Discussion:
Au sujet des effectifs dans les hôpitaux
Add Reply
Gloops
2020-10-16 18:18:08 UTC
Réponse
Permalink
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Gloops
2020-10-16 18:25:16 UTC
Réponse
Permalink
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est la
politique forcée qui mène à ça.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Beep Beep
2020-10-16 18:31:40 UTC
Réponse
Permalink
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est la
politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-16 19:12:47 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est
la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
Comme tu dis.
Toujours est-il qu'en plus d'être payés au lance-pierre ils peinent à
trouver un logement à une distance raisonnable.
À supposer qu'un membre du gouvernement avec une volonté raisonnable
d'aboutir prenne connaissance de ce problème, est-ce que c'est
admissible qu'il mette plus de quatre heures à commander des
baraquements à installer à côté de l'hôpital, ce qui pourrait se
réaliser dans les jours suivants ?
Une fois que ceci serait fait, on peut se représenter qu'il faille trois
mois pour lancer un appel d'offres, et encore un peu pour pour
l'instruire, mais à ce moment les soignants ont une solution temporaire
pour se loger.
Je dis des bêtises, là ?
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
jmh
2020-10-16 19:18:07 UTC
Réponse
Permalink
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est la
politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
Comme tu dis.
Toujours est-il qu'en plus d'être payés au lance-pierre ils peinent à trouver
un logement à une distance raisonnable.
À supposer qu'un membre du gouvernement avec une volonté raisonnable
d'aboutir prenne connaissance de ce problème, est-ce que c'est admissible
qu'il mette plus de quatre heures à commander des baraquements à installer à
côté de l'hôpital,
Pour que ces soignants se mettent en grève illico parce a cause des
conditions de logement?
--
jmh: Docteur en politique nationale et internationale, professeur em,
dr h.c. mult, titulaire d'une chaire de politologie au Café du Commerce
Gloops
2020-10-16 19:32:06 UTC
Réponse
Permalink
Post by jmh
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
Comme tu dis.
Toujours est-il qu'en plus d'être payés au lance-pierre ils peinent à
trouver un logement à une distance raisonnable.
À supposer qu'un membre du gouvernement avec une volonté raisonnable
d'aboutir prenne connaissance de ce problème, est-ce que c'est
admissible qu'il mette plus de quatre heures à commander des
baraquements à installer à côté de l'hôpital,
Pour que ces soignants se mettent en grève illico parce a cause des
conditions de logement?
C'est mieux rien ?
Je ne te crois pas, là.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Alabenne
2020-10-16 19:13:34 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est
la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une bonne
combine.
Beep Beep
2020-10-16 19:17:02 UTC
Réponse
Permalink
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est la
politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une bonne
combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-16 19:32:57 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Je suis même atterré qu'il y ait besoin de le dire.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Alabenne
2020-10-16 19:44:06 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la base
du métier.

L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des tas
de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne peut pas
faire faillite.
Gloops
2020-10-16 20:18:36 UTC
Réponse
Permalink
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois
à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet,
a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
 Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la base
du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des tas
de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne peut pas
faire faillite.
Tu as quoi comme éléments, pour dire ça ?
C'est à eux, de dire qu'ils sont payés convenablement.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
jmh
2020-10-17 06:44:33 UTC
Réponse
Permalink
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est la
politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une bonne
combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement,
Bravo, au moins vous êtes lucide !!
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Savio
2020-10-17 07:20:22 UTC
Réponse
Permalink
Post by jmh
Post by Alabenne
Ils sont payés convenablement,
Bravo, au moins vous êtes lucide !!
Pas sûr qu'il apprécie votre humour à sa juste valeur !
--
"A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver !"
Augustin d'Hippone
Gloops
2020-10-17 07:25:08 UTC
Réponse
Permalink
Post by Savio
Post by jmh
Post by Alabenne
Ils sont payés convenablement,
Bravo, au moins vous êtes lucide !!
Pas sûr qu'il apprécie votre humour à sa juste valeur !
Le gouvernement ne prend pas ça du tout à la rigolade.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Savio
2020-10-17 07:41:20 UTC
Réponse
Permalink
Post by Gloops
Le gouvernement ne prend pas ça du tout à la rigolade.
On ne peut pas lui demander de pratiquer l'autodérision libératrice des
vieux démons. Pour ce faire il faut de la matière grise trop rare dans
ce milieu de politicards stipendiés.
--
"A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver !"
Augustin d'Hippone
Gloops
2020-10-17 08:45:17 UTC
Réponse
Permalink
Post by Savio
Post by Gloops
Le gouvernement ne prend pas ça du tout à la rigolade.
On ne peut pas lui demander de pratiquer l'autodérision libératrice des
vieux démons. Pour ce faire il faut de la matière grise trop rare dans
ce milieu de politicards stipendiés.
Dans ce contexte il y a quelque chose de fâcheux, c'est que c'est lui
qui tient les cordons de la bourse.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
jmh
2020-10-17 07:48:48 UTC
Réponse
Permalink
Post by Savio
Post by jmh
Post by Alabenne
Ils sont payés convenablement,
Bravo, au moins vous êtes lucide !!
Pas sûr qu'il apprécie votre humour à sa juste valeur !
Ce n'est pas de l'humour...

Et les autres gens sont payés comment?
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Beep Beep
2020-10-17 08:36:40 UTC
Réponse
Permalink
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est la
politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une bonne
combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors ils
montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui n'oublient pas
d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des tas de
gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne peut pas faire
faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
jmh
2020-10-17 08:40:06 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est
la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une bonne
combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors ils
montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui n'oublient
pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des tas de
gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne peut pas faire
faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi. Supprimons
les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Beep Beep
2020-10-17 08:43:18 UTC
Réponse
Permalink
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est
la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une bonne
combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui n'oublient
pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des tas
de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne peut pas
faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne viennent pas se plaindre que le personnel médical en
profite... Si les entreprises en profitent, il faut accepter que ceux
qui ont recours à ses emplois en profitent également
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
jmh
2020-10-17 10:00:28 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est
la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui n'oublient
pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des tas
de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne peut pas
faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Gloops
2020-10-17 10:01:25 UTC
Réponse
Permalink
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital
ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Et pour pas cher, encore.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
jmh
2020-10-17 11:00:21 UTC
Réponse
Permalink
Post by Gloops
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois
à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet,
a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne peut
pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Et pour pas cher, encore.
C'est quoi "cher" ?
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Beep Beep
2020-10-17 10:05:34 UTC
Réponse
Permalink
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la base
du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des tas
de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne peut pas
faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Bien sur que ces gens là bossent, mais ça n'empêche pas que certains
profitent du système intérimaire. C'est le système qui veut ça !
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-17 10:12:01 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est
la base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital
ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Bien sur que ces gens là bossent, mais ça n'empêche pas que certains
profitent du système intérimaire. C'est le système qui veut ça !
Le temps d'une mission, au lieu d'être payés la moitié de ce qu'ils
devraient ils sont payés les quatre cinquièmes.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
jmh
2020-10-17 11:01:29 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois
à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet,
a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne peut
pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Bien sur que ces gens là bossent, mais ça n'empêche pas que certains
profitent du système intérimaire. C'est le système qui veut ça !
Vous allez embaucher 25000 infirmières et dans deux mois le virus
décide de ne plus agir...vous en faites quoi du personnel?
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Beep Beep
2020-10-17 11:30:16 UTC
Réponse
Permalink
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois
à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet,
a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne peut
pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Bien sur que ces gens là bossent, mais ça n'empêche pas que certains
profitent du système intérimaire. C'est le système qui veut ça !
Vous allez embaucher 25000 infirmières et dans deux mois le virus décide de
ne plus agir...vous en faites quoi du personnel?
Je ne sais pas ou vous avez trouvé le chiffre de 25 000, mais les
hopitaux ont du mal à recruter, rien qu'en île de France :
[...]
aujourd’hui, ce sont 400 infirmiers, soit environ 3 % des effectifs
d’IDE [infirmiers diplômés d’Etat] à l’AP-HP, que l’on souhaiterait
recruter et que l’on ne trouve pas
[...]
https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/05/15/des-hopitaux-publics-en-mal-de-candidats-aux-postes-d-infirmiers-et-d-aides-soignants_5462155_3224.html
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
jmh
2020-10-17 11:37:41 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne peut
pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Bien sur que ces gens là bossent, mais ça n'empêche pas que certains
profitent du système intérimaire. C'est le système qui veut ça !
Vous allez embaucher 25000 infirmières et dans deux mois le virus décide de
ne plus agir...vous en faites quoi du personnel?
Je ne sais pas ou vous avez trouvé le chiffre de 25 000, mais les hopitaux
Nulle part, mais d'après vous il doit y avoir plein de postes
d'infirmières vacants
Mais ces 25000 représentenet environ 5% du nombre d'infirmiers
Post by Beep Beep
[...]
aujourd’hui, ce sont 400 infirmiers, soit environ 3 % des effectifs d’IDE
[infirmiers diplômés d’Etat] à l’AP-HP, que l’on souhaiterait recruter et que
l’on ne trouve pas
[...]
https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/05/15/des-hopitaux-publics-en-mal-de-candidats-aux-postes-d-infirmiers-et-d-aides-soignants_5462155_3224.html
--
jmh: Docteur en politique nationale et internationale, professeur em,
dr h.c. mult, titulaire d'une chaire de politologie au Café du Commerce
Beep Beep
2020-10-17 11:58:23 UTC
Réponse
Permalink
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital ne
peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Bien sur que ces gens là bossent, mais ça n'empêche pas que certains
profitent du système intérimaire. C'est le système qui veut ça !
Vous allez embaucher 25000 infirmières et dans deux mois le virus décide
de ne plus agir...vous en faites quoi du personnel?
Je ne sais pas ou vous avez trouvé le chiffre de 25 000, mais les hopitaux
Nulle part, mais d'après vous il doit y avoir plein de postes d'infirmières
vacants
Mais ces 25000 représentenet environ 5% du nombre d'infirmiers
[...]
Quant aux infirmiers, la proportion de postes vacants les concernant
est de plus de 3% en centre hospitalier, contre 8% en Ehpad.
[...]
https://www.infirmiers.com/emploi/emploi/recrutement-paramedicaux-raisons-desamour.html

