Discussion:
Coup d’État au Vatican
Add Reply
z***@gmail.com
2017-02-02 19:11:25 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
WikiLeaks : Clinton, Obama, Soros ont renversé le Pape Benoît XVI lors d’un coup d’État au Vatican. Un groupe de dirigeants laïcs catholiques ont demandé au Président Trump d’enquêter pour savoir si Soros, Obama et Clinton ont bien organisé un coup d’État au Vatican pour installer le gauchiste radical François. Selon un groupe de dirigeants catholiques qui citent des preuves de diverses sources, en particulier de courriels ébruités par WikiLeaks, George Soros, Barack Obama et Hillary Clinton ont orchestré un coup d’État au Vatican pour renverser le pape conservateur Benoît XVI et le remplacer par le gauchiste radical François.

Avant de démissionner inopinément dans des circonstances inhabituelles, le Pape Benoît XVI a régné sur l’Église catholique de 2005 à 2013. Devenu le premier pape démissionnaire depuis le Pape Grégoire XII en 1415, Benoît est largement considéré comme le premier à avoir fait cela de sa propre initiative depuis le Pape Célestin V en 1294.
Toujours est-il que le groupe de dirigeants catholiques cite de nouvelles preuves découvertes dans les courriels divulgués par WikiLeaks, pour affirmer que le Pape conservateur Benoît n’a pas vraiment démissionné de sa propre initiative, mais a été poussé hors du Vatican par un coup d’État qualifié de « Printemps catholique » par les dirigeants catholiques.
Se servant de l’appareil diplomatique et du pouvoir politique et financier des USA, par la contrainte, la corruption et le chantage, Soros, Obama et Clinton ont imposé un « changement de régime » dans l’Église catholique romaine, afin de remplacer le Pape conservateur Benoît XVI par le Pape François qui, au grand étonnement des Catholiques du monde, est devenu depuis lors un improbable porte-parole du gauchisme international.
Les dirigeants catholiques ont envoyé une lettre au Président Trump, pour l’exhorter à lancer une enquête officielle sur les activités de George Soros, Barack Obama, Hillary Clinton (et d’autres), qui sont, selon eux, impliqués dans l’orchestration du printemps catholique qui a atteint son but : « changer le régime » au Vatican.
Les dirigeants catholiques citent huit questions précises auxquelles ils ont répondu concernant les événements suspects qui ont conduit le Pape Benoît XVI à la démission, la première abdication pontificale en 700 ans.
« Nous avons des raisons précises de penser que le ‘changement de régime’ au Vatican a été conçu par l’administration Obama, » disent les pétitionnaires, dans leur lettre du 20 janvier au président Trump.
Loading Image...
« Lors de la troisième année du premier mandat de l’administration Obama, nous avons été alarmés de découvrir que la Secrétaire d’État, Hillary Clinton, et d’autres responsables auxquels elle était associée, proposaient une ‘révolution’ catholique pour faire disparaître définitivement ce qui restait de l’Église catholique en Amérique. »
La lettre inclut des liens vers des documents et des informations qui mettent en évidence leurs affirmations. Elle attire d’abord l’attention sur des courriels de la clique mal famée Soros, Clinton et Podesta, qui ont été divulgués l’an dernier par WikiLeaks. Dans ces courriels, Podesta et les autres « progressistes » parlent de changer le régime de l’Église catholique, qu’ils qualifient de « dictature du Moyen Âge », pour l’éliminer.
À propos des courriels de Podesta concernant cela, voici ce qu’écrivait The New American en octobre dernier :
Dans un courriel de 2011, Podesta, conseiller et confident depuis des lustres de Mme Clinton et principal activiste trié sur le volet du sponsor de la gauche George Soros, a révélé que lui et d’autres activistes travaillent à la révolution d’un « Printemps catholique » dans l’Église catholique. L’allusion aux désastreux coups d’État des printemps arabes – organisés cette même année par l’équipe Obama-Clinton-Soros, qui ont déstabilisé le Moyen-Orient et amené des régimes islamistes radicaux et des groupes terroristes au pouvoir dans la région – est manifeste. Le courriel de Podesta répond à celui d’un autre extrémiste financé par Soros, Sandy Newman, fondateur du « progressiste » Voices for Progress. Newman demande à Podesta des conseils sur le meilleur moyen de « semer des germes de révolution » dans la « dictature du Moyen Âge ».
