Discussion:
[39-45] 6 et 9 aout 1945 - Japon: Hiroshima et Nagazaki étaient-ils nécessaires?
(trop ancien pour répondre)
Mara Jade Skywalker
2008-08-06 06:14:20 UTC
Permalink
6 et 9 août 1945 - Hiroshima et Nagazaki étaient-ils nécessaires? -

Pacifique Central. Japon. Les bombardements atomiques
d'Hiroshima et de Nagazaki étaient-ils nécessaires? Difficile
d'y répondre: certain prétendent que oui, d'autre non.

Même après plus d'un demi-siècle de polémiques, l'opinion public
dans le monde reste divisé sur ce point.

Analysons objectivement la situation: Little Boy a provoqué la mort
de 61443 personnes (sources japonaises) à 71379 (américaines).
Si l'on prend en compte tous les décès dûs aux radiations pendant
la seconde moitié du 20ème siècle, le montant des pertes humaines
d'Hiroshima furent estimées en 2000 à environ 200000 tués.

Fat Man provoqua la mort immédiate d'environ 26000 personnes
(sources japonaises) à 40000 (sources américaines). En tenant
compte des décès ultérieurs, les dernières estimations calculées
en l'an 2000 par les autorités japonaises tournent autour
de 78000 tués.

Le but de l'Etat-major américain dans le Pacifique était très clair:
terminer la guerre le plus rapidement possible, avec le moins de
pertes (surtout américaines, mais également japonaises) possible.

Aux Etats-Unis, après l'euphorie de la victoire en Europe,
l'opinion publique américaine était de plus en plus opposé
au fait de continuer à voir mourrir ses soldats dans le Pacifique.

La publication du bilan catastrophique des pertes américaines
à Iwo Jima et Okinawa scandalisa les Etats-Unis.

Selon les estimations les plus optimistes, la conquête du Japon
par des moyens conventionnels allait prolonger (au minimum)
la guerre de deux ans, et entraîné la perte d'un million
d'Américains (tués et blessés), ainsi qu'entre 15 et 20 millions
de Japonais.

Comparés aux 200000 morts d'Hiroshima et aux 78000 de Nagazaki.

Au printemps 1945, les dirigeants du gouvernement japonais,
de l'Armée impériale japonaise et de la Marine combinée,
se trouvèrent confrontés à des problèmes angoissants.

Ils avaient en effet à définir la politique nationale au nom
de l'Empereur Hiro-Hito. Ils cherchèrent laborieusement
une issue à une guerre catastrophique. Ils essayèrent d'entamer
des pourparlers avec les Alliés qui devaient aboutir à la paix,
afin d'éviter l'occupation du Japon par les forces ennemies.
Quoiqu'il arrive, ils étaient déterminés à sauvegarder
le régime impérial.

A ce stade de la guerre dans le Pacifique, il était clair
que les Japonais avaient perdu la guerre.

De plus, les tentatives de négociations avec les Alliés, entreprises
par l'intermédiaire de l'Union Soviétique, avaient entretemps échoué.
Le Premier ministre japonais, Kantaro Suzuki, rejetta l'ultimatum
américain de Potsdam le 28 juillet, et déclara les Accords
de Potsdam "nul et non avenu".

Le seul espoir de paix pour les Japonais était de suivre la voie
proposée par le ministre japonais de la Défense, le général Korechika
Anami, et les militaires. D'après eux, le Japon devait se battre
jusqu'au dernier homme pour défendre le sol national.

A cette époque, l'Armée japonaise comptait encore, en métropole,
deux millions d'hommes d'active sous les drapeaux, une milice populaire
de 27 millions de personnes mobilisable, et 9000 kamikazes.

Les Américains n'étaient pas loin de penser la même chose quAnami.
Le Japon était vaincu. L'archipel japonais était sous blocus naval
de la 5ème Flotte US, constamment bombardé depuis juin 1944
par l'aviation embarquée et les bombardiers B-29 de la 20ème
US Air Force stationnées en Asie (XX Bomber Command)
et dans les îles Mariannes (XXI Bomber Command).

Au cours d'une conférence qui eut lieu à la Maison Blanche le 18 juin
1945, le chef d'Etat-major de l'armée, le général George C. Marshall,
insista pour que des débarquements américains soient effectués
sur les îles principales de l'archipel japonais, afin de mettre fin
aux hostilités une bonne fois pour toute, et le plus vite possible.

