malhonnêteté est
bien plus féroce que les politicards et les jugetons
ragochards.
Tout cela est très extrème et ne représente pas la complexité de
l'individu ni celle des relations inter-individuelles.
On dirait du Mélenchon, un discours dogmatique et simpliste au
point de passer à coté de l'essentiel.
Encore une fois, la finance est tout aussi essentielle au bien
être d'une société que l'éducation. Ni plus ni moins.
Appeler financier un voleur ne ressortit pas à la complexité mais
au mensonge !
Votre vision des choses relève de la religion, du dogme.
C'est dommage.
La religion est contre l'éducation dans certains pays totalitaires,
en vous opposant comme vous le faites à la finance, vous êtes dans
la même démarche.
C'est pour cela que je compare la nécessité de la finance à celle de
l'éducation.
Il n'y a pas de prospérité possible sans connaissance tout comme il
n'y a pas de prospérité possible sans crédit.
Il n'y a rien de religieux là dedans ! Les faits montrent que quand
des financiers font des bénéfices ils sont pour eux mais quand ils
font des pertes ils s'arrangent pour qu'elles soient pour tout le
monde. Qu'est-ce d'autre que du vol organisé ? Par contre travestir
cette grossière arnaque en fausse complexité cela relève soit du
mensonge, soit de l'aveuglement le plus total, un aveuglement de type
idéologique donc en dernier ressort religieux.
C'est vrai que le travail/l'effort qui est dépensé dans le secteur
financier est très rémunérateur voir très très rémunérateur.

Mais attention, ne sous estimez pas la complexité des décisions à
prendre, il faut une réelle capacité de modélisation, de calcul,
d'analyse et de décision.

Mais globalement, oui, même en prenant cela en compte, je suis d'accord
pour dire que la rémunération du travail et de l'effort est exagérèment
positive dans le secteur financier.
Cardinal de Hère
2018-06-11 15:29:34 UTC
Permalink
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Il n'y a rien de religieux là dedans ! Les faits montrent que quand
des financiers font des bénéfices ils sont pour eux mais quand ils
font des pertes ils s'arrangent pour qu'elles soient pour tout le
monde. Qu'est-ce d'autre que du vol organisé ? Par contre travestir
cette grossière arnaque en fausse complexité cela relève soit du
mensonge, soit de l'aveuglement le plus total, un aveuglement de type
idéologique donc en dernier ressort religieux.
C'est vrai que le travail/l'effort qui est dépensé dans le secteur
financier est très rémunérateur voir très très rémunérateur.
L'arnaque consiste à faire croire que la finance sert à quelque chose
alors que les seules choses utiles sont :
- le travail humain et l'énergie,
- les matières premières,
- les connaissances,
- la stratégie économique qui guide les investissements.
Le financier c'est le voleur qui blanchit son argent en profitant du
travail et du savoir-faire des autres. C'est avant tout un parasite.
Post by zw
Mais attention, ne sous estimez pas la complexité des décisions à
prendre, il faut une réelle capacité de modélisation, de calcul,
d'analyse et de décision.
Ce n'est pas le travail du financier mais du stratège. Le financier
n'existe que parce qu'il y a des gens qui pensent que la paix c'est
mieux que la guerre. Parce qu'en temps de guerre, le financier couic et
par ici son trésor !
Post by zw
Mais globalement, oui, même en prenant cela en compte, je suis d'accord
pour dire que la rémunération du travail et de l'effort est exagérèment
positive dans le secteur financier.
Le financier est un parasite, un inutile, un profiteur, un voleur, un
corrupteur, un assassin, un nuisible. D'ailleurs tout le monde le sait.
zw
2018-06-11 15:48:26 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Il n'y a rien de religieux là dedans ! Les faits montrent que
quand des financiers font des bénéfices ils sont pour eux mais
quand ils font des pertes ils s'arrangent pour qu'elles soient
pour tout le monde. Qu'est-ce d'autre que du vol organisé ? Par
contre travestir cette grossière arnaque en fausse complexité
cela relève soit du mensonge, soit de l'aveuglement le plus
total, un aveuglement de type idéologique donc en dernier ressort
religieux.
C'est vrai que le travail/l'effort qui est dépensé dans le secteur
financier est très rémunérateur voir très très rémunérateur.
L'arnaque consiste à faire croire que la finance sert à quelque chose
alors que les seules choses utiles sont : - le travail humain et
l'énergie, - les matières premières,
- les connaissances,
- la stratégie économique qui guide les investissements.
Le dernier point est bien une activité de nature financière.
Post by Cardinal de Hère
Le financier c'est le voleur qui blanchit son argent en profitant du
travail et du savoir-faire des autres. C'est avant tout un parasite.
Vision tout simplement débile. Mais bon. Aussi stupide que de dire
qu'un professeur ne sert à rien car il ne fait que parler.
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Mais attention, ne sous estimez pas la complexité des décisions à
prendre, il faut une réelle capacité de modélisation, de calcul,
d'analyse et de décision.
Ce n'est pas le travail du financier mais du stratège. Le financier
n'existe que parce qu'il y a des gens qui pensent que la paix c'est
mieux que la guerre. Parce qu'en temps de guerre, le financier couic
et par ici son trésor !
Non. Le secteur financier analyse les opportunités économiques, il les
qualifie sur de multiples aspects et il y adosse un plan de financement
spécifique qui vise à maximiser la richesse créé pour un capital
mobilisé donné.
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Mais globalement, oui, même en prenant cela en compte, je suis
d'accord pour dire que la rémunération du travail et de l'effort
est exagérèment positive dans le secteur financier.
Le financier est un parasite, un inutile, un profiteur, un voleur, un
corrupteur, un assassin, un nuisible. D'ailleurs tout le monde le sait.
Les idiots ou fanatiques religieux pensent des choses comme ce que vous
dites, oui, c'est très fréquent.
Cardinal de Hère
2018-06-11 17:45:25 UTC
Permalink
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
L'arnaque consiste à faire croire que la finance sert à quelque chose
- le travail humain et l'énergie,
- les matières premières,
- les connaissances,
- la stratégie économique qui guide les investissements.
Le dernier point est bien une activité de nature financière.
Les pays comme le Japon, la Corée, la Chine, l'Inde ne se développent
pas par les financiers mais par les politiciens et les industriels. La
finance n'est qu'un moyen technique, c'est tout. Un financier au mieux
c'est un comptable, donc un crétin, et au pire un voyou et un voleur,
donc un nuisible. Le financier est un technicien bas de gamme, incapable
de définir une stratégie économique ou une politique industrielle.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Le financier c'est le voleur qui blanchit son argent en profitant du
travail et du savoir-faire des autres. C'est avant tout un parasite.
Vision tout simplement débile. Mais bon. Aussi stupide que de dire
qu'un professeur ne sert à rien car il ne fait que parler.
Le professeur a un savoir qu'il transmet et qui sera utile
éventuellement. Le financier n'a que ses arnaques, ses vols et ses
crimes qui ne servent qu'à son enrichissement et parfois aussi à faire
le mal, comme c'est le cas aujourd'hui en Occident.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Ce n'est pas le travail du financier mais du stratège. Le financier
n'existe que parce qu'il y a des gens qui pensent que la paix c'est
mieux que la guerre. Parce qu'en temps de guerre, le financier couic
et par ici son trésor !
Non. Le secteur financier analyse les opportunités économiques, il les
qualifie sur de multiples aspects et il y adosse un plan de financement
spécifique qui vise à maximiser la richesse créé pour un capital
mobilisé donné.
Le travail du financier est par essence inutile. Il ne produit rien, il
ne fait que profiter de l'astuce, de l'intelligence et du travail des
autres. C'est un parasite malfaisant qui doit être humilié, rabaissé,
rossé et au besoin mis au pas.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Le financier est un parasite, un inutile, un profiteur, un voleur, un
corrupteur, un assassin, un nuisible. D'ailleurs tout le monde le sait.
Les idiots ou fanatiques religieux pensent des choses comme ce que vous
dites, oui, c'est très fréquent.
La finance est une religion avec des prêtres cruels, pervers, vicieux et
criminels et des dévots stupides, ignorants, crédules et fanatisés.
Alabenne
2018-06-11 18:50:07 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Le professeur a un savoir qu'il transmet et qui sera utile
éventuellement.
Ah j'ai eu beaucoup de profs qui m'ont transmis un savoir tout à fait
inutile. En me collant des mauvaises notes de surcroit.
Car ça les aurait trop fatigués de me transmettre un savoir utile.
Tiens, je vous en cite un parmi d'autres :

http://irene.durand.free.fr/Emile-Durand.pdf

article écrit par sa petite-fille. Bon, je veux bien qu'une
petite-fille ait beaucoup d'admiration pour son grand-père, mais je
n'ai pu m'empêcher de lui dire qu'il ne m'a _rien_ appris d'utile pour
ma vie professionnelle, alors qu'il était payé pour m'y préparer.
--
A E U S C !
Cardinal de Hère
2018-06-11 19:03:25 UTC
Permalink
Post by Alabenne
Post by Cardinal de Hère
Le professeur a un savoir qu'il transmet et qui sera utile
éventuellement.
Ah j'ai eu beaucoup de profs qui m'ont transmis un savoir tout à fait
inutile. En me collant des mauvaises notes de surcroit.
Car ça les aurait trop fatigués de me transmettre un savoir utile.
 http://irene.durand.free.fr/Emile-Durand.pdf
article écrit par sa petite-fille.  Bon, je veux bien qu'une
petite-fille  ait beaucoup d'admiration pour son grand-père, mais je
n'ai pu m'empêcher de lui dire qu'il ne m'a _rien_ appris d'utile pour
ma vie professionnelle, alors qu'il était payé pour m'y préparer.
Notre époque nous incite à tout ramener à notre insignifiante petite
personne. Mais comme le rappelait cet éminent philosophe :



