Discussion:
Une Tesla électrique émet plus de CO2 qu'une citadine essence
Add Reply
Quidam, le chien propre
2017-11-10 10:52:03 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
http://www.caradisiac.com/etude-une-tesla-model-s-emet-plus-de-co2-qu-une-citadine-essence-164056.htm


Pas d'échappement ne veut pas forcément dire rejets de CO2 nuls. La
preuve avec cette étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology)
qui annonce qu'en tenant compte du cycle complet (production d'énergie,
consommation du véhicule), une Tesla Model S émet plus de CO2 qu'une
citadine essence. Et même si elle est mieux placée qu'une BMW 750i,
l'américaine n'en reste pas moins gourmande.

...

Le Massachusetts Institute of Technology vient de publier une étude
intéressante dans laquelle on apprend qu'une Tesla Model S émet 226 g/km
de CO2, en prenant tout le cycle complet (le MIT s'est toutefois basé
sur une Model S située dans le Midwest américain, où l'électricité est
en partie faite à partir d'énergie fossile).

C'est bien plus qu'une citadine essence, comme la Mitsubishi Mirage, qui
est évaluée à 192 g/km. Bien évidemment, les gabarits et les
performances sont très éloignés, mais ce qu'il est intéressant de noter
est que le bilan CO2 de la Mirage en cycle complet n’est finalement pas
si éloigné que cela de l'homologation officielle de l'auto (100 g/km),
uniquement à l'usage, sans tenir compte de la production d'énergie.

Le MIT est allé jusqu'à tester une troisième auto : la BMW 750i xDrive.
Un gros bébé de plus de deux tonnes doté d'un V8 4.4 biturbo de 450 ch,
qui émet... 358 g/km de CO2 en cycle complet. Certes, c'est plus qu'une
Tesla Model S, mais nous ne sommes pas sur des chiffres fous, dix fois
supérieurs à ceux de la berline électrique. Comme quoi, tant que l'on
n'aura pas résolu le problème de la production d'énergie électrique,
nous tournerons toujours en rond, mais avec des kilos de lithium à
gérer. Rappelons à ce sujet qu'un véhicule comme une Tesla Model S,
disposant de 100 kWh, nécessite l'équivalent de 10 kg de cobalt (un
métal dont l'extraction est aujourd'hui un petit désastre écologique) et
60 kg de lithium.
--

Paul Aubrin
2017-11-10 11:08:35 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Quidam, le chien propre
Le Massachusetts Institute of Technology vient de publier une étude
intéressante dans laquelle on apprend qu'une Tesla Model S émet 226 g/km
de CO2, en prenant tout le cycle complet (le MIT s'est toutefois basé
sur une Model S située dans le Midwest américain, où l'électricité est
en partie faite à partir d'énergie fossile).
L'intérêt de la voiture électrique en ville est de réduire de moitié la
production de particules fines, in situ. Il ne reste plus que celle
produites par les freins et les pneus.

Sinon, la voiture électrique est obérée par la faible densité des
batteries. C'est d'ailleurs le cas pour toutes les applications de
transport pour lesquelles le poids est un handicap.
La voiture électrique à batterie est, pour encore longtemps, un caprice
d'écolos peu au fait des contraintes technologiques.

