Discussion:
L'hydroxychloroquine et la chloroquine ne sont pas efficaces et même néfastes, selon une nouvelle étude
Add Reply
Canta Galet
2020-05-22 19:06:30 UTC
Réponse
Permalink
Ca explique pourquoi Trump ne prend qu'un cachet de 100 mg par jour.
Alors que la dose est de 600mg.

Pas con le vieux, il ne veut pas crever ni du virus ni du traitement !

Ca rejoint les études chinoises, américaines, canadiennes, suédoises, brésiliennes, françaises.

L'affaire est pliée, ce traitement c'est de la daube.



Ni la chloroquine, ni son dérivé l'hydroxychloroquine ne se montrent efficaces contre le Covid-19 chez les malades hospitalisés, et ces molécules augmentent même le risque de décès et d'arythmie cardiaque, prévient une vaste étude parue vendredi dans The Lancet, qui recommande de ne pas les prescrire en dehors des essais cliniques.

Menée sur près de 15 000 malades, il s'agit de la "première étude à large échelle" à apporter une "preuve statistique robuste" que ces deux traitements, qui font couler tant d'encre, "ne bénéficient pas aux patients du Covid-19", déclare dans un communiqué le Dr Mandeep Mehra, auteur principal de l'étude publiée dans la prestigieuse revue médicale. Les patients ont reçu quatre combinaisons différentes à base de chloroquine (un antipaludéen) et d'hydroxychloroquine (prescrit contre la polyarthrite rhumatoïde par exemple). Les traitements étaient soit administrés seuls, soit associés à un antibiotique de la famille des macrolides.

L'étude a analysé les données d'environ 96 000 patients infectés par le virus SARS-CoV-2 admis dans 671 hôpitaux entre le 20 décembre 2019 et le 14 avril 2020, sortis ou décédés depuis. Environ 15 000 d'entre eux ont reçu l'une des quatre combinaisons (chloroquine seule ou associée à l'antibiotique, hydroxychloroquine seule ou associée à ce même antibiotique), puis ces quatre groupes ont été comparés aux 81 000 malades du groupe témoin n'ayant pas reçu ce traitement.

Résultat, les quatre traitements ont tous été associés à un risque de mortalité bien plus élevé qu'au sein du groupe témoin (qui était de 9,3 %): 16,4 % de décès pour la chloroquine seule, 22,2 % quand elle était combinée à l'antibiotique; 18 % pour l'hydroxychloroquine seule, et 23,8 % quand elle était associée au même antibiotique. Les auteurs estiment ainsi que le risque de mortalité est de 34 % à 45 % plus élevé chez des patients prenant ces traitements que chez des patients présentant des facteurs de comorbidité, c'est-à-dire de facteurs de risques. Alors que plusieurs pays comme le Brésil parient sur l'usage de la chloroquine et de son dérivé, l'étude recommande de ne pas administrer ces traitements en dehors des essais cliniques.