Le président Harry Truman, le successeur de Franklin D. Roosevelt,
approuva cette proposition et donna les autorisations nécessaires.

Les préparatifs de ces débarquements sur l'île Kyushu, l'opération
Olympic, prévus pour le 1er novembre 1945, débutèrent.

Selon les plans américains, un second débarquement sur Honshu
(opération Coronet) était planifié pour le 1er avril 1946.

Mais George Marshall se montrait soucieux du nombre de victimes
américaines que ces opérations allaient entraîner.

Selon ses estimations les plus optimistes, l'invasion du Japon
allaient entraîner la perte d'au moins un million de combattants
américains, ainsi que de douze millions de Japonais,
et uniquement pour les deux ans à venir.

Tout au long de la reconquête des îles du Pacifique, dans les combats
sanglants sur Guadalcanal, dans les îles Salomons et Aléoutiennes,
sur Tarawa, dans les îles de l'Amirauté, sur Iwo Jima, dans les îles
Mariannes et aux Philippines, et pour finir à Okinawa, les soldats
japonais avaient prouvé de manière fort éloquente qu'ils étaient
vraiment déterminés à se battre jusqu'au dernier homme,
même si leur situation était tout à fait désespérée.

Aux yeux des Américains, le seul espoir de briser le fanatisme
des Japonais et de mettre rapidement fin aux hostilités avant
ces débarquements, étaient l'utilisation de la plus formidable
des armes secrètes américaines: la bombe atomique.

Cette éventualité fut évoquée lors de la conférence du 18 juin 1945.

Concrètement, il s'agissait de deux bombes atomiques qui seraient
tout à fait au point et prêtes à être utilisées vers la fin du mois
de juillet 1945.

Elles étaient nées dans le colossal laboratoire secret près d'Oak Ridge,
dans le Tennessee. Installations ultra-secrètes entourées de dizaines
de kilomètres de barbelés, et constamment surveillées nuit et jours
par de nombreux postes de garde.

La première de ces armes revolutionnaires avaient été baptisée "Little
Boy" ("Petit garçon"). Le principe de cette bombe était relativement
simple: Little Boy contenait une certaine quantité d'uranium 235,
qu'une charge conventionnelle ferait exploser à la suite
d'une réaction en chaine.

L'intensité de cette explosion n'était cependant pas déterminée
avec exactitude.

Les Américains disposaient également d'une seconde bombe atomique,
qui reposait sur un principe différent. Cette bombe avait été baptisée
"Fat Man" (Gros Lard) et contenait une charge de plutonium 239.
Elle avait été assemblée dans le complexe nucléaire de Hanford,
dans l'état de Washington.

C'est ce type de bombe au plutonium, baptisée "Trinity",
qui fut testé avec succès le 16 juillet 1945 dans le désert
du Nouveau-Mexique, près de la localité d'Alamogordo.

Si les essais s'avéraient concluants, une bombe de ce type
serait prête à l'emploi vers la fin du mois de juillet 1945.

Lorsque Little Boy et Fat Man furent terminés d'être assemblés,
les B-29 chargés du largage avaient déjà été modifiés et équipés
de tout le matériel d'observation et d'enregistrement nécessaire
en prévision de l'utilisation de ces nouvelles armes.

L'unité désignée, le 509th Composite Group du XXI Bomber Command
de la 20ème US Air Force, basé sur l'aérodrome géant de North Field,
sur l'île de Tinian, sous les ordres du colonel Paul W. Tibbets Jr,
suivait un entraînement spécial depuis décembre 1944.

Il disposait de bombardiers lourds à long rayon d'action Boeing
B-29 Superfortress. Ces mastondontes volants de 56 tonnes à pleine
charge étaient les seuls avions suffisament puissants pour conduire
les bombes atomiques sur leur cible.

Au cours des vols d'exercices, tout comme pendant les bombardements
sur le Japon, les avions de ce groupe avaient lâché des bombes
peintes en orange et renfermant 4536kg de TNT.

Les aviateurs de Tibbets les surnommèrent "bombes citrouilles",
en raison de leur forme et de leur couleur. Lorsqu'elles étaient
lâchées, elles étaient supposées se comporter à peu près
comme Fat Man.

Aux Etats-Unis, un comité avait été créé dans le but de déterminer
les objectifs sur lesquels les bombes seraient lancés.

