Discussion:
La stratégie du choc d'Edouard Philippe : les gilets jaunes comme prétexte pour privatiser l'Etat et faire encore plus de cadeaux ISF
Add Reply
Julie Amadis
2018-12-06 15:12:46 UTC
Réponse
Permalink
Par Julie Amadis et Yanick Toutain
#IpEaVaEaFaF
06/12/2018
https://ipeavaeafaf.blogspot.com/2018/12/la-strategie-du-choc-dedouard-philippe.html



LES FRANÇAIS VEULENT PLUS D’IMPÔTS
...... PAYES PAR LES RICHES


Quand les Français réclament que la toute petite minorité de privilégiés paye plus d'impôts, cet hypocrite fait semblant de comprendre le contraire..

Il faut comprendre que l'ex-maire du Havre est le mandataire d'une pseudo "élite" !

Car, Edouard Philippe ne considérait comme Havrais qu'une toute petite minorité.

Pour lui , les seuls Havrais qui comptaient habitaient comme lui rue de Paris en plein centre-ville, habitent comme lui avenue Foch - dont il a fait couper les peupliers qui l'empêchaient de voir la mer - ou encore habitent les grosses villas de la rue Félix Faure où loge son mentor le bandit Antoine Rufenacht..

Car Edouard Philippe ne considère comme Français que ses protecteurs millionnaires et milliardaires, ceux qui veulent effectivement que les impôts baissent :

Enfin, on l’a vu, les Français veulent que les impôts baissent et savoir à quoi ils servent. La France est l’un des pays les plus fiscalisés du monde. C’est aussi l’un des plus endettés, ce qui défie toute logique. C’est également l’un des pays où les services publics et les prestations sociales sont parmi les plus importants et les plus généreux. C’est notre modèle social, que personne ici n’entend fondamentalement remettre en cause, mais qui a perdu beaucoup de sa viabilité. Nous dépensons toujours plus, mais jamais le sentiment d’abandon n’a été aussi grand. Beaucoup d’impôts mais une dette écrasante Des dépenses publiques qui progressent mais un service public perçu comme en dégradation Mesdames et messieurs les députés, il y a quelque chose qui ne va pas. Alors, voulons-nous moins d’impôts ? Voici une question qui pourrait faire l’unanimité sur ces bancs, et c’est assez rare. Maintenant, voulons-nous moins d’impôts et moins de dépenses publiques ? La réponse est déjà plus complexe, surtout lorsqu’il s’agit de déterminer de quelles dépenses il s’agit (Verbatim officiel discours E. Phiippe 5/12/2018)


Les SDF et les RSAistes qui survivent depuis des années apprécieront de savoir que

[La France] est également l’un des pays où les services publics et les prestations sociales sont parmi les plus importants et les plus généreux.

Edouard Philippe va donc annoncer ce qui est le plan de la bourgeoisie depuis des décennies : privatiser l'Etat Bourgeois.


Mais ce débat, il ne doit pas se traduire par la création de nouvelles taxes, et il ne doit pas traduire par une augmentation des déficits : si on veut baisser les impôts, alors on baisse la dépense publique. Car nous ne voulons pas léguer des dettes à nos enfants et grever leur futur pouvoir d’achat. C’est ma seule exigence, c’est le courage que nous devons avoir : celui de la cohérence.

On répétera une nouvelle fois que les Français exigent - au minimum - le paiement immédiat de 5 milliards d'euros d'ISF.... mais Edouard Philippe s'en contrefiche ! Ses amis veulent encore des baisses d'impôts!

On pourrait, tout aussi vainement répéter une nouvelle fois que les Français exigent 100 MILLIARDS D'IMPOTS SUPPLEMENTAIRES à payer par tous les fraudeurs fiscaux - délits commis par les protecteurs de Philippe et Macron, ces deux-là s'en contrefichent !

C'est ça la technique de "La stratégie du choc."


C'est le titre du livre de Naomi Klein.


C'est la stratégie utilisée par Macron, Edouard Philippe tous deux Young Leaders #FAF - choisis par la bande Negroponte pour devenir les futurs dirigeants français aux bottes des banquiers US.

Profiter de chaque situation de chaos pour appliquer un programme politique en faveur des 1% les plus riches en attaquant les acquis sociaux de la population, c'est la mission que leur ont donnée les plus gros capitalistes.