https://www.lemonde.fr/planete/live/2020/05/22/coronavirus-en-direct-suspense-sur-la-tenue-du-second-tour-des-municipales_6040409_3244.html
Zulu
2020-05-22 19:29:41 UTC
Réponse
Permalink
Post by Canta Galet
Ca explique pourquoi Trump ne prend qu'un cachet de 100 mg par jour.
Alors que la dose est de 600mg.
Pas con le vieux, il ne veut pas crever ni du virus ni du traitement !
Ca rejoint les études chinoises, américaines, canadiennes, suédoises, brésiliennes, françaises.
L'affaire est pliée, ce traitement c'est de la daube.
Ni la chloroquine, ni son dérivé l'hydroxychloroquine ne se montrent efficaces contre le Covid-19 chez les malades hospitalisés, et ces molécules augmentent même le risque de décès et d'arythmie cardiaque, prévient une vaste étude parue vendredi dans The Lancet, qui recommande de ne pas les prescrire en dehors des essais cliniques.
Menée sur près de 15 000 malades, il s'agit de la "première étude à large échelle" à apporter une "preuve statistique robuste" que ces deux traitements, qui font couler tant d'encre, "ne bénéficient pas aux patients du Covid-19", déclare dans un communiqué le Dr Mandeep Mehra, auteur principal de l'étude publiée dans la prestigieuse revue médicale. Les patients ont reçu quatre combinaisons différentes à base de chloroquine (un antipaludéen) et d'hydroxychloroquine (prescrit contre la polyarthrite rhumatoïde par exemple). Les traitements étaient soit administrés seuls, soit associés à un antibiotique de la famille des macrolides.
L'étude a analysé les données d'environ 96 000 patients infectés par le virus SARS-CoV-2 admis dans 671 hôpitaux entre le 20 décembre 2019 et le 14 avril 2020, sortis ou décédés depuis. Environ 15 000 d'entre eux ont reçu l'une des quatre combinaisons (chloroquine seule ou associée à l'antibiotique, hydroxychloroquine seule ou associée à ce même antibiotique), puis ces quatre groupes ont été comparés aux 81 000 malades du groupe témoin n'ayant pas reçu ce traitement.
Résultat, les quatre traitements ont tous été associés à un risque de mortalité bien plus élevé qu'au sein du groupe témoin (qui était de 9,3 %): 16,4 % de décès pour la chloroquine seule, 22,2 % quand elle était combinée à l'antibiotique; 18 % pour l'hydroxychloroquine seule, et 23,8 % quand elle était associée au même antibiotique. Les auteurs estiment ainsi que le risque de mortalité est de 34 % à 45 % plus élevé chez des patients prenant ces traitements que chez des patients présentant des facteurs de comorbidité, c'est-à-dire de facteurs de risques. Alors que plusieurs pays comme le Brésil parient sur l'usage de la chloroquine et de son dérivé, l'étude recommande de ne pas administrer ces traitements en dehors des essais cliniques.
https://www.lemonde.fr/planete/live/2020/05/22/coronavirus-en-direct-suspense-sur-la-tenue-du-second-tour-des-municipales_6040409_3244.html
Et le lien vers cette étude ?