nous ne sommes rien. Qu'est-ce qu'on en a à foutre de ce que je pense
sur la finance, de ce que tu penses des enseignants, de ce que X, Y ou Z
pensent de telle ou telle chose ? La seule manière d'être intéressants
c'est de s'intéresser à ce que Dieu attend de nous. Tout le reste n'est
que vaine littérature.
"René Groumal
2018-06-11 19:40:33 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Alabenne
Post by Cardinal de Hère
Le professeur a un savoir qu'il transmet et qui sera utile
éventuellement.
Ah j'ai eu beaucoup de profs qui m'ont transmis un savoir tout à fait
inutile. En me collant des mauvaises notes de surcroit.
Car ça les aurait trop fatigués de me transmettre un savoir utile.
  http://irene.durand.free.fr/Emile-Durand.pdf
article écrit par sa petite-fille.  Bon, je veux bien qu'une
petite-fille  ait beaucoup d'admiration pour son grand-père, mais je
n'ai pu m'empêcher de lui dire qu'il ne m'a _rien_ appris d'utile pour
ma vie professionnelle, alors qu'il était payé pour m'y préparer.
Notre époque nous incite à tout ramener à notre insignifiante petite
http://youtu.be/MKyjPXXYwZE
nous ne sommes rien. Qu'est-ce qu'on en a à foutre de ce que je pense
sur la finance, de ce que tu penses des enseignants, de ce que X, Y ou Z
pensent de telle ou telle chose ? La seule manière d'être intéressants
c'est de s'intéresser à ce que Dieu attend de nous. Tout le reste n'est
que vaine littérature.
Il faudrait pour cela que Dieu existe et qu'il ne soit pas qu'un mythe
inventé pour tenter de donner une explication à l'origine de l'Univers
au sein duquel le règne animal dont l'homme fait partie a émergé.
La physique cosmologique apporte une réponse à la vieille question :
Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien : rien n'existe pas.
"René Groumal
2018-06-11 20:05:18 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
L'arnaque consiste à faire croire que la finance sert à quelque chose
alors que les seules choses utiles sont : - le travail humain et
l'énergie,
- les matières premières,
- les connaissances,
- la stratégie économique qui guide les investissements.
Le dernier point est bien une activité de nature financière.
Les pays comme le Japon, la Corée, la Chine, l'Inde ne se développent
pas par les financiers mais par les politiciens et les industriels. La
finance n'est qu'un moyen technique, c'est tout. Un financier au mieux
c'est un comptable, donc un crétin, et au pire un voyou et un voleur,
donc un nuisible. Le financier est un technicien bas de gamme, incapable
de définir une stratégie économique ou une politique industrielle.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Le financier c'est le voleur qui blanchit son argent en profitant du
travail et du savoir-faire des autres. C'est avant tout un parasite.
Vision tout simplement débile. Mais bon. Aussi stupide que de dire
qu'un professeur ne sert à rien car il ne fait que parler.
Le professeur a un savoir qu'il transmet et qui sera utile
éventuellement. Le financier n'a que ses arnaques, ses vols et ses
crimes qui ne servent qu'à son enrichissement et parfois aussi à faire
le mal, comme c'est le cas aujourd'hui en Occident.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Ce n'est pas le travail du financier mais du stratège. Le financier
n'existe que parce qu'il y a des gens qui pensent que la paix c'est
mieux que la guerre. Parce qu'en temps de guerre, le financier couic
et par ici son trésor !
Non. Le secteur financier analyse les opportunités économiques, il les
qualifie sur de multiples aspects et il y adosse un plan de financement
spécifique qui vise à maximiser la richesse créé pour un capital
mobilisé donné.
Le travail du financier est par essence inutile. Il ne produit rien, il
ne fait que profiter de l'astuce, de l'intelligence et du travail des
autres. C'est un parasite malfaisant qui doit être humilié, rabaissé,
rossé et au besoin mis au pas.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Le financier est un parasite, un inutile, un profiteur, un voleur, un
corrupteur, un assassin, un nuisible. D'ailleurs tout le monde le sait.
Les idiots ou fanatiques religieux pensent des choses comme ce que vous
dites, oui, c'est très fréquent.
La finance est une religion avec des prêtres cruels, pervers, vicieux et
criminels et des dévots stupides, ignorants, crédules et fanatisés.
Avec ppé bourricot, c'est simple : tout est religion (y compris
l'athéisme ! Pépé est un grand dévot)
zw
2018-06-12 10:03:50 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
L'arnaque consiste à faire croire que la finance sert à quelque
chose alors que les seules choses utiles sont : - le travail
humain et l'énergie, - les matières premières,
- les connaissances,
- la stratégie économique qui guide les investissements.
Le dernier point est bien une activité de nature financière.
Les pays comme le Japon, la Corée, la Chine, l'Inde ne se développent
pas par les financiers mais par les politiciens et les industriels.
Le Japon se caractérise effectivement par ce que vous dites, le fameux
Miti... le résultat est 20 ans de stagnation et un peuple dans
l'impasse:
http://avondaleassetmanagement.blogspot.com/2011/08/examining-japans-lost-decade.html

La Chine fonctionne sur la base de la suppression des droits politiques
et sociaux. Si c'est ça que vous souhaitez, dites-le clairement.

L'Inde, c'est une autre histoire.. d'une certaine façon, c'est un peu
une démocratie.... mais sans capital. Renseignez vous sur ce que veut
faire Modi sur ce sujet justement !! vous serez surpris.

Dès lors que vous supprimez les libertés et que l'état dispose de tous
les pouvoirs, il devient très facile de faire de la croissance
économique et de résoudre le chomage. Ensuite, les choses durent le
temps qu'elles durent et cela dépend de la qualité du pouvoir
autoritaire. Mais comme vous le savez, le pouvoir corrompt et en
conséquence, tot ou tard, le pouvoir autoritaire prend un mauvais
tournant et plonge dans le précipice.

Et c'est pour cela que, dans la durée, ce sont les sociétés libres qui
surperforment toutes les autres. Et la liberté, c'est compliquée, cela
énerve certains, comme vous par exemple. Mais ça reste la meilleure
recette pour la prospérité.
Post by Cardinal de Hère
La finance n'est qu'un moyen technique, c'est tout.
C'est un peu plus. Prenons une analogie:

1. Manivelle à la main (roue)
2. Moteur à vapeur (piston et roue)
2. Moteur à combustion (piston et carburant)
3. Turboréacteur (turbine et carburant)

La finance, c'est le turboréacteur si vous voulez.

Et le turboréacteur délivre des puissances et une efficacité qu'aucun
moteur à combustion classique pourra égaliser. Donc ce n'est pas qu'une
affaire de technique, c'est surtout une affaire de concept. La dette
permet un effet de rétroaction qui est un principe fondamental de la
turbopropulsion.
Post by Cardinal de Hère
Un financier au
mieux c'est un comptable, donc un crétin, et au pire un voyou et un
voleur, donc un nuisible.
Vous dites des bétises, effacez ces phrases que vous relirez avec honte
dans quelques temps.

Croire que la finance relève de la comptabilité, c'est un peu comme
évaluer la qualité d'une peinture à sa taille ou un livre au nombre de
pages. Parfaitement absurde.
Post by Cardinal de Hère
Le financier est un technicien bas de
gamme, incapable de définir une stratégie économique ou une politique
industrielle.
Vous mélangez tout. Le principe est celui des contre pouvoirs et de la
compétition. Le financier a pour mission d'être un tiers extérieur au
projet et à le regarder de façon critique pour estimer ses chances de
succès. C'est très compliqué à faire. C'est ce travail qui permet de ne
pas financer les projets ayant peu de chances de réussites. Et donc de
s'assurer de ne pas travailler pour rien.

C'est pour cette raison que les sociétés financiarisées sont des
sociétés à la fois prospères et où les gens travaillent peu.