La stratégie du choc c'est la méthode utilisée depuis les années 1970 par les capitalistes qui dirigent le monde.

A chaque fois qu'une catastrophe a lieu, les chefs politiques capitalistes en profitent pour privatiser l’État.

Naomi Klein observe que les politiques libérales contre les peuples ont toutes eu lieu suite à un choc, économique, politique ou une catastrophe naturelle, la chute du mur de Berlin, l'attentat du 11 septembre, l'ouragan Katrina, la crise asiatique de 1997 etc

"L'auteur évoque de plus les libéralisations qui ont suivi la chute du bloc de l'Est en Pologne et en Russie au début des années 1990, le gouvernement de Margaret Thatcher au Royaume-Uni, la fin de l'apartheid en Afrique du Sud. Les politiques qui ont été pratiquées aux États-Unis depuis 1990, mais plus particulièrement sous l'administration Bush, sont particulièrement visées, notamment la privatisation progressive de la sécurité aux États-Unis. Cela la conduit à s'intéresser à la gestion de la guerre en Irak. D'après Naomi Klein on assiste depuis 2001 à l'émergence d'une industrie de la sécurité intérieure, les attentats du 11 septembre ayant été utilisés comme un choc « utile ». Cet argument est le point de départ à l'origine du livre d'après l'auteur.

L'auteur évoque notamment les réformes engagées et les mesures prises après la crise asiatique de 1997, l'ouragan Katrina ou encore le tsunami de 2004.

Elle estime que dans différents endroits du monde, l'application des théories de Milton Friedman conduit à la division des villes en deux zones, comme à Bagdad, La Nouvelle-Orléans ou Beyrouth : une Zone verte, riche et protégée des dangers, et une ou plusieurs zones rouges, dangereuses et misérables4.

Naomi Klein soutient également que les théories de l'école de Chicago telles qu'elles auraient été appliquées dans ces pays présentent deux contradictions. Tout d'abord selon ses promoteurs, le néo-libéralisme garantit une plus grande richesse d'une économie et un accroissement de la prospérité individuelle. Alors que selon elle ce n'est jamais le cas dans les exemples étudiés. Enfin toujours selon certains de ses promoteurs, démocratie et néo-libéralisme se soutiennent l'un l'autre5. Or, d'après Naomi Klein, l'imposition de politiques néo-libérales ne s'est jamais produite sans coup d'État, élimination de l'opposition ou imposition d'un état d'urgence ou de politique vaudou6,7."wikipédia

Pourquoi des politiques contre les peuples ont lieu suite à une situation cataclysmique ?


Parce que le choc émotionnel annihile toute résistance à une attaque.

Naomi Klein s'appuie sur les expériences psychologiques menées aux USA par la CIA pour détruire la personnalité d'un individu :


"Le premier chapitre porte sur la torture et plus particulièrement sur les expériences de lavage de cerveau effectuées par Donald Ewen Cameron et qui auraient été financées par la CIA. D'après Naomi Klein ces recherches étaient menées pour détruire la personnalité du sujet en lui administrant des chocs divers afin d'obtenir une « page blanche » sur laquelle on pourrait écrire une nouvelle personnalité1,2,3. "wikipédia

L'attitude de Macron et Édouard Philippe face à la crise politique dans laquelle les plonge le mouvement des gilets jaunes est un exemple flagrant d'application de la "stratégie du choc".


3/4 des Français sont opposés au Président et à son premier ministre.

En janvier dernier, 45% des personnes interrogées n’approuvaient pas la politique d’Emmanuel Macron. Onze mois plus tard, ils sont plus des trois quarts à la juger défavorablement.

Après un an et demi au pouvoir, même sanction pour Édouard Philippe. En janvier, seulement 39% des français n’étaient pas satisfaits de sa politique. Ils sont aujourd'hui 73% à la désapprouver.

Plus de 8 français sur 10 reprochent notamment au couple exécutif de ne pas être proche de leurs préoccupations. Un sentiment partagé par la quasi totalité des artisans et des ouvriers interrogés.

Autre reproche : les trois quarts des Français interrogés estiment que la politique économique menée par Emmanuel Macron n’est pas la bonne. Le constat est dur également pour Édouard Philippe qui perd 10 points dans les sondages. Il n’inspire pas confiance à 7 français sur 10 qui jugent que ce n’est pas un homme de dialogue. C News


Plus personne en France ne croit à leurs discours, à leurs promesses.