Quant aux réductions d'émissions de CO2, c'est une goutte d'eau dans
l'océan: même si il advenait que les engagements de l'accord de Paris sur
le climat soient tenus (et ce serait un miracle), la réduction de
température se compterait en centièmes de degrés centigrades. Autant dire
que les centaines de milliards engagés pour un résultat aussi négligeable
pourraient bien plus efficacement être utilisés pour l'adaptation.
Noski
2017-11-10 12:02:18 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Autant dire que les centaines de milliards engagés pour un résultat aussi négligeable
pourraient bien plus efficacement être utilisés pour l'adaptation.
Certes mais ce ne serait pas les même entités qui engrangeraient les
bénéfices donc les "tenants" actuels défendent leur pré carré.
l***@wanadoo.fr
2017-11-10 12:19:29 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Quidam, le chien propre
Le Massachusetts Institute of Technology vient de publier une étude
intéressante dans laquelle on apprend qu'une Tesla Model S émet 226 g/km
de CO2, en prenant tout le cycle complet (le MIT s'est toutefois basé
sur une Model S située dans le Midwest américain, où l'électricité est
en partie faite à partir d'énergie fossile).
L'intérêt de la voiture électrique en ville est de réduire de moitié la
production de particules fines, in situ. Il ne reste plus que celle
produites par les freins et les pneus.
Sinon, la voiture électrique est obérée par la faible densité des
batteries. C'est d'ailleurs le cas pour toutes les applications de
transport pour lesquelles le poids est un handicap.
La voiture électrique à batterie est, pour encore longtemps, un caprice
d'écolos peu au fait des contraintes technologiques.
Quant aux réductions d'émissions de CO2, c'est une goutte d'eau dans
l'océan: même si il advenait que les engagements de l'accord de Paris sur
le climat soient tenus (et ce serait un miracle), la réduction de
température se compterait en centièmes de degrés centigrades. Autant dire
que les centaines de milliards engagés pour un résultat aussi négligeable
pourraient bien plus efficacement être utilisés pour l'adaptation.
Mais pourquoi utiliser du lithium ? Chaque sous-marin allemand coulé pendant WWII contenait environ 200 tonnes de plomb pour ses batteries ! Il faut les renflouer et récupérer le plomb qui est un polluant majeur !
--
L.C.
jmh outside
2017-11-10 13:39:06 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Le vendredi 10 novembre 2017 12:08:37 UTC+1, Paul Aubrin a écrit =
Le Fri, 10 Nov 2017 11:52:03 +0100, Quidam, le chien propre a
écrit=
Post by Quidam, le chien propre
Le Massachusetts Institute of Technology vient de publier une
étud=
e
Post by Quidam, le chien propre
intéressante dans laquelle on apprend qu'une Tesla Model S ém=
et 226 g/km
Post by Quidam, le chien propre
de CO2, en prenant tout le cycle complet (le MIT s'est
toutefois bas=

Post by Quidam, le chien propre
sur une Model S située dans le Midwest américain, où l'=
électricité est
Post by Quidam, le chien propre
en partie faite à partir d'énergie fossile).
L'intérêt de la voiture électrique en ville est de ré=
duire de moitié la
production de particules fines, in situ. Il ne reste plus que celle
produites par les freins et les pneus.
Sinon, la voiture électrique est obérée par la faible dens=
ité des
batteries. C'est d'ailleurs le cas pour toutes les applications de
transport pour lesquelles le poids est un handicap.
La voiture électrique à batterie est, pour encore longtemps, un=
caprice
d'écolos peu au fait des contraintes technologiques.
Quant aux réductions d'émissions de CO2, c'est une goutte d'eau=
dans
l'océan: même si il advenait que les engagements de l'accord de=
Paris sur
le climat soient tenus (et ce serait un miracle), la réduction de
température se compterait en centièmes de degrés centigrad=
es. Autant dire
égligeable
pourraient bien plus efficacement être utilisés pour l'adaptati=
on.
Mais pourquoi utiliser du lithium ? Chaque sous-marin allemand
coulé p=
endant WWII contenait environ 200 tonnes de plomb pour ses
batteries ! Il =
faut les renflouer et récupérer le plomb qui est un polluant maje=
ur !
Voilà, comme à votre habitude vous remettez la faute sur les
Allemands....dites moi donc qui sont les gens qui ont coulé ces
bateaux?
Ascadix
2017-11-10 19:20:23 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Quidam, le chien propre
http://www.caradisiac.com/etude-une-tesla-model-s-emet-plus-de-co2-qu-une-citadine-essence-164056.htm
Pas d'échappement ne veut pas forcément dire rejets de CO2 nuls. La preuve
avec cette étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology) qui annonce
qu'en tenant compte du cycle complet (production d'énergie, consommation du
véhicule), une Tesla Model S émet plus de CO2 qu'une citadine essence. Et
même si elle est mieux placée qu'une BMW 750i, l'américaine n'en reste pas
moins gourmande.
...
Le Massachusetts Institute of Technology vient de publier une étude
intéressante dans laquelle on apprend qu'une Tesla Model S émet 226 g/km de
CO2, en prenant tout le cycle complet (le MIT s'est toutefois basé sur une
Model S située dans le Midwest américain, où l'électricité est en partie
faite à partir d'énergie fossile).
C'est bien plus qu'une citadine essence, comme la Mitsubishi Mirage, qui est
évaluée à 192 g/km. Bien évidemment, les gabarits et les performances sont
très éloignés, mais ce qu'il est intéressant de noter est que le bilan CO2 de
la Mirage en cycle complet n’est finalement pas si éloigné que cela de
l'homologation officielle de l'auto (100 g/km), uniquement à l'usage, sans
tenir compte de la production d'énergie.
Le MIT est allé jusqu'à tester une troisième auto : la BMW 750i xDrive. Un
gros bébé de plus de deux tonnes doté d'un V8 4.4 biturbo de 450 ch, qui
émet... 358 g/km de CO2 en cycle complet. Certes, c'est plus qu'une Tesla
Model S, mais nous ne sommes pas sur des chiffres fous, dix fois supérieurs à
ceux de la berline électrique. Comme quoi, tant que l'on n'aura pas résolu le
problème de la production d'énergie électrique, nous tournerons toujours en
rond, mais avec des kilos de lithium à gérer. Rappelons à ce sujet qu'un
véhicule comme une Tesla Model S, disposant de 100 kWh, nécessite
l'équivalent de 10 kg de cobalt (un métal dont l'extraction est aujourd'hui
un petit désastre écologique) et 60 kg de lithium.
ça serait chouette d'avoir une comparaison complémentaire avec la
toyota pile à combustible ...

