Discussion:
mémoire du maréchal Pétain
Add Reply
Olive
2018-11-07 12:26:15 UTC
Réponse
Permalink
https://www.rtl.fr/actu/politique/centenaire-de-l-armistice-l-hommage-polemique-de-l-elysee-au-marechal-petain-7795470766

Pourquoi la mémoire de cet illustre Maréchal pose pb ?
Il faut un moment ou un autre pardonner le passé, et passer à autre chose.

Le pardon est une voie de guérison. Ne jamais pardonner est une voie de
haine.

Les juifs doivent aussi pardonner aux nazis un moment. Cela fait partie
du processus de guérison.
Top-Notch
2018-11-07 13:13:03 UTC
Réponse
Permalink
Post by Olive
https://www.rtl.fr/actu/politique/centenaire-de-l-armistice-l-hommage-polemique-de-l-elysee-au-marechal-petain-7795470766
Pourquoi la mémoire de cet illustre Maréchal pose pb ?
Parce qu'il a serré la main de Mitterrand.
Post by Olive
Il faut un moment ou un autre pardonner le passé, et passer à autre chose.
Le pardon est une voie de guérison. Ne jamais pardonner est une voie de
haine.
Les juifs doivent aussi pardonner aux nazis un moment. Cela fait partie
du processus de guérison.
--

Dobb
2018-11-07 17:19:46 UTC
Réponse
Permalink
Post by Olive
https://www.rtl.fr/actu/politique/centenaire-de-l-armistice-l-hommage-polemique-de-l-elysee-au-marechal-petain-7795470766
Pourquoi la mémoire de cet illustre Maréchal pose pb ?
Il faut un moment ou un autre pardonner le passé, et passer à autre chose.
Macron pourrait aussi rendre hommage à Adolf Hitler,
pour son oeuvre en tant qu'artiste-peintre.
Post by Olive
Le pardon est une voie de guérison. Ne jamais pardonner
est une voie de haine.
Vous connaissez la différence entre "rendre hommage"
et "pardonner" ?
Post by Olive
Les juifs doivent aussi pardonner aux nazis un moment.
Cela fait partie du processus de guérison.
Ben voyons. Et pour guérir les juifs, je suis sûr que vous
avez pensé au bon docteur Mengele.

Dobb
Olive
2018-11-07 21:23:30 UTC
Réponse
Permalink
Post by Dobb
Macron pourrait aussi rendre hommage à Adolf Hitler,
pour son oeuvre en tant qu'artiste-peintre.
Hitler n'était pas français.
Aussi il n'avait que le grade de caporal, pas maréchal.
Post by Dobb
Vous connaissez la différence entre "rendre hommage"
et "pardonner" ?
il faut faire les deux choses pour Pétain.
Post by Dobb
Ben voyons. Et pour guérir les juifs, je suis sûr que vous
avez pensé au bon docteur Mengele.
Hitler et Mengele sont morts. Il faut leur pardonner.
Dobb
2018-11-07 21:53:38 UTC
Réponse
Permalink
Post by Olive
Hitler n'était pas français.
Rendre hommage à un Allemand ne pose pas plus de
problème au régime en place que rendre hommage
à un vendu aux Allemands.
Post by Olive
Post by Dobb
Vous connaissez la différence entre "rendre hommage"
et "pardonner" ?
il faut faire les deux choses pour Pétain.
Et pourquoi ?
Post by Olive
Post by Dobb
Ben voyons. Et pour guérir les juifs, je suis sûr que vous
avez pensé au bon docteur Mengele.
Hitler et Mengele sont morts. Il faut leur pardonner.
Et pourquoi faut-il pardonner aux morts ? Dans "ordure
morte", il y a 2 mots : "ordure" et "morte".