Dans une société non financiarisée, les gens travaillent bp et vivent
mal.
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Le financier c'est le voleur qui blanchit son argent en profitant
du travail et du savoir-faire des autres. C'est avant tout un
parasite.
Vision tout simplement débile. Mais bon. Aussi stupide que de dire
qu'un professeur ne sert à rien car il ne fait que parler.
Le professeur a un savoir qu'il transmet et qui sera utile
éventuellement. Le financier n'a que ses arnaques, ses vols et ses
crimes qui ne servent qu'à son enrichissement et parfois aussi à
faire le mal, comme c'est le cas aujourd'hui en Occident.
Oui, le financier s'enrichit confortablement car il prend une part trop
importante de la richesse créée. Mais il y a bien richesse créée et
c'est ce que vous ne voulez pas voir. Il s'enrichit confortablement
parceque les gens ne comprennent pas ce qu'est la finance et comment
fonctionne l'économie. Les politiciens étant tout aussi ignares que le
plus grand nombre sur les questions de finance, de monnaie etc.
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Ce n'est pas le travail du financier mais du stratège. Le
financier n'existe que parce qu'il y a des gens qui pensent que
la paix c'est mieux que la guerre. Parce qu'en temps de guerre,
le financier couic et par ici son trésor !
Non. Le secteur financier analyse les opportunités économiques, il
les qualifie sur de multiples aspects et il y adosse un plan de
financement spécifique qui vise à maximiser la richesse créé pour
un capital mobilisé donné.
Le travail du financier est par essence inutile. Il ne produit rien,
il ne fait que profiter de l'astuce, de l'intelligence et du travail
des autres. C'est un parasite malfaisant qui doit être humilié,
rabaissé, rossé et au besoin mis au pas.
Votre vision est erronée et fausse, elle résulte d'une frustration et
de passions mal placées. Elle vous conduit tout droit vers la
faiblesse, l'échec et la souffrance.
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Le financier est un parasite, un inutile, un profiteur, un
voleur, un corrupteur, un assassin, un nuisible. D'ailleurs tout
le monde le sait.
Les idiots ou fanatiques religieux pensent des choses comme ce que
vous dites, oui, c'est très fréquent.
La finance est une religion avec des prêtres cruels, pervers, vicieux
et criminels et des dévots stupides, ignorants, crédules et fanatisés.
Vos passions vous dominent et vous conduisent dans l'absurde, dans
l'erreur.

Imaginez une ferme, avec des champs, des vergers, des routes, des
ponts, des hangars etc... le financier, c'est le vieux fermier plein
d'expérience et qui reste assis au centre de la ferme. Il regarde les
20, 30 ou 50 personnes au quotidien dans leur travail et il leur dit
"fais ceci maintenant, ne fais pas cela, prépare ceci, interromp cela
et fait ceci à la place".. etc.. et les 50 personnes sont prospères.
Sans le vieux fermier plein d'expérience, ces 50 personnes
travailleraient davantage pour avoir bien moins.

Le financier joue un rôle majeur et central dans le processus de
création de richesse.

Mais je conviens avev vous que le secteur financier empoche bien
trop... mais cela vient du fait que les politiciens ne comprenennt pas
la finance. Ou alors, plus sensible.. que les financiers controllent la
politique. Vaste débat !!! Un peu des deux en fait. On en est là. Voilà.
Cardinal de Hère
2018-06-12 12:03:42 UTC
Permalink
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Les pays comme le Japon, la Corée, la Chine, l'Inde ne se développent
pas par les financiers mais par les politiciens et les industriels.
Le Japon se caractérise effectivement par ce que vous dites, le fameux
Miti... le résultat est 20 ans de stagnation et un peuple dans
http://avondaleassetmanagement.blogspot.com/2011/08/examining-japans-lost-decade.html
La Chine fonctionne sur la base de la suppression des droits politiques
et sociaux. Si c'est ça que vous souhaitez, dites-le clairement.
L'Inde, c'est une autre histoire.. d'une certaine façon, c'est un peu
une démocratie.... mais sans capital. Renseignez vous sur ce que veut
faire Modi sur ce sujet justement !! vous serez surpris.
Dès lors que vous supprimez les libertés et que l'état dispose de tous
les pouvoirs, il devient très facile de faire de la croissance
économique et de résoudre le chomage. Ensuite, les choses durent le
temps qu'elles durent et cela dépend de la qualité du pouvoir
autoritaire. Mais comme vous le savez, le pouvoir corrompt et en
conséquence, tot ou tard, le pouvoir autoritaire prend un mauvais
tournant et plonge dans le précipice.
Et c'est pour cela que, dans la durée, ce sont les sociétés libres qui
surperforment toutes les autres. Et la liberté, c'est compliquée, cela
énerve certains, comme vous par exemple. Mais ça reste la meilleure
recette pour la prospérité.
Tout est faux !

Reprenons point par point :

- Le Japon a connu deux phénomènes simultanés à la fin des années 80 :
une hausse du yen qui a entraîné de nombreuses faillites et une flambée
de spéculation qui a entraîné un krach qui s'est prolongé en une
interminable spirale déflationniste. A la base des problèmes du Japon,
une erreur monétaire, la hausse du yen, et une erreur économique, les
Japonais se sont mis à investir dans l'immobilier et la bourse au lieu
du secteur productif. Dit autrement les Japonais se sont lancés dans la
finance pour leur plus grand mal !

- La finance n'est pas compatible avec la liberté, comme le montrent les
manipulations éhontées des élections et des opinions publiques
auxquelles elle se livre. Le RCA, escroquerie notoire, les énergies
éoliennes et solaires, autre escroquerie notoire, le rejet du nucléaire,
le comble de l'escroquerie et de la crapulerie, les guerres du Golfe, de
Yougoslavie, d'Afghanistan, de Libye, de Syrie, du Donbass, les
génocides rwandais, soudanais, de l'est de la RDC, ont été promus par
des politiciens à la botte de la finance, les programmes libertaires de
l'ONU visant à détruire la famille et à promouvoir la pédophilie ont
également été impulsés par la finance. La finance n'est pas libératrice
mais libertaire. Elle détruit les systèmes de protection de l'humanité
pour deux raisons : d'abord parce que la destruction des gardes-fous
permet l'enrichissement des voyous au détriment des retraités, des
assurés sociaux et des systèmes sociaux, ensuite pour des raisons
religieuses, afin que naisse du chaos par elle organisé le Nouvel ordre
Mondial qu'elle appelle de ses voeux.

- Les sociétés dominées par la finance ont un développement économique
plus faible que celles ou le pouvoir politique lui échappe totalement ou
partiellement :

<https://www.gecodia.fr/PIB-Mondial-Panorama-de-la-croissance-dans-le-monde-fin-2011_a3909.html>
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
La finance n'est qu'un moyen technique, c'est tout.
1. Manivelle à la main (roue)
2. Moteur à vapeur (piston et roue)
2. Moteur à combustion (piston et carburant)
3. Turboréacteur (turbine et carburant)
La finance, c'est le turboréacteur si vous voulez.
Et le turboréacteur délivre des puissances et une efficacité qu'aucun
moteur à combustion classique pourra égaliser. Donc ce n'est pas qu'une
affaire de technique, c'est surtout une affaire de concept. La dette
permet un effet de rétroaction qui est un principe fondamental de la
turbopropulsion.
Confusion risible entre argument publicitaire d'une part et faits ou
analyses économiques de l'autre.

