Discussion:
La Californie reste l’un des Etats les plus riches des Etats-Unis. Elle n’en est pas moins engagée dans un processus d’autodestruction assez avancé.
(trop ancien pour répondre)
u***@gmail.com
2018-08-09 18:33:10 UTC
Permalink
La Californie reste l’un des Etats les plus riches des Etats-Unis. Elle n’en est pas moins engagée dans un processus d’autodestruction assez avancé.

Le contraste entre les villes situées le long de l’océan Pacifique, de San Diego à San Francisco, et les régions intérieures est frappant et prendre l’une des routes qui conduit de la cote à la vallée centrale signifie passer du développement à ce qui ressemble de plus en plus au sous-développement.

Des petites villes, Merced ou Fresno, sont maintenant envahies par des immigrants illégaux qui importent les façons de vivre de leurs pays d’origine, vivent largement d’assistances sociales et ne s’intègrent pas du tout. Des règles écologiques délirantes font que des terres agricoles fertiles sont laissées en friches et retournent à la poussière ce qui, outre les conséquences délétères pour l’environnement, détruit les emplois d’ouvriers agricoles et la production en fruits et légumes de l’une des régions les plus fertiles du pays.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Des vagues de légalisation d’immigrants illégaux dans tout l’Etat ont conduit à un changement de population qui s’ajoute à l’afflux de bobos travaillant dans les hautes technologies, constituant un électorat de gauche désormais nettement majoritaire fait de bobos et d’assistés votant pour recevoir leur chèque.

Le temps où Ronald Reagan a pu être gouverneur de l’Etat est désormais très loin, et le temps est aujourd’hui aux psychopathes ineptes tels que l’actuel gouverneur Jerry Brown.

Les grandes villes, ayant des maires du même acabit que Jerry Brown, sont devenues des villes sanctuaires interdisant l’arrestation des immigrants illégaux, même s’ils ont commis des crimes, et Jerry Brown a fait de l’Etat un Etat sanctuaire et demandé l’installation près de la frontière avec le Mexique de panneaux disant : “Bienvenue en Californie, Etat sanctuaire”. Remarquable !

Les grandes villes, du coup, sont peu à peu submergées par une faune de gens sans revenus autres que les chèques d’assistance (et sans logement) qui ne parlent pas anglais et qui créent des ilots de tiers-monde qui s’élargissent sans cesse, et qui attirent des marginaux de tout le pays.

Il n’y a aujourd’hui quasiment plus un quartier de Los Angeles qui n’a pas son petit bidonville, et le centre de la ville, est, pour un quart de sa surface, devenu lui-même un grand bidonville. San Francisco suit le même chemin et quiconque se rend alentour du City Hall et de Union Square doit prêter attention sur les trottoirs aux seringues usagées laissées par des drogués, aux détritus, et aux excréments humains.

Comme si tout cela ne suffisait pas, les règles écologiques délirantes touchent aussi la production d’énergie : la Californie ne construit plus depuis des décennies de moyens de fournir en électricité une population sans cesse croissante et se contente de rajouter des éoliennes tueuses d’oiseaux sur les collines. L’électricité doit être achetée dans d’autres Etats et acheminée. Elle est, dans ces conditions, plus de deux fois plus chère que dans le Nevada voisin.

La Californie, au nom de la protection de l’environnement qui provoque la désertification de la vallée centrale et interdit la production d’électricité supplémentaire, interdit aussi de recueillir les eaux de ruissellement qui, comme vient de le dire très justement Donald Trump (n’en déplaise aux crétins qui écrivent dans les journaux français sans savoir de quoi ils parlent), partent vers l’océan Pacifique alors qu’elles pourraient être recueillies et utilisées. La Californie interdit pour les mêmes raisons une gestion logique des forêts et le débroussaillement. La désertification de la vallée centrale et la baisse de la pluviosité qui résulte n’arrangent rien, bien sûr.

La conséquence est l’omnipresence de forêts désséchées et embrousaillées, et l’irruption d’incendies de forêts de plus en plus fréquents et d’une ampleur de plus en plus grande (souvent provoqués d’ailleurs par des actions d’immigrants illégaux faisant des feux de camp).