évidement, il faudrait modifier le cycle actuel abérant de production
d'hydrogéne à coup de cracking de pétrole, et par ex affecter les
éoliennes à la production d'hydrogéne sur place au pied des fermes
éoliennes, en tirant profit au maximum des périodes venteuses, et sans
mettre en danger la stabilité des grilles électriques ...

Mais bon, j'ai peu d'illusion sur la volonté politique d'élargir les
recherches en dehors des couloirs tracés par les gros intérets marketin
gs/boursiers/politiciens à cours terme.
--
@+
Ascadix
adresse @mail valide, mais ajoutez "sesame" dans l'objet pour que ça
arrive.
Cardinal de Hère
2017-11-10 20:33:13 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Quidam, le chien propre
http://www.caradisiac.com/etude-une-tesla-model-s-emet-plus-de-co2-qu-une-citadine-essence-164056.htm
Pas d'échappement ne veut pas forcément dire rejets de CO2 nuls. La
preuve avec cette étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology)
qui annonce qu'en tenant compte du cycle complet (production d'énergie,
consommation du véhicule), une Tesla Model S émet plus de CO2 qu'une
citadine essence. Et même si elle est mieux placée qu'une BMW 750i,
l'américaine n'en reste pas moins gourmande.
Sauf si presque toute l'électricité est produite de manière propre avec
le nucléaire de quatrième génération, sans rejet de CO2 ni d'émission de
substances radioactives. Le bon mix énergétique c'est 85% de nucléaire
de troisième et quatrième générations, 15% d'hydraulique, 0% de charbon,
pétrole, éolien, solaire etc.
Quidam, le chien propre
2017-11-10 20:38:02 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Quidam, le chien propre
http://www.caradisiac.com/etude-une-tesla-model-s-emet-plus-de-co2-qu-une-citadine-essence-164056.htm
Pas d'échappement ne veut pas forcément dire rejets de CO2 nuls. La
preuve avec cette étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology)
qui annonce qu'en tenant compte du cycle complet (production
d'énergie, consommation du véhicule), une Tesla Model S émet plus de
CO2 qu'une citadine essence. Et même si elle est mieux placée qu'une
BMW 750i, l'américaine n'en reste pas moins gourmande.
Sauf si presque toute l'électricité est produite de manière propre avec
le nucléaire de quatrième génération, sans rejet de CO2 ni d'émission de
substances radioactives. Le bon mix énergétique c'est 85% de nucléaire
de troisième et quatrième générations, 15% d'hydraulique, 0% de charbon,
pétrole, éolien, solaire etc.
Il faut un bouclier anti-écologistes à propulsion nucléaire.
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Paul Aubrin
2017-11-10 21:02:40 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Quidam, le chien propre
http://www.caradisiac.com/etude-une-tesla-model-s-emet-plus-de-co2-qu-
une-citadine-essence-164056.htm
Post by Cardinal de Hère
Post by Quidam, le chien propre
Pas d'échappement ne veut pas forcément dire rejets de CO2 nuls. La
preuve avec cette étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology)
qui annonce qu'en tenant compte du cycle complet (production d'énergie,
consommation du véhicule), une Tesla Model S émet plus de CO2 qu'une
citadine essence. Et même si elle est mieux placée qu'une BMW 750i,
l'américaine n'en reste pas moins gourmande.
Sauf si presque toute l'électricité est produite de manière propre avec
le nucléaire de quatrième génération, sans rejet de CO2 ni d'émission de
substances radioactives. Le bon mix énergétique c'est 85% de nucléaire
de troisième et quatrième générations, 15% d'hydraulique, 0% de charbon,
pétrole, éolien, solaire etc.
Le problème des véhicules électriques est la faible densité énergétique
des batteries. C'est la raison pour laquelle, malgré l'utilisation de
batteries chères, les automobiles électriques ont des autonomie réelles
très limitées en conditions réelles. Pour avoir assez d'autonomie, elles
doivent être lourdes. Si elles sont lourdes, il faut consacrer une partie
de cette énergie pour soulever les batteries (Ep=mgh) et pour les
accélérer (Ec=1/2mv2).