Ce qui suit et du même tonneau d'où l'arrêt de mon commentaire ici.
"René Groumal
2018-06-11 17:15:01 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Il n'y a rien de religieux là dedans ! Les faits montrent que quand
des financiers font des bénéfices ils sont pour eux mais quand ils
font des pertes ils s'arrangent pour qu'elles soient pour tout le
monde. Qu'est-ce d'autre que du vol organisé ? Par contre travestir
cette grossière arnaque en fausse complexité cela relève soit du
mensonge, soit de l'aveuglement le plus total, un aveuglement de type
idéologique donc en dernier ressort religieux.
C'est vrai que le travail/l'effort qui est dépensé dans le secteur
financier est très rémunérateur voir très très rémunérateur.
L'arnaque consiste à faire croire que la finance sert à quelque chose
- le travail humain et l'énergie,
- les matières premières,
- les connaissances,
- la stratégie économique qui guide les investissements.
Le financier c'est le voleur qui blanchit son argent en profitant du
travail et du savoir-faire des autres. C'est avant tout un parasite.
Post by zw
Mais attention, ne sous estimez pas la complexité des décisions à
prendre, il faut une réelle capacité de modélisation, de calcul,
d'analyse et de décision.
Ce n'est pas le travail du financier mais du stratège. Le financier
n'existe que parce qu'il y a des gens qui pensent que la paix c'est
mieux que la guerre. Parce qu'en temps de guerre, le financier couic et
par ici son trésor !
Post by zw
Mais globalement, oui, même en prenant cela en compte, je suis d'accord
pour dire que la rémunération du travail et de l'effort est exagérèment
positive dans le secteur financier.
Le financier est un parasite, un inutile, un profiteur, un voleur, un
corrupteur, un assassin, un nuisible. D'ailleurs tout le monde le sait.
Ne te prends pas pour "tout le monde". Tu es déja assez mégalo comme cela.
"René Groumal
2018-06-11 17:13:19 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
La finance a toujours attiré les pires voyous, les ordures les plus
madrées et les salopards les plus endurcis. Dans une société bien
faite les financiers seraient au bagne jusqu'à la fin de leurs jours,
avec une vie pénible, amère et pleine de vexations subies. Et la
finance serait strictement contrôlée non pas par l'état qui n'est
jamais qu'un ramassis de voyous qui font la paire avec les gredins de
la finance, mais directement par le peuple qui en cas de malhonnêteté
est bien plus féroce que les politicards et les jugetons ragochards.
Tout cela est très extrème et ne représente pas la complexité de
l'individu ni celle des relations inter-individuelles.
On dirait du Mélenchon, un discours dogmatique et simpliste au point de
passer à coté de l'essentiel.
Encore une fois, la finance est tout aussi essentielle au bien être
d'une société que l'éducation. Ni plus ni moins.
Appeler financier un voleur ne ressortit pas à la complexité mais au
mensonge !
Il faut dire cela aux gestionnaires de la banco vaticana²....
"René Groumal
2018-06-11 07:46:58 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Il vaut mieux que la banque centrale reste le créateur monétaire en
dernier ressort pour ainsi dire, les banques commerciales assumant
les risques liés au défaut toujours possible, car le bilan d'une
banque centrale se doit d'être à l'équilibre.
La production de crédit est une activité fondamentale et compliquée. La
finance est une industrie, un secteur économique, elle produit des
chiffres et des décisions d'allocation du capital.
La Banque Centrale supervise ce système complexe pour s'assurer qu'il
reste intègre, robuste etc..
Elle surveille les bilans des institutions financières, qu'il s'agisse
de ceux disposant de licence bancaires ou des assurances qui doivent
assurer leurs engagements sur 30 ans ou plus.
La banque centrale ne veille à rien du tout comme le prouve la BCE qui
crée de la monnaie à tire-larigot, monnaie qui vient irriguer et grossir
les bulles financières qui tôt ou tard exploseront.
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
Mais rien ne prouve que
des banques commerciales nationalisées fassent moins bien leur boulot
que des banques privées.
Disons que la discussion est théorique. Dans la pratique, tout le monde
sait bien qu'une administration est incapable de gérer des choses
complexes telle que la production de crédit.
Tu confonds administration publique et entreprise publique. Renault a
été une entreprise publique, EDF aussi. Une entreprise publique se
comporte comme n'importe quelle entreprise. La seule différence entre
l'état dans le premier cas, des particuliers dans le second.
Post by zw
Un peu comme la gestion d'une entreprise, tout le monde sait bien
qu'elle est impossible si ce sont les salariés qui l'assure suivant le
dogme de l'appropriation des moyens de production. Cela ne marche
jamais et c'est pas faute d'avoir tenté de 1000 façons, ça marche pas,
c'est tout.
Post by Cardinal de Hère
Ce débat n'a de sens que dans un pays
civilisé où les politiciens sont honnêtes car il est évident que dans
un pays de politicards voyous comme la France le secteur public est
souvent plus corrompu que le secteur privé. Voir par exemple la quasi
faillite du Crédit lyonnais.
Disons que la composante catholique de la culture Française n'aide
pas.. c'est sûr que l'individu est bien plus responsable, sous
pression, sérieux et adulte dans un cadre culturel d'influence
protestante.
N'oubliez pas que pour un catholique, toute les fautes sont pardonnées
!!! Donc, on peut se lacher.. faire un peu n'importe quoi..  et c'est
le cas à tout les niveaux. Mais c'est comme ça... c'est la réalité
Française, une certaine hypocrisie il faut le reconnaitre. Mais ça
change dans le bon sens, lentement, mais surement.
C'est une plaisanterie j'espère. Tout le monde sait que primo la finance
est fondamentalement malhonnête et que, secundo, elle aux mains des
juifs et des protestants.
L'antisémitisme et le totalitarisme religieux catholique sont les
caractéristiques constantes de l'idéologie des cagots sectateurs de la
mouvance traditionaliste lefebvriste.
Abourick en est une des meilleures illustration.
"René Groumal
2018-06-11 07:43:26 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zw
Post by Cardinal de Hère
L'initiative monnaie pleine visait à dessaisir les banques
commerciales de leur prérogative de création monétaire afin de
confier cette dernière à la seule banque centrale, ce qui aurait
ruiné le secteur financier privé ou peu s'en faut.
ça aurait surtout ruiné le pays !! Sans création monétaire de qualité,
il est impossible de faire tourner une économie. Ou alors, revenir au
moteur à vapeur, à l'économie de subsistance et, visiblement, les
citoyens Suisses l'ont compris et on donc logiquement réfusé cette
initiative de "monnaie pleine".
Il vaut mieux que la banque centrale reste le créateur monétaire en
dernier ressort pour ainsi dire, les banques commerciales assumant les
risques liés au défaut toujours possible, car le bilan d'une banque
centrale se doit d'être à l'équilibre. Mais rien ne prouve que des
banques commerciales nationalisées fassent moins bien leur boulot que
des banques privées.
Ce débat n'a de sens que dans un pays civilisé où les politiciens sont
honnêtes car il est évident que dans un pays de politicards voyous comme
la France le secteur public est souvent plus corrompu que le secteur
privé. Voir par exemple la quasi faillite du Crédit lyonnais.
La Banque Centale européenne doit rester le créateur monétaire et le
principal prêteur de notre commune nation: l'Europe
zeLittle
2018-06-11 13:35:00 UTC
Permalink
Le Sun, 10 Jun 2018 23:46:46 +0200, Cardinal de H=C3=A8re <***@nicht.de>=
a =
car le bilan d'une banque centrale se doit d'=C3=AAtre =C3=A0 l'=C3=A9=
quilibre.
Ben non: une banque centrale se fiche de son bilan: elle peut l'amener =

vers des d=C3=A9bits abyssaux: c'est ce qu'ont fait les cumuls des QE =

successifs. Mais =C3=A7a n'est pas grave, puisque la particularit=C3=A9 =
d'une banque =

centrale est qu'elle ne peut jamais faire faillite.
Cardinal de Hère
2018-06-11 13:47:55 UTC
Permalink
Post by zeLittle
car le bilan d'une banque centrale se doit d'être à l'équilibre.
Ben non: une banque centrale se fiche de son bilan: elle peut l'amener
vers des débits abyssaux: c'est ce qu'ont fait les cumuls des QE
successifs. Mais ça n'est pas grave, puisque la particularité d'une
banque centrale est qu'elle ne peut jamais faire faillite.
Quand une banque centrale possède des créances impossibles à recouvrer,
ce qui est le cas de la BCE qui rachète des titres de la dette d'un pays
quelconque (Italie, Espagne, Portugal, Grèce...) sur le marché
secondaire c'est comme si elle faisait tourner la planche à billet.
Autrement dit elle fait payer à la société tout entière ou au groupe de
sociétés tout entier (dans le cas de la BCE) les errements de quelques
acteurs privés.

Prenons un exemple : la banque Rothschild détient pour 10 milliards de
titres de la dette grecque, que la Grèce ne pourra jamais rembourser.
Normalement la perte est pour la banque Rothschild et ses actionnaires.
C'est à ce moment que tel Zorro surgit la BCE qui rachète ces titres et
les rangent dans ses coffres. La banque Rothschild a reçu de l'argent
frais pour une dette pourrie, argent qu'elle s'empresse d'investir,
tandis que la BCE a dans ses coffres des titres qui ne valent rien. Les
10 milliards du QE vont donc augmenter la masse monétaire poussant les
prix des produits financiers ou non vers le haut. Cette hausse des prix
est équivalente à un impôt qui aurait été prélevé pour financer les
pertes de Rothschild.