Dans leur lettre au Président Trump, voici ce qu’écrivent les dirigeants catholiques : « Environ un an après ces échanges par courriel, qui n’ont jamais été destinés à être rendus publics, nous avons constaté que le Pape Benoît XVI a abdiqué dans des circonstances fort inhabituelles, et a été remplacé par un Pape dont la mission consiste apparemment à donner un cachet spirituel au programme idéologique radical de la gauche internationale. Ensuite, le pontificat de François a remis en cause sa propre légitimité en de multiples occasions.
« Au cours de la campagne présidentielle de 2016, nous avons été étonnés de voir le Pape François faire campagne contre les politiques que vous proposiez à propos de la sécurisation de nos frontières, allant même jusqu’à insinuer que vous n’étiez pas chrétien. Nous avons apprécié votre réponse prompte et sans équivoque à cette accusation honteuse.
« Nous restons perplexes devant le comportement de ce pape bourré d’idéologie, dont la mission semble être de porter des programmes laïques de gauche, plutôt que de guider l’Église catholique dans sa mission sacrée, » ont-ils écrit pour exprimer la pensée des millions de catholiques autour du monde, stupéfaits par l’idéologie gauchiste du Pape François. « S’impliquer dans la politique au point qu’il soit considéré leader de la gauche internationale, n’est tout simplement pas un rôle convenable pour un pape.
« Gardant tout cela à l’esprit et souhaitant ce qu’il y a de mieux pour notre pays ainsi que pour les Catholiques du monde entier, en tant que Catholiques loyaux et bien renseignés des USA, nous estimons de notre responsabilité de vous adresser cette pétition afin que vous autorisiez une enquête sur les questions suivantes :
– À quelle fin la National Security Agency a-t-elle surveillé le conclave qui a élu le Pape François ?
– Quelles autres opérations secrètes ont été menées par des agents du gouvernement US à propos de la démission du Pape Benoît XVI ou du conclave qui a élu le Pape François ?
– Des agents du gouvernement US ont-ils eu des contacts avec la ‘Mafia du Cardinal Danneels’ ?
– Les transactions monétaires internationales avec le Vatican ont été suspendues au cours des derniers jours précédant la démission du Pape Benoît XVI. Des organismes gouvernementaux US s’en sont-ils mêlés ?
– Pourquoi les transactions monétaires internationales ont-elles repris le 12 février 2013, le lendemain de la démission de Benoît XVI ? Était-ce pure coïncidence ?
– Quelles mesures, s’il en est, ont été prises réellement par John Podesta, Hillary Clinton et les autres personnes liées à l’administration Obama qui ont participé aux échanges de courriels proposant de fomenter un ‘printemps catholique’ ?
– Quel était le but et la nature de la rencontre secrète au Vatican entre le vice-Président Joseph Biden et le Pape Benoît XVI, autour du 3 juin 2011 ?
– Quels sont les rôles joués par George Soros et les autres financiers internationaux qui résident actuellement sur le territoire des USA ? »
Cette enquête, demandée au Président Trump par les dirigeants catholiques, devrait intéresser le monde au-delà des milieux catholiques. La capacité de George Soros à coopter des personnalités politiques de premier plan pour favoriser ses plans radicaux visant les États-nations, est bien connue ; mais sa capacité à forcer le « changement de régime » dans l’Église catholique, une institution jusqu’alors impénétrable de l’extérieur, soulève de sérieuses questions quant à son potentiel de semeur de chaos planétaire. Il faudrait que l’enquête – et le châtiment – commencent tout de suite.
"Ugly Barrow &$*"@!