Dobb
Olive
2018-11-08 11:13:58 UTC
Réponse
Permalink
Post by Dobb
Rendre hommage à un Allemand ne pose pas plus de
problème au régime en place que rendre hommage
à un vendu aux Allemands.
ici la question est de rendre hommage à des héros français de la grande
guerre. Pétain faisait partie du lot, il était républicain aussi.
Post by Dobb
Post by Olive
Post by Dobb
Vous connaissez la différence entre "rendre hommage"
et "pardonner" ?
il faut faire les deux choses pour Pétain.
Et pourquoi ?
parce qu'un pays qui ne pardonne pas est un pays qui hait...
Post by Dobb
Et pourquoi faut-il pardonner aux morts ? Dans "ordure
morte", il y a 2 mots : "ordure" et "morte".
faut quand même pardonner.
Calamity Jade
2018-11-08 13:05:51 UTC
Réponse
Permalink
Post by Dobb
Et pourquoi faut-il pardonner aux morts ? Dans "ordure
morte", il y a 2 mots : "ordure" et "morte".
Vous êtes un seul des deux. Pour l'autre, il faut encore attendre...
--
Jacqueline "Jade" Devereaux - http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/
Youtube JadeDiscoHD - https://www.youtube.com/c/JadeDisco
Y+ Jade Docs&Movies I - https://www.youtube.com/c/JadeDocsMoviesI
Y+ Jade Docs&Movies III - https://www.youtube.com/c/JadeDocsMoviesIII
Google+ Jade DiscoHD - https://plus.google.com/+JadeDisco
G+ Jade Docs & Movies III - https://plus.google.com/+JadeDocsMoviesIII
Calamity Jade Pornhub - https://www.pornhub.com/users/calamity-jade
PostImages Gallery Jade - https://postimg.cc/gallery/ikhwdv9m/
Mensonges de Poutine - https://www.stopfake.org/fr/accueil/
Zulu
2018-11-08 21:14:02 UTC
Réponse
Permalink
Post by Dobb
Post by Olive
https://www.rtl.fr/actu/politique/centenaire-de-l-armistice-l-hommage-polemique-de-l-elysee-au-marechal-petain-7795470766
Pourquoi la mémoire de cet illustre Maréchal pose pb ?
Il faut un moment ou un autre pardonner le passé, et passer à autre chose.
Macron pourrait aussi rendre hommage à Adolf Hitler,
pour son oeuvre en tant qu'artiste-peintre.
Post by Olive
Le pardon est une voie de guérison. Ne jamais pardonner
est une voie de haine.
Vous connaissez la différence entre "rendre hommage"
et "pardonner" ?
Post by Olive
Les juifs doivent aussi pardonner aux nazis un moment.
Cela fait partie du processus de guérison.
Ben voyons. Et pour guérir les juifs, je suis sûr que vous
avez pensé au bon docteur Mengele.
Encore une légende de la propagande

Dr. Mengele's “Medical Experiments” on Twins in the Birkenau Gypsy Camp
Carlo Mattogno
http://inconvenienthistory.com/archive/2013/volume_5/number_4/dr_mengeles_medical_experiments_on_twins.php

Lessons of the Mengele Affair
Mark Weber
http://www.ihr.org/jhr/v06/v06p377_Weber.html

“The simplest valid reason for being skeptical about the extermination
claim is also the simplest conceivable reason; at the end of the war
they were still there.”

Arthur Robert Butz
Beep Beep
2018-11-07 20:11:30 UTC
Réponse
Permalink
Post by Olive
https://www.rtl.fr/actu/politique/centenaire-de-l-armistice-l-hommage-polemique-de-l-elysee-au-marechal-petain-7795470766
Pourquoi la mémoire de cet illustre Maréchal pose pb ?
Il faut un moment ou un autre pardonner le passé, et passer à autre chose.
Le pardon est une voie de guérison. Ne jamais pardonner est une voie de
haine.
Les juifs doivent aussi pardonner aux nazis un moment. Cela fait partie du
processus de guérison.
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
--
C'est une forme de folie que de croire que celui qui est en situation
de dominer va suivre un intérêt autre que le sien.
/Jean-Jacques Rousseau/
Alabenne
2018-11-07 20:44:41 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
oui, et la magistrature, et la police, et l'armée (ou ce qu'il en
restait), et la gendarmerie, et les enseignants, et les paysans.
Toute la population, en fait. Sauf quelques têtes brulées, et
marins-pêcheurs bretons.
Jusqu'en juin 1944.
Olive
2018-11-07 21:24:13 UTC
Réponse
Permalink
tous les résistants étaient hors la loi, De Gaule était considéré comme
un criminel par la France
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
oui, et la magistrature, et la police, et l'armée (ou ce qu'il en
restait), et la gendarmerie, et les enseignants, et les paysans.
Toute la population, en fait. Sauf quelques têtes brulées, et
marins-pêcheurs bretons.
Jusqu'en juin 1944.
Dobb
2018-11-07 22:02:26 UTC
Réponse
Permalink
tous les résistants étaient hors la loi, De Gaule était considéré comme un
criminel par la France
D'ailleurs, le général Aubert Frère, qui présidait le
tribunal qui avait condamné De Gaulle à mort, a
reçu la "médaille de la résistance", une fois celle-ci
devenue une décoration pour paillassons de la
première heure.

