Discussion:
L'agonie des baveux
Add Reply
Zulu
2017-04-20 21:28:39 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
comme Le Monde.
Qui va encore acheter ces papiers qui se consacrent à la désinformation
de masse?

<>

Monde en décomposition?

Jacques Sapir


La tension liée au premier tour de l’élection présidentielle est un bon
révélateur des contradictions de certains. Elle fait perdre leurs nerfs
aux plus calmes, comme, par exemple, les éditorialistes du Monde. Ce
journal vient en effet de publier un éditorial qui illustre la
décomposition qui le traverse depuis des années de manière éclatante[1].
Avant d’analyser ce texte, remarquons que ceci n’est pas complètement
nouveau. On avait pu assister à un phénomène du même ordre lors de la
victoire du « non » au référendum de 2005. Dans les « grands journaux »
de l’époque s’était déversée une haine contre les électeurs qui avaient
mal votés[2], mais aussi une incompréhension profonde de ce que
signifiait ce vote[3]. Mais, en 2005, ceci s’était produit après le
vote. Il semble que cela se produise aujourd’hui dès avant le vote. Nous
sommes donc à nouveau confronté à une « trahison des clercs »[4].



Analyse ou propagande ?

Le premier point litigieux réside dans le titre même de cet éditorial «
Présidentielle : crise de nerfs nationale ». Ah bon, les françaises et
les français seraient malade des nerfs ? Que les français soient
indécis, on peut le comprendre. D’où d’ailleurs le nombre de candidats
qui sont en compétition pour le s’affronter au deuxième tour. Mais
pourquoi utiliser cette expression à l’évidence péjorative, si ce n’est
pour discréditer ces mêmes choix ? Que signifie donc ce titre, si ce
n’est une forme de mépris pour les (futurs) électeurs ? Le seul choix
possible serait-il donc entre le P « S » et les « Républicains » ?

Le malaise produit par ce titre, certes accrocheur, mais gros de toutes
les confusions possibles, se renforce quand on lit les premières lignes
de cet éditorial. Que l’on en juge ; après avoir rappelé le rôle central
de cette élection dans notre système politique (et surtout depuis que
Jacques Chirac imposa la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans),
Le Monde écrit : « Les candidats des deux grands partis qui ont gouverné
le pays depuis des décennies – socialistes et droite républicaine –
recueillent à peine plus du quart des intentions de vote à quelques
jours seulement du premier tour et sont menacés d’être éliminés. Même
lors de l’élection atypique de 2002, l’on était encore très loin d’un
tel effondrement. Gauche radicale et extrême droite nationaliste, qui se
contentaient jusqu’à présent de faire « turbuler » le système, semblent
aujourd’hui en capacité de se qualifier pour le tour décisif ».

Une partie de ce constat est vrai. Le candidat des « Républicains » et
celui (du moins le candidat « officiel ») du P « S » semblent ne réunir
que 26-27% des suffrages potentiels. Mais alors, faut-il mettre cette
situation sur le compte d’une irresponsabilité, consciente ou
inconsciente, des électeurs ou l’analyser comme la réponse à une crise
systémique ? Si l’on adopte cette deuxième hypothèse, le titre « Crise
de nerfs » apparaît pour le moins déplacé. C’est donc vers la première
hypothèse que le, ou les, auteurs de cet éditorial vont s’engager.



Il y a une vie hors de l’UE…

Il convient de lire les « explications » données dans la suite du
papier. On cite ici in extenso : « … huit des onze candidats en lice
envisagent, d’une manière ou d’une autre, de sortir de l’Union
européenne (et de la zone euro) si celle-ci, à commencer par l’Allemagne
, ne se plie pas à leurs desiderata.
Comme si la France pouvait mieux affronter les grands défis de demain
(dérèglement climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en
comptant sur ses seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace
avec ses partenaires européens. Et c’est sans parler de la complaisance
coupable dont trois des principaux candidats, François Fillon, Marine Le
Pen et Jean- Luc Mélenchon , font preuve à l’égard de régimes qui
bafouent les plus élémentaires des droits de l’homme (la Russie ) quand
ils ne massacrent pas leur peuple (la Syrie ) ».