2017-02-02 19:13:57 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by z***@gmail.com
WikiLeaks : Clinton, Obama, Soros ont renversé le Pape Benoît XVI lors d’un coup d’État au Vatican. Un groupe de dirigeants laïcs catholiques ont demandé au Président Trump d’enquêter pour savoir si Soros, Obama et Clinton ont bien organisé un coup d’État au Vatican pour installer le gauchiste radical François. Selon un groupe de dirigeants catholiques qui citent des preuves de diverses sources, en particulier de courriels ébruités par WikiLeaks, George Soros, Barack Obama et Hillary Clinton ont orchestré un coup d’État au Vatican pour renverser le pape conservateur Benoît XVI et le remplacer par le gauchiste radical François.
François Fillon doit rétablir Benoît XVI et châtier l'argent de la
spéculation et du vice.
Post by z***@gmail.com
Avant de démissionner inopinément dans des circonstances inhabituelles, le Pape Benoît XVI a régné sur l’Église catholique de 2005 à 2013. Devenu le premier pape démissionnaire depuis le Pape Grégoire XII en 1415, Benoît est largement considéré comme le premier à avoir fait cela de sa propre initiative depuis le Pape Célestin V en 1294.
Toujours est-il que le groupe de dirigeants catholiques cite de nouvelles preuves découvertes dans les courriels divulgués par WikiLeaks, pour affirmer que le Pape conservateur Benoît n’a pas vraiment démissionné de sa propre initiative, mais a été poussé hors du Vatican par un coup d’État qualifié de « Printemps catholique » par les dirigeants catholiques.
Se servant de l’appareil diplomatique et du pouvoir politique et financier des USA, par la contrainte, la corruption et le chantage, Soros, Obama et Clinton ont imposé un « changement de régime » dans l’Église catholique romaine, afin de remplacer le Pape conservateur Benoît XVI par le Pape François qui, au grand étonnement des Catholiques du monde, est devenu depuis lors un improbable porte-parole du gauchisme international.
Les dirigeants catholiques ont envoyé une lettre au Président Trump, pour l’exhorter à lancer une enquête officielle sur les activités de George Soros, Barack Obama, Hillary Clinton (et d’autres), qui sont, selon eux, impliqués dans l’orchestration du printemps catholique qui a atteint son but : « changer le régime » au Vatican.
Les dirigeants catholiques citent huit questions précises auxquelles ils ont répondu concernant les événements suspects qui ont conduit le Pape Benoît XVI à la démission, la première abdication pontificale en 700 ans.
« Nous avons des raisons précises de penser que le ‘changement de régime’ au Vatican a été conçu par l’administration Obama, » disent les pétitionnaires, dans leur lettre du 20 janvier au président Trump.
http://www.remnantnewspaper.com/web/images/trump_francis.jpg
« Lors de la troisième année du premier mandat de l’administration Obama, nous avons été alarmés de découvrir que la Secrétaire d’État, Hillary Clinton, et d’autres responsables auxquels elle était associée, proposaient une ‘révolution’ catholique pour faire disparaître définitivement ce qui restait de l’Église catholique en Amérique. »
La lettre inclut des liens vers des documents et des informations qui mettent en évidence leurs affirmations. Elle attire d’abord l’attention sur des courriels de la clique mal famée Soros, Clinton et Podesta, qui ont été divulgués l’an dernier par WikiLeaks. Dans ces courriels, Podesta et les autres « progressistes » parlent de changer le régime de l’Église catholique, qu’ils qualifient de « dictature du Moyen Âge », pour l’éliminer.
Dans un courriel de 2011, Podesta, conseiller et confident depuis des lustres de Mme Clinton et principal activiste trié sur le volet du sponsor de la gauche George Soros, a révélé que lui et d’autres activistes travaillent à la révolution d’un « Printemps catholique » dans l’Église catholique. L’allusion aux désastreux coups d’État des printemps arabes – organisés cette même année par l’équipe Obama-Clinton-Soros, qui ont déstabilisé le Moyen-Orient et amené des régimes islamistes radicaux et des groupes terroristes au pouvoir dans la région – est manifeste. Le courriel de Podesta répond à celui d’un autre extrémiste financé par Soros, Sandy Newman, fondateur du « progressiste » Voices for Progress. Newman demande à Podesta des conseils sur le meilleur moyen de « semer des germes de révolution » dans la « dictature du Moyen Âge ».