Ce qui compte c'est que pour éviter la faillite de la banque Rothschild
tout le monde a été ponctionné par le mécanisme de l'inflation instaurée
par le QE. Si tu trouves ça bien tant mieux pour toi. Moi je préfère
quand on prend aux riches pour donner aux pauvres donc quand on laisse
Rothschild faire faillite. Mais c'est une question de choix personnel.
En général les rapiats de gauche ont horreur de voir les banksters
perdre de l'argent...
"René Groumal
2018-06-11 17:08:14 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by zeLittle
car le bilan d'une banque centrale se doit d'être à l'équilibre.
Ben non: une banque centrale se fiche de son bilan: elle peut l'amener
vers des débits abyssaux: c'est ce qu'ont fait les cumuls des QE
successifs. Mais ça n'est pas grave, puisque la particularité d'une
banque centrale est qu'elle ne peut jamais faire faillite.
Quand une banque centrale possède des créances impossibles à recouvrer,
ce qui est le cas de la BCE qui rachète des titres de la dette d'un pays
quelconque (Italie, Espagne, Portugal, Grèce...) sur le marché
secondaire c'est comme si elle faisait tourner la planche à billet.
Autrement dit elle fait payer à la société tout entière ou au groupe de
sociétés tout entier (dans le cas de la BCE) les errements de quelques
acteurs privés.
Prenons un exemple : la banque Rothschild détient pour 10 milliards de
titres de la dette grecque, que la Grèce ne pourra jamais rembourser.
Normalement la perte est pour la banque Rothschild et ses actionnaires.
C'est à ce moment que tel Zorro surgit la BCE qui rachète ces titres et
les rangent dans ses coffres. La banque Rothschild a reçu de l'argent
frais pour une dette pourrie, argent qu'elle s'empresse d'investir,
tandis que la BCE a dans ses coffres des titres qui ne valent rien. Les
10 milliards du QE vont donc augmenter la masse monétaire poussant les
prix des produits financiers ou non vers le haut. Cette hausse des prix
est équivalente à un impôt qui aurait été prélevé pour financer les
pertes de Rothschild.
Ce qui compte c'est que pour éviter la faillite de la banque Rothschild
tout le monde a été ponctionné par le mécanisme de l'inflation instaurée
par le QE. Si tu trouves ça bien tant mieux pour toi. Moi je préfère
quand on prend aux riches pour donner aux pauvres donc quand on laisse
Rothschild faire faillite. Mais c'est une question de choix personnel.
En général les rapiats de gauche ont horreur de voir les banksters
perdre de l'argent...
Hypothèse purement théorique inventée pour démontrer selon la méthode du
bourricot .
s***@free.fr
2018-06-10 22:27:52 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
L'initiative monnaie pleine visait à dessaisir les banques commerciales
de leur prérogative de création monétaire afin de confier cette dernière
à la seule banque centrale, ce qui aurait ruiné le secteur financier
privé ou peu s'en faut.
<https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/les-suisses-votent-contre-une-reforme-radicale-de-la-finance-05a7c5acc276803f2c352587ff5a40b5>
ZURICH (Reuters) - Un plan radical visant à ôter aux banques suisses le
droit de création monétaire a été rejeté par les électeurs, selon les
premières projections de vote publiées dimanche.
Quelque 75% des électeurs ont voté contre l'initiative dite "Monnaie
pleine", d'après l'institut de sondage gfs.Bern. Le résultat définitif
de la consultation est attendu en fin de journée.
Selon la Radio Télévision Suisse, une majorité de cantons a rejeté la
proposition, ce qui condamne aussi l'initiative. En plus d'une majorité
simple des électeurs, celles-ci devait aussi réunir une majorité des 26
cantons de la Confédération.
"Nous sommes contents car cela aurait été une initiative extrêmement
dommageable", s'est réjoui Heinz Karrer, président de l'organisation
professionnelle Economiesuisse.
La proposition, soumise à votation après avoir obtenu plus de 100.000
signatures, visait à donner à la Banque nationale suisse (BNS), la
banque centrale helvétique, le monopole de la création monétaire dans le
pays.
Contrairement à une idée reçue, la plupart de l'argent est produit non
par les banques centrales mais par les banques privées afin de pouvoir
prêter davantage que les dépôts qu'elles ont dans leurs coffres.
La seule monnaie que les banques privées produisent est de la monnaie scripturale sous forme de crédit.
Et sous contrôle de la banque centrale.
Cardinal de Hère
2018-06-10 23:16:56 UTC
Permalink
Post by s***@free.fr
Post by Cardinal de Hère
L'initiative monnaie pleine visait à dessaisir les banques commerciales
de leur prérogative de création monétaire afin de confier cette dernière
à la seule banque centrale, ce qui aurait ruiné le secteur financier
privé ou peu s'en faut.
<https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/les-suisses-votent-contre-une-reforme-radicale-de-la-finance-05a7c5acc276803f2c352587ff5a40b5>
ZURICH (Reuters) - Un plan radical visant à ôter aux banques suisses le
droit de création monétaire a été rejeté par les électeurs, selon les
premières projections de vote publiées dimanche.
Quelque 75% des électeurs ont voté contre l'initiative dite "Monnaie
pleine", d'après l'institut de sondage gfs.Bern. Le résultat définitif
de la consultation est attendu en fin de journée.
Selon la Radio Télévision Suisse, une majorité de cantons a rejeté la
proposition, ce qui condamne aussi l'initiative. En plus d'une majorité
simple des électeurs, celles-ci devait aussi réunir une majorité des 26
cantons de la Confédération.
"Nous sommes contents car cela aurait été une initiative extrêmement
dommageable", s'est réjoui Heinz Karrer, président de l'organisation
professionnelle Economiesuisse.
La proposition, soumise à votation après avoir obtenu plus de 100.000
signatures, visait à donner à la Banque nationale suisse (BNS), la
banque centrale helvétique, le monopole de la création monétaire dans le
pays.
Contrairement à une idée reçue, la plupart de l'argent est produit non
par les banques centrales mais par les banques privées afin de pouvoir
prêter davantage que les dépôts qu'elles ont dans leurs coffres.
La seule monnaie que les banques privées produisent est de la monnaie scripturale sous forme de crédit.
Ce qui représente 90% de la masse monétaire.
Post by s***@free.fr
Et sous contrôle de la banque centrale.
Dobb
2018-06-11 11:31:27 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
ZURICH (Reuters) - Un plan radical visant à ôter aux banques suisses le
droit de création monétaire a été rejeté par les électeurs, selon les
premières projections de vote publiées dimanche.
Quelque 75% des électeurs ont voté contre l'initiative dite "Monnaie
pleine", d'après l'institut de sondage gfs.Bern. Le résultat définitif de
la consultation est attendu en fin de journée.
Selon la Radio Télévision Suisse, une majorité de cantons a rejeté la
proposition, ce qui condamne aussi l'initiative. En plus d'une majorité
simple des électeurs, celles-ci devait aussi réunir une majorité des 26
cantons de la Confédération.
"Nous sommes contents car cela aurait été une initiative extrêmement
dommageable", s'est réjoui Heinz Karrer, président de l'organisation
professionnelle Economiesuisse.
La proposition, soumise à votation après avoir obtenu plus de 100.000
signatures, visait à donner à la Banque nationale suisse (BNS), la banque
centrale helvétique, le monopole de la création monétaire dans le pays.
Cette proposition était une stupidité, qui aurait eu pour effet
immédiat de retirer 90% des moyens monétaires en circulation
dans le pays, puis de gonfler comme une baudruche le bilan de
la banque nationale tout en diminuant les garanties, et de
paralyser les échanges.

Mais il faut louer le système suisse de démocratie directe
qui permet à ce genre de proposition d'être mise ouvertement
sur la table, sans censure. Partisans du oui et du non ont pu
s'affronter ouvertement sur les plateaux télés, et les Suisses
sont ressortis de cette campagne en ayant appris plein de
choses, plus intelligents et plus avisés qu'ils l'étaient déjà.
Rien que pour cela, le dépôt de cette proposition était une
excellente chose, et le référendum n'avait rien d'un gaspillage.

A comparer avec la ripoublique frouze et autres ripoubliques
soviétiques d'Euromerde, où le petit peuple mijote dans sa
connerie et son ignorance depuis toujours...
Post by Cardinal de Hère
Les partisans de la réforme faisaient valoir que le projet rendrait le
système financier plus résistant et ferait du franc suisse la monnaie la
plus sûre du monde.
Il n'y a rien de plus faux. Les garanties qu'offre une monnaie
quelconque sont listées dans la colonne "actifs" du bilan de
la banque qui émet cette monnaie. C'est valable autant pour
la banque nationale (qui émet les francs suisses) que pour les
banques privées (qui émettent les crédits de francs suisses,
qui sont effectivement des monnaies distinctes du franc suisse,
vu que là, c'est la colonne "actifs" du bilan des banques privées
qui doivent être prises en compte pour déterminer ce qu'elles
représentent et les garanties qu'elles offrent). Quand tu paies
avec du cash, du payes en francs suisses, et quand tu payes
avec ta carte de banque, tu paies en crédits de francs suisses :
c'est ton choix, tu es libre.

Les partisans de la réforme ont une fixette hallucinée sur
la prétendue solidité intrinsèque du franc suisse. Or, qu'y
a-t-il à l'actif du bilan de la BNS ? Des montagnes d'euros !
Oui oui : les beaux francs suisses sont de vulgaires bons
pour des euros ! Afin d'empêcher le CHF de grimper, pour
conserver la compétitivité des produits suisses, la BNS
n'avait rien trouvé de mieux à faire que se bourrer d'euros,
et même de racheter de la dette frouze ! Les francs suisses
sont donc des bons pour des euros, qui eux-mêmes sont
des bons pour de la dette grecque et italienne. Que peut-il
bien y avoir de plus solide dans le franc suisse qu'il n'y a
pas dans les crédits de francs suisses émis par les banques
privées ?

Et maintenant, si - se reposant sur ses actifs - la BNS
devait multiplier par 10 les francs suisses en circulation
pour compenser le retrait des crédits de francs suisse,
quel pourrait bien être le bénéfice en termes de "solidité"
de la monnaie ?

Tout monopole a toujours pour unique effet de coincer la
machine économique, et les Suisses l'ont bien compris.
Bravo à eux.
Post by Cardinal de Hère
Les partisans de la réforme ont annoncé leur intention de poursuivre le
combat, en dépit des sondages montrant que
leur soutien dans l'opinion publique est passé de 42% en début d'année à
25%.
Voilà : la démocratie directe a cette vertu de rendre les
gens de moins en moins cons, car ils sont obligés de
s'informer. Plus ils sont informés, plus ils prennent des
décisions raisonnables.

Dobb
Cardinal de Hère
2018-06-11 11:51:19 UTC
Permalink
Post by Dobb
Post by Cardinal de Hère
ZURICH (Reuters) - Un plan radical visant à ôter aux banques suisses
le droit de création monétaire a été rejeté par les électeurs, selon
les premières projections de vote publiées dimanche.
Quelque 75% des électeurs ont voté contre l'initiative dite "Monnaie
pleine", d'après l'institut de sondage gfs.Bern. Le résultat définitif
de la consultation est attendu en fin de journée.
Selon la Radio Télévision Suisse, une majorité de cantons a rejeté la
proposition, ce qui condamne aussi l'initiative. En plus d'une
majorité simple des électeurs, celles-ci devait aussi réunir une
majorité des 26 cantons de la Confédération.
"Nous sommes contents car cela aurait été une initiative extrêmement
dommageable", s'est réjoui Heinz Karrer, président de l'organisation
professionnelle Economiesuisse.
La proposition, soumise à votation après avoir obtenu plus de 100.000
signatures, visait à donner à la Banque nationale suisse (BNS), la
banque centrale helvétique, le monopole de la création monétaire dans
le pays.
Cette proposition était une stupidité, qui aurait eu pour effet
immédiat de retirer 90% des moyens monétaires en circulation
dans le pays, puis de gonfler comme une baudruche le bilan de
la banque nationale tout en diminuant les garanties, et de
paralyser les échanges.
Va dire ça à la Deutsche Bundesbank qui voit son bilan grossi de plus de
plus de 956 milliards de créances irrécouvrables sur l'Italie,
l'Espagne, la Grèce et le Portugal via la BCE.