Donc y'a moyen d'embaucher pas mal de ces intérimaires...
Post by Beep Beep
[...]
aujourd’hui, ce sont 400 infirmiers, soit environ 3 % des effectifs d’IDE
[infirmiers diplômés d’Etat] à l’AP-HP, que l’on souhaiterait recruter et
que l’on ne trouve pas
[...]
https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/05/15/des-hopitaux-publics-en-mal-de-candidats-aux-postes-d-infirmiers-et-d-aides-soignants_5462155_3224.html
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
jmh
2020-10-17 12:07:00 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital
ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Bien sur que ces gens là bossent, mais ça n'empêche pas que certains
profitent du système intérimaire. C'est le système qui veut ça !
Vous allez embaucher 25000 infirmières et dans deux mois le virus décide
de ne plus agir...vous en faites quoi du personnel?
Je ne sais pas ou vous avez trouvé le chiffre de 25 000, mais les hopitaux
Nulle part, mais d'après vous il doit y avoir plein de postes d'infirmières
vacants
Mais ces 25000 représentenet environ 5% du nombre d'infirmiers
[...]
Quant aux infirmiers, la proportion de postes vacants les concernant est de
plus de 3% en centre hospitalier, contre 8% en Ehpad.
[...]
https://www.infirmiers.com/emploi/emploi/recrutement-paramedicaux-raisons-desamour.html
Donc y'a moyen d'embaucher pas mal de ces intérimaires...
Et ils s etournenront les pouces quand tous les pensionnaires de
EHPAD's seront décédés du covid?
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Beep Beep
2020-10-17 12:08:35 UTC
Réponse
Permalink
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est
la base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital
ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Bien sur que ces gens là bossent, mais ça n'empêche pas que certains
profitent du système intérimaire. C'est le système qui veut ça !
Vous allez embaucher 25000 infirmières et dans deux mois le virus décide
de ne plus agir...vous en faites quoi du personnel?
Je ne sais pas ou vous avez trouvé le chiffre de 25 000, mais les
Nulle part, mais d'après vous il doit y avoir plein de postes
d'infirmières vacants
Mais ces 25000 représentenet environ 5% du nombre d'infirmiers
[...]
Quant aux infirmiers, la proportion de postes vacants les concernant est de
plus de 3% en centre hospitalier, contre 8% en Ehpad.
[...]
https://www.infirmiers.com/emploi/emploi/recrutement-paramedicaux-raisons-desamour.html
Donc y'a moyen d'embaucher pas mal de ces intérimaires...
Et ils s etournenront les pouces quand tous les pensionnaires de EHPAD's
seront décédés du covid?
Alors mettons toute la France en intérim, c'est ça votre solution ?
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
jmh
2020-10-17 16:13:33 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est
la base du métier.
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque l'hôpital
ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Ce qui aura pour effet de freiner les embauches par les entreprises.
Alors qu'on ne vienne pas se plaindre que le personnel médical en
profite...
Le personnal médical a autre chose à faire que d'en profiter: il bosse
Bien sur que ces gens là bossent, mais ça n'empêche pas que certains
profitent du système intérimaire. C'est le système qui veut ça !
Vous allez embaucher 25000 infirmières et dans deux mois le virus
décide de ne plus agir...vous en faites quoi du personnel?
Je ne sais pas ou vous avez trouvé le chiffre de 25 000, mais les
Nulle part, mais d'après vous il doit y avoir plein de postes
d'infirmières vacants
Mais ces 25000 représentenet environ 5% du nombre d'infirmiers
[...]
Quant aux infirmiers, la proportion de postes vacants les concernant est
de plus de 3% en centre hospitalier, contre 8% en Ehpad.
[...]
https://www.infirmiers.com/emploi/emploi/recrutement-paramedicaux-raisons-desamour.html
Donc y'a moyen d'embaucher pas mal de ces intérimaires...
Et ils s etournenront les pouces quand tous les pensionnaires de EHPAD's
seront décédés du covid?
Alors mettons toute la France en intérim, c'est ça votre solution ?
Non, l'intérim répond à un certain besoin..

Les CDI à un autre.
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Gloops
2020-10-17 09:02:03 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois
à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet,
a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne peut
pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se portait
bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y recourir,
remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman, accroissement
temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler le troisième.

Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim, vu
qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que pour un
CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y avoir
moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au départ on est
convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la réponse que deux
semaines plus tard, ce n'est pas évident de se rendre compte en cours
d'entretien que la balance est limite, p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben
qu'non. Si on sentait ça, on pourrait proposer un intérim, ou un emploi
aidé quand ça s'applique -encore que je suis a priori contre le principe
d'emploi aidé ; mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.

Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît temporaire
de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des postes à
pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public concerné. Et on
est clairement dans l'abus en sous-payant, en n'assumant pas les
questions de logistique, en ne poursuivant pas ensuite une réflexion sur
les conditions de travail.

Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont des
problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne distance, et
on arrête de considérer les infirmières comme des malfaiteurs. Le jour
où nous serons réduits à un bip-bup sur un moniteur, ce seront elles qui
prendront soin de nous.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Savio
2020-10-17 09:12:38 UTC
Réponse
Permalink
Post by Gloops
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît temporaire
de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des postes à
pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public concerné. Et on
est clairement dans l'abus en sous-payant, en n'assumant pas les
questions de logistique, en ne poursuivant pas ensuite une réflexion sur
les conditions de travail.
Certains personnels de l'administration de la maladie sont pourtant trop
bien payés comme les directeurs d'ARS :

https://www.linternaute.com/actualite/societe/1761362-combien-sont-payes-les-plus-hauts-fonctionnaires-de-l-etat/1761372-directeur-de-l-agence-regionale-de-sante-d-ile-de-france-16-700-a-17-500-euros-bruts

En rognant un peu sur les émoluments de ces parasites improductifs on
pourrait sûrement augmenter les salaires des agents au contact des malades.
--
"A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver !"
Augustin d'Hippone
Gloops
2020-10-17 09:17:44 UTC
Réponse
Permalink
Post by Savio
Post by Gloops
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît temporaire
de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des postes à
pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public concerné. Et on
est clairement dans l'abus en sous-payant, en n'assumant pas les
questions de logistique, en ne poursuivant pas ensuite une réflexion sur
les conditions de travail.
Certains personnels de l'administration de la maladie sont pourtant trop
https://www.linternaute.com/actualite/societe/1761362-combien-sont-payes-les-plus-hauts-fonctionnaires-de-l-etat/1761372-directeur-de-l-agence-regionale-de-sante-d-ile-de-france-16-700-a-17-500-euros-bruts
En rognant un peu sur les émoluments de ces parasites improductifs on
pourrait sûrement augmenter les salaires des agents au contact des malades.
17000 euros par mois à titre perso pour générer tout ce foutoir ?
Mais il faut les licencier dare-dare !
Quand est-ce qu'on fait une manif pour ça ?

À la limite on en laisse un s'expliquer pour dire ce qu'il glande de ses
journées, ne serait-ce qu'à titre de curiosité ça peut être intéressant.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Beep Beep
2020-10-17 09:16:10 UTC
Réponse
Permalink
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est
la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une bonne
combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui n'oublient
pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des tas
de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne peut pas
faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se portait bien,
et il était encadré par des motifs légaux d'y recourir, remplacement d'un
salarié malade ou d'une future maman, accroissement temporaire de travail.
Quelqu'un va bien me souffler le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim, vu qu'un
employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que pour un CDI, donc
on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y avoir moyen
de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au départ on est convié à un
entretien pour un CDI, qu'on n'a la réponse que deux semaines plus tard, ce
n'est pas évident de se rendre compte en cours d'entretien que la balance est
limite, p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben qu'non. Si on sentait ça, on pourrait
proposer un intérim, ou un emploi aidé quand ça s'applique -encore que je
suis a priori contre le principe d'emploi aidé ; mais l'intérim ne pose pas
les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît temporaire de
travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des postes à pourvoir
dans des conditions qui fassent envie au public concerné. Et on est
clairement dans l'abus en sous-payant, en n'assumant pas les questions de
logistique, en ne poursuivant pas ensuite une réflexion sur les conditions de
travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont des
problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne distance, et on
arrête de considérer les infirmières comme des malfaiteurs. Le jour où nous
serons réduits à un bip-bup sur un moniteur, ce seront elles qui prendront
soin de nous.
Nous sommes d'accord !
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-17 09:21:45 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne
peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se portait
bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y recourir,
remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman, accroissement
temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim,
vu qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que
pour un CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y avoir
moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au départ on
est convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la réponse que deux
semaines plus tard, ce n'est pas évident de se rendre compte en cours
d'entretien que la balance est limite, p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben
qu'non. Si on sentait ça, on pourrait proposer un intérim, ou un
emploi aidé quand ça s'applique -encore que je suis a priori contre le
principe d'emploi aidé ; mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît
temporaire de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des
postes à pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public
concerné. Et on est clairement dans l'abus en sous-payant, en
n'assumant pas les questions de logistique, en ne poursuivant pas
ensuite une réflexion sur les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont
des problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne
distance, et on arrête de considérer les infirmières comme des
malfaiteurs. Le jour où nous serons réduits à un bip-bup sur un
moniteur, ce seront elles qui prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Beep Beep
2020-10-17 09:35:12 UTC
Réponse
Permalink
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la base
du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des tas
de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne peut pas
faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se portait
bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y recourir, remplacement
d'un salarié malade ou d'une future maman, accroissement temporaire de
travail. Quelqu'un va bien me souffler le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim, vu
qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que pour un
CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y avoir
moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au départ on est
convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la réponse que deux semaines
plus tard, ce n'est pas évident de se rendre compte en cours d'entretien
que la balance est limite, p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben qu'non. Si on
sentait ça, on pourrait proposer un intérim, ou un emploi aidé quand ça
s'applique -encore que je suis a priori contre le principe d'emploi aidé ;
mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît temporaire
de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des postes à
pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public concerné. Et on
est clairement dans l'abus en sous-payant, en n'assumant pas les questions
de logistique, en ne poursuivant pas ensuite une réflexion sur les
conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont des
problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne distance, et
on arrête de considérer les infirmières comme des malfaiteurs. Le jour où
nous serons réduits à un bip-bup sur un moniteur, ce seront elles qui
prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-17 09:41:04 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est
la base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital
ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se
portait bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y
recourir, remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman,
accroissement temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler
le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim,
vu qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que
pour un CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y
avoir moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au
départ on est convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la
réponse que deux semaines plus tard, ce n'est pas évident de se
rendre compte en cours d'entretien que la balance est limite,
p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben qu'non. Si on sentait ça, on
pourrait proposer un intérim, ou un emploi aidé quand ça s'applique
-encore que je suis a priori contre le principe d'emploi aidé ; mais
l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît
temporaire de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste
des postes à pourvoir dans des conditions qui fassent envie au
public concerné. Et on est clairement dans l'abus en sous-payant, en
n'assumant pas les questions de logistique, en ne poursuivant pas
ensuite une réflexion sur les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont
des problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne
distance, et on arrête de considérer les infirmières comme des
malfaiteurs. Le jour où nous serons réduits à un bip-bup sur un
moniteur, ce seront elles qui prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Dans les services publics il y a une responsabilité directe du public.
La Poste recrute par contrats de six mois, et ne porte pas l'ancienneté
sur la fiche de paie. Un jour dans le midi ils n'ont pas voulu
reconduire une employée, tous les usagers se sont mobilisés, et la
personne a été réintégrée en CDI avec son ancienneté réelle.

En retour, il faut habiter dans le midi pour apprendre, à l'occasion
d'une demande de réexpédition, qu'il y a une case à cocher pour ne pas
subir un afflux de publicité à sa nouvelle adresse.