Dans leur lettre au Président Trump, voici ce qu’écrivent les dirigeants catholiques : « Environ un an après ces échanges par courriel, qui n’ont jamais été destinés à être rendus publics, nous avons constaté que le Pape Benoît XVI a abdiqué dans des circonstances fort inhabituelles, et a été remplacé par un Pape dont la mission consiste apparemment à donner un cachet spirituel au programme idéologique radical de la gauche internationale. Ensuite, le pontificat de François a remis en cause sa propre légitimité en de multiples occasions.
« Au cours de la campagne présidentielle de 2016, nous avons été étonnés de voir le Pape François faire campagne contre les politiques que vous proposiez à propos de la sécurisation de nos frontières, allant même jusqu’à insinuer que vous n’étiez pas chrétien. Nous avons apprécié votre réponse prompte et sans équivoque à cette accusation honteuse.
« Nous restons perplexes devant le comportement de ce pape bourré d’idéologie, dont la mission semble être de porter des programmes laïques de gauche, plutôt que de guider l’Église catholique dans sa mission sacrée, » ont-ils écrit pour exprimer la pensée des millions de catholiques autour du monde, stupéfaits par l’idéologie gauchiste du Pape François. « S’impliquer dans la politique au point qu’il soit considéré leader de la gauche internationale, n’est tout simplement pas un rôle convenable pour un pape.
– À quelle fin la National Security Agency a-t-elle surveillé le conclave qui a élu le Pape François ?
– Quelles autres opérations secrètes ont été menées par des agents du gouvernement US à propos de la démission du Pape Benoît XVI ou du conclave qui a élu le Pape François ?
– Des agents du gouvernement US ont-ils eu des contacts avec la ‘Mafia du Cardinal Danneels’ ?
– Les transactions monétaires internationales avec le Vatican ont été suspendues au cours des derniers jours précédant la démission du Pape Benoît XVI. Des organismes gouvernementaux US s’en sont-ils mêlés ?
– Pourquoi les transactions monétaires internationales ont-elles repris le 12 février 2013, le lendemain de la démission de Benoît XVI ? Était-ce pure coïncidence ?
– Quelles mesures, s’il en est, ont été prises réellement par John Podesta, Hillary Clinton et les autres personnes liées à l’administration Obama qui ont participé aux échanges de courriels proposant de fomenter un ‘printemps catholique’ ?
– Quel était le but et la nature de la rencontre secrète au Vatican entre le vice-Président Joseph Biden et le Pape Benoît XVI, autour du 3 juin 2011 ?
– Quels sont les rôles joués par George Soros et les autres financiers internationaux qui résident actuellement sur le territoire des USA ? »
Cette enquête, demandée au Président Trump par les dirigeants catholiques, devrait intéresser le monde au-delà des milieux catholiques. La capacité de George Soros à coopter des personnalités politiques de premier plan pour favoriser ses plans radicaux visant les États-nations, est bien connue ; mais sa capacité à forcer le « changement de régime » dans l’Église catholique, une institution jusqu’alors impénétrable de l’extérieur, soulève de sérieuses questions quant à son potentiel de semeur de chaos planétaire. Il faudrait que l’enquête – et le châtiment – commencent tout de suite.
MH
2017-02-02 22:41:54 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by z***@gmail.com
WikiLeaks : Clinton, Obama, Soros ont renversé le Pape Benoît XVI lors d’un
coup d’État au Vatican. Un groupe de dirigeants laïcs catholiques ont
demandé au Président Trump d’enquêter pour savoir si Soros, Obama et
Clinton ont bien organisé un coup d’État au Vatican pour installer le
gauchiste radical François. Selon un groupe de dirigeants catholiques qui
citent des preuves de diverses sources, en particulier de courriels
ébruités par WikiLeaks, George Soros, Barack Obama et Hillary Clinton ont
orchestré un coup d’État au Vatican pour renverser le pape conservateur
Benoît XVI et le remplacer par le gauchiste radical François.