Un autre inconvénient est le temps de remplissage des batteries.
Contrairement au remplissage d'un réservoir de carburant pour lequel la
pompe transfère pour presque rien l'équivalent de plusieurs mégawatts
d'énergie dans le réservoir, la charge d'une batterie est consiste à
créer de la vraie énergie chimiquement dans la batterie. Dans votre
garage, votre prise ne délivrera pas plus d'une douzaine de kW. De toutes
façon, charger trop vite détruirait la batterie. C'est la raison pour
laquelle les temps de recharge sont considérablement plus longs que les
temps de remplissage d'un réservoir de carburant (2 ou 3 minutes), au
minimum de l'ordre de la demi-heure. Sans compter qu'avec une autonomie
d'un tiers ou d'un quart, il faudra refaire le plein 3 ou 4 fois plus
souvent.
Si une station service d'autoroute a 8 postes de remplissage de
carburant, une station de recharge devra en avoir au minimum 30 à 60 fois
plus (240 à 480). Et les jours d'affluence, la théorie des files
d'attente dit que le temps d'attente pour avoir un poste est
proportionnel au temps de service: 3 minutes pour une pompe, 30 minutes
pour un poste de recharge. Si le nombre de postes est sous dimensionné,
la longueur de la file d'attente explose. Si un jour d'affluence 90% des
postes sont utilisés en moyenne, le temps d'attente est multiplié par 10
(20 minute pour une pompe, 5 heures pour un poste de recharge).
Cardinal de Hère
2017-11-10 21:33:20 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Quidam, le chien propre
Post by Cardinal de Hère
Post by Quidam, le chien propre
http://www.caradisiac.com/etude-une-tesla-model-s-emet-plus-de-co2-qu-
une-citadine-essence-164056.htm
Post by Cardinal de Hère
Post by Quidam, le chien propre
Pas d'échappement ne veut pas forcément dire rejets de CO2 nuls. La
preuve avec cette étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology)
qui annonce qu'en tenant compte du cycle complet (production d'énergie,
consommation du véhicule), une Tesla Model S émet plus de CO2 qu'une
citadine essence. Et même si elle est mieux placée qu'une BMW 750i,
l'américaine n'en reste pas moins gourmande.
Sauf si presque toute l'électricité est produite de manière propre avec
le nucléaire de quatrième génération, sans rejet de CO2 ni d'émission de
substances radioactives. Le bon mix énergétique c'est 85% de nucléaire
de troisième et quatrième générations, 15% d'hydraulique, 0% de charbon,
pétrole, éolien, solaire etc.
Le problème des véhicules électriques est la faible densité énergétique
des batteries. C'est la raison pour laquelle, malgré l'utilisation de
batteries chères, les automobiles électriques ont des autonomie réelles
très limitées en conditions réelles. Pour avoir assez d'autonomie, elles
doivent être lourdes. Si elles sont lourdes, il faut consacrer une partie
de cette énergie pour soulever les batteries (Ep=mgh) et pour les
accélérer (Ec=1/2mv2).
Un autre inconvénient est le temps de remplissage des batteries.
Contrairement au remplissage d'un réservoir de carburant pour lequel la
pompe transfère pour presque rien l'équivalent de plusieurs mégawatts
d'énergie dans le réservoir, la charge d'une batterie est consiste à
créer de la vraie énergie chimiquement dans la batterie. Dans votre
garage, votre prise ne délivrera pas plus d'une douzaine de kW. De toutes
façon, charger trop vite détruirait la batterie. C'est la raison pour
laquelle les temps de recharge sont considérablement plus longs que les
temps de remplissage d'un réservoir de carburant (2 ou 3 minutes), au
minimum de l'ordre de la demi-heure. Sans compter qu'avec une autonomie
d'un tiers ou d'un quart, il faudra refaire le plein 3 ou 4 fois plus
souvent.
Si une station service d'autoroute a 8 postes de remplissage de
carburant, une station de recharge devra en avoir au minimum 30 à 60 fois
plus (240 à 480). Et les jours d'affluence, la théorie des files
d'attente dit que le temps d'attente pour avoir un poste est
proportionnel au temps de service: 3 minutes pour une pompe, 30 minutes
pour un poste de recharge. Si le nombre de postes est sous dimensionné,
la longueur de la file d'attente explose. Si un jour d'affluence 90% des
postes sont utilisés en moyenne, le temps d'attente est multiplié par 10
(20 minute pour une pompe, 5 heures pour un poste de recharge).
Au lieu d'attendre la recharge de leur batterie les gens laissent leur
batterie vide et repartent avec une batterie chargée. C'est encore plus
rapide que le plein d'essence. Ensuite il faut organiser un réseau de
stations-recharges suffisamment dense pour que les voitures électriques
puissent s'approvisionner sans problème. Les voitures pourraient avoir
deux batteries : une fournie avec la voiture et qui permettrait de
dépanner au cas où l'autre serait déchargée et une autre batterie
échangeable que l'automobiliste se procurerait à la station-recharge. La
batterie fournie avec la voiture pourrait être rechargée chaque fois que
l'automobile est à l'arrêt de manière durable et l'autre batterie serait
rechargée dans les stations-recharges.