Je me méfie en peu des "interprétations" des journaux en question..
Le très gentil Luciole135
2020-05-22 19:35:05 UTC
Réponse
Permalink
Post by Zulu
Post by Canta Galet
Ca explique pourquoi Trump ne prend qu'un cachet de 100 mg par jour.
Alors que la dose est de 600mg.
Pas con le vieux, il ne veut pas crever ni du virus ni du traitement !
Ca rejoint les études chinoises, américaines, canadiennes, suédoises,
brésiliennes, françaises.
L'affaire est pliée, ce traitement c'est de la daube.
Ni la chloroquine, ni son dérivé l'hydroxychloroquine ne se montrent
efficaces contre le Covid-19 chez les malades hospitalisés, et ces
molécules augmentent même le risque de décès et d'arythmie cardiaque,
prévient une vaste étude parue vendredi dans The Lancet, qui
recommande de ne pas les prescrire en dehors des essais cliniques.
Menée sur près de 15 000 malades, il s'agit de la "première étude à
large échelle" à apporter une "preuve statistique robuste" que ces
deux traitements, qui font couler tant d'encre, "ne bénéficient pas
aux patients du Covid-19", déclare dans un communiqué le Dr Mandeep
Mehra, auteur principal de l'étude publiée dans la prestigieuse revue
médicale. Les patients ont reçu quatre combinaisons différentes à base
de chloroquine (un antipaludéen) et d'hydroxychloroquine (prescrit
contre la polyarthrite rhumatoïde par exemple). Les traitements
étaient soit administrés seuls, soit associés à un antibiotique de la
famille des macrolides.
L'étude a analysé les données d'environ 96 000 patients infectés par
le virus SARS-CoV-2 admis dans 671 hôpitaux entre le 20 décembre 2019
et le 14 avril 2020, sortis ou décédés depuis. Environ 15 000 d'entre
eux ont reçu l'une des quatre combinaisons (chloroquine seule ou
associée à l'antibiotique, hydroxychloroquine seule ou associée à ce
même antibiotique), puis ces quatre groupes ont été comparés aux 81
000 malades du groupe témoin n'ayant pas reçu ce traitement.
Résultat, les quatre traitements ont tous été associés à un risque de
mortalité bien plus élevé qu'au sein du groupe témoin (qui était de
9,3 %): 16,4 % de décès pour la chloroquine seule, 22,2 % quand elle
était combinée à l'antibiotique;  18 % pour l'hydroxychloroquine
seule, et 23,8 % quand elle était associée au même antibiotique. Les
auteurs estiment ainsi que le risque de mortalité est de 34 % à 45 %
plus élevé chez des patients prenant ces traitements que chez des
patients présentant des facteurs de comorbidité, c'est-à-dire de
facteurs de risques. Alors que plusieurs pays comme le Brésil parient
sur l'usage de la chloroquine et de son dérivé, l'étude recommande de
ne pas administrer ces traitements en dehors des essais cliniques.
https://www.lemonde.fr/planete/live/2020/05/22/coronavirus-en-direct-suspense-sur-la-tenue-du-second-tour-des-municipales_6040409_3244.html
Et le lien vers cette étude ?
Je me méfie en peu des "interprétations" des journaux en question..
Ici:
https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)31180-6/fulltext
Zulu
2020-05-22 19:52:13 UTC
Réponse
Permalink
Post by Le très gentil Luciole135
Post by Zulu
Post by Canta Galet
Ca explique pourquoi Trump ne prend qu'un cachet de 100 mg par jour.
Alors que la dose est de 600mg.
Pas con le vieux, il ne veut pas crever ni du virus ni du traitement !
Ca rejoint les études chinoises, américaines, canadiennes, suédoises,
brésiliennes, françaises.
L'affaire est pliée, ce traitement c'est de la daube.
Ni la chloroquine, ni son dérivé l'hydroxychloroquine ne se montrent
efficaces contre le Covid-19 chez les malades hospitalisés, et ces
molécules augmentent même le risque de décès et d'arythmie cardiaque,
prévient une vaste étude parue vendredi dans The Lancet, qui
recommande de ne pas les prescrire en dehors des essais cliniques.
Menée sur près de 15 000 malades, il s'agit de la "première étude à
large échelle" à apporter une "preuve statistique robuste" que ces
deux traitements, qui font couler tant d'encre, "ne bénéficient pas
aux patients du Covid-19", déclare dans un communiqué le Dr Mandeep
Mehra, auteur principal de l'étude publiée dans la prestigieuse revue
médicale. Les patients ont reçu quatre combinaisons différentes à
base de chloroquine (un antipaludéen) et d'hydroxychloroquine
(prescrit contre la polyarthrite rhumatoïde par exemple). Les
traitements étaient soit administrés seuls, soit associés à un
antibiotique de la famille des macrolides.
L'étude a analysé les données d'environ 96 000 patients infectés par
le virus SARS-CoV-2 admis dans 671 hôpitaux entre le 20 décembre 2019
et le 14 avril 2020, sortis ou décédés depuis. Environ 15 000 d'entre
eux ont reçu l'une des quatre combinaisons (chloroquine seule ou
associée à l'antibiotique, hydroxychloroquine seule ou associée à ce
même antibiotique), puis ces quatre groupes ont été comparés aux 81
000 malades du groupe témoin n'ayant pas reçu ce traitement.
Résultat, les quatre traitements ont tous été associés à un risque de
mortalité bien plus élevé qu'au sein du groupe témoin (qui était de
9,3 %): 16,4 % de décès pour la chloroquine seule, 22,2 % quand elle
était combinée à l'antibiotique;  18 % pour l'hydroxychloroquine
seule, et 23,8 % quand elle était associée au même antibiotique. Les
auteurs estiment ainsi que le risque de mortalité est de 34 % à 45 %
plus élevé chez des patients prenant ces traitements que chez des
patients présentant des facteurs de comorbidité, c'est-à-dire de
facteurs de risques. Alors que plusieurs pays comme le Brésil parient
sur l'usage de la chloroquine et de son dérivé, l'étude recommande de
ne pas administrer ces traitements en dehors des essais cliniques.
https://www.lemonde.fr/planete/live/2020/05/22/coronavirus-en-direct-suspense-sur-la-tenue-du-second-tour-des-municipales_6040409_3244.html
Et le lien vers cette étude ?
Je me méfie en peu des "interprétations" des journaux en question..
https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)31180-6/fulltext
Population concernée

The mean age was 53·8 years (SD 17·6), 44 426 (46·3%) were women, mean
BMI was 27·6 kg/m2 (SD 5·5;

29 510 [30·7%] were obese with BMI ≥30 kg/m2),

30,7% d'obèses...

64 220 (66·9%) were white, 9054 (9·4%) were black, 5978 (6·2%) were
Hispanic, and 13 519 (14·1%) were of Asian origin (appendix p 4).

In terms of comorbidities,

30 198 (31·4%) had hyperlipidaemia,

25 810 (26·9%) had hypertension,

13 260 (13·8%) had diabetes,

3177 (3·3%) had COPD, 2868 (3·0%)

had an underlying immunosuppressed condition, 16 553

In terms of pre-existing cardiovascular disease, 12 137 (12·6%) had
coronary artery disease,

2368 (2·5%) had a history of congestive heart failure, and 3381 (3·5%)
had a history of arrhythmia.