Il y a là une liste de lieux communs et de mensonges dont l’accumulation
a pour but de convaincre le lecteur que l’électeur potentiel qui
délaisse les candidats des partis qui se sont partagés le pouvoir depuis
des décennies est, si ce n’est fou, du moins hors d’état de formuler un
jugement politique raisonné.

Commençons par la question de l’Euro (qui induit en réalité celle de
l’UE et non le contraire). La phrase de l’éditorial dit : « Comme si la
France pouvait mieux affronter les grands défis de demain (dérèglement
climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en comptant sur ses
seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace avec ses
partenaires européens ». Or, la question du dérèglement climatique est
justement posée par les traités de libre-échange que négocie (en secret)
l’UE contre les intérêts des populations des pays qui la composent. On
en a eu un exemple avec le CETA et la négociation du TAFTA, si elle
n’avait été de fait interrompue par les Etats-Unis, aurait été pire. La
« crise migratoire » renvoie largement au fait que l’UE impose un
abandon des frontières, abandon d’ailleurs remis en cause par un nombre
croissant de pays de l’UE. Enfin, la menace terroriste est bien
combattue par les forces armées de chaque pays et par leurs polices. Il
n’y a nulle organisation de l’UE pour mettre en œuvre ces politiques de
sécurité. D’ailleurs, quand, en novembre 2015, François Hollande à
décréter l’état d’urgence, il l’a fait en tant que Président de la
République, en se contentant d’en informer, après la décision ses
partenaires européens. Le constat doit ici être tiré : sur tous ces
importants sujets soit l’UE accroît les risques pour les population
(comme dans le cas du dérèglement climatique) soit elle est en réalité
hors-sujet.

Cela ne veut pas dire que des coopérations internationales ne soient
possibles et aussi nécessaires. Elles le sont à l’évidence. Mais, ces
coopérations peuvent se faire entre nations souveraines.

suite
http://russeurope.hypotheses.org/5910
Cardinal de Hère
2017-04-20 21:42:52 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Zulu
Il y a une vie hors de l’UE…
Il convient de lire les « explications » données dans la suite du
papier. On cite ici in extenso : « … huit des onze candidats en lice
envisagent, d’une manière ou d’une autre, de sortir de l’Union
européenne (et de la zone euro) si celle-ci, à commencer par l’Allemagne
, ne se plie pas à leurs desiderata.
Comme si la France pouvait mieux affronter les grands défis de demain
(dérèglement climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en
comptant sur ses seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace
avec ses partenaires européens. Et c’est sans parler de la complaisance
coupable dont trois des principaux candidats, François Fillon, Marine Le
Pen et Jean- Luc Mélenchon , font preuve à l’égard de régimes qui
bafouent les plus élémentaires des droits de l’homme (la Russie ) quand
ils ne massacrent pas leur peuple (la Syrie ) ».
Sapir "oublie" deux choses pourtant fondamentales :
- Mélenchon ne veut pas sortir de l'UE, en aucun cas, sous aucun
prétexte, il ne veut qu'une chose : le fédéralisme européen,
- Mélenchon est atlantiste, le Front de Gauche est totalement aligné sur
Washington pour ce qui est de la Syrie ou de la Crimée.
Et ça il ne peut pas l'ignorer.
"René Groumal
2017-04-21 14:53:34 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Zulu
Il y a une vie hors de l’UE…
Il convient de lire les « explications » données dans la suite du
papier. On cite ici in extenso : « … huit des onze candidats en lice
envisagent, d’une manière ou d’une autre, de sortir de l’Union
européenne (et de la zone euro) si celle-ci, à commencer par l’Allemagne
, ne se plie pas à leurs desiderata.
Comme si la France pouvait mieux affronter les grands défis de demain
(dérèglement climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en
comptant sur ses seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace
avec ses partenaires européens. Et c’est sans parler de la complaisance
coupable dont trois des principaux candidats, François Fillon, Marine Le
Pen et Jean- Luc Mélenchon , font preuve à l’égard de régimes qui
bafouent les plus élémentaires des droits de l’homme (la Russie ) quand
ils ne massacrent pas leur peuple (la Syrie ) ».
- Mélenchon ne veut pas sortir de l'UE, en aucun cas, sous aucun
prétexte, il ne veut qu'une chose : le fédéralisme européen,
- Mélenchon est atlantiste, le Front de Gauche est totalement aligné sur
Washington pour ce qui est de la Syrie ou de la Crimée.
Et ça il ne peut pas l'ignorer.
Tu n'es qu'un gros menteur récidiviste et il suffit de lire le programme
de JLM et de suivre les vidéos de se chaîne pour s'en convaincre.
Tu es sur ce forum le relais sénile des complotistes de tous poils et de
l'extrême droite monarcho-intégriste .
Dégage vieux troll radoteur !