Le public est solidaire des postiers, et les postiers sont solidaires du
public. Dans les autres régions, hélas, on assiste plutôt à l'inverse.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
jmh
2020-10-17 10:56:21 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois
à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet,
a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus, alors
ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne peut
pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se portait
bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y recourir,
remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman, accroissement
temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim, vu
qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que pour un
CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y avoir
moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au départ on est
convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la réponse que deux semaines
plus tard, ce n'est pas évident de se rendre compte en cours d'entretien
que la balance est limite, p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben qu'non. Si on
sentait ça, on pourrait proposer un intérim, ou un emploi aidé quand ça
s'applique -encore que je suis a priori contre le principe d'emploi aidé
; mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît temporaire
de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des postes à
pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public concerné. Et on
est clairement dans l'abus en sous-payant, en n'assumant pas les
questions de logistique, en ne poursuivant pas ensuite une réflexion sur
les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont des
problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne distance, et
on arrête de considérer les infirmières comme des malfaiteurs. Le jour où
nous serons réduits à un bip-bup sur un moniteur, ce seront elles qui
prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Parce qu'ils ne savent pas ce qui va se vendre dans 18 mois...
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Beep Beep
2020-10-17 11:54:21 UTC
Réponse
Permalink
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois
à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que
c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet,
a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne peut
pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se portait
bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y recourir,
remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman, accroissement
temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim, vu
qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que pour un
CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y avoir
moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au départ on est
convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la réponse que deux
semaines plus tard, ce n'est pas évident de se rendre compte en cours
d'entretien que la balance est limite, p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben
qu'non. Si on sentait ça, on pourrait proposer un intérim, ou un emploi
aidé quand ça s'applique -encore que je suis a priori contre le principe
d'emploi aidé ; mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît temporaire
de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des postes à
pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public concerné. Et on
est clairement dans l'abus en sous-payant, en n'assumant pas les
questions de logistique, en ne poursuivant pas ensuite une réflexion sur
les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont des
problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne distance, et
on arrête de considérer les infirmières comme des malfaiteurs. Le jour
où nous serons réduits à un bip-bup sur un moniteur, ce seront elles qui
prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Parce qu'ils ne savent pas ce qui va se vendre dans 18 mois...
Toutes les entreprises sont dans le même cas...
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
jmh
2020-10-17 12:04:51 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne peut
pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se portait
bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y recourir,
remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman, accroissement
temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim, vu
qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que pour
un CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y avoir
moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au départ on est
convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la réponse que deux
semaines plus tard, ce n'est pas évident de se rendre compte en cours
d'entretien que la balance est limite, p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben
qu'non. Si on sentait ça, on pourrait proposer un intérim, ou un emploi
aidé quand ça s'applique -encore que je suis a priori contre le
principe d'emploi aidé ; mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît
temporaire de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des
postes à pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public
concerné. Et on est clairement dans l'abus en sous-payant, en
n'assumant pas les questions de logistique, en ne poursuivant pas
ensuite une réflexion sur les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont des
problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne distance,
et on arrête de considérer les infirmières comme des malfaiteurs. Le
jour où nous serons réduits à un bip-bup sur un moniteur, ce seront
elles qui prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Parce qu'ils ne savent pas ce qui va se vendre dans 18 mois...
Toutes les entreprises sont dans le même cas...
Alors elles embauchent des CDD ou prennet des intérimaires.
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Beep Beep
2020-10-17 12:07:21 UTC
Réponse
Permalink
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à des
intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà une
bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour des
tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital ne
peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se portait
bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y recourir,
remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman, accroissement
temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim,
vu qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que
pour un CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y avoir
moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au départ on
est convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la réponse que deux
semaines plus tard, ce n'est pas évident de se rendre compte en cours
d'entretien que la balance est limite, p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben
qu'non. Si on sentait ça, on pourrait proposer un intérim, ou un
emploi aidé quand ça s'applique -encore que je suis a priori contre le
principe d'emploi aidé ; mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît
temporaire de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des
postes à pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public
concerné. Et on est clairement dans l'abus en sous-payant, en
n'assumant pas les questions de logistique, en ne poursuivant pas
ensuite une réflexion sur les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont
des problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne
distance, et on arrête de considérer les infirmières comme des
malfaiteurs. Le jour où nous serons réduits à un bip-bup sur un
moniteur, ce seront elles qui prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Parce qu'ils ne savent pas ce qui va se vendre dans 18 mois...
Toutes les entreprises sont dans le même cas...
Alors elles embauchent des CDD ou prennet des intérimaires.
Non il y en a pas mal qui embauchent en CDI
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
jmh
2020-10-17 12:19:55 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est la
base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital
ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se portait
bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y recourir,
remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman, accroissement
temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim,
vu qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que
pour un CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y avoir
moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au départ on
est convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la réponse que deux
semaines plus tard, ce n'est pas évident de se rendre compte en cours
d'entretien que la balance est limite, p't-êt' ben qu'oui, p't-êt'
ben qu'non. Si on sentait ça, on pourrait proposer un intérim, ou un
emploi aidé quand ça s'applique -encore que je suis a priori contre
le principe d'emploi aidé ; mais l'intérim ne pose pas les mêmes
problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît
temporaire de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste des
postes à pourvoir dans des conditions qui fassent envie au public
concerné. Et on est clairement dans l'abus en sous-payant, en
n'assumant pas les questions de logistique, en ne poursuivant pas
ensuite une réflexion sur les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont
des problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne
distance, et on arrête de considérer les infirmières comme des
malfaiteurs. Le jour où nous serons réduits à un bip-bup sur un
moniteur, ce seront elles qui prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Parce qu'ils ne savent pas ce qui va se vendre dans 18 mois...
Toutes les entreprises sont dans le même cas...
Alors elles embauchent des CDD ou prennet des intérimaires.
Non il y en a pas mal qui embauchent en CDI
Quand elles ont du boulot sinon elles se démerdent pour avoir les
effectifs à cour terme
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Beep Beep
2020-10-17 12:25:57 UTC
Réponse
Permalink
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est
la base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital
ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se
portait bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y
recourir, remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman,
accroissement temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler
le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à l'intérim,
vu qu'un employeur hésite moins à contracter pour quelques mois que
pour un CDI, donc on a l'occasion de montrer ce qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y
avoir moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au
départ on est convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la
réponse que deux semaines plus tard, ce n'est pas évident de se
rendre compte en cours d'entretien que la balance est limite,
p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben qu'non. Si on sentait ça, on
pourrait proposer un intérim, ou un emploi aidé quand ça s'applique
-encore que je suis a priori contre le principe d'emploi aidé ; mais
l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît
temporaire de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste
des postes à pourvoir dans des conditions qui fassent envie au
public concerné. Et on est clairement dans l'abus en sous-payant, en
n'assumant pas les questions de logistique, en ne poursuivant pas
ensuite une réflexion sur les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont
des problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne
distance, et on arrête de considérer les infirmières comme des
malfaiteurs. Le jour où nous serons réduits à un bip-bup sur un
moniteur, ce seront elles qui prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Parce qu'ils ne savent pas ce qui va se vendre dans 18 mois...
Toutes les entreprises sont dans le même cas...
Alors elles embauchent des CDD ou prennet des intérimaires.
Non il y en a pas mal qui embauchent en CDI
Quand elles ont du boulot sinon elles se démerdent pour avoir les effectifs à
cour terme
Aucune entreprise ne peut être certaine d'avoir du boulot à long terme
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
jmh
2020-10-17 16:17:26 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par
mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours plus,
alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est
la base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque  l'hôpital
ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se
portait bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y
recourir, remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman,
accroissement temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler
le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à
l'intérim, vu qu'un employeur hésite moins à contracter pour
quelques mois que pour un CDI, donc on a l'occasion de montrer ce
qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y
avoir moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au
départ on est convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la
réponse que deux semaines plus tard, ce n'est pas évident de se
rendre compte en cours d'entretien que la balance est limite,
p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben qu'non. Si on sentait ça, on
pourrait proposer un intérim, ou un emploi aidé quand ça s'applique
-encore que je suis a priori contre le principe d'emploi aidé ;
mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît
temporaire de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste
des postes à pourvoir dans des conditions qui fassent envie au
public concerné. Et on est clairement dans l'abus en sous-payant,
en n'assumant pas les questions de logistique, en ne poursuivant
pas ensuite une réflexion sur les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils ont
des problèmes de logement, on pourvoit des logements à la bonne
distance, et on arrête de considérer les infirmières comme des
malfaiteurs. Le jour où nous serons réduits à un bip-bup sur un
moniteur, ce seront elles qui prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Parce qu'ils ne savent pas ce qui va se vendre dans 18 mois...
Toutes les entreprises sont dans le même cas...
Alors elles embauchent des CDD ou prennet des intérimaires.
Non il y en a pas mal qui embauchent en CDI
Quand elles ont du boulot sinon elles se démerdent pour avoir les effectifs
à cour terme
Aucune entreprise ne peut être certaine d'avoir du boulot à long terme
C'est pour celà qu'il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le panier"
CDI".
--
Le travail est le piment de la vie, c'est pour cela qu'il faut en user
avec parcimonie!
Beep Beep
2020-10-17 16:21:32 UTC
Réponse
Permalink
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions
par mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une
fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel à
des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en voilà
une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter ça
!
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours
plus, alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr, c'est
la base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux pour
des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque 
l'hôpital ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se
portait bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y
recourir, remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman,
accroissement temporaire de travail. Quelqu'un va bien me souffler
le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à
l'intérim, vu qu'un employeur hésite moins à contracter pour
quelques mois que pour un CDI, donc on a l'occasion de montrer ce
qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y
avoir moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au
départ on est convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la
réponse que deux semaines plus tard, ce n'est pas évident de se
rendre compte en cours d'entretien que la balance est limite,
p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben qu'non. Si on sentait ça, on
pourrait proposer un intérim, ou un emploi aidé quand ça
s'applique -encore que je suis a priori contre le principe
d'emploi aidé ; mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît
temporaire de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste
des postes à pourvoir dans des conditions qui fassent envie au
public concerné. Et on est clairement dans l'abus en sous-payant,
en n'assumant pas les questions de logistique, en ne poursuivant
pas ensuite une réflexion sur les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils
ont des problèmes de logement, on pourvoit des logements à la
bonne distance, et on arrête de considérer les infirmières comme
des malfaiteurs. Le jour où nous serons réduits à un bip-bup sur
un moniteur, ce seront elles qui prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Parce qu'ils ne savent pas ce qui va se vendre dans 18 mois...
Toutes les entreprises sont dans le même cas...
Alors elles embauchent des CDD ou prennet des intérimaires.
Non il y en a pas mal qui embauchent en CDI
Quand elles ont du boulot sinon elles se démerdent pour avoir les
effectifs à cour terme
Aucune entreprise ne peut être certaine d'avoir du boulot à long terme
C'est pour celà qu'il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le panier" CDI".
Le problème c'est que beaucoup d'entreprises en abusent
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
jmh
2020-10-17 16:35:47 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
jmh a écrit
Post by jmh
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Alabenne a écrit
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions
par mois à l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être
une fatalité, que c'est la politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta
Galet, a tellement d'avantages ?
  oui, du fait de ces démissions, l'hôpital doit faire appel
à des intérimaires.
Et qui sont les intérimaires ?
  ceux qui ont démissionné la semaine précédente,
  qui reviennent, payés comme des intérimaires, héhé, en
voilà une bonne combine.
Dire qu'il suffirait de les payer convenablement pour éviter
ça !
Ils sont payés convenablement, mais ils en veulent toujours
plus, alors ils montent des combines.
  Qui font le bonheur des directeurs des boites d'intérim, qui
n'oublient pas d'arroser leurs donneurs d'ordre, bien sûr,
c'est la base du métier.
Sauf que ce sont les donneurs d'ordre qui paient.
Post by Beep Beep
Post by Alabenne
L'intérim est ruineux pour l'hôpital, mais tellement juteux
pour des tas de gens. Et donc on continue comme ça, puisque 
l'hôpital ne peut pas faire faillite.
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi
aussi. Supprimons les emplois intérimaire !
À la fin des années 90 il y avait une période où l'intérim se
portait bien, et il était encadré par des motifs légaux d'y
recourir, remplacement d'un salarié malade ou d'une future maman,
accroissement temporaire de travail. Quelqu'un va bien me
souffler le troisième.
Là c'était valable, on pouvait revenir à l'emploi grâce à
l'intérim, vu qu'un employeur hésite moins à contracter pour
quelques mois que pour un CDI, donc on a l'occasion de montrer ce
qu'on sait faire.
Maintenant, je suppose qu'en faisant du rentre-dedans il doit y
avoir moyen de décrocher un CDD, mais c'est plus délicat, si au
départ on est convié à un entretien pour un CDI, qu'on n'a la
réponse que deux semaines plus tard, ce n'est pas évident de se
rendre compte en cours d'entretien que la balance est limite,
p't-êt' ben qu'oui, p't-êt' ben qu'non. Si on sentait ça, on
pourrait proposer un intérim, ou un emploi aidé quand ça
s'applique -encore que je suis a priori contre le principe
d'emploi aidé ; mais l'intérim ne pose pas les mêmes problèmes.
Pour l'hôpital ça ne s'applique pas, il n'y a pas de surcroît
temporaire de travail, pas de personnel à remplacer, il y a juste
des postes à pourvoir dans des conditions qui fassent envie au
public concerné. Et on est clairement dans l'abus en sous-payant,
en n'assumant pas les questions de logistique, en ne poursuivant
pas ensuite une réflexion sur les conditions de travail.
Donc, si ils ne sont pas payés assez, on paie davantage, si ils
ont des problèmes de logement, on pourvoit des logements à la
bonne distance, et on arrête de considérer les infirmières comme
des malfaiteurs. Le jour où nous serons réduits à un bip-bup sur
un moniteur, ce seront elles qui prendront soin de nous.
Nous sommes d'accord !
Bon, ben on est au moins deux.
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
Parce qu'ils ne savent pas ce qui va se vendre dans 18 mois...
Toutes les entreprises sont dans le même cas...
Alors elles embauchent des CDD ou prennet des intérimaires.
Non il y en a pas mal qui embauchent en CDI
Quand elles ont du boulot sinon elles se démerdent pour avoir les
effectifs à cour terme
Aucune entreprise ne peut être certaine d'avoir du boulot à long terme
C'est pour celà qu'il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le panier" CDI".
Le problème c'est que beaucoup d'entreprises en abusent
Et pas mal d'intérimaires aussi.
--
jmh: Docteur en politique nationale et internationale, professeur em,
dr h.c. mult, titulaire d'une chaire de politologie au Café du Commerce
L'alliance Martial Perrin - Gilbert Brossard
2020-10-17 12:15:49 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi
Bravo !
--