Avec un peu d'astuce et une bonne organisation il doit être possible de
résoudre tous les problèmes et d'en finir avec le moteur à explosion. Et
en plus ça créerait des emplois en grand nombre.
Paul Aubrin
2017-11-10 21:54:06 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Avec un peu d'astuce et une bonne organisation il doit être possible de
résoudre tous les problèmes et d'en finir avec le moteur à explosion. Et
en plus ça créerait des emplois en grand nombre.
Il y a une solution qui crée des emplois en grand nombre: le cheval, il
faut le nourrir, le bouchonner, le ferrer, fabriquer des mors, des
rennes, il faut des palefreniers, des cochers. C'était parfait du temps
où les gens aisés avaient de nombreux domestiques.
Cardinal de Hère
2017-11-10 22:56:23 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
Avec un peu d'astuce et une bonne organisation il doit être possible de
résoudre tous les problèmes et d'en finir avec le moteur à explosion. Et
en plus ça créerait des emplois en grand nombre.
Il y a une solution qui crée des emplois en grand nombre: le cheval, il
faut le nourrir, le bouchonner, le ferrer, fabriquer des mors, des
rennes, il faut des palefreniers, des cochers. C'était parfait du temps
où les gens aisés avaient de nombreux domestiques.
Ce n'est pas comme si la main d'oeuvre constituait une denrée rare,
n'est-ce pas ? Il y a en France sans doute pas loin de 10 millions de
personnes inactives en âge de travailler.
Mamamouchi de Ripoublique Française
2017-11-11 00:06:40 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Dans une tesla S, y a une ecurie de 700 chevaux, tu peux imaginer le nombre de pafrenier ?
Paul Aubrin
2017-11-11 06:10:34 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
Avec un peu d'astuce et une bonne organisation il doit être possible
de résoudre tous les problèmes et d'en finir avec le moteur à
explosion. Et en plus ça créerait des emplois en grand nombre.
Il y a une solution qui crée des emplois en grand nombre: le cheval, il
faut le nourrir, le bouchonner, le ferrer, fabriquer des mors, des
rennes, il faut des palefreniers, des cochers. C'était parfait du temps
où les gens aisés avaient de nombreux domestiques.
Ce n'est pas comme si la main d'oeuvre constituait une denrée rare,
n'est-ce pas ? Il y a en France sans doute pas loin de 10 millions de
personnes inactives en âge de travailler.
Avoir une nombreuse domesticité pour avoir le droit de se déplacer est un
peu en contradiction avec le souhait de réduire les inégalités sociales.
Quidam, le chien propre
2017-11-10 22:59:58 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Paul Aubrin
Post by Cardinal de Hère
Avec un peu d'astuce et une bonne organisation il doit être possible de
résoudre tous les problèmes et d'en finir avec le moteur à explosion. Et
en plus ça créerait des emplois en grand nombre.
Il y a une solution qui crée des emplois en grand nombre: le cheval, il
faut le nourrir, le bouchonner, le ferrer, fabriquer des mors, des
rennes, il faut des palefreniers, des cochers. C'était parfait du temps
où les gens aisés avaient de nombreux domestiques.
En plus, un fer à cheval, ça porte bonheur.
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
anyone
2017-11-11 09:11:30 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Cardinal de Hère
Au lieu d'attendre la recharge de leur batterie les gens laissent leur
batterie vide et repartent avec une batterie chargée
Il aura fallu les recharger avant, c'est le même problème.
Puis commercialement cette solution semble foireuse: échanger une
batterie neuve contre une autre en fin de vie n'est probablement pas une
bonne affaire...