--
Canta Galet
2017-04-21 15:12:10 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Zulu
Il y a une vie hors de l’UE…
Il convient de lire les « explications » données dans la suite du
papier. On cite ici in extenso : « … huit des onze candidats en lice
envisagent, d’une manière ou d’une autre, de sortir de l’Union
européenne (et de la zone euro) si celle-ci, à commencer par l’Allemagne
, ne se plie pas à leurs desiderata.
Comme si la France pouvait mieux affronter les grands défis de demain
(dérèglement climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en
comptant sur ses seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace
avec ses partenaires européens. Et c’est sans parler de la complaisance
coupable dont trois des principaux candidats, François Fillon, Marine Le
Pen et Jean- Luc Mélenchon , font preuve à l’égard de régimes qui
bafouent les plus élémentaires des droits de l’homme (la Russie ) quand
ils ne massacrent pas leur peuple (la Syrie ) ».
- Mélenchon ne veut pas sortir de l'UE, en aucun cas, sous aucun
prétexte, il ne veut qu'une chose : le fédéralisme européen,
- Mélenchon est atlantiste, le Front de Gauche est totalement aligné sur
Washington pour ce qui est de la Syrie ou de la Crimée.
Et ça il ne peut pas l'ignorer.
Sapir !!!

Mort de rire !

Cet illustre bon à rien d'économiste nous promet, et vous oubliez systématiquement d'en parler, la fin de l'euro pour l'année suivante.
A noter qu'en 2016 il a déclaré, pour la énième fois, la fin de l'euro pour la fin de l'année.

Mais le plus drôle c'est que ce crétin hors catégorie étale sa science en développant toujours le même thème sur l'europe et l'euro pour au final prôner une "entente" avec la Russie.

En fait Sapir n'est rien d'autre qu'un caniche à Poutine qui s'en sert pour vendre sa soupe.

"Il convient alors de chercher des terrains d’entente avec les pays qui, depuis 2008-2009, proposent des éléments de réformes du système monétaire international, soit en premier lieu la Russie et la Chine et, secondairement, le Venezuela et le Brésil. Une entente avec la Russie apparaît comme la priorité dans la mesure ou seule cette dernière est susceptible de nous permettre de contrôler des réactions irraisonnées et irresponsables de la part de l’Allemagne."

Jacques SAPIR
http://j-ai-du-louper-un-episode.hautetfort.com/archive/2010/05/17/2916c6c94e97604a019ef1823165afb0.html
Canta Galet
2017-04-21 15:16:37 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Zulu
Il y a une vie hors de l’UE…
Il convient de lire les « explications » données dans la suite du
papier. On cite ici in extenso : « … huit des onze candidats en lice
envisagent, d’une manière ou d’une autre, de sortir de l’Union
européenne (et de la zone euro) si celle-ci, à commencer par l’Allemagne
, ne se plie pas à leurs desiderata.
Comme si la France pouvait mieux affronter les grands défis de demain
(dérèglement climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en
comptant sur ses seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace
avec ses partenaires européens. Et c’est sans parler de la complaisance
coupable dont trois des principaux candidats, François Fillon, Marine Le
Pen et Jean- Luc Mélenchon , font preuve à l’égard de régimes qui
bafouent les plus élémentaires des droits de l’homme (la Russie ) quand
ils ne massacrent pas leur peuple (la Syrie ) ».
- Mélenchon ne veut pas sortir de l'UE, en aucun cas, sous aucun
prétexte, il ne veut qu'une chose : le fédéralisme européen,
- Mélenchon est atlantiste, le Front de Gauche est totalement aligné sur
Washington pour ce qui est de la Syrie ou de la Crimée.
Et ça il ne peut pas l'ignorer.
Sinon celle-là n'est pas mal non plus où l'on comprend les arrières penaéeds de Sapir vis vis de ses maîtres soviétiques.