En voici la preuve :
<https://www.bundesbank.de/Redaktion/EN/Standardartikel/Tasks/Payment_systems/target2_balance.html>
Post by Dobb
Post by Cardinal de Hère
Les partisans de la réforme faisaient valoir que le projet rendrait le
système financier plus résistant et ferait du franc suisse la monnaie
la plus sûre du monde.
Il n'y a rien de plus faux. Les garanties qu'offre une monnaie
quelconque sont listées dans la colonne "actifs" du bilan de
la banque qui émet cette monnaie.
D'après le système des réserves fractionnaires seuls 15% des sommes
prêtées par une banque seraient nanties. Et quand la BCE lance ses QE le
nantissement est nul.
Dobb
2018-06-11 19:46:19 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Dobb
Cette proposition était une stupidité, qui aurait eu pour effet
immédiat de retirer 90% des moyens monétaires en circulation
dans le pays, puis de gonfler comme une baudruche le bilan de
la banque nationale tout en diminuant les garanties, et de
paralyser les échanges.
Va dire ça à la Deutsche Bundesbank qui voit son bilan grossi de plus de
plus de 956 milliards de créances irrécouvrables sur l'Italie, l'Espagne,
la Grèce et le Portugal via la BCE.
Et en quoi ce serait la faute des banques privées si les banques
centrales européennes bourrent leurs actifs de papiers sans
valeur, qui sont d'ailleurs en principe interdits par les traités ?
(pour contourner l'interdiction faite à la BCE de financer les
déficits des Etats, la BCE acquiert les créances sur le marché
secondaire, laissant les banques privées les acheter à l'Etat,
pour les revendre à la BCE moyennant une commission : c'est
ainsi que la BCE ose prétendre qu'elle ne finance pas les déficits
des Etats, qu'elle ne fait qu'acheter à des banques des titres
disponibles sur le marché !)
Post by Cardinal de Hère
D'après le système des réserves fractionnaires seuls 15% des sommes
prêtées par une banque seraient nanties. Et quand la BCE lance ses QE le
nantissement est nul.
Les banques privées prêtent (et émettent) de l'argent en
échange de garanties très souvent bien meilleures que les
titres qui se trouvent à l'actif des banques centrales,
particulièrement des banques-croupionnes comme la BCE
qui ont pourri leur bilan avec des créances insolvables.

Lorsqu'un particulier contracte un emprunt hypothécaire,
la banque dispose déjà en échange de l'argent émis
d'une garantie solide, à savoir le bien hypothéqué
accompagné de son hypothèque. Il n'y a aucun besoin
d'avoir une large couverture en plus de cette garantie.
Il suffit que les banques aient des fonds propres suffisants
pour pouvoir compenser, par exemple, un effondrement
de l'immobilier, càd à une baisse de valeur des biens
hypothéqués. Si les Suisses veulent avoir un système
financier plus solide, il leur suffit de relever les planchers
des fonds propres requis des banques.

A noter que les crédits de francs suisses émis sont garantis
par l'ensemble des biens hypothéqués. Un niveau de garantie
qu'il faut comparer aux euros qui servent de garantie au franc
suisse lui-même : entre des promesses de remboursement
irréalisables de politiciens grecs et italiens, et des hypothèques
sur de bons immeubles suisses, qu'est ce que tu préfères avoir
comme garantie dans ta poche ?

Dobb
"René Groumal
2018-06-11 20:00:40 UTC
Permalink
Post by Dobb
Post by Cardinal de Hère
Post by Dobb
Cette proposition était une stupidité, qui aurait eu pour effet
immédiat de retirer 90% des moyens monétaires en circulation
dans le pays, puis de gonfler comme une baudruche le bilan de
la banque nationale tout en diminuant les garanties, et de
paralyser les échanges.
Va dire ça à la Deutsche Bundesbank qui voit son bilan grossi de plus
de plus de 956 milliards de créances irrécouvrables sur l'Italie,
l'Espagne, la Grèce et le Portugal via la BCE.
Et en quoi ce serait la faute des banques privées si les banques
centrales européennes bourrent leurs actifs de papiers sans
valeur, qui sont d'ailleurs en principe interdits par les traités ?
(pour contourner l'interdiction faite à la BCE de financer les
déficits des Etats, la BCE acquiert les créances sur le marché
secondaire, laissant les banques privées les acheter à l'Etat,
pour les revendre à la BCE moyennant une commission : c'est
ainsi que la BCE ose prétendre qu'elle ne finance pas les déficits
des Etats, qu'elle ne fait qu'acheter à des banques des titres
disponibles sur le marché !)
Post by Cardinal de Hère
D'après le système des réserves fractionnaires seuls 15% des sommes
prêtées par une banque seraient nanties. Et quand la BCE lance ses QE
le nantissement est nul.
Les banques privées prêtent (et émettent) de l'argent en
échange de garanties très souvent bien meilleures que les
titres qui se trouvent à l'actif des banques centrales,
particulièrement des banques-croupionnes comme la BCE
qui ont pourri leur bilan avec des créances insolvables.
Lorsqu'un particulier contracte un emprunt hypothécaire,
la banque dispose déjà en échange de l'argent émis
d'une garantie solide, à savoir le bien hypothéqué
accompagné de son hypothèque. Il n'y a aucun besoin
d'avoir une large couverture en plus de cette garantie.
Il suffit que les banques aient des fonds propres suffisants
pour pouvoir compenser, par exemple, un effondrement
de l'immobilier, càd à une baisse de valeur des biens
hypothéqués. Si les Suisses veulent avoir un système
financier plus solide, il leur suffit de relever les planchers
des fonds propres requis des banques.
A noter que les crédits de francs suisses émis sont garantis
par l'ensemble des biens hypothéqués. Un niveau de garantie
qu'il faut comparer aux euros qui servent de garantie au franc
suisse lui-même : entre des promesses de remboursement
irréalisables de politiciens grecs et italiens, et des hypothèques
sur de bons immeubles suisses, qu'est ce que tu préfères avoir
comme garantie dans ta poche ?
Dobb
La garantie d'une banque centrale européenne indépendante des capitaux
privés.
Dobb
2018-06-11 20:13:57 UTC
Permalink
Post by "René Groumal
Post by Dobb
A noter que les crédits de francs suisses émis sont garantis
par l'ensemble des biens hypothéqués. Un niveau de garantie
qu'il faut comparer aux euros qui servent de garantie au franc
suisse lui-même : entre des promesses de remboursement
irréalisables de politiciens grecs et italiens, et des hypothèques
sur de bons immeubles suisses, qu'est ce que tu préfères avoir
comme garantie dans ta poche ?
La garantie d'une banque centrale européenne indépendante
des capitaux privés.
Plus con, tu meurs.

Dobb
Cardinal de Hère
2018-06-11 22:14:41 UTC
Permalink
Post by Dobb
Post by "René Groumal
Post by Dobb
A noter que les crédits de francs suisses émis sont garantis
par l'ensemble des biens hypothéqués. Un niveau de garantie
qu'il faut comparer aux euros qui servent de garantie au franc
suisse lui-même : entre des promesses de remboursement
irréalisables de politiciens grecs et italiens, et des hypothèques
sur de bons immeubles suisses, qu'est ce que tu préfères avoir
comme garantie dans ta poche ?
La garantie d'une banque centrale européenne indépendante
des capitaux privés.
Plus con, tu meurs.
Le malGrou est un con professionnel. Ce n'est pas la peine de lui
répondre. C'est juste une crotte sur le trottoir. On évite de marcher
dedans et on continue son chemin sans plus penser à elle.
"René Groumal
2018-06-12 16:51:45 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Dobb
Post by "René Groumal
Post by Dobb
A noter que les crédits de francs suisses émis sont garantis
par l'ensemble des biens hypothéqués. Un niveau de garantie
qu'il faut comparer aux euros qui servent de garantie au franc
suisse lui-même : entre des promesses de remboursement
irréalisables de politiciens grecs et italiens, et des hypothèques
sur de bons immeubles suisses, qu'est ce que tu préfères avoir
comme garantie dans ta poche ?
La garantie d'une banque centrale européenne indépendante
des capitaux privés.
Plus con, tu meurs.
Le malGrou est un con professionnel. Ce n'est pas la peine de lui
répondre. C'est juste une crotte sur le trottoir. On évite de marcher
dedans et on continue son chemin sans plus penser à elle.
Que voila une pensée peu chrétienne, votre Eminence.
Il est vrai que vous n'êtes qu'un Cardinal de pacotille mais qui en
matière de radotage en vaut point un autre...
"René Groumal
2018-06-12 15:38:13 UTC
Permalink
Post by Dobb
Post by "René Groumal
Post by Dobb
A noter que les crédits de francs suisses émis sont garantis
par l'ensemble des biens hypothéqués. Un niveau de garantie
qu'il faut comparer aux euros qui servent de garantie au franc
suisse lui-même : entre des promesses de remboursement
irréalisables de politiciens grecs et italiens, et des hypothèques
sur de bons immeubles suisses, qu'est ce que tu préfères avoir
comme garantie dans ta poche ?
La garantie d'une banque centrale européenne indépendante
des capitaux privés.
Plus con, tu meurs.
Dobb
Pauvre Dobb.
On ne le regrettera pas....
Cardinal de Hère
2018-06-11 22:12:46 UTC
Permalink
Post by Dobb
Post by Cardinal de Hère
Post by Dobb
Cette proposition était une stupidité, qui aurait eu pour effet
immédiat de retirer 90% des moyens monétaires en circulation
dans le pays, puis de gonfler comme une baudruche le bilan de
la banque nationale tout en diminuant les garanties, et de
paralyser les échanges.
Va dire ça à la Deutsche Bundesbank qui voit son bilan grossi de plus
de plus de 956 milliards de créances irrécouvrables sur l'Italie,
l'Espagne, la Grèce et le Portugal via la BCE.
Et en quoi ce serait la faute des banques privées si les banques
centrales européennes bourrent leurs actifs de papiers sans
valeur, qui sont d'ailleurs en principe interdits par les traités ?
Ce que tu racontes est totalement faux. Les soldes target2 proviennent
justement de l'activité des banques privés et des détenteurs de capitaux.