Les annonces d'hier d’Édouard Philippe pour "apaiser la révolte sociale" n'ont quasiment eu aucun impact.

Les Gilets Jaunes continuent leur mobilisation.

Les lycéens ont démarré un mouvement lundi qui prend de l'ampleur.

Et une partie de la police rejoint les gilets jaunes et refusent d'obéir aux ordres de Macron contre les manifestants ! Le syndicat VIGI de la police appelle à une grève illimitée à partir du 8 décembre.


Préavis de #grève illimitée déposé dans la @PoliceNationale à partir du #8Decembre #Decembre2018 !!! Même combat que les #GiletsJaunes pour le #PouvoirDachat. Est-ce que Messieurs @CCastaner et @EmmanuelMacron #Macron vous allez enfin nous entendre ? https://t.co/7eQkijFUzR

— VIGI (@VIGI_MI) 5 décembre 2018

Face à un tel isolement, le chef de l’exécutif ne décide pas pour autant de demander à leurs amis les plus riches de donner quelques miettes de leurs immenses fortunes en rétablissant l'ISF. - même sous le déguisement d'une "contribution écologique des grandes fortunes"... pour limiter dans le temps ce rétablissement de facto de l'ISF...!!!


Macron et Edouard Philippe ne comptent pas modifier d'un pouce leur politique en faveur des plus riches.


Ils utilisent le chaos politique dans lequel ils se trouvent pour faire passer en force leur programme qui est depuis le départ de privatiser l’État.


Le discours d’Édouard Philippe aujourd'hui devant l'Assemblée Nationale nous montre leur stratégie.


Edouard Philippe utilise la grogne sociale sur les taxes comme prétexte pour baisser les dépenses publiques et privatiser l’État.


Suivez en direct la déclaration du Premier ministre @EPhilippePM devant l’@AssembleeNat https://t.co/AuFohJ27Ty

— Gouvernement (@gouvernementFR) 5 décembre 2018


A chaque fois, Macron et Edouard Philippe privatisent l’État mais n'osent pas y aller vraiment.

En final, il y a plus de cadeaux fiscaux aux riches que ce qu'ils ont supprimé d'activités étatiques.

Donc ils sont obligés de compenser en empruntant sur les marchés en creusant toujours plus le déficit.
Mais ceux à qui l’État emprunte sont justement ceux à qui ils ont fait des cadeaux fiscaux.

Les plus grosses fortunes s'enrichissent encore pour avoir prêté de l'argent à l’État en récupérant les intérêts de l'emprunt.


Ce cercle aggrave le gouffre entre les 1% les plus riches et le reste de la population.

"

« En 2017, les 10% les plus riches détiennent plus de la moitié des richesses alors que les 50% les plus pauvres se partagent à peine 5% du gâteau. Les 1% les plus riches en sortent particulièrement gagnants: ils possèdent à eux seuls 22% des richesses en 2017 alors qu'ils n'en possédaient que 17% en 2007.

Au sommet de la pyramide, la richesse des milliardaires français a été multipliée par trois en 10 ans et seuls 32 milliardaires français possèdent désormais autant que les 40 % les plus pauvres de la population française. » La Tribune


Alors que les écarts entre les plus riches et les plus pauvres n'ont jamais été aussi grands. Les capitalistes n'en ont toujours pas assez. Ils sont tous très gravement atteints de la pathologie consumériste.


Pour privatiser l’État, il faut un choc émotionnel.


Chaque situation en apparence catastrophique ne l'est pas pour les capitalistes.


Ils vont utiliser à leurs profits chaque choc.


C'est ce que font actuellement Edouard Philippe et Macron.


Ils comptent bien utiliser la révolte des gilets jaunes pour faire baisser les dépenses publiques et privatiser l’État.

Ils comptent bien utiliser les gilets jaunes pour instaurer une dictature totale supprimant totalement la liberté d'expression.

Ils comptent bien faire comme Erdogan avec les Gülenistes.


Face de tels malades, il est plus qu'urgent que la population prenne le pouvoir avec des délégués révocables 1 pour 25.