Avant de démissionner inopinément dans des circonstances inhabituelles, le
Pape Benoît XVI a régné sur l’Église catholique de 2005 à 2013. Devenu le
premier pape démissionnaire depuis le Pape Grégoire XII en 1415, Benoît est
largement considéré comme le premier à avoir fait cela de sa propre
initiative depuis le Pape Célestin V en 1294. Toujours est-il que le groupe
de dirigeants catholiques cite de nouvelles preuves découvertes dans les
courriels divulgués par WikiLeaks, pour affirmer que le Pape conservateur
Benoît n’a pas vraiment démissionné de sa propre initiative, mais a été
poussé hors du Vatican par un coup d’État qualifié de « Printemps
catholique » par les dirigeants catholiques. Se servant de l’appareil
diplomatique et du pouvoir politique et financier des USA, par la
contrainte, la corruption et le chantage, Soros, Obama et Clinton ont
imposé un « changement de régime » dans l’Église catholique romaine, afin
de remplacer le Pape conservateur Benoît XVI par le Pape François qui, au
grand étonnement des Catholiques du monde, est devenu depuis lors un
improbable porte-parole du gauchisme international. Les dirigeants
catholiques ont envoyé une lettre au Président Trump, pour l’exhorter à
lancer une enquête officielle sur les activités de George Soros, Barack
Obama, Hillary Clinton (et d’autres), qui sont, selon eux, impliqués dans
l’orchestration du printemps catholique qui a atteint son but : « changer
le régime » au Vatican. Les dirigeants catholiques citent huit questions
précises auxquelles ils ont répondu concernant les événements suspects qui
ont conduit le Pape Benoît XVI à la démission, la première abdication
pontificale en 700 ans. « Nous avons des raisons précises de penser que le
‘changement de régime’ au Vatican a été conçu par l’administration Obama, »
disent les pétitionnaires, dans leur lettre du 20 janvier au président
Trump. http://www.remnantnewspaper.com/web/images/trump_francis.jpg « Lors
de la troisième année du premier mandat de l’administration Obama, nous
avons été alarmés de découvrir que la Secrétaire d’État, Hillary Clinton,
et d’autres responsables auxquels elle était associée, proposaient une
‘révolution’ catholique pour faire disparaître définitivement ce qui
restait de l’Église catholique en Amérique. » La lettre inclut des liens
vers des documents et des informations qui mettent en évidence leurs
affirmations. Elle attire d’abord l’attention sur des courriels de la
clique mal famée Soros, Clinton et Podesta, qui ont été divulgués l’an
dernier par WikiLeaks. Dans ces courriels, Podesta et les autres «
progressistes » parlent de changer le régime de l’Église catholique, qu’ils
qualifient de « dictature du Moyen Âge », pour l’éliminer. À propos des
courriels de Podesta concernant cela, voici ce qu’écrivait The New American
en octobre dernier : Dans un courriel de 2011, Podesta, conseiller et
confident depuis des lustres de Mme Clinton et principal activiste trié sur
le volet du sponsor de la gauche George Soros, a révélé que lui et d’autres
activistes travaillent à la révolution d’un « Printemps catholique » dans
l’Église catholique. L’allusion aux désastreux coups d’État des printemps
arabes – organisés cette même année par l’équipe Obama-Clinton-Soros, qui
ont déstabilisé le Moyen-Orient et amené des régimes islamistes radicaux et
des groupes terroristes au pouvoir dans la région – est manifeste. Le
courriel de Podesta répond à celui d’un autre extrémiste financé par Soros,
Sandy Newman, fondateur du « progressiste » Voices for Progress. Newman
demande à Podesta des conseils sur le meilleur moyen de « semer des germes
de révolution » dans la « dictature du Moyen Âge ». Dans leur lettre au
Président Trump, voici ce qu’écrivent les dirigeants catholiques : «
Environ un an après ces échanges par courriel, qui n’ont jamais été
destinés à être rendus publics, nous avons constaté que le Pape Benoît XVI
a abdiqué dans des circonstances fort inhabituelles, et a été remplacé par
un Pape dont la mission consiste apparemment à donner un cachet spirituel
au programme idéologique radical de la gauche internationale. Ensuite, le
pontificat de François a remis en cause sa propre légitimité en de
multiples occasions. « Au cours de la campagne présidentielle de 2016, nous
avons été étonnés de voir le Pape François faire campagne contre les
politiques que vous proposiez à propos de la sécurisation de nos
frontières, allant même jusqu’à insinuer que vous n’étiez pas chrétien.