Jaques Sapir : Les conditions qui ont été mises au sauvetage de la Grèce risquent de rendre la réalisation du plan européen impossible. Si la Grèce devait sortir de la zone euro, cela fournirait une occasion à la Russie de se déployer dans le sud de l’Europe. Une fois sortie, en effet, la Grèce fera immanquablement défaut et les sommes supplémentaires à débourser pour son sauvetage seront faibles, de 20 à 30 milliards de dollars. Mais l’Europe ne consentira plus à l’aider. La Russie pourrait alors tirer profit de cette situation paradoxale.

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article707
Canta Galet
2017-04-21 15:26:06 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Zulu
Il y a une vie hors de l’UE…
Il convient de lire les « explications » données dans la suite du
papier. On cite ici in extenso : « … huit des onze candidats en lice
envisagent, d’une manière ou d’une autre, de sortir de l’Union
européenne (et de la zone euro) si celle-ci, à commencer par l’Allemagne
, ne se plie pas à leurs desiderata.
Comme si la France pouvait mieux affronter les grands défis de demain
(dérèglement climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en
comptant sur ses seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace
avec ses partenaires européens. Et c’est sans parler de la complaisance
coupable dont trois des principaux candidats, François Fillon, Marine Le
Pen et Jean- Luc Mélenchon , font preuve à l’égard de régimes qui
bafouent les plus élémentaires des droits de l’homme (la Russie ) quand
ils ne massacrent pas leur peuple (la Syrie ) ».
- Mélenchon ne veut pas sortir de l'UE, en aucun cas, sous aucun
prétexte, il ne veut qu'une chose : le fédéralisme européen,
- Mélenchon est atlantiste, le Front de Gauche est totalement aligné sur
Washington pour ce qui est de la Syrie ou de la Crimée.
Et ça il ne peut pas l'ignorer.
Jacques Sapir : "La zone euro ne survivra pas à l’année 2015"

hi hi hi hi hi hi hi hi hi hi hi hi hi hi !

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Jacques-Sapir-La-zone-euro-ne-survivra-pas-a-l-annee-2015-29582.html
Canta Galet
2017-04-21 15:27:33 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Zulu
Il y a une vie hors de l’UE…
Il convient de lire les « explications » données dans la suite du
papier. On cite ici in extenso : « … huit des onze candidats en lice
envisagent, d’une manière ou d’une autre, de sortir de l’Union
européenne (et de la zone euro) si celle-ci, à commencer par l’Allemagne
, ne se plie pas à leurs desiderata.
Comme si la France pouvait mieux affronter les grands défis de demain
(dérèglement climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en
comptant sur ses seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace
avec ses partenaires européens. Et c’est sans parler de la complaisance
coupable dont trois des principaux candidats, François Fillon, Marine Le
Pen et Jean- Luc Mélenchon , font preuve à l’égard de régimes qui
bafouent les plus élémentaires des droits de l’homme (la Russie ) quand
ils ne massacrent pas leur peuple (la Syrie ) ».
- Mélenchon ne veut pas sortir de l'UE, en aucun cas, sous aucun
prétexte, il ne veut qu'une chose : le fédéralisme européen,
- Mélenchon est atlantiste, le Front de Gauche est totalement aligné sur
Washington pour ce qui est de la Syrie ou de la Crimée.
Et ça il ne peut pas l'ignorer.
Sapir = putapoutine !


Jacques Sapir : "François Hollande sera le Président du retour au franc, malgré lui !