La Californie est engagée dans un processus d’autodestruction assez avancé, disais-je.

Il serait souhaitable que l’autodestruction s’arrête avant que l’Etat soit totalement ravagé.

Les taxes en Californie font partie des plus élevées du pays, et l’Etat est néanmoins en faillite totale et procède à des emprunts qu’il lui sera impossible de rembourser.

Les élus qui se succèdent ajoutent de la faillite à la faillite.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Les entreprises de haute technologies de la Silicon Valley sont immensément riches et peuvent payer des taxes exorbitantes.

Les bobos qui y travaillent ont des salaires très élevés et peuvent payer eux aussi. Ils vivent dans une forme de bulle, dans des quartiers privés, totalement aveugles à ce qui se passe à quelques kilomètres de chez eux.

Ils disent que les immigrants illégaux sont les bienvenus, mais n’en veulent pas chez eux (sinon pour du travail au noir). Ils disent que les incendies gigantesques viennent du “réchauffement global anthropique”, ce qui est absolument faux mais leur donne bonne conscience.

Ils sont de plus en plus déconnectés de la réalité et prétendent d’une manière de plus en plus dictatoriale dicter leur façon de penser aux autres en exerçant la censure sur ce qui ne leur convient pas. (Des entreprises comme Google, Facebook, Twitter ont un comportement scandaleux dont il faudrait parler).

Ils sont les vrais ravageurs de la Californie et deviennent un danger pour le monde.

Quand je lis la presse francaise, bien sûr, je lis, outre les stupidités sur Trump déversées à jet continu, que les incendies de Californie sont dûs au “réchauffement global anthropique”, que Jerry Brown est un “visionnaire”, et que les entreprises de haute technologie californiennes “inventent le futur”.