Nous avons apprécié votre réponse prompte et sans équivoque à cette
accusation honteuse. « Nous restons perplexes devant le comportement de ce
pape bourré d’idéologie, dont la mission semble être de porter des
programmes laïques de gauche, plutôt que de guider l’Église catholique dans
sa mission sacrée, » ont-ils écrit pour exprimer la pensée des millions de
catholiques autour du monde, stupéfaits par l’idéologie gauchiste du Pape
François. « S’impliquer dans la politique au point qu’il soit considéré
leader de la gauche internationale, n’est tout simplement pas un rôle
convenable pour un pape. « Gardant tout cela à l’esprit et souhaitant ce
qu’il y a de mieux pour notre pays ainsi que pour les Catholiques du monde
entier, en tant que Catholiques loyaux et bien renseignés des USA, nous
estimons de notre responsabilité de vous adresser cette pétition afin que
vous autorisiez une enquête sur les questions suivantes : – À quelle fin la
National Security Agency a-t-elle surveillé le conclave qui a élu le Pape
François ? – Quelles autres opérations secrètes ont été menées par des
agents du gouvernement US à propos de la démission du Pape Benoît XVI ou du
conclave qui a élu le Pape François ? – Des agents du gouvernement US
ont-ils eu des contacts avec la ‘Mafia du Cardinal Danneels’ ? – Les
transactions monétaires internationales avec le Vatican ont été suspendues
au cours des derniers jours précédant la démission du Pape Benoît XVI. Des
organismes gouvernementaux US s’en sont-ils mêlés ? – Pourquoi les
transactions monétaires internationales ont-elles repris le 12 février
2013, le lendemain de la démission de Benoît XVI ? Était-ce pure
coïncidence ? – Quelles mesures, s’il en est, ont été prises réellement par
John Podesta, Hillary Clinton et les autres personnes liées à
l’administration Obama qui ont participé aux échanges de courriels
proposant de fomenter un ‘printemps catholique’ ? – Quel était le but et la
nature de la rencontre secrète au Vatican entre le vice-Président Joseph
Biden et le Pape Benoît XVI, autour du 3 juin 2011 ? – Quels sont les rôles
joués par George Soros et les autres financiers internationaux qui résident
actuellement sur le territoire des USA ? » Cette enquête, demandée au
Président Trump par les dirigeants catholiques, devrait intéresser le monde
au-delà des milieux catholiques. La capacité de George Soros à coopter des
personnalités politiques de premier plan pour favoriser ses plans radicaux
visant les États-nations, est bien connue ; mais sa capacité à forcer le «
changement de régime » dans l’Église catholique, une institution
jusqu’alors impénétrable de l’extérieur, soulève de sérieuses questions
quant à son potentiel de semeur de chaos planétaire. Il faudrait que
l’enquête – et le châtiment – commencent tout de suite.
On comprend mieux les crimes de guerre US contre les populations
chrétiennes de Syrie, d'Egypte et de Libye.

MH
--
- 300.000 meurtres et 6 millions de déportés organisés en Syrie par la CIA,
israël, la turquie, la jordanie, l'angleterre, l'allemagne, la france, la
croatie, le qatar et l'arabie saoudite.
- Bradley Manning, Edward Snowden, Julian Assange, 3 héros face au terrorisme
d'état.
- En Ukraine l'UE/USA/Otan reforment et réarment la 2e division SS Das Reich
pour y organiser un coup d'état.
z***@gmail.com
2017-02-03 12:54:52 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by MH
Post by z***@gmail.com
WikiLeaks : Clinton, Obama, Soros ont renversé le Pape Benoît XVI lors d’un
coup d’État au Vatican. Un groupe de dirigeants laïcs catholiques ont
demandé au Président Trump d’enquêter pour savoir si Soros, Obama et
Clinton ont bien organisé un coup d’État au Vatican pour installer le
gauchiste radical François. Selon un groupe de dirigeants catholiques qui
citent des preuves de diverses sources, en particulier de courriels
ébruités par WikiLeaks, George Soros, Barack Obama et Hillary Clinton ont
orchestré un coup d’État au Vatican pour renverser le pape conservateur
Benoît XVI et le remplacer par le gauchiste radical François.