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Jacques-Sapir-Francois-Hollande-sera-le-President-du-retour-au-franc-malgre-lui-12187.html
Canta Galet
2017-04-21 15:34:46 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Zulu
Il y a une vie hors de l’UE…
Il convient de lire les « explications » données dans la suite du
papier. On cite ici in extenso : « … huit des onze candidats en lice
envisagent, d’une manière ou d’une autre, de sortir de l’Union
européenne (et de la zone euro) si celle-ci, à commencer par l’Allemagne
, ne se plie pas à leurs desiderata.
Comme si la France pouvait mieux affronter les grands défis de demain
(dérèglement climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en
comptant sur ses seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace
avec ses partenaires européens. Et c’est sans parler de la complaisance
coupable dont trois des principaux candidats, François Fillon, Marine Le
Pen et Jean- Luc Mélenchon , font preuve à l’égard de régimes qui
bafouent les plus élémentaires des droits de l’homme (la Russie ) quand
ils ne massacrent pas leur peuple (la Syrie ) ».
- Mélenchon ne veut pas sortir de l'UE, en aucun cas, sous aucun
prétexte, il ne veut qu'une chose : le fédéralisme européen,
- Mélenchon est atlantiste, le Front de Gauche est totalement aligné sur
Washington pour ce qui est de la Syrie ou de la Crimée.
Et ça il ne peut pas l'ignorer.
Sapir en 2011 :

"Il est clair désormais que dans un certain nombre d’établissements bancaires européens on se prépare à la fin de la zone Euro. Les positions qui seront prises dans les jours qui suivent pourraient avoir des effets cumulatifs."

"l'Euro est désormais entrée dans sa phase terminale, comme cela a été prévu à la fin de 2010."

Sapirlipopette !
Canta Galet
2017-04-21 15:59:33 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Zulu
Il y a une vie hors de l’UE…
Il convient de lire les « explications » données dans la suite du
papier. On cite ici in extenso : « … huit des onze candidats en lice
envisagent, d’une manière ou d’une autre, de sortir de l’Union
européenne (et de la zone euro) si celle-ci, à commencer par l’Allemagne
, ne se plie pas à leurs desiderata.
Comme si la France pouvait mieux affronter les grands défis de demain
(dérèglement climatique, crise migratoire, menace terroriste…) en
comptant sur ses seules forces plutôt que sur un effort commun et tenace
avec ses partenaires européens. Et c’est sans parler de la complaisance
coupable dont trois des principaux candidats, François Fillon, Marine Le
Pen et Jean- Luc Mélenchon , font preuve à l’égard de régimes qui
bafouent les plus élémentaires des droits de l’homme (la Russie ) quand
ils ne massacrent pas leur peuple (la Syrie ) ».
Toi aussi tu oublies une chose fondamentale :
Sapir ne raconte que des conneries.
Pas une seule de ses prédictions ne s'est réalisée depuis bientôt dix ans.

Il s'est planté sur tous les plans sans exception.

Une de ses plus belles conclusions :

On peut donc prédire, sans gros risques de se tromper, que de crise en crise, nous connaîtrons la crise terminale de l’Euro dans l’hiver 2011-2012. La conjonction des temps économiques et politiques, avec les élections présidentielles du printemps 2012 en France, sera redoutable…

http://lebondosage.over-blog.fr/article-jacques-sapir-l-euro-peut-il-encore-etre-sauve-63978240.html

Et comme d'habitude ce "pytromane"(1) nous a annoncé, en janvier 2016 la fin de l'euro pour dans "18 mois".

Donc normalement l'euro en juillet c'est fini !

Connaissant la vacuité de ses analyses et la nullité de ses prédictions "écono-comiques" on est confiant pour l'avenir de l'euro et de lue.


24 JANVIER 2016
Jacques Sapir prédit la fin de l’euro d’ici à 18 mois
Sur l’euro il joue au devin en annonçant:

« Entre la crise grecque et la crise des migrants, chacun a bien compris désormais que l’on ne s’en sortirait pas par davantage de fédéralisme. Tout simplement parce que les peuples n’y sont pas prêts. Dès lors que cette idée s’ancre dans les esprits, la dissolution de l’euro n’est plus qu’une question de temps. (…) S’agissant de l’euro, il est en phase terminale. Cela peut aller très vite, ou prendre un peu plus de temps, mais je dirais que dans les dix-huit mois, la monnaie unique aura cessé d’exister. »

(1) Mythomane qui ne se rend pas compte qu'il est un pitre.
Cardinal de Hère
2017-04-21 18:17:56 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Canta Galet
Sapir ne raconte que des conneries.
Pas une seule de ses prédictions ne s'est réalisée depuis bientôt dix ans.
Il s'est planté sur tous les plans sans exception.
Tu t'imagines que quelqu'un perdrait son temps à lire tes interminables
dégueulis mille fois ressassés et mille fois réfutés...

Loading...