Tant que Macron Edouard Philippe garderont les rênes du pouvoir, ils utiliseront chaque situation à leur profit.
Dobb
2018-12-06 15:28:27 UTC
Réponse
Permalink
Post by Julie Amadis
Car Edouard Philippe ne considère comme Français que
ses protecteurs millionnaires et milliardaires, ceux qui
Le but d'Edouard Philippe n'est pas seulement de faire
en sorte que ses riches amis paient moins d'impôts :
c'est surtout de faire en sorte que les autres en paient
plus, afin d'offrir cet argent à ces mêmes riches amis,
qui en ont besoin pour couvrir leur corruption.

Car Edouard Philippe n'est pas opposé à la dépense
publique, loin de là : il disait "Maintenant, voulons-nous
moins d’impôts et moins de dépenses publiques ? La
réponse est déjà plus complexe, surtout lorsqu’il s’agit
de déterminer de quelles dépenses il s’agit".

Les dépenses qu'il aime bien, ce sont celles-ci :

https://www.capital.fr/entreprises-marches/affaire-areva-la-monstrueuse-amende-qui-menace-la-france-1308725

Dobb
François Guillet
2018-12-06 15:44:54 UTC
Réponse
Permalink
Julie Amadis avait soumis l'idée :
...
Post by Julie Amadis
Edouard Philippe va donc annoncer ce qui est le plan de la bourgeoisie depuis
des décennies : privatiser l'Etat Bourgeois.
...

Quel est le problème ?
Les politiques professionnels qu'on a toujours eus ne comprennent rien
à l'économie, l'état gaspille et s'endette. Pas sûr que ce soit pire
avec des patrons d'industrie, leur gestion étant plus rigoureuse et
leurs miettes pouvant être préférables aux plats que l'Etat nous sert !
Duzz'
2018-12-06 16:08:53 UTC
Réponse
Permalink
Post by Julie Amadis
il est plus qu'urgent que la population prenne le pouvoir avec des
délégués révocables 1 pour 25.
Génial !
Si on se base sur le nombre de Français inscrits sur les listes
électorales, ça fait déjà plus de 1,8 millions de délégués.

Vinci, Bouygues et Eiffage vont se régaler pour leur construire
l’amphithéâtre dans lequel ils tiendront leurs palabres.

Ensuite, à raison d'une minute de parole par délégué, ils en ont pour
trois ans et demi avant de passer au vote.
jmh
2018-12-06 16:13:45 UTC
Réponse
Permalink
Post by Duzz'
Post by Julie Amadis
il est plus qu'urgent que la population prenne le pouvoir avec des
délégués révocables 1 pour 25.
Génial !
Si on se base sur le nombre de Français inscrits sur les listes
électorales, ça fait déjà plus de 1,8 millions de délégués.
Vinci, Bouygues et Eiffage vont se régaler pour leur construire
l’amphithéâtre dans lequel ils tiendront leurs palabres.
Ensuite, à raison d'une minute de parole par délégué, ils en ont pour
trois ans et demi avant de passer au vote.
Il serait plus facile d'organiser des référendums libérateurs
Duzz'
2018-12-06 16:14:56 UTC
Réponse
Permalink
Post by jmh
Post by Duzz'
Post by Julie Amadis
il est plus qu'urgent que la population prenne le pouvoir avec des
délégués révocables 1 pour 25.
Génial !
Si on se base sur le nombre de Français inscrits sur les listes
électorales, ça fait déjà plus de 1,8 millions de délégués.
Vinci, Bouygues et Eiffage vont se régaler pour leur construire
l’amphithéâtre dans lequel ils tiendront leurs palabres.
Ensuite, à raison d'une minute de parole par délégué, ils en ont pour
trois ans et demi avant de passer au vote.
Il serait plus facile d'organiser des référendums libérateurs
Pour simplifier encore les choses, seuls les pinsons des bois auront le
droit de voter.
Maidikos
2018-12-07 01:05:24 UTC
Réponse
Permalink
Post by jmh
Post by Julie Amadis
il est plus qu'urgent que la population prenne le pouvoir avec des
délégués révocables 1 pour 25.
Génial ! Si on se base sur le nombre de Français inscrits sur les listes
électorales, ça fait déjà plus de 1,8 millions de délégués.
Vinci, Bouygues et Eiffage vont se régaler pour leur construire
l’amphithéâtre dans lequel ils tiendront leurs palabres.
Ensuite, à raison d'une minute de parole par délégué, ils en ont pour
trois ans et demi avant de passer au vote.
Il serait plus facile d'organiser des référendums libérateurs
Il y en a eu un en 2005; on voit ce que ça a donné.

Loading...