Alabenne
2020-10-17 14:23:43 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Il y a une usine Peugeot pas très loin de chez moi, ils ne prennent
pratiquement que des intérims 18 mois.
oui, as-tu eu la curiosité de voir qui étaient les actionnaires de la
boite d'intérim ?
Et d'examiner leurs liens avec les dirigeants locaux de cette usine.
Alabenne
2020-10-17 14:07:56 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Vous êtes contre le travail intérimaire, ça tombe bien moi aussi.
Supprimons les emplois intérimaire !
Oui, mais dans la réalité c'est impossible : y a trop de bénéficiaires
du système, qui ne se laisseront pas faire.
Autant vouloir supprimer les régimes spéciaux de retraite, tiens.
Canta Galet
2020-10-17 08:27:05 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est la
politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
Un besoin urgent de remise en cause du système hospitalier français
Le président de la fédération hospitalière française a déclaré dans une interview récente sur une radio : « On est à l’os ».

Il est demandé, sans cesse, aux directeurs d’hôpitaux de faire des économies, mais sans que l’on s’attaque aux problèmes de fond qui sont de trois ordres :

-la structure du parc des hôpitaux en France,
- le statut des personnels, *
- le système de facturation des activités.
- beaucoup trop d’hôpitaux, et donc bon nombre d’entre eux sont de trop petits hôpitaux.

France 3 044 hôpitaux 450 000 lits
Allemagne 1 400 hôpitaux 640 000 lits

Au plan de la structure, tout d’abord : il y a beaucoup trop d’hôpitaux, et donc bon nombre d’entre eux sont de trop petits hôpitaux. Ils seraient à fermer, mais c’est extrêmement difficile, politiquement, car la population réagit vivement dès que l’on annonce la fermeture d’un hôpital de proximité. En Allemagne, on est passé de 2 258 hôpitaux en 1997 à 1 400 actuellement, et la fondation Bertelsmann considère qu’il faudrait en fermer 600, ce qui amènerait la moyenne à 800 lits/hôpital. Et certains spécialistes voudraient aller encore plus loin. Ainsi, en Belgique, Paul Otreppe, président de la Fédération belge des directeurs d’hôpitaux, a déclaré : « Pour être efficace, un hôpital doit avoir 2 000 lits ». L’hôpital Pompidou, à Paris, en a 1 452.