C'est encore plus
Post by Cardinal de Hère
rapide que le plein d'essence.
Ha bon, ça existe?

Ensuite il faut organiser un réseau de
Post by Cardinal de Hère
stations-recharges suffisamment dense pour que les voitures électriques
puissent s'approvisionner sans problème.
Vi yaka ! quel est le cout de ce réseau?
Paul Aubrin
2017-11-11 09:16:03 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by anyone
Post by Cardinal de Hère
Au lieu d'attendre la recharge de leur batterie les gens laissent leur
batterie vide et repartent avec une batterie chargée
Il aura fallu les recharger avant, c'est le même problème.
Puis commercialement cette solution semble foireuse: échanger une
batterie neuve contre une autre en fin de vie n'est probablement pas une
bonne affaire...
C'est encore plus
Post by Cardinal de Hère
rapide que le plein d'essence.
Ha bon, ça existe?
Ca a été envisagé. Mais cela ne semble pas avoir eu de débouchés
pratiques.
Les batteries pèsent des centaines de kilos, ont des formes différentes
selon les modèles de voitures et ne sont pas démontables facilement.
Je doutes que la manutention de centaines de batteries pesant des
centaines de kilogrammes soit aussi simple que de verser 50 l de liquide
d'un réservoir dans un autre.
Post by anyone
Ensuite il faut organiser un réseau de
Post by Cardinal de Hère
stations-recharges suffisamment dense pour que les voitures électriques
puissent s'approvisionner sans problème.
Vi yaka ! quel est le cout de ce réseau?
Mamamouchi de Ripoublique Française
2017-11-10 22:19:31 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
: le MIT s'est toutefois basé
: sur une Model S située dans le Midwest
: américain, où l'électricité est
: en partie faite à partir d'énergie
: fossile).

Moi aussi, les faux cils de ma voisine le donne de l'energie
Mamamouchi de Ripoublique Française
2017-11-10 22:33:39 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
: le MIT s'est toutefois basé
: sur une Model S située dans le Midwest
: américain, où l'électricité est
: en partie faite à partir d'énergie
: fossile).

Moi aussi, les faux cils de ma voisine me donnent de l'énergie
Mamamouchi de Ripoublique Française
2017-11-10 22:30:43 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Ouais bon, la Tesla S c'est tout de même 700ch.
Pour le poids d'une berline.

Et si on la branche sur un reseau a energie durable, ca fait un vehicule efficace sans aucune production de co2
Loading...