Dobb
Louis
2018-11-08 09:22:56 UTC
Réponse
Permalink
cela prouve encore qu'en cas de guerre, il faut gagner :)
la morale est toujours du côté du vainqueur.
Le vaincu est un vilain
Post by Dobb
D'ailleurs, le général Aubert Frère, qui présidait le
tribunal qui avait condamné De Gaulle à mort, a
reçu la "médaille de la résistance", une fois celle-ci
devenue une décoration pour paillassons de la
première heure.
Dobb
Top-Notch
2018-11-07 21:41:08 UTC
Réponse
Permalink
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
oui, et la magistrature, et la police, et l'armée (ou ce qu'il en
restait), et la gendarmerie, et les enseignants, et les paysans.
Tous les magistrats du procès de Pétain lui avaient prêté serment comme
un seul homme.
Post by Alabenne
Toute la population, en fait. Sauf quelques têtes brulées, et
marins-pêcheurs bretons.
Jusqu'en juin 1944.
La préfecture de police a résisté dès le 20 août. Ceux qui ont résisté
dès le 18 ont tous eu la Légion d'honneur, avec turbo-compresseur à
croix de Lorraine incorporée et plumes d'autruche tricolores.
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Se_jam
2018-11-08 23:52:08 UTC
Réponse
Permalink
Post by Top-Notch
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
oui, et la magistrature, et la police, et l'armée (ou ce qu'il en
restait), et la gendarmerie, et les enseignants, et les paysans.
Tous les magistrats du procès de Pétain lui avaient prêté serment comme
un seul homme.
Post by Alabenne
Toute la population, en fait. Sauf quelques têtes brulées, et
marins-pêcheurs bretons.
Jusqu'en juin 1944.
La préfecture de police a résisté dès le 20 août. Ceux qui ont résisté
dès le 18 ont tous eu la Légion d'honneur, avec turbo-compresseur à
croix de Lorraine incorporée et plumes d'autruche tricolores.
Les héros de notre enfance ne se seraient jamais comportés ainsi, c'était des purs eux : Tintin, Gaston, Thierry la Fronde, Ivanhoe, ... n'oublions pas Haddock, ...
Post by Top-Notch
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Sejam

Zulu
2018-11-08 21:44:15 UTC
Réponse
Permalink
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
oui, et la magistrature, et la police, et l'armée (ou ce qu'il en
restait), et la gendarmerie, et les enseignants, et les paysans.
Toute la population, en fait. Sauf quelques têtes brulées, et
marins-pêcheurs bretons.
Jusqu'en juin 1944.
ET les juifs de l'UGIF qui administraient le camp de Drancy.
Ils avaient formé des brigades spéciales pour repérer et capturer les
juifs étrangers qui devaient être déportés.