Pour 100 personnels hospitaliers, on compte :
Allemagne : 75 professionnels de santé - 25 administratifs.
France : 64 personnels de santé - 36 administratifs.


Aussi, les quelques économies qui ont été faites (7 milliards d’euros en dix ans) n’y ont rien changé.

La France dépense plus pour l’hôpital que ses voisins européens

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/la-france-depense-plus-pour-l-hopital-que-ses-voisins-europeens-20191128
L’Hexagone est l’un des pays d’Europe qui consacre le plus de moyens à la santé mais pas assez à la médecine de ville, selon une étude de la Commission européenne et de l’OCDE.

Dette de 30 milliards d'euros.

Déficit annuel des hôpitaux publics (millions €)

2016 : 529
2017 : 850
2018 : 650
2019 : 900

la dette des hôpitaux publics s’élève-t-elle maintenant à 30 milliards d’euros, et elle coûte en frais financiers 850 millions d’euros chaque année.


(2018) Budget des hôpitaux : une hausse de 2 milliards d'euros pour 2019

https://www.ars.sante.fr/budget-des-hopitaux-une-hausse-de-2-milliards-deuros-pour-2019

Les dépenses de santé en France
Généralement, les économistes, pour caractériser les dépenses de santé des pays, retiennent le ratio « Dépenses santé/PIB », et l’on a, alors, les chiffres suivants :

Dépenses de santé/PIB
Espagne : 9,1 %
Italie : 9,0 %
France : 11,1 %
Grande-Bretagne : 9,9 %
Allemagne : 11,0 %

Le nombre de lits
De nombreuses statistiques existent sur le nombre de lits d’hôpitaux par pays :nous retiendrons les données de l’OCDE :

Nombre de lits/1.000 habitants

Espagne : 2,5
Italie : 3,0
France : 6,5
Grande-Bretagne : 2,3
Allemagne : 8,0

Les personnels de santé
Les données, en ce qui concerne les personnels de santé, sont suivies régulièrement par l’OCDE. Elles sont les suivantes :
Personnel pour 10 000 habitants

Espagne 33 médecins 76 infirmiers
France 34 médecins 80 infirmiers
Allemagne 34 médecins 80 infirmiers


au plan du statut des personnels, on sait qu’il s’agit du statut de la « Fonction publique hospitalière », un statut donc de fonctionnaire, avec les rigidités que cela représente pour les directeurs d’hôpitaux qui sont contraints de respecter les règles très strictes qui régissent ces personnels : mutation d’un poste à un autre très difficile, interdiction de licencier, progression des salaires à l’ancienneté, etc

On sait que les Allemands, de leur côté, sont parvenus à régler sereinement leur problème : ils ont privatisé les hôpitaux déficitaires et laissé les Länder gérer les hôpitaux, c’est à dire réalisé en douceur une réelle décentralisation. Il y eut même un CHU qui fut privatisé, en 2005, racheté par le groupe Rhön Klinikum AG. Le secteur public a été ramené ainsi de 40,7 % du marché en 1997 à 23,8 % actuellement.




Canta Galet ne remet pas en cause les personnels, mais la rigidité des statuts, l'opacité sur la gestion du temps de travail, et le système sur lequel repose toute l'administration et la gestion des hôpitaux en France.

Beep Beep qui défendait les 35 heures va nous expliquer combien elles ont coûté à l'hôpital et comment on a financer une baisse du temps de travail sur le dos de la sécurité sociale.

Il va nous expliquer aussi comment on fait avec le même nombre de personnel qui fournissait un service de 39 heures par semaine et qui du jour au lendemain ne travaillait plus que 37h30 avec un global de rtt annuel de 10 à 20 jours.
Donc comment peut on fournir le même volume de sois av ec des gens qui travaillent moins longtemps et moins souvent ?

Allez un effort d'explication serait le bienvenu.

20 milliards par an aux entreprises
12 milliards piqués à la sécu au lieu de les laisser à la santé.
10 % de travail en moins avec le même personnel.

etc....

Beep beep va nous expliquer.





.Les 35 heures plombent les comptes de la Sécu

Les comptes de la Sécurité Sociale vont afficher un trou de 7 milliards de francs en 2001. Sans la ponction liées aux 35 heures, les comptes de la Sécu auraient affiché une excédent de 8,1 milliards. Ce déficit, annoncé jeudi par le ministère de l?Emploi, est dû à la ponction de 13 milliards de francs qu?a choisi d?opérer en juin dernier le gouvernement pour financer les allègements de cotisations consentis aux entreprises l?an dernier dans le cadre du passage aux 35 heures. 2001 aurait donc pu être la deuxième année consécutive d?excédent, après 4,4 milliards de francs dans les caisses en 2000 et le retour à l?équilibre du régime général en 1999.