Avant de démissionner inopinément dans des circonstances inhabituelles, le
Pape Benoît XVI a régné sur l’Église catholique de 2005 à 2013. Devenu le
premier pape démissionnaire depuis le Pape Grégoire XII en 1415, Benoît est
largement considéré comme le premier à avoir fait cela de sa propre
initiative depuis le Pape Célestin V en 1294. Toujours est-il que le groupe
de dirigeants catholiques cite de nouvelles preuves découvertes dans les
courriels divulgués par WikiLeaks, pour affirmer que le Pape conservateur
Benoît n’a pas vraiment démissionné de sa propre initiative, mais a été
poussé hors du Vatican par un coup d’État qualifié de « Printemps
catholique » par les dirigeants catholiques. Se servant de l’appareil
diplomatique et du pouvoir politique et financier des USA, par la
contrainte, la corruption et le chantage, Soros, Obama et Clinton ont
imposé un « changement de régime » dans l’Église catholique romaine, afin
de remplacer le Pape conservateur Benoît XVI par le Pape François qui, au
grand étonnement des Catholiques du monde, est devenu depuis lors un
improbable porte-parole du gauchisme international. Les dirigeants
catholiques ont envoyé une lettre au Président Trump, pour l’exhorter à
lancer une enquête officielle sur les activités de George Soros, Barack
Obama, Hillary Clinton (et d’autres), qui sont, selon eux, impliqués dans
l’orchestration du printemps catholique qui a atteint son but : « changer
le régime » au Vatican. Les dirigeants catholiques citent huit questions
précises auxquelles ils ont répondu concernant les événements suspects qui
ont conduit le Pape Benoît XVI à la démission, la première abdication
pontificale en 700 ans. « Nous avons des raisons précises de penser que le
‘changement de régime’ au Vatican a été conçu par l’administration Obama, »
disent les pétitionnaires, dans leur lettre du 20 janvier au président
Trump. http://www.remnantnewspaper.com/web/images/trump_francis.jpg « Lors
de la troisième année du premier mandat de l’administration Obama, nous
avons été alarmés de découvrir que la Secrétaire d’État, Hillary Clinton,
et d’autres responsables auxquels elle était associée, proposaient une
‘révolution’ catholique pour faire disparaître définitivement ce qui
restait de l’Église catholique en Amérique. » La lettre inclut des liens
vers des documents et des informations qui mettent en évidence leurs
affirmations. Elle attire d’abord l’attention sur des courriels de la
clique mal famée Soros, Clinton et Podesta, qui ont été divulgués l’an
dernier par WikiLeaks. Dans ces courriels, Podesta et les autres «
progressistes » parlent de changer le régime de l’Église catholique, qu’ils
qualifient de « dictature du Moyen Âge », pour l’éliminer. À propos des
courriels de Podesta concernant cela, voici ce qu’écrivait The New American
en octobre dernier : Dans un courriel de 2011, Podesta, conseiller et
confident depuis des lustres de Mme Clinton et principal activiste trié sur
le volet du sponsor de la gauche George Soros, a révélé que lui et d’autres
activistes travaillent à la révolution d’un « Printemps catholique » dans
l’Église catholique. L’allusion aux désastreux coups d’État des printemps
arabes – organisés cette même année par l’équipe Obama-Clinton-Soros, qui
ont déstabilisé le Moyen-Orient et amené des régimes islamistes radicaux et
des groupes terroristes au pouvoir dans la région – est manifeste. Le
courriel de Podesta répond à celui d’un autre extrémiste financé par Soros,
Sandy Newman, fondateur du « progressiste » Voices for Progress. Newman
demande à Podesta des conseils sur le meilleur moyen de « semer des germes
de révolution » dans la « dictature du Moyen Âge ». Dans leur lettre au
Président Trump, voici ce qu’écrivent les dirigeants catholiques : «
Environ un an après ces échanges par courriel, qui n’ont jamais été
destinés à être rendus publics, nous avons constaté que le Pape Benoît XVI
a abdiqué dans des circonstances fort inhabituelles, et a été remplacé par
un Pape dont la mission consiste apparemment à donner un cachet spirituel
au programme idéologique radical de la gauche internationale. Ensuite, le
pontificat de François a remis en cause sa propre légitimité en de
multiples occasions. « Au cours de la campagne présidentielle de 2016, nous
avons été étonnés de voir le Pape François faire campagne contre les
politiques que vous proposiez à propos de la sécurisation de nos
frontières, allant même jusqu’à insinuer que vous n’étiez pas chrétien.