Les juifs bruns ont collaboré avec l’Allemagne de Hitler

<>

Les «juifs bruns», c’est-à-dire les juifs de la collaboration avec
l’Allemagne nationale-socialiste, ceux des Conseils juifs à travers
toute l’Europe occupée («l’internationale juive de la collaboration»),
n’auraient évidemment pas donné leur accord aux déportations s’ils
avaient su que celles-ci aboutissaient à l’assassinat de leurs
coreligionnaires dans des abattoirs chimiques. En France, l’Union
générale des Israélites de France (UGIF) avait collaboré à la rafle du
Vel’ d’hiv’. En 1947, au procès de Xavier Vallat, Mllle Libers rappelait
dans quelles circonstances elle avait été engagée comme assistante par
l’UGIF le 16 juillet 1942 :


« Je suis venue me présenter à l’UGIF parce que, journaliste n’ayant
plus d’emploi pendant la guerre, j’ai pensé qu’étant assistante sociale
à l’UGIF je pourrais secourir quelques misères humaines. — Je m’y suis
présentée en mai 1942. Il me fut répondu qu’en ce moment, il n’y avait
pas de travail. J’attendis, et c’est le 15 juillet 1942 au soir que je
reçus un pneumatique me priant de me présenter à l’UGIF le 16 juillet au
matin. Le 16 juillet au matin, je me rendis à 9 heures à l’UGIF et me
trouvais là devant d’autres personnes qui venaient solliciter du travail
à l’UGIF. Nous assistions, à ce moment, à une véritable mise en scène,
c’est-à-dire qu’on nous faisait préparer des étiquettes avec une petite
ficelle, qui devaient certainement servir à être accrochées à quelque
chose ou quelque part. — Le 16 juillet, dans la nuit, eurent lieu les
rafles monstres de femmes et d’enfants juifs. Nous comprîmes, le 17 au
matin, qu’on nous avait fait préparer ce travail parce qu’on savait déjà
dès le 15 que les rafles auraient lieu [1]. »


La même Mlle Libers ajoute que l’UGIF pourvoyait ses assistantes
sociales d’ordres de mission signés des autorités SS pour aller chercher
des enfants juifs et les amener au centre Lamarck d’où ils étaient
ensuite conduits à Drancy [2]. On sait que, de Drancy, certains étaient
ensuite envoyés à Auschwitz.


Le camp de Drancy était, sous la surveillance des autorités allemandes
et françaises, largement autogéré par les juifs [3].

.../

Après la Libération, l’affaire de la collaboration de l’UGIF avec les
Allemands sera étouffée et le procès public évité. Un jury d’honneur se
réunira sous la présidence de Léon Meiss, président du CRIF. Il
acquittera les accusés en première instance et en appel. Les pièces du
procès n’ont jamais été publiées. Personne ne sait ce que sont devenus
les sept cent cinquante mille francs que s’est appropriés l’UGIF: le
CRIF se les est-il, à son tour, appropriés [8] ?

.../

Drancy comptera successivement sept commandants juifs : le tricoteur
Asken qui sera libéré en novembre 1942 avec les grands malades ; Max
Blanor ; François Montel; Georges Kohn, de mai 1942 à juin 1943 ; Robert
Félix Blum; Georges Schmidt; Oscar Reich et Emmanuel Langberg. Le Bureau
des effectifs est juif; il établit notamment les listes de déportation.
Le personnel juif se répartit en une trentaine de services. Une police
juive et un tribunal juif s’installent. Une prison est sous la garde et
la responsabilité de juifs.

Le 24 octobre 1942 sont créés les M.S., c’est-à-dire les membres du
service de surveillance. Les cadres juifs portent un brassard blanc et
les policiers juifs un brassard rouge ; trois brigades sont formées
avec, pour chacune, un brigadier et sept hommes. Ces autorités juives
peuvent au besoin faire appel aux gendarmes français qui, eux, gardent
l’enceinte du camp.

Des juifs sont, par d’autres juifs, mis à l’amende ou tondus à la suite
d’une décision – affichée – du tribunal juif présidé par Pierre Masse et
Paul Léon. Ils peuvent être inscrits sur la prochaine liste de déportés.
Les juifs eux-mêmes en viennent à parler de « Milice sémitique » ou de «
Gestapolack ». Quand Robert Félix Blum constituera son directoire, on
pourra dire : « Le ministère Blum II est constitué » par allusion au
ministère constitué par Léon Blum en 1936. Les permissions ou les
libérations peuvent dépendre du CDP (Chef de la police juive).