Pour 2002, Elisabeth Guigou prévoit, dans son avant projet de loi de financement de la Sécu, un excédent de 6,1 milliards de francs. La ministre a décidé de mettre à contribution les fumeurs l?an prochain pour financer les 35 heures, avec une hausse au 1er janvier de 9% du prix des tabacs. Le gouvernement en attend 2 milliards de francs supplémentaires qui viendront alimenter les caisses du FOREC, le fonds de financement des 35 heures. Les dépenses de ce dernier son estimées pour 2002 à 18 milliards de francs. Côté recettes, il récupèrera également les taxes sur les conventions d'assurance (5 milliards), sur les contrats de prévoyance prélevés sur le Fonds de solidarité vieillesse (3 milliards) ainsi que les taxes sur les alcools (5 milliards) et sur les véhicules à moteur (3 milliards), jusqu'alors affectées à l?assurance maladie. Enfin, le gouvernement a retenu pour 2002 un objectif national de dépenses de santé en hausse de 3,8%, un objectif jugé optimiste au vu du rythme actuel de progression. Dans cette hypothèse, avec un dérapage de 17 milliards de francs cette année, les dépenses frôleraient les 740 milliards de francs en 2002.
Beep Beep
2020-10-17 08:38:58 UTC
Réponse
Permalink
Canta Galet a écrit
Post by Canta Galet
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Gloops
https://a.msn.com/r/2/BB1a6F5G?m=fr-fr
https://a.msn.com/r/2/BB1a6iZ4?m=fr-fr
Et là, nous apprenons d'une part qu'il y a 300 démissions par mois à
l'hôpital, d'autre part que c'est loin d'être une fatalité, que c'est la
politique forcée qui mène à ça.
C'est quand même bizarre pour des métiers qui, d'après Canta Galet, a
tellement d'avantages ?
Un besoin urgent de remise en cause du système hospitalier français
Le président de la fédération hospitalière française a déclaré dans une
interview récente sur une radio : « On est à l’os ».
Il est demandé, sans cesse, aux directeurs d’hôpitaux de faire des économies,
-la structure du parc des hôpitaux en France,
- le statut des personnels, *
- le système de facturation des activités.
- beaucoup trop d’hôpitaux, et donc bon nombre d’entre eux sont de trop
petits hôpitaux.
France 3 044 hôpitaux 450 000 lits
Allemagne 1 400 hôpitaux 640 000 lits
Au plan de la structure, tout d’abord : il y a beaucoup trop d’hôpitaux, et
donc bon nombre d’entre eux sont de trop petits hôpitaux. Ils seraient à
fermer, mais c’est extrêmement difficile, politiquement, car la population
réagit vivement dès que l’on annonce la fermeture d’un hôpital de proximité.
En Allemagne, on est passé de 2 258 hôpitaux en 1997 à 1 400 actuellement, et
la fondation Bertelsmann considère qu’il faudrait en fermer 600, ce qui
amènerait la moyenne à 800 lits/hôpital. Et certains spécialistes voudraient
aller encore plus loin. Ainsi, en Belgique, Paul Otreppe, président de la
Fédération belge des directeurs d’hôpitaux, a déclaré : « Pour être efficace,
un hôpital doit avoir 2 000 lits ». L’hôpital Pompidou, à Paris, en a 1 452.
Allemagne : 75 professionnels de santé - 25 administratifs.
France : 64 personnels de santé - 36 administratifs.
Aussi, les quelques économies qui ont été faites (7 milliards d’euros en dix
ans) n’y ont rien changé.
La France dépense plus pour l’hôpital que ses voisins européens
https://www.lefigaro.fr/conjoncture/la-france-depense-plus-pour-l-hopital-que-ses-voisins-europeens-20191128
L’Hexagone est l’un des pays d’Europe qui consacre le plus de moyens à la
santé mais pas assez à la médecine de ville, selon une étude de la Commission
européenne et de l’OCDE.
Dette de 30 milliards d'euros.
Déficit annuel des hôpitaux publics (millions €)
2016 : 529
2017 : 850
2018 : 650
2019 : 900
la dette des hôpitaux publics s’élève-t-elle maintenant à 30 milliards
d’euros, et elle coûte en frais financiers 850 millions d’euros chaque année.
(2018) Budget des hôpitaux : une hausse de 2 milliards d'euros pour 2019
https://www.ars.sante.fr/budget-des-hopitaux-une-hausse-de-2-milliards-deuros-pour-2019
Les dépenses de santé en France
Généralement, les économistes, pour caractériser les dépenses de santé des
pays, retiennent le ratio « Dépenses santé/PIB », et l’on a, alors, les
Dépenses de santé/PIB
Espagne : 9,1 %
Italie : 9,0 %
France : 11,1 %
Grande-Bretagne : 9,9 %
Allemagne : 11,0 %
Le nombre de lits
De nombreuses statistiques existent sur le nombre de lits d’hôpitaux par pays
Nombre de lits/1.000 habitants
Espagne : 2,5
Italie : 3,0
France : 6,5
Grande-Bretagne : 2,3
Allemagne : 8,0
Les personnels de santé
Les données, en ce qui concerne les personnels de santé, sont suivies
Personnel pour 10 000 habitants
Espagne 33 médecins 76 infirmiers
France 34 médecins 80 infirmiers
Allemagne 34 médecins 80 infirmiers
au plan du statut des personnels, on sait qu’il s’agit du statut de la «
Fonction publique hospitalière », un statut donc de fonctionnaire, avec les
rigidités que cela représente pour les directeurs d’hôpitaux qui sont
mutation d’un poste à un autre très difficile, interdiction de licencier,
progression des salaires à l’ancienneté, etc
On sait que les Allemands, de leur côté, sont parvenus à régler sereinement
leur problème : ils ont privatisé les hôpitaux déficitaires et laissé les
Länder gérer les hôpitaux, c’est à dire réalisé en douceur une réelle
décentralisation. Il y eut même un CHU qui fut privatisé, en 2005, racheté
par le groupe Rhön Klinikum AG. Le secteur public a été ramené ainsi de 40,7
% du marché en 1997 à 23,8 % actuellement.
Canta Galet ne remet pas en cause les personnels, mais la rigidité des
statuts, l'opacité sur la gestion du temps de travail, et le système sur
lequel repose toute l'administration et la gestion des hôpitaux en France.
Beep Beep qui défendait les 35 heures va nous expliquer combien elles ont
coûté à l'hôpital et comment on a financer une baisse du temps de travail sur
le dos de la sécurité sociale.
Il va nous expliquer aussi comment on fait avec le même nombre de personnel
qui fournissait un service de 39 heures par semaine et qui du jour au
lendemain ne travaillait plus que 37h30 avec un global de rtt annuel de 10 à
20 jours. Donc comment peut on fournir le même volume de sois av ec des gens
qui travaillent moins longtemps et moins souvent ?
Allez un effort d'explication serait le bienvenu.
20 milliards par an aux entreprises
12 milliards piqués à la sécu au lieu de les laisser à la santé.
10 % de travail en moins avec le même personnel.
etc....
Beep beep va nous expliquer.
Pas besoin de tout ce bla bla... Les hôpitaux ont ils du mal à recruter
ou pas ?
Post by Canta Galet
.Les 35 heures plombent les comptes de la Sécu
Les comptes de la Sécurité Sociale vont afficher un trou de 7 milliards de
francs en 2001. Sans la ponction liées aux 35 heures, les comptes de la Sécu
auraient affiché une excédent de 8,1 milliards. Ce déficit, annoncé jeudi par
le ministère de l?Emploi, est dû à la ponction de 13 milliards de francs qu?a
choisi d?opérer en juin dernier le gouvernement pour financer les allègements
de cotisations consentis aux entreprises l?an dernier dans le cadre du
passage aux 35 heures. 2001 aurait donc pu être la deuxième année consécutive
d?excédent, après 4,4 milliards de francs dans les caisses en 2000 et le
retour à l?équilibre du régime général en 1999.
Pour 2002, Elisabeth Guigou prévoit, dans son avant projet de loi de
financement de la Sécu, un excédent de 6,1 milliards de francs. La ministre a
décidé de mettre à contribution les fumeurs l?an prochain pour financer les
35 heures, avec une hausse au 1er janvier de 9% du prix des tabacs. Le
gouvernement en attend 2 milliards de francs supplémentaires qui viendront
alimenter les caisses du FOREC, le fonds de financement des 35 heures. Les
dépenses de ce dernier son estimées pour 2002 à 18 milliards de francs. Côté
recettes, il récupèrera également les taxes sur les conventions d'assurance
(5 milliards), sur les contrats de prévoyance prélevés sur le Fonds de
solidarité vieillesse (3 milliards) ainsi que les taxes sur les alcools (5
milliards) et sur les véhicules à moteur (3 milliards), jusqu'alors affectées
à l?assurance maladie. Enfin, le gouvernement a retenu pour 2002 un objectif
national de dépenses de santé en hausse de 3,8%, un objectif jugé optimiste
au vu du rythme actuel de progression. Dans cette hypothèse, avec un dérapage
de 17 milliards de francs cette année, les dépenses frôleraient les 740
milliards de francs en 2002.
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-17 09:10:44 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Pas besoin de tout ce bla bla... Les hôpitaux ont ils du mal à recruter
ou pas ?
Si j'ai bien lu, ils ont du mal à recruter parce qu'ils proposent un
statut de fonctionnaire, et que c'est rédhibitoire pour les candidats.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Beep Beep
2020-10-17 09:21:48 UTC
Réponse
Permalink
Gloops a écrit
Pas besoin de tout ce bla bla... Les hôpitaux ont ils du mal à recruter ou
pas ?
Si j'ai bien lu, ils ont du mal à recruter parce qu'ils proposent un statut
de fonctionnaire, et que c'est rédhibitoire pour les candidats.
Pourtant certains trouvent que ce sont des privilégiés ?

Moi si j'ai bien compris, ils dénoncent leurs conditions de travail et
réclament des moyens supplémentaires…
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-17 09:32:59 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Pas besoin de tout ce bla bla... Les hôpitaux ont ils du mal à
recruter ou pas ?
Si j'ai bien lu, ils ont du mal à recruter parce qu'ils proposent un
statut de fonctionnaire, et que c'est rédhibitoire pour les candidats.
Pourtant certains trouvent que ce sont des privilégiés ?
En effet, ce sont des privilégiés, d'ailleurs ils en ont honte et
démissionnent au bout de trois mois. La chef appelle, supplie, ah non
plus moyen.
Post by Beep Beep
Moi si j'ai bien compris, ils dénoncent leurs conditions de travail et
réclament des moyens supplémentaires…
Oui, d'ailleurs, quand on se pointe aux urgences le matin tôt et qu'on
en repart le soir tard pour une consultation de 15 minutes, on le voit
bien, que les douces créatures en blouse blanche restent assises
tranquillement à ne rien faire, que si un moniteur se met à biper il se
débrouillera bien tout seul, que le reportage à la télé c'était du
pipeau, que si on attend tout ce temps c'est juste parce que c'est des
feignasses qui attendent juste qu'on ait attendu le temps qu'elles ont
décidé.