Nous avons apprécié votre réponse prompte et sans équivoque à cette
accusation honteuse. « Nous restons perplexes devant le comportement de ce
pape bourré d’idéologie, dont la mission semble être de porter des
programmes laïques de gauche, plutôt que de guider l’Église catholique dans
sa mission sacrée, » ont-ils écrit pour exprimer la pensée des millions de
catholiques autour du monde, stupéfaits par l’idéologie gauchiste du Pape
François. « S’impliquer dans la politique au point qu’il soit considéré
leader de la gauche internationale, n’est tout simplement pas un rôle
convenable pour un pape. « Gardant tout cela à l’esprit et souhaitant ce
qu’il y a de mieux pour notre pays ainsi que pour les Catholiques du monde
entier, en tant que Catholiques loyaux et bien renseignés des USA, nous
estimons de notre responsabilité de vous adresser cette pétition afin que
vous autorisiez une enquête sur les questions suivantes : – À quelle fin la
National Security Agency a-t-elle surveillé le conclave qui a élu le Pape
François ? – Quelles autres opérations secrètes ont été menées par des
agents du gouvernement US à propos de la démission du Pape Benoît XVI ou du
conclave qui a élu le Pape François ? – Des agents du gouvernement US
ont-ils eu des contacts avec la ‘Mafia du Cardinal Danneels’ ? – Les
transactions monétaires internationales avec le Vatican ont été suspendues
au cours des derniers jours précédant la démission du Pape Benoît XVI. Des
organismes gouvernementaux US s’en sont-ils mêlés ? – Pourquoi les
transactions monétaires internationales ont-elles repris le 12 février
2013, le lendemain de la démission de Benoît XVI ? Était-ce pure
coïncidence ? – Quelles mesures, s’il en est, ont été prises réellement par
John Podesta, Hillary Clinton et les autres personnes liées à
l’administration Obama qui ont participé aux échanges de courriels
proposant de fomenter un ‘printemps catholique’ ? – Quel était le but et la
nature de la rencontre secrète au Vatican entre le vice-Président Joseph
Biden et le Pape Benoît XVI, autour du 3 juin 2011 ? – Quels sont les rôles
joués par George Soros et les autres financiers internationaux qui résident
actuellement sur le territoire des USA ? » Cette enquête, demandée au
Président Trump par les dirigeants catholiques, devrait intéresser le monde
au-delà des milieux catholiques. La capacité de George Soros à coopter des
personnalités politiques de premier plan pour favoriser ses plans radicaux
visant les États-nations, est bien connue ; mais sa capacité à forcer le «
changement de régime » dans l’Église catholique, une institution
jusqu’alors impénétrable de l’extérieur, soulève de sérieuses questions
quant à son potentiel de semeur de chaos planétaire. Il faudrait que
l’enquête – et le châtiment – commencent tout de suite.
On comprend mieux les crimes de guerre US contre les populations
chrétiennes de Syrie, d'Egypte et de Libye.
MH
--
- 300.000 meurtres et 6 millions de déportés organisés en Syrie par la CIA,
israël, la turquie, la jordanie, l'angleterre, l'allemagne, la france, la
croatie, le qatar et l'arabie saoudite.
- Bradley Manning, Edward Snowden, Julian Assange, 3 héros face au terrorisme
d'état.
- En Ukraine l'UE/USA/Otan reforment et réarment la 2e division SS Das Reich
pour y organiser un coup d'état.
les Chrétiens sont le groupe le plus persécuté sur la planète et 90% des persécutions physioques sont effectuées par des musulmans dans les p[ays a majorité musulmane\
Loading...