C'est un peu long mais si tu veux ne pas dire de conneries il te faudra
le lire. Dans le cas contraire...

Quand le riche milliardaire Picsou transfère 5 milliards de dollars
depuis son compte à la Bank of America à New York vers un compte ouvert
à la Deutsche Bank de Francfort les 5 milliards de dollars qui
constituaient une créance sur la banque centrale américaine (la Fed)
deviennent une créance sur la banque centrale allemande (la Bundesbank).
Pour compenser cette dette que la Bundesbank vient d'acquérir envers
Picsou la Bundesbank acquière une créance de 5 milliards de dollars sur
la Fed. Autrement dit les 5 milliards que la Fed devaient à Picsou elle
les doit maintenant à la Bundesbank qui les doit à Picsou. Dans ce cas
la dette de la Fed envers la Bundesbank est immédiatement payée en or ou
en euro, la Fed transférant à la Bundesbank l'équivalent en or ou en
euros de 5 milliards de dollars. C'est le fonctionnement normal des
transferts de capitaux entre pays du monde.

Au sein de la zone euro les choses sont différentes. Tout d'abord il
faut comprendre ce qu'est l'euro. L'euro n'est pas une monnaie mais un
ensemble de 19+2 monnaies. Chaque banque nationale de la zone euro peut
émettre et créer des euros. Quand Mickey possède 50€ sur son compte à la
Deutsche Bank de Munich ces 50€ constituent une créance sur la
Bundesbank. Quand Donald possède 100€ au Crédit Lyonnais de Rennes ces
100€ constituent une créance sur la Banque de France. Il y a 19 banques
centrales dans la zone euro. Chacune peut créer des euros. La Banque de
France crée des euros français, la Bundesbank crée des euros allemands,
le Banco de España crée des euros espagnols, etc. En plus des 19 euros
nationaux il y a les euros crées par la BCE (qui constituent des
créances sur la BCE) et il y a les billets et pièces qui constituent une
créance commune sur toutes les banques centrales.

Ce qui fait de l'euro une monnaie commune est la règle suivante :
Chaque banque centrale de la zone euro s'engage à reconnaître pour
siennes et sans limite les créances sur les autres banques centrales de
la zone euro au taux de 1 pour 1.

Supposons que Picsou transfère 5 milliards d'euros depuis le Banco de
Santander à Madrid vers la Deutsche Bank de Munich. Ces 5 milliards
d'euros sont transférés par un système de transfert qui s'appelle
target2 et qui sert à transférer de très fortes sommes au sein de la
zone euro. Les 5 milliards d'euros qui constituaient une dette sur le
Banco de España deviennent ainsi une dette sur la Bundesbank. Comme dans
le transfert entre New York et Francfort la Bundesbank acquière une
créance de 5 milliards d'euros sur le Banco de España. Jusque là les
deux transferts (New York Francfort et Madrid Munich) sont identiques
dans leur fonctionnement. A partir de maintenant les choses changent. Le
Banco de España ne règle pas sa dette envers la Bundesbank par un
transfert d'or ou de devise étrangère (l'équivalent en or ou dollars de
5 milliards d'euros) car les autorités monétaires européennes écrivent
dans un livre appelé soldes target2 : le Banco de España doit 5
milliards d'euros à la Bundesbank. Et c'est tout, le transfert n'aura
*jamais* lieu.

En temps normal ce n'est pas grave car les échanges se font dans les
deux sens depuis l'Espagne vers l'Allemagne et depuis l'Allemagne vers
l'Espagne et grosso modo cela s'équilibre. Par exemple la France a un
solde target2 quasiment nul car les mouvements de capitaux entrant et
sortant sont à l'équilibre. Par contre il se passe la chose suivante
avec les pays du Club Med (Espagne, Portugal, Italie, Grèce) : les
capitalistes de ces pays sont tellement convaincus de leur extrême
nullité qu'ils n'ont pas confiance en la capacité de leur pays à
supporter une monnaie forte comme l'est l'euro. Ils craignent que leur
pays soit obligé de sortir de l'euro afin de dévaluer. Auquel cas leurs
capitaux connaîtront une très forte dévaluation. Alors que font-ils ?
Ils transfèrent leurs euros espagnols, italiens, portugais ou grecs vers
l'Allemagne où ils deviennent des euros allemands. Et ainsi en cas de
dissolution de la zone euro ils deviendront automatiquement des Deutsche
Mark autrement dit une monnaie forte qui s'appréciera par rapport à
l'euro. Et donc cette fuite des capitaux depuis le sud de l'Europe vers
le nord de l'Europe (concrètement surtout l'Allemagne, les Pays-Bas et
le Luxembourg) gonfle la dette des pays du sud envers l'Allemagne surtout.

Voici un graphique qui montre où on en était au début du mois de janvier
2018 :

<Loading Image...>

Positif vers le haut, négatif vers la bas. On a enlevé tous les pays à
l'équilibre. Il ne reste donc plus que l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie,
le Portugal, la Grèce.

Essayons de comprendre ce qui se passerait en cas de sortie de l'euro
des quatre pays du Club Med. La sortie de la zone euro signifie que les
banques centrales des pays qui sortent ne reconnaissent plus les
créances sur les autres banques centrales de la zone comme étant leurs
créances sans limitation et au taux de 1 pour 1. Autrement dit les pays
qui sortent doivent maintenant régler vraiment par des échanges d'or ou
de devises les transferts entre pays sortant et pays restant dans la
zone. Dans ce cas chaque pays qui sort doit payer ses dettes envers les
autres banques centrales de la zone. Ces dettes sont de deux types : les
billets en euros détenus par les habitants des pays qui sortent et les
soldes target2. Or les pays du Club Med ne peuvent pas payer ces soldes
target2, en aucun cas. Ils sont donc obligés de faire défaut sur la dette.

Il faut bien comprendre que si l'Allemagne était seule face aux pays du
Club Med alors ces plus de 900 milliards d'euros qui lui manqueront
c'est le pays tout entier qui les paiera sous la forme de l'inflation.
Et tous ces petits ouvriers allemands qui se sont échiné au boulot et
qui gagnent trois fois rien gagneront encore moins et leur cancer sera
encore moins bien soigné et ils crèveront encore un peu plus dans la
misère et la honte. Et tout ça pour quoi ? Pour avoir sauvé les capitaux
des richissimes Espagnols, Italiens, Portugais et Grecs !