D'ailleurs tant qu'à les payer comme des balayeuses, on n'a qu'à
échanger, non ?

Là elles ne risqueront pas de tuer quelqu'un en se trompant de médicament.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Beep Beep
2020-10-17 09:37:25 UTC
Réponse
Permalink
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Beep Beep
Pas besoin de tout ce bla bla... Les hôpitaux ont ils du mal à recruter
ou pas ?
Si j'ai bien lu, ils ont du mal à recruter parce qu'ils proposent un
statut de fonctionnaire, et que c'est rédhibitoire pour les candidats.
Pourtant certains trouvent que ce sont des privilégiés ?
En effet, ce sont des privilégiés, d'ailleurs ils en ont honte et
démissionnent au bout de trois mois. La chef appelle, supplie, ah non plus
moyen.
Post by Beep Beep
Moi si j'ai bien compris, ils dénoncent leurs conditions de travail et
réclament des moyens supplémentaires…
Oui, d'ailleurs, quand on se pointe aux urgences le matin tôt et qu'on en
repart le soir tard pour une consultation de 15 minutes, on le voit bien, que
les douces créatures en blouse blanche restent assises tranquillement à ne
rien faire, que si un moniteur se met à biper il se débrouillera bien tout
seul, que le reportage à la télé c'était du pipeau, que si on attend tout ce
temps c'est juste parce que c'est des feignasses qui attendent juste qu'on
ait attendu le temps qu'elles ont décidé.
D'ailleurs tant qu'à les payer comme des balayeuses, on n'a qu'à échanger,
non ?
Là elles ne risqueront pas de tuer quelqu'un en se trompant de médicament.
Je sais je suis passé plusieurs fois par les urgences...
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-17 09:43:29 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Je sais je suis passé plusieurs fois par les urgences...
Manifestement, Canta Galet non.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Duzz'
2020-10-17 09:33:21 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Si j'ai bien lu, ils ont du mal à recruter parce qu'ils proposent un statut
de fonctionnaire, et que c'est rédhibitoire pour les candidats.
Pourtant certains trouvent que ce sont des privilégiés ?
Moi si j'ai bien compris, ils dénoncent leurs conditions de travail et
réclament des moyens supplémentaires…
Pour le personnel soignant, c'est certainement justifié.
Par contre, dans les secteurs administratifs, qu'ils soient nationaux,
régionaux ou locaux, il y a du ménage à faire.
Beep Beep
2020-10-17 09:45:31 UTC
Réponse
Permalink
Duzz' a écrit
Post by Duzz'
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Si j'ai bien lu, ils ont du mal à recruter parce qu'ils proposent un
statut de fonctionnaire, et que c'est rédhibitoire pour les candidats.
Pourtant certains trouvent que ce sont des privilégiés ?
Moi si j'ai bien compris, ils dénoncent leurs conditions de travail et
réclament des moyens supplémentaires…
Pour le personnel soignant, c'est certainement justifié.
Par contre, dans les secteurs administratifs, qu'ils soient nationaux,
régionaux ou locaux, il y a du ménage à faire.
Oui, je suis d'accord il y a des choses à faire, mais je ne pense pas
que la privatisation soit la meilleure solution. Les cliniques ne
recherchent que la rentabilité et combien de fraudes à la sécu ? La
maman d'un de mes beaux frères est morte dernièrement et en rengeant sa
maison, avant de la vendre, ils ont retrouvé dans ses papiers le double
d'une facture de la clinique de la ville dans laquelle elle habitait,
d'une prothése de hanche alors qu'elle n'a jamais subit ce genre
d'opération...
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-17 09:47:53 UTC
Réponse
Permalink
Post by Duzz'
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Si j'ai bien lu, ils ont du mal à recruter parce qu'ils proposent un
statut de fonctionnaire, et que c'est rédhibitoire pour les candidats.
Pourtant certains trouvent que ce sont des privilégiés ?
Moi si j'ai bien compris, ils dénoncent leurs conditions de travail et
réclament des moyens supplémentaires…
Pour le personnel soignant, c'est certainement justifié.
Par contre, dans les secteurs administratifs, qu'ils soient nationaux,
régionaux ou locaux, il y a du ménage à faire.
C'est à regarder de près.
C'est clair que si les directeurs d'ARS sont payés 17000 euros avec pour
unique mission que ça se passe bien, et que c'est un foutoir sans nom,
il faut les virer vite fait, dans l'attente d'un procès où ils
expliqueront ce qu'ils ont fait, et si ils ne sont pas convaincants ils
remboursent.

De toute manière, je ne comprends pas comment un directeur d'ARS qui
n'obtient pas du ministère les moyens de recruter correctement, peut
avoir une autre issue de que de démissionner en claquant la porte et en
alertant la presse.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Gloops
2020-10-17 09:09:45 UTC
Réponse
Permalink
Post by Canta Galet
au plan du statut des personnels, on sait qu’il s’agit du statut de la « Fonction publique hospitalière », un statut donc de fonctionnaire, avec les rigidités que cela représente pour les directeurs d’hôpitaux qui sont contraints de respecter les règles très strictes qui régissent ces personnels : mutation d’un poste à un autre très difficile, interdiction de licencier, progression des salaires à l’ancienneté, etc
Donc, on n'a pas de personnel, mais on a un problème de statut de personnel.

Tu as oublié de te relire, là.

Et oui, effectivement, si les hôpitaux sont saturés, il n'y a qu'à les
fermer.

On pourrait fermer les écoles, aussi.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Gloops
2020-10-17 09:35:48 UTC
Réponse
Permalink
Post by Canta Galet
Il va nous expliquer aussi comment on fait avec le même nombre de personnel qui fournissait un service de 39 heures par semaine et qui du jour au lendemain ne travaillait plus que 37h30 avec un global de rtt annuel de 10 à 20 jours.
Mais de temps en temps les infirmières sont bien obligées de faire une
semaine de 40 heures pour souffler, parce qu'elles n'en peuvent vraiment
plus.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Beep Beep
2020-10-17 09:50:18 UTC
Réponse
Permalink
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Canta Galet
Il va nous expliquer aussi comment on fait avec le même nombre de personnel
qui fournissait un service de 39 heures par semaine et qui du jour au
lendemain ne travaillait plus que 37h30 avec un global de rtt annuel de 10
à 20 jours.
Mais de temps en temps les infirmières sont bien obligées de faire une
semaine de 40 heures pour souffler, parce qu'elles n'en peuvent vraiment
plus.
35 heures c'est sur le papier en réalité, elle font souvent des heures
suplémentaires. Ces heures sont stockées sur un compte épargne temps et
les soignants n’en voient jamais le fruit, ni financièrement, ni en
termes de récupération...
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Gloops
2020-10-17 09:55:52 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Gloops a écrit
Post by Gloops
Post by Canta Galet
Il va nous expliquer aussi comment on fait avec le même nombre de
personnel qui fournissait un service de 39 heures par semaine et qui
du jour au lendemain ne travaillait plus que 37h30 avec un global de
rtt annuel de 10 à 20 jours.
Mais de temps en temps les infirmières sont bien obligées de faire une
semaine de 40 heures pour souffler, parce qu'elles n'en peuvent
vraiment plus.
35 heures c'est sur le papier en réalité, elle font souvent des heures
suplémentaires. Ces heures sont stockées sur un compte épargne temps et
les soignants n’en voient jamais le fruit, ni financièrement, ni en
termes de récupération...
Oui, je trouve ça un peu facile de dire oh y a qu'à continuer.
--
Besoin d'un autre système, pas d'un autre gouvernement.
Loading...