Ils n'avaient que des malades de ce type à traiter ou c'est un choix
délibéré que de ne traiter que des gens atteints par des facteurs
aggravants du COVID?

Je me demande...
Alysse de Brizet
2020-05-22 20:24:10 UTC
Réponse
Permalink
Zulu l’ingénieur Ensam espagnol révisionniste spécialiste des chambres à gaz
Le très gentil Luciole135
2020-05-22 19:31:50 UTC
Réponse
Permalink
Post by Canta Galet
Ca explique pourquoi Trump ne prend qu'un cachet de 100 mg par jour.
Alors que la dose est de 600mg.
Pas con le vieux, il ne veut pas crever ni du virus ni du traitement !
Ca rejoint les études chinoises, américaines, canadiennes, suédoises, brésiliennes, françaises.
L'affaire est pliée, ce traitement c'est de la daube.
Ni la chloroquine, ni son dérivé l'hydroxychloroquine ne se montrent efficaces contre le Covid-19 chez les malades hospitalisés, et ces molécules augmentent même le risque de décès et d'arythmie cardiaque, prévient une vaste étude parue vendredi dans The Lancet, qui recommande de ne pas les prescrire en dehors des essais cliniques.
Menée sur près de 15 000 malades, il s'agit de la "première étude à large échelle" à apporter une "preuve statistique robuste" que ces deux traitements, qui font couler tant d'encre, "ne bénéficient pas aux patients du Covid-19", déclare dans un communiqué le Dr Mandeep Mehra, auteur principal de l'étude publiée dans la prestigieuse revue médicale. Les patients ont reçu quatre combinaisons différentes à base de chloroquine (un antipaludéen) et d'hydroxychloroquine (prescrit contre la polyarthrite rhumatoïde par exemple). Les traitements étaient soit administrés seuls, soit associés à un antibiotique de la famille des macrolides.
L'étude a analysé les données d'environ 96 000 patients infectés par le virus SARS-CoV-2 admis dans 671 hôpitaux entre le 20 décembre 2019 et le 14 avril 2020, sortis ou décédés depuis. Environ 15 000 d'entre eux ont reçu l'une des quatre combinaisons (chloroquine seule ou associée à l'antibiotique, hydroxychloroquine seule ou associée à ce même antibiotique), puis ces quatre groupes ont été comparés aux 81 000 malades du groupe témoin n'ayant pas reçu ce traitement.
Résultat, les quatre traitements ont tous été associés à un risque de mortalité bien plus élevé qu'au sein du groupe témoin (qui était de 9,3 %): 16,4 % de décès pour la chloroquine seule, 22,2 % quand elle était combinée à l'antibiotique; 18 % pour l'hydroxychloroquine seule, et 23,8 % quand elle était associée au même antibiotique. Les auteurs estiment ainsi que le risque de mortalité est de 34 % à 45 % plus élevé chez des patients prenant ces traitements que chez des patients présentant des facteurs de comorbidité, c'est-à-dire de facteurs de risques. Alors que plusieurs pays comme le Brésil parient sur l'usage de la chloroquine et de son dérivé, l'étude recommande de ne pas administrer ces traitements en dehors des essais cliniques.
https://www.lemonde.fr/planete/live/2020/05/22/coronavirus-en-direct-suspense-sur-la-tenue-du-second-tour-des-municipales_6040409_3244.html
Mouâd Boutaour Kandil en parle, je recopie son message :

Une étude publiée aujourd'hui sur le journal Le Lancet est plébiscitée
par les détracteurs du professeur Raoult.
Je pense que ces personnes n'ont pas lu cet extrait qui figure dans
cette étude (traduction avec Google):
Notre étude à plusieurs limites. L'association d'une diminution de la
survie avec des schémas thérapeutiques à base d'hydroxychloroquine ou de
chloroquine doit être interprétée avec prudence. En raison de la
conception de l'étude observationnelle, nous ne pouvons pas exclure la
possibilité de facteurs de confusion non mesurés, bien que nous ayons
noté de manière rassurante la cohérence entre l'analyse primaire et les
analyses appariées des scores de propension. Néanmoins, une relation de
cause à effet entre la pharmacothérapie et la survie ne doit pas être
déduite

https://www.facebook.com/groups/DidierRaoultVsCoronavirus/permalink/263021118327038/
Loading...