Mais fort heureusement pour elle l'Allemagne n'est pas seule. Il restera
15 pays de la zone et la dette impayée du Club Med sera répartie entre
tous ces pays au pro rata de leur importance. Une fois le Club Med sorti
l'importance de la France sera de 35% au moins. Elle devra prendre à sa
charge 35% des 900 ou 1000 milliards d'euros de dettes cumulée du Club
Med soit au moins 315 milliards d'euros. Vous allez me dire que la
France aussi pourrait faire défaut. Mais mes pauvres chéris, vous avez
vu la tête du type de l'Élysée ? C'est celle de Woody Allen dans Prends
l'oseille et tire-toi ! Il prendra la part de la dette qui revient à la
France et elle pèsera sur le niveau de vie déjà minable du petit Arabe,
du petit Noir ou du petit Blanc ! Et le petit ouvrier misérabiliste avec
son travail merdique, sa femme zinzin, sa fille putain, son fils pédé et
drogué et son cancer mal soigné sera encore plus mal à cause des
salopards qui ont voté pour sidi al-Makrrroune ! Et le pire, voyez-vous,
c'est que Asselineau vous avait prévenu, si, si, si je l'ai entendu ! Et
pendant qu'il expliquait tout ça l'immonde vermine des journalistes, des
universitaires, des banksters et des propagandistes de al-Makrrroune
couinait en choeur : "Conspirationniste ! Conspirationniste !
Conspirationniste !"
"René Groumal
2018-06-12 16:46:58 UTC
Permalink
Post by Cardinal de Hère
Post by Dobb
Post by Cardinal de Hère
Post by Dobb
Cette proposition était une stupidité, qui aurait eu pour effet
immédiat de retirer 90% des moyens monétaires en circulation
dans le pays, puis de gonfler comme une baudruche le bilan de
la banque nationale tout en diminuant les garanties, et de
paralyser les échanges.
Va dire ça à la Deutsche Bundesbank qui voit son bilan grossi de plus
de plus de 956 milliards de créances irrécouvrables sur l'Italie,
l'Espagne, la Grèce et le Portugal via la BCE.
Et en quoi ce serait la faute des banques privées si les banques
centrales européennes bourrent leurs actifs de papiers sans
valeur, qui sont d'ailleurs en principe interdits par les traités ?
Ce que tu racontes est totalement faux. Les soldes target2 proviennent
justement de l'activité des banques privés et des détenteurs de capitaux.
C'est un peu long mais si tu veux ne pas dire de conneries il te faudra
le lire. Dans le cas contraire...
Quand le riche milliardaire Picsou transfère 5 milliards de dollars
depuis son compte à la Bank of America à New York vers un compte ouvert
à la Deutsche Bank de Francfort les 5 milliards de dollars qui
constituaient une créance sur la banque centrale américaine (la Fed)
deviennent une créance sur la banque centrale allemande (la Bundesbank).
Pour compenser cette dette que la Bundesbank vient d'acquérir envers
Picsou la Bundesbank acquière une créance de 5 milliards de dollars sur
la Fed. Autrement dit les 5 milliards que la Fed devaient à Picsou elle
les doit maintenant à la Bundesbank qui les doit à Picsou. Dans ce cas
la dette de la Fed envers la Bundesbank est immédiatement payée en or ou
en euro, la Fed transférant à la Bundesbank l'équivalent en or ou en
euros de 5 milliards de dollars. C'est le fonctionnement normal des
transferts de capitaux entre pays du monde.
Au sein de la zone euro les choses sont différentes. Tout d'abord il
faut comprendre ce qu'est l'euro. L'euro n'est pas une monnaie mais un
ensemble de 19+2 monnaies. Chaque banque nationale de la zone euro peut
émettre et créer des euros. Quand Mickey possède 50€ sur son compte à la
Deutsche Bank de Munich ces 50€ constituent une créance sur la
Bundesbank. Quand Donald possède 100€ au Crédit Lyonnais de Rennes ces
100€ constituent une créance sur la Banque de France. Il y a 19 banques
centrales dans la zone euro. Chacune peut créer des euros. La Banque de
France crée des euros français, la Bundesbank crée des euros allemands,
le Banco de España crée des euros espagnols, etc. En plus des 19 euros
nationaux il y a les euros crées par la BCE (qui constituent des
créances sur la BCE) et il y a les billets et pièces qui constituent une
créance commune sur toutes les banques centrales.
Chaque banque centrale de la zone euro s'engage à reconnaître pour
siennes et sans limite les créances sur les autres banques centrales de
la zone euro au taux de 1 pour 1.
Supposons que Picsou transfère 5 milliards d'euros depuis le Banco de
Santander à Madrid vers la Deutsche Bank de Munich. Ces 5 milliards
d'euros sont transférés par un système de transfert qui s'appelle
target2 et qui sert à transférer de très fortes sommes au sein de la
zone euro. Les 5 milliards d'euros qui constituaient une dette sur le
Banco de España deviennent ainsi une dette sur la Bundesbank. Comme dans
le transfert entre New York et Francfort la Bundesbank acquière une
créance de 5 milliards d'euros sur le Banco de España. Jusque là les
deux transferts (New York Francfort et Madrid Munich) sont identiques
dans leur fonctionnement. A partir de maintenant les choses changent. Le
Banco de España ne règle pas sa dette envers la Bundesbank par un
transfert d'or ou de devise étrangère (l'équivalent en or ou dollars de
5 milliards d'euros) car les autorités monétaires européennes écrivent
dans un livre appelé soldes target2 : le Banco de España doit 5
milliards d'euros à la Bundesbank. Et c'est tout, le transfert n'aura
*jamais* lieu.
En temps normal ce n'est pas grave car les échanges se font dans les
deux sens depuis l'Espagne vers l'Allemagne et depuis l'Allemagne vers
l'Espagne et grosso modo cela s'équilibre. Par exemple la France a un
solde target2 quasiment nul car les mouvements de capitaux entrant et
sortant sont à l'équilibre. Par contre il se passe la chose suivante
avec les pays du Club Med (Espagne, Portugal, Italie, Grèce) : les
capitalistes de ces pays sont tellement convaincus de leur extrême
nullité qu'ils n'ont pas confiance en la capacité de leur pays à
supporter une monnaie forte comme l'est l'euro. Ils craignent que leur
pays soit obligé de sortir de l'euro afin de dévaluer. Auquel cas leurs
capitaux connaîtront une très forte dévaluation. Alors que font-ils ?
Ils transfèrent leurs euros espagnols, italiens, portugais ou grecs vers
l'Allemagne où ils deviennent des euros allemands. Et ainsi en cas de
dissolution de la zone euro ils deviendront automatiquement des Deutsche
Mark autrement dit une monnaie forte qui s'appréciera par rapport à
l'euro. Et donc cette fuite des capitaux depuis le sud de l'Europe vers
le nord de l'Europe (concrètement surtout l'Allemagne, les Pays-Bas et
le Luxembourg) gonfle la dette des pays du sud envers l'Allemagne surtout.
Voici un graphique qui montre où on en était au début du mois de janvier
<https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2018/01/Screen-Shot-01-06-18-at-01.43-PM.png>
Positif vers le haut, négatif vers la bas. On a enlevé tous les pays à
l'équilibre. Il ne reste donc plus que l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie,
le Portugal, la Grèce.
Essayons de comprendre ce qui se passerait en cas de sortie de l'euro
des quatre pays du Club Med. La sortie de la zone euro signifie que les
banques centrales des pays qui sortent ne reconnaissent plus les
créances sur les autres banques centrales de la zone comme étant leurs
créances sans limitation et au taux de 1 pour 1. Autrement dit les pays
qui sortent doivent maintenant régler vraiment par des échanges d'or ou
de devises les transferts entre pays sortant et pays restant dans la
zone. Dans ce cas chaque pays qui sort doit payer ses dettes envers les
autres banques centrales de la zone. Ces dettes sont de deux types : les
billets en euros détenus par les habitants des pays qui sortent et les
soldes target2. Or les pays du Club Med ne peuvent pas payer ces soldes
target2, en aucun cas. Ils sont donc obligés de faire défaut sur la dette.
Il faut bien comprendre que si l'Allemagne était seule face aux pays du
Club Med alors ces plus de 900 milliards d'euros qui lui manqueront
c'est le pays tout entier qui les paiera sous la forme de l'inflation.
Et tous ces petits ouvriers allemands qui se sont échiné au boulot et
qui gagnent trois fois rien gagneront encore moins et leur cancer sera
encore moins bien soigné et ils crèveront encore un peu plus dans la
misère et la honte. Et tout ça pour quoi ? Pour avoir sauvé les capitaux
des richissimes Espagnols, Italiens, Portugais et Grecs !
Mais fort heureusement pour elle l'Allemagne n'est pas seule. Il restera
15 pays de la zone et la dette impayée du Club Med sera répartie entre
tous ces pays au pro rata de leur importance. Une fois le Club Med sorti
l'importance de la France sera de 35% au moins. Elle devra prendre à sa
charge 35% des 900 ou 1000 milliards d'euros de dettes cumulée du Club
Med soit au moins 315 milliards d'euros. Vous allez me dire que la
France aussi pourrait faire défaut. Mais mes pauvres chéris, vous avez
vu la tête du type de l'Élysée ? C'est celle de Woody Allen dans Prends
l'oseille et tire-toi ! Il prendra la part de la dette qui revient à la
France et elle pèsera sur le niveau de vie déjà minable du petit Arabe,
du petit Noir ou du petit Blanc !
Et le petit ouvrier misérabiliste avec
Post by Cardinal de Hère
son travail merdique, sa femme zinzin, sa fille putain, son fils pédé et
drogué et son cancer mal soigné sera encore plus mal à cause des
salopards qui ont voté pour sidi al-Makrrroune ! Et le pire, voyez-vous,
c'est que Asselineau vous avait prévenu, si, si, si je l'ai entendu ! Et
pendant qu'il expliquait tout ça l'immonde vermine des journalistes, des
universitaires, des banksters et des propagandistes de al-Makrrroune
couinait en choeur : "Conspirationniste ! Conspirationniste !
Conspirationniste !"
Blablabla jargonnant . Pas mieux que quand il fait de la théologie.
Benoit
2018-06-12 18:47:38 UTC
Permalink
Post by "René Groumal
Blablabla jargonnant . Pas mieux que quand il fait de la théologie.
Citer autant de texte pour ne dire que si peu est à la fois un manque
d'éducation et une absence d'instruction. Bref vous faite du bruit en
citant tout et ne n'ajoutant que peu de chose à la discussion, voire
rien.
--
Pense à l'étiquette qu'une fois les vendanges faites.
Cardinal de Hère
2018-06-12 18:57:09 UTC
Permalink
Post by Benoit
Post by "René Groumal
Blablabla jargonnant . Pas mieux que quand il fait de la théologie.
Citer autant de texte pour ne dire que si peu est à la fois un manque
d'éducation et une absence d'instruction. Bref vous faite du bruit en
citant tout et ne n'ajoutant que peu de chose à la discussion, voire
rien.
Le malGrou est une nullité et tient à le faire savoir !

Loading...