On crée des « missionnaires », c’est-à-dire un corps de juifs chargés
d’aller trouver, à l’extérieur du camp, les familles d’internés et de
les convaincre d’aller rejoindre volontairement les internés à Drancy ;
ces « missionnaires » sont aussi appelés familièrement des « rabatteurs
» ou des « piqueurs ».

René Bousquet, responsable de la police de Vichy, apprend la nouvelle et
s’indigne auprès d’Oberg de pareilles méthodes (on comprend ici qu’un
procès Bousquet risquerait de conduire à bien des révélations).

Des « physionomistes » juifs s’emploient à repérer des juifs ; « Ost
fayer ? » (en yiddish : « As-tu du feu ? »), telle est, par exemple, la
question que pose le « physionomiste » à un juif probable ; si l’homme
répond, c’est qu’il est juif.

<>

suite...

https://robertfaurisson.blogspot.com/1994/04/les-juifs-bruns-ont-collabore-avec.html
Zulu
2018-11-08 21:51:09 UTC
Réponse
Permalink
Post by Zulu
Post by Alabenne
Post by Beep Beep
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
oui, et la magistrature, et la police, et l'armée (ou ce qu'il en
restait), et la gendarmerie, et les enseignants, et les paysans.
Toute la population, en fait. Sauf quelques têtes brulées, et
marins-pêcheurs bretons.
Jusqu'en juin 1944.
ET les juifs de l'UGIF qui administraient le camp de Drancy.
Ils avaient formé des brigades spéciales pour repérer et capturer les
juifs étrangers qui devaient être déportés.
Les juifs bruns ont collaboré avec l’Allemagne de Hitler
<>
Les «juifs bruns», c’est-à-dire les juifs de la collaboration avec
l’Allemagne nationale-socialiste, ceux des Conseils juifs à travers
toute l’Europe occupée («l’internationale juive de la collaboration»),
n’auraient évidemment pas donné leur accord aux déportations s’ils
avaient su que celles-ci aboutissaient à l’assassinat de leurs
coreligionnaires dans des abattoirs chimiques. En France, l’Union
générale des Israélites de France (UGIF) avait collaboré à la rafle du
Vel’ d’hiv’. En 1947, au procès de Xavier Vallat, Mllle Libers rappelait
dans quelles circonstances elle avait été engagée comme assistante par
« Je suis venue me présenter à l’UGIF parce que, journaliste n’ayant
plus d’emploi pendant la guerre, j’ai pensé qu’étant assistante sociale
à l’UGIF je pourrais secourir quelques misères humaines. — Je m’y suis
présentée en mai 1942. Il me fut répondu qu’en ce moment, il n’y avait
pas de travail. J’attendis, et c’est le 15 juillet 1942 au soir que je
reçus un pneumatique me priant de me présenter à l’UGIF le 16 juillet au
matin. Le 16 juillet au matin, je me rendis à 9 heures à l’UGIF et me
trouvais là devant d’autres personnes qui venaient solliciter du travail
à l’UGIF. Nous assistions, à ce moment, à une véritable mise en scène,
c’est-à-dire qu’on nous faisait préparer des étiquettes avec une petite
ficelle, qui devaient certainement servir à être accrochées à quelque
chose ou quelque part. — Le 16 juillet, dans la nuit, eurent lieu les
rafles monstres de femmes et d’enfants juifs. Nous comprîmes, le 17 au
matin, qu’on nous avait fait préparer ce travail parce qu’on savait déjà
dès le 15 que les rafles auraient lieu [1]. »
La même Mlle Libers ajoute que l’UGIF pourvoyait ses assistantes
sociales d’ordres de mission signés des autorités SS pour aller chercher
des enfants juifs et les amener au centre Lamarck d’où ils étaient
ensuite conduits à Drancy [2]. On sait que, de Drancy, certains étaient
ensuite envoyés à Auschwitz.
Le camp de Drancy était, sous la surveillance des autorités allemandes
et françaises, largement autogéré par les juifs [3].
.../
Après la Libération, l’affaire de la collaboration de l’UGIF avec les
Allemands sera étouffée et le procès public évité. Un jury d’honneur se
réunira sous la présidence de Léon Meiss, président du CRIF. Il
acquittera les accusés en première instance et en appel. Les pièces du
procès n’ont jamais été publiées. Personne ne sait ce que sont devenus
les sept cent cinquante mille francs que s’est appropriés l’UGIF: le
CRIF se les est-il, à son tour, appropriés [8] ?
.../
<>
suite...