Ce comité regroupait des scientifiques du projet Manhattan
et des représentants des forces aériennes stratégiques américaines.
Il sélectionna initialement des villes qui avaient été peu touchée
ou endommagées, comme Kokura, Hiroshima, Niigata et Kyoto
comme objectif prioritaire.

Ce n'est qu'ensuite que Kyoto fut remplacée par Nagasaki.

Henry Stimson, le Secrétaire à la Guerre américain, opposa son veto
à une attaque atomique de Kyoto pour épargner les nombreux
monuments historiques et oeuvres d'art de la ville.

Les chefs militaires américains comprenaient parfaitement l'attachement
des Japonais pour leur Tenmo (régime gouvernemental impérial).
Ils étaient dès lors disposé à faire en sorte que la reddition
inconditionnelle du Japon permette de conserver cette forme
de gouvernement traditionnelle. Cette optique n'étaient
cependant pas partagée par tous les dirigeants alliés.

La proclamation de Potsdam et l'ultimatum du président Harry Truman
le 27 juillet 1945, exigea du Japon une reddition inconditionnelle de
toute ses forces armées, à défaut de quoi le Japon serait rapidement
et complètement détruit. Mais elle brillait par l'absence d'indications
relatives au sort de l'empereur Hiro-Hito.

Selon l'historien Robert J.C. Butow, c'est cette absence d'indications
sur le sort de Hiro-Hito qui fut un atout inestimable pour les chefs
militaires japonais partisans de la lutte jusqu'au dernier homme.

Le 28 juillet 1945, le Premier ministre japonais, Kantaro Suzuki,
fait savoir à la Maison Blanche que son gouvernement considérait
la proclamation de Potsdam "mokusatsu" (nul et non avenue).

Les jusqu'auboutistes japonais avaient encore gagné.

Le général Leslie Groves, le directeur du projet Manhattan, écrira plus
tard: "Les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki furent les causes
directes de la reddition du Japon et de la fin de la Seconde guerre
mondiale. Aucun doute ne peut subsister à ce sujet! Ces bombes semèrent
la mort et la destruction, mais elles épargnèrent la vie à un infiniment
plus grand nombre de soldats américains, britanniques... et japonais."

A l'occasion du cinquantième anniversaire de l'emploi de l'arme
atomique contre le Japon, le 6 août 1995, un sondage CNN-Gallup
révelait qu'une majorité écrasante d'Américains approuvaient la prise
de décision de 1945: 72% pour et 24% contre, dans la tranche d'âge
de 50 à 60 ans. 80% pour et 13% contre pour les 60-70 ans.

Le 26 août 1945, un sondage analogue avait donné les proportions
à peu près similaires: 85% en faveur du bombardement atomique,
10% d'opposition, 5% sans opinion.

Cet état d'esprit peut en 2005 sembler incompris. Mais en 1945,
les Américains haïssaient profondément le Japon, à un point tel que
l'on a du mal à se l'imaginer aujourd'hui, pour leur attaque surprise
de Pearl Harbor, leur culte du Bushido et de la mort, et la terrible
guerre dans laquelle il les avait plongé.
--
Jacqueline "Jade" Devereaux - http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/
***@skynet.be [replace "antispam.cool" by "jacquie.devereaux"]
Mara Jade: http://www.bothan-online.com/Jade-Skywalker-Mara.html
http://www.anakinworld.com/personnage-mara-jade-skywalker.html
The Sarah Connor Chronicles: http://www.thesarahconnorchronicles.fr/
Archives de l'Alliance: http://www.archives-alliance.com/index.php
Battlestar Galactica: http://www.battlestargalactica-online.com/
Gérard Cojot
2008-08-06 07:20:13 UTC
Permalink
Post by Mara Jade Skywalker
terminer la guerre le plus rapidement possible, avec le moins de
pertes (surtout américaines, mais également japonaises) possible.
Et éviter le débarquement des Russes par le Nord.
--
Amitiés, Gérard Cojot
'Bienheureux les fêlés, ils laisseront passer ma lumière'[M.Audiard]
http://perso.orange.fr/gerard.cojot/
l***@aliceadsl.fr
2008-08-06 07:29:21 UTC
Permalink
Post by Gérard Cojot
Post by Mara Jade Skywalker
terminer la guerre le plus rapidement possible, avec le moins de
pertes (surtout américaines, mais également japonaises) possible.
Et éviter le débarquement des Russes par le Nord.
--
Amitiés, Gérard Cojot
'Bienheureux les fêlés, ils laisseront passer ma lumière'[M.Audiard]
http://perso.orange.fr/gerard.cojot/
Bizarre, aujourd'hui 6 Août on ne trouve que 10 articles dans google
actualité sur la bombe d'Hiroshima.