Si le futur du monde occidental devait ressembler à la Californie, il aurait toutes les apparences d’un cauchemar. Et je l’écris en soulignant que j’aime la Californie: c’est un Etat superbe qui aurait tout pour lui, s’il n’y avait pas ceux qui le ravagent.
Guy Millière le 9 août 2018
Se_jam
2018-08-09 22:13:33 UTC
Permalink
Post by u***@gmail.com
La Californie reste l’un des Etats les plus riches des Etats-Unis. Elle n’en est pas moins engagée dans un processus d’autodestruction assez avancé.
Le contraste entre les villes situées le long de l’océan Pacifique, de San Diego à San Francisco, et les régions intérieures est frappant et prendre l’une des routes qui conduit de la cote à la vallée centrale signifie passer du développement à ce qui ressemble de plus en plus au sous-développement.
Des petites villes, Merced ou Fresno, sont maintenant envahies par des immigrants illégaux qui importent les façons de vivre de leurs pays d’origine, vivent largement d’assistances sociales et ne s’intègrent pas du tout. Des règles écologiques délirantes font que des terres agricoles fertiles sont laissées en friches et retournent à la poussière ce qui, outre les conséquences délétères pour l’environnement, détruit les emplois d’ouvriers agricoles et la production en fruits et légumes de l’une des régions les plus fertiles du pays.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Des vagues de légalisation d’immigrants illégaux dans tout l’Etat ont conduit à un changement de population qui s’ajoute à l’afflux de bobos travaillant dans les hautes technologies, constituant un électorat de gauche désormais nettement majoritaire fait de bobos et d’assistés votant pour recevoir leur chèque.
Le temps où Ronald Reagan a pu être gouverneur de l’Etat est désormais très loin, et le temps est aujourd’hui aux psychopathes ineptes tels que l’actuel gouverneur Jerry Brown.
Les grandes villes, ayant des maires du même acabit que Jerry Brown, sont devenues des villes sanctuaires interdisant l’arrestation des immigrants illégaux, même s’ils ont commis des crimes, et Jerry Brown a fait de l’Etat un Etat sanctuaire et demandé l’installation près de la frontière avec le Mexique de panneaux disant : “Bienvenue en Californie, Etat sanctuaire”. Remarquable !
Les grandes villes, du coup, sont peu à peu submergées par une faune de gens sans revenus autres que les chèques d’assistance (et sans logement) qui ne parlent pas anglais et qui créent des ilots de tiers-monde qui s’élargissent sans cesse, et qui attirent des marginaux de tout le pays.
Il n’y a aujourd’hui quasiment plus un quartier de Los Angeles qui n’a pas son petit bidonville, et le centre de la ville, est, pour un quart de sa surface, devenu lui-même un grand bidonville. San Francisco suit le même chemin et quiconque se rend alentour du City Hall et de Union Square doit prêter attention sur les trottoirs aux seringues usagées laissées par des drogués, aux détritus, et aux excréments humains.
Comme si tout cela ne suffisait pas, les règles écologiques délirantes touchent aussi la production d’énergie : la Californie ne construit plus depuis des décennies de moyens de fournir en électricité une population sans cesse croissante et se contente de rajouter des éoliennes tueuses d’oiseaux sur les collines. L’électricité doit être achetée dans d’autres Etats et acheminée. Elle est, dans ces conditions, plus de deux fois plus chère que dans le Nevada voisin.
La Californie, au nom de la protection de l’environnement qui provoque la désertification de la vallée centrale et interdit la production d’électricité supplémentaire, interdit aussi de recueillir les eaux de ruissellement qui, comme vient de le dire très justement Donald Trump (n’en déplaise aux crétins qui écrivent dans les journaux français sans savoir de quoi ils parlent), partent vers l’océan Pacifique alors qu’elles pourraient être recueillies et utilisées. La Californie interdit pour les mêmes raisons une gestion logique des forêts et le débroussaillement. La désertification de la vallée centrale et la baisse de la pluviosité qui résulte n’arrangent rien, bien sûr.
La conséquence est l’omnipresence de forêts désséchées et embrousaillées, et l’irruption d’incendies de forêts de plus en plus fréquents et d’une ampleur de plus en plus grande (souvent provoqués d’ailleurs par des actions d’immigrants illégaux faisant des feux de camp).
La Californie est engagée dans un processus d’autodestruction assez avancé, disais-je.
Il serait souhaitable que l’autodestruction s’arrête avant que l’Etat soit totalement ravagé.
Les taxes en Californie font partie des plus élevées du pays, et l’Etat est néanmoins en faillite totale et procède à des emprunts qu’il lui sera impossible de rembourser.
Les élus qui se succèdent ajoutent de la faillite à la faillite.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Les entreprises de haute technologies de la Silicon Valley sont immensément riches et peuvent payer des taxes exorbitantes.
Les bobos qui y travaillent ont des salaires très élevés et peuvent payer eux aussi. Ils vivent dans une forme de bulle, dans des quartiers privés, totalement aveugles à ce qui se passe à quelques kilomètres de chez eux.
Ils disent que les immigrants illégaux sont les bienvenus, mais n’en veulent pas chez eux (sinon pour du travail au noir). Ils disent que les incendies gigantesques viennent du “réchauffement global anthropique”, ce qui est absolument faux mais leur donne bonne conscience.
Ils sont de plus en plus déconnectés de la réalité et prétendent d’une manière de plus en plus dictatoriale dicter leur façon de penser aux autres en exerçant la censure sur ce qui ne leur convient pas. (Des entreprises comme Google, Facebook, Twitter ont un comportement scandaleux dont il faudrait parler).
Ils sont les vrais ravageurs de la Californie et deviennent un danger pour le monde.
Quand je lis la presse francaise, bien sûr, je lis, outre les stupidités sur Trump déversées à jet continu, que les incendies de Californie sont dûs au “réchauffement global anthropique”, que Jerry Brown est un “visionnaire”, et que les entreprises de haute technologie californiennes “inventent le futur”.
Si le futur du monde occidental devait ressembler à la Californie, il aurait toutes les apparences d’un cauchemar. Et je l’écris en soulignant que j’aime la Californie: c’est un Etat superbe qui aurait tout pour lui, s’il n’y avait pas ceux qui le ravagent.
Guy Millière le 9 août 2018
Ils appellent ça des 'tent cities' des villes de tentes !

Ici un électro? cycliste équipé d'une go pro
2017

2017
2016
2016
2017 fox news pas des bobos

On ne voit plus ça dans le tiers monde :-)

Il n'y en a pas qu'aux USA, juste que chez nous les hivers sont plus frais ...

Sejam

Loading...