https://robertfaurisson.blogspot.com/1994/04/les-juifs-bruns-ont-collabore-avec.html
Post by Zulu
 Drancy comptera successivement sept commandants juifs : le tricoteur
Asken qui sera libéré en novembre 1942 avec les grands malades ; Max
Blanor ; François Montel; Georges Kohn, de mai 1942 à juin 1943 ; Robert
Félix Blum; Georges Schmidt; Oscar Reich et Emmanuel Langberg. Le Bureau
des effectifs est juif; il établit notamment les listes de déportation.
Le personnel juif se répartit en une trentaine de services. Une police
juive et un tribunal juif s’installent. Une prison est sous la garde et
la responsabilité de juifs.
Le 24 octobre 1942 sont créés les M.S., c’est-à-dire les membres du
service de surveillance. Les cadres juifs portent un brassard blanc et
les policiers juifs un brassard rouge ; trois brigades sont formées
avec, pour chacune, un brigadier et sept hommes. Ces autorités juives
peuvent au besoin faire appel aux gendarmes français qui, eux, gardent
l’enceinte du camp.
Des juifs sont, par d’autres juifs, mis à l’amende ou tondus à la suite
d’une décision – affichée – du tribunal juif présidé par Pierre Masse et
Paul Léon. Ils peuvent être inscrits sur la prochaine liste de déportés.
Les juifs eux-mêmes en viennent à parler de « Milice sémitique » ou de «
Gestapolack ». Quand Robert Félix Blum constituera son directoire, on
pourra dire : « Le ministère Blum II est constitué » par allusion au
ministère constitué par Léon Blum en 1936. Les permissions ou les
libérations peuvent dépendre du CDP (Chef de la police juive).
On crée des « missionnaires », c’est-à-dire un corps de juifs chargés
d’aller trouver, à l’extérieur du camp, les familles d’internés et de
les convaincre d’aller rejoindre volontairement les internés à Drancy ;
ces « missionnaires » sont aussi appelés familièrement des « rabatteurs
» ou des « piqueurs ».
René Bousquet, responsable de la police de Vichy, apprend la nouvelle et
s’indigne auprès d’Oberg de pareilles méthodes (on comprend ici qu’un
procès Bousquet risquerait de conduire à bien des révélations).
Des « physionomistes » juifs s’emploient à repérer des juifs ; « Ost
fayer ? » (en yiddish : « As-tu du feu ? »), telle est, par exemple, la
question que pose le « physionomiste » à un juif probable ; si l’homme
répond, c’est qu’il est juif.
<>
Errata

Ce dernier extrait est de l'article:

A propos de l’arrêt Touvier, l’affaire des « juifs bruns »

https://robertfaurisson.blogspot.com/1992/05/propos-de-larret-touvier-laffaire-des.html
Duzz'
2018-11-07 21:29:48 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
Travail, Famille, Pédophilie.
Cirrus
2018-11-07 22:08:23 UTC
Réponse
Permalink
Post by Beep Beep
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
Elle doit toujours l'être.
Top-Notch
2018-11-07 22:19:17 UTC
Réponse
Permalink
Post by Cirrus
Post by Beep Beep
Et puis l'église était majoritairement pétainiste
Elle doit toujours l'être.
Pétain était marié civilement à une divorcée, à l'époque c'était haram
et herem.
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Olive
2018-11-08 11:14:36 UTC
Réponse
Permalink
il était républicain ! coureur de jupon en plus
Post by Top-Notch
Pétain était marié civilement à une divorcée, à l'époque c'était haram
et herem.
Loading...