Discussion:
LE « PALIER DES TEMPÉRATURES » NE REMET PAS EN CAUSE LE RÉCHAUFFEMENT ANTHROPIQUE SUR LES 30 DERNIÈRES ANNÉES
(trop ancien pour répondre)
Canta Galet
2019-11-08 00:40:37 UTC
Permalink
Les dix années les plus chaudes depuis 1850 ont eu lieu depuis 1998 (2005 et 2010 ont été les deux plus chaudes depuis le début des mesures). Depuis trente ans, chaque décennie a été significativement plus chaude que la précédente.

Mais depuis 1998, la hausse des températures est moins claire (en partie car 1998 a été une année exceptionnellement chaude). Les climatosceptiques ont profité de ce phénomène pour relayer l’idée que les températures n’augmentent plus.

Pourtant, on sait que le réchauffement n’est pas un phénomène continu et linéaire d’année en année : même si les températures augmentent moins vite que prévu, elles sont toujours en hausse, tandis que tous les autres indicateurs climatiques (niveau des mers, acidification des océans, fonte de la cryosphère) sont eux dans le rouge.

Même s’il n’y a pas encore d’explication consensuelle parmi la communauté scientifique, les climatologues cherchent quand même à expliquer pourquoi la hausse des températures n’est pas aussi rapide que prévu ; une des explications les plus souvent évoquées est que les océans absorbent actuellement une partie de l’énergie de la planète (la chaleur). Une autre explication est celle du cycle actuel de refroidissement de l’Océan Pacifique, qui contribuerait à réduire la hausse des températures atmosphériques.

https://leclimatchange.fr/les-elements-scientifiques/
Paul Aubrin
2019-11-08 12:18:52 UTC
Permalink
Post by Canta Galet
Les dix années les plus chaudes depuis 1850 ont eu lieu depuis 1998
(2005 et 2010 ont été les deux plus chaudes depuis le début des
mesures). Depuis trente ans, chaque décennie a été significativement
plus chaude que la précédente.
Trop tard. La remise en question est définitive. Elle ne porte pas sur
l'existence d'un réchauffement, mais sur la part de l'humanité dans sa
cause. Cette remise en question est confirmée par la comparaison de la
sensibilité climatique prédite par modèles CMIP (théorique) et celle
observée (pratique). L'écart est tel qu'il est irréconciliable. Les faits
ont eu lieu et le révisionnisme de certains activistes climatiques, qui
ajustent et homogénéisent les températures n'y fera rien.

Comparaison de la sensibilité climatique simulée par les modèles et avec
celle observée dans la réalité:

Loading Image...

La pause ou hiatus s'est traduite par une révision des valeurs de la
sensibilité climatique dans les publications scientifiques. Ces
publications existent et ne sont pas remises en cause par des
déclarations d'activistes.

https://www.cjoint.com/c/IKimqS7rPEe

Loading...