... le débat est clos quand à savoir si elle était nécessaire ou pas,
la réponse est évidemment non. On ne déclenche pas une telle horreur,
point final. Truman étati un sale con comme le démontre ses
interventions télévisées, comment dire, c'est un des types les plus
méprisables au monde.

L
l***@aliceadsl.fr
2008-08-06 08:04:02 UTC
Permalink
Post by l***@aliceadsl.fr
Post by Gérard Cojot
Post by Mara Jade Skywalker
terminer la guerre le plus rapidement possible, avec le moins de
pertes (surtout américaines, mais également japonaises) possible.
Et éviter le débarquement des Russes par le Nord.
--
Amitiés, Gérard Cojot
'Bienheureux les fêlés, ils laisseront passer ma lumière'[M.Audiard]
http://perso.orange.fr/gerard.cojot/
Bizarre, aujourd'hui 6 Août on ne trouve que 10 articles dans google
actualité sur la bombe d'Hiroshima.
Erreur, plus de 3000
Sal Khalbar
2008-08-06 08:14:34 UTC
Permalink
Post by Gérard Cojot
Post by Mara Jade Skywalker
terminer la guerre le plus rapidement possible, avec le moins de
pertes (surtout américaines, mais également japonaises) possible.
Et éviter le débarquement des Russes par le Nord.
--
Amitiés, Gérard Cojot
'Bienheureux les fêlés, ils laisseront passer ma lumière'[M.Audiard]
http://perso.orange.fr/gerard.cojot/
Bizarre, aujourd'hui 6 Août on ne trouve que 10 articles dans google
actualité sur la bombe d'Hiroshima.

... le débat est clos quand à savoir si elle était nécessaire ou pas,
la réponse est évidemment non. On ne déclenche pas une telle horreur,
point final. Truman étati un sale con comme le démontre ses
interventions télévisées, comment dire, c'est un des types les plus
méprisables au monde.
===========

De tous temps les zétazuniens ont été des sauvages
tarés et sanguinaires... c'est logique : ce sont les raclures
inadaptées en Europe qui sont parties s'enrichir là-bas !
Et ils ont conservé la même sale mentalité : prétendre
agir pour le bien des autres pour en réalité les exploiter.
Mais depuis la mascarade de Nüremberg, un nouveau
concept est né : le "criminel de guerre", qui correspond
parfaitement à ce que sont les zétazuniens.
Bartleby
2008-08-06 08:19:38 UTC
Permalink
Post by Gérard Cojot
Post by Mara Jade Skywalker
terminer la guerre le plus rapidement possible, avec le moins de
pertes (surtout américaines, mais également japonaises) possible.
Et éviter le débarquement des Russes par le Nord.
Et essayer leur merveilleux joujou qu'il aurait été dommage de laisser
rouiller dans un hangar, vu le prix u'il avait coûté.

Et accessoirement montrer au camarade Staline qui avait la plus
grosse...
Gérard Cojot
2008-08-06 09:40:38 UTC
Permalink
Post by Bartleby
Post by Gérard Cojot
Post by Mara Jade Skywalker
terminer la guerre le plus rapidement possible, avec le moins de
pertes (surtout américaines, mais également japonaises) possible.
Et éviter le débarquement des Russes par le Nord.
Et essayer leur merveilleux joujou qu'il aurait été dommage de laisser
rouiller dans un hangar, vu le prix u'il avait coûté.
Et accessoirement montrer au camarade Staline qui avait la plus
grosse...
Truman = true man.
--
Amitiés, Gérard Cojot
'Bienheureux les fêlés, ils laisseront passer ma lumière'[M.Audiard]
http://perso.orange.fr/gerard.cojot/
Clavier
2008-08-06 10:28:03 UTC
Permalink
Post by Gérard Cojot
Truman = true man.
--
Un président démocrate comme on les aime !
Il a eu vachement raison
j'espère que Bush saura y penser avant de se retirer

Continuer la lecture sur